Publicité
Publicité
Marchés - 07/04/2023 - #Tesla , #Mitsubishi , #Nissan , #Toyota

Japon : au royaume des hybrides, un démarrage tardif des voitures électriques

Par AFP

Japon : au royaume des hybrides, un démarrage tardif des voitures électriques
La Nissan Sakura, sur le segment des "kei cars", a représenté plus du tiers des ventes d'électriques au Japon en 2022.

(AFP) - Si les ventes de véhicules 100% électriques augmentent à toute allure en Chine, en Europe et aux Etats-Unis, la vague est beaucoup plus modeste au Japon, fief des hybrides et de Toyota, dont la conversion à l'électrique est encore balbutiante.

Environ 59.000 nouvelles voitures électriques ont été vendues en 2022 au Japon : un chiffre presque triplé sur un an, mais représentant seulement 1,7% du marché national.

En comparaison, 20% des ventes automobiles étaient électriques l'an dernier en Chine, autour de 15% en Europe occidentale et 5,3% aux Etats-Unis, selon une récente étude du cabinet PWC.

Le retard du Japon peut surprendre alors que son industrie automobile est l'une des plus puissantes au monde et qu'elle était autrefois une pionnière de l'électrique, avec la mini-citadine i-MiEV de Mitsubishi Motors et la voiture familiale Leaf de Nissan, sorties en 2009 et 2010 respectivement.

Mais ces modèles ne se sont guère vendus "du fait des coûts importants des batteries à l'époque, et par conséquent de leurs prix de vente élevés", rappelle à l'AFP Kenichiro Wada, ancien responsable du développement de la i-MiEV devenu consultant sur l'électrification au Japon.

Trop chers, jugés inadaptés à un archipel manquant d'énergies renouvelables et impliquant la création coûteuse d'un vaste réseau de bornes de recharge : les véhicules électriques ont longtemps eu tous les torts auprès d'une grande partie de l'industrie automobile japonaise, Toyota en tête.

Le Japon a aussi préféré parier initialement sur les véhicules à hydrogène, mais ce segment se développe à présent beaucoup moins vite que l'électrique.

Le "yokozuna" des hybrides  

Surtout, le Japon est le premier marché mondial des hybrides (42% des ventes automobiles nationales en 2022), un segment dans lequel Toyota règne en maître.

Toyota s'est comporté comme un "yokozuna", un champion de sumo, qui pour rester au sommet a souhaité "maintenir le statu quo aussi longtemps que possible", selon M. Wada.

Et comme le marché automobile nippon est dominé à plus de 90% par les constructeurs locaux, les progrès de l'électrique à l'étranger ont d'abord été perçus comme un phénomène distant.

La plupart des gens au Japon "veulent acheter des voitures nippones" parce qu'ils y sont habitués, estime Atsushi Ikeda, fondateur et vice-président d'un club japonais de propriétaires de voitures Tesla, le groupe américain leader mondial de l'électrique.

Des aides de l'Etat existent pour inciter à l'achat d'un véhicule électrique, mais "les infrastructures de recharge sont trop limitées", faute d'investissements suffisants jusqu'à présent et d'une réglementation "lourde", relève encore M. Ikeda, qui roule en Tesla depuis 2016.

Une brise de changement

Cependant plusieurs facteurs récents font qu'au Japon aussi, le vent commence à tourner davantage en faveur de l'électrique.

Forcés de s'adapter urgemment à des réglementations environnementales de plus en plus exigeantes sur leurs marchés clés à l'étranger, les constructeurs nippons ont annoncé des plans d'investissements colossaux dans l'électrique depuis deux ans.

Et il y a eu le succès bien supérieur aux attentes du lancement l'an dernier au Japon de la Sakura, un nouveau modèle électrique de Nissan sur le segment local spécifique, populaire et bon marché des "kei cars" (mini-citadines). A lui seul, ce modèle a représenté plus du tiers des ventes électriques dans l'archipel en 2022.

Comme "les automobilistes au Japon effectuent en moyenne des trajets plus courts qu'aux Etats-Unis ou en Europe", les kei cars électriques sont bien adaptées pour assurer les petits déplacements du quotidien, selon Nobuhide Yanagi, responsable du marketing pour les véhicules électriques de Nissan au Japon.

Le gouvernement nippon renforce aussi ses mesures d'accompagnement du segment électrique. A grands renforts de subventions, il compte notamment porter le nombre de bornes de recharge publiques du pays à 150.000 d'ici 2030, contre 30.000 actuellement.

Le Japon vise 100% de ventes de voitures "électrifiées" d'ici 2035, un objectif incluant les hybrides, toujours considérées par le gouvernement nippon comme une technologie clé de la transition énergétique.

Pour M. Wada, il faudrait développer "une version japonaise d'une réglementation zéro émission" pour provoquer un véritable virage électrique dans le pays.

Car en réalité, la plupart des constructeurs japonais "espèrent que l'ère des véhicules électriques interviendra le plus tard possible", pense l'analyste.

Publicité

Réactions

... Pour certains gabarits ...les Kei Cars sont quasiment des monoplaces ... Il n'empêche les Kei Cars en mode électrique ne seraient pas inadaptés pour la mobilité citadine et européenne ...d'ailleurs, la Leap Motors T03 venant de Chine n'est pas éloignée de ce format et constitue une alternative solide à la "non moins chinoise" Spring de "Dachia" ...
Évidemment, les orfraies (écologistes ou spécialiste des budgets "domestiques") s'écrient aussitôt : "halte à la multi motorisation des ménages" ... Il n'empêche entre l'Ami et la e C4, y a de la place pour ...(?)
;0)
PS : incorrigible ! ... une Sakura GTR siouplait

... A la réflexion ...encore mieux que la "Sakura GTR" ...une Honda e S660 ...
;0))

Comme vous dîtes Alain, ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas !
Une fois qu'ils vont s'y mettre sérieusement, c clair que cela prendra une toute autre dimension !
Et dire que Toyota avec un RAV4 Electric ds les années 2000 !

Je comprends ô combien l'approche des Japonais.
A part les afficionados du tout électrique, la solution Hybride est parfaite : pas besoin de poser des bornes sur tout le territoires avec ses kilomètres de câbles, ses poteaux métalliques d'une laideur absolue...

@Alain Boise,
Votre commentaire ne respectant pas nos règles de fonctionnement, il a été désactivé. Merci de veiller à ce que les échanges restent d’un bon niveau, sans vulgarité et avec des avis argumentés.

Ben ! Boise ??
Qu'est-ce-que vous nous avez encore fait ?
;0)

J’ai affirmé que les Japonais avait une démographie…..pendante

Et vos petits dessins à l’hippodrome ?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Données automobiles, or numérique ou chimère ?

Depuis bientôt 10 ans, les constructeurs parlent de faire évoluer leur modèle économique en générant de nouveaux flux de revenus avec les données des véhicules. Différentes solutions ont été explorées mais aucune n’a réellement prouvé être fructueuse. On peut légitimement se demander si les constructeurs ont raison de projeter des revenus de plusieurs milliards générés grâce aux données.

Marchés

Le marché de l’occasion se stabilise en volume comme en prix

La baisse du marché de l’occasion ralentit légèrement en mars ; avec un recul de 4,7%. Comme en février, les VO de 1 à 2 ans sont de nouveau dans le vert (+1,6%) alors que les VO de moins d’un an reste sinistré (-23,4%). Les prix sur le marché des professionnels en Europe sont stables depuis le début de l’année.