Publicité
Publicité
Marchés - 24/06/2021

Le gaz naturel progresse sur le marché des poids lourds, des bus et des utilitaires

Le gaz naturel pour véhicule (GNV) a progressé en 2020 dans les transports en tant qu'alternative au gazole, a indiqué mercredi l'Association française du gaz naturel véhicule (AFGNV).

Le gaz naturel progresse sur le marché des poids lourds, des bus et des utilitaires

Les ventes de poids lourds fonctionnant au GNV ont progressé de 24% et les ventes de bus et cars de 75% en 2020.

Auteur : Xavier Champagne
Chef de rubrique

Partager cet article

4.513 nouveaux véhicules roulant au GNV ont été immatriculés en France en 2020, contre 3.668 en 2019, soit une hausse de 23%, selon un baromètre publié par l'AFGNV, qui rassemble les fournisseurs de gaz, les constructeurs de véhicules et les opérateurs de transport.

L’offre de véhicules particuliers restent très faibles, uniquement proposée chez Seat (301 immatriculations VP en 2020), Fiat (54 immats) et Volkswagen (19 immats), selon les données Autoways. En revanche, l’offre sur les utilitaires légers est plus riche, notamment chez Fiat et Iveco qui réalisent à eux deux 87% des 1.173 immatriculations de VUL au GNV en 2020.

Les poids lourds au GNV ont vu leurs ventes progresser de 24% pour représenter 35% des volumes totaux. Même si tous les constructeurs ne le proposent pas dans leur catalogue, le GNV a pesé 4,2% du mix des motorisations des poids lourds vendus en 2020 (soit le double de 2019). 

Jacky Perrenot, premier transporteur de la grande distribution en France, a progressivement fait passer au gaz 10% des 5.000 camions de sa flotte.

Les bus et cars au GNV réalisent la plus forte progression (+75%), grâce à l’arrivée de deux nouveaux constructeurs (Isuzu et Irizar). Des villes comme Toulon (Var), Dax (Landes) ou Saumur (Maine-et-Loire) se sont équipées de bus au gaz en 2020. En région parisienne, la RATP prévoit de disposer en 2025 de 2.200 bus biogaz et 1.500 électriques, en plus de ses 1.000 hybrides.

136 stations fin 2020, une centaine de plus en 2021

44 nouvelles stations ont commencé à distribuer du gaz, portant le réseau à 136 stations fin 2020. Une centaine de nouvelles stations devraient ouvrir en 2021.

Le GNV, du méthane extrait par forage, permet de réduire légèrement les émissions de CO2 par rapport au gazole, mais fortement les émissions de NOx, selon l'Ademe (Agence de la transition écologique).

Bénéficiant de la vignette Crit'Air 1, plus silencieux qu'un moteur classique, il permet d'accéder aux centres-villes. Mais ses tarifs peuvent se révéler plus élevés et plus variables que ceux du gazole, même s'il est moins taxé.

Pour réduire fortement ses émissions, la filière met en avant le développement du BioGNV, produit localement à partir de déchets (agricoles, industriels ou ménagers). Il ne représentait cependant que 17,5% de la consommation française en 2020.

"Le GNV est une énergie de transition vers le BioGNV", a souligné Caroline Maleplate, déléguée mobilité gaz chez GRDF, lors d'une conférence de presse.

"Il y a beaucoup de nouveaux investissements dans le BioGNV, notamment dans des unités de production de méthanisation", a souligné Guillaume Larroque, nouveau président de l'AFGNV et président de Total Marketing France.

(avec AFP)

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les gaz est un hydrocarbure comme le pétrole, à part le fait qu'il n'est pas liquide puisqu'il est ... gazeux !
Le bilan carbone n'est donc pas nul.
Le débat sur le "bio"GNV, dans le sens où on produit le gaz par méthanisation par ex, qui lui serait neutre dépend du mode de production : si on récupère ce qu'on ne récupérait pas avant (type méthane issu des lisiers) alors oui le bilan est intéressant. Dans le cas on collecte le CH4 qui est un gas à effet de serre bien plus puissant que CO2.
Maintenant si on monte des usines qui broient du végétal en ajoutant des enzymes et bactéries pour générer du gaz qui n'aurait pas existé sans cette usine, le bilan est nettement moins bon !
Le diable se cache dans les détails.

Fred Et Rick, Le 24/06/2021 à 09:11

On tourne effectivement toujours autour du sujet principal, comment produire recyclable et comment le stocker à bord.
;0)

Lucos , Le 24/06/2021 à 12:21

Bien vu !!
On ne sais pas déjà faire la gestion de la merde de cochon chez nous… et l’AFGNV fait des gases !
Allez un petit coup de langage de bas niveau… cela soulage !!
Allez faites un commentaire drôle pour faire rigoler le Président !!

Durand Pierre, Le 24/06/2021 à 16:43

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 24/06/2021

Le bon Hummer ?

C’est une chronique de poids que je vous propose aujourd’hui, dans laquelle je me mets sérieusement à table…

Analyse

Catégorie Marchés

Eté morose pour le marché automobile européen

(AFP) - Le marché automobile européen, qui avait repris du poil de la bête au printemps après une année 2020 minée par la crise sanitaire, a rechuté en juillet et en août, selon des chiffres publiés jeudi.

17/09/2021