Publicité
Publicité
Analyse - 24/06/2021

Le bon Hummer ?

C’est une chronique de poids que je vous propose aujourd’hui, dans laquelle je me mets sérieusement à table…

Le bon Hummer ?

Le GMC Hummer EV : pour le subtil, vous repasserez.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Avez-vous jamais conduit une moissonneuse batteuse ?

Eh bien moi si ! Une Massey Ferguson 520 qui paraissait gigantesque au gamin haut comme trois pommes que j’étais alors, avec ses 9,37 m de long pour 3,23 m de hauteur (la moissonneuse, pas le moutard). Mais elle l’était aussi pour mon ami Daniel quand il lui fallait me porter à bout de bras pour me permettre d’accéder à la plateforme où se situait le poste de commande. Propriétaire de l’impressionnante machine, Daniel était aussi le fermier qui habitait la grande bâtisse en face de chez mon arrière-grand-mère à Villers-le-Sec, village de 150 âmes situé dans la Meuse.

Evidemment, je me contentais de tenir le volant de l’énorme sauterelle motorisée, dont le cueilleur coupait les blés sur 4,2 m de large. Mais peu importait : à 6 ou 7 ans, on ne s’embarrasse pas de pédales, leviers ou autres commandes incompréhensibles, l’imaginaire de la conduite résidant tout entier dans l’objet circulaire qui donne ses ordres à la direction. De toutes façons, l’essentiel du moissonnage consiste à garder le cap en ligne droite jusqu’en fin de rangée, où Daniel reprenait la manœuvre tout en me laissant gentiment l’illusion d’avoir effectué le demi-tour permettant de repartir en sens inverse, signalé par de complexes arabesques que traçaient les roues arrière directrices dans la paille restée au sol.

On s’arrêtait vers midi pour casser la croute à l’ombre d’un arbre, en puisant dans le panier à victuailles préparé par les femmes. Pendant que Daniel avalait la moitié d’une bouteille de Valstar, je me désaltérai à l’eau teintée de sirop grenadine dans l’une de ces gourdes qui ne se départait jamais complètement du goût de plastoc. A l’époque, tout paraissait plus simple : Un jambon-beurre faisait l’affaire, et les bidons Teisseire ressemblaient à de vrais bidons, avec leur petit bouchon coloré en fonction du parfum. Moi, je profitais de mes vacances estivales pour conduire tracteurs et autres engins agricoles, autrement plus amusants que les autos à pédales auxquelles j’avais eu droit jusqu’alors, même si j’étais loin de me douter que le premier véhicule à combustion interne sur lequel j’avais mis la main cubait tout de même ses 5.800 cm³. En même temps, ces derniers n’étaient pas de trop pour emmener les 6 tonnes de la 520 aux 17,2 km/h en vitesse de pointe promis par la fiche technique.

Mais "avec le temps va, tout s’en va" disait Leo, surtout les souvenirs de gosse quand on est trop jeune pour s’embarrasser d’eux. Une vingtaine d’années plus tard, c’est le volant de légères voitures de sport que j’ambitionnais de saisir, à commencer par la svelte Lotus avec laquelle j’inaugurai l’habitude de commémorer mes anniversaires en louant des autos-plaisir. Une belle Elise que j’ai mentionnée non pas dans une lettre, mais dans l’une de mes toutes premières chroniques ("Le poids, voilà l’ennemi !"), où je vantais les mérites de ses moins de 700 kg qu’un modeste dix-huit-cents Rover de 120 chevaux suffisait à emmener, et qui alliés à la position centrale arrière de la dite mécanique, lui procurait une incomparable agilité.

A l’époque, j’adhérai pleinement au mantra de Colin Chapman, génial inventeur du cahier des charges des modèles de la marque d’Hethel dont il était le fondateur : "Simplify, then add lightness" (Simplifiez, puis ajoutez de la légèreté). Emile Mathis ne signifiait d’ailleurs pas autre chose lorsqu’il affirmait quelques années auparavant que "le poids, c’est l’ennemi", principe dont s’inspira largement l’élève Bugatti, puis Jean Rédélé avec ses Alpines associant un châssis à poutre centrale avec une carrosserie en fibre de verre-polyester. Bref, mes préférences allaient aux sportives zéro pour cent de matière grasse, quitte à se racler le crâne lors des manœuvres d’entrée/sortie de l’habitacle, et se démonter les vertèbres en attrapant les tickets d’autoroute. La légèreté, ça se mérite.

C’est évidemment d’une toute autre école de pensée que relevait le Chevrolet Silverado qu’on me confiait pour un week-end quelques temps plus tard. Avec ses 2,1 tonnes étalées sur 4,94 m, le gros pick-up d’origine américaine (même si celui-ci était fabriqué en Argentine), avait bien besoin de chacun des 138 chevaux de son antédiluvien six-cylindres en ligne de 4.1l. Mais le couple était suffisant pour s’amuser de son comportement primesautier en sortie de rond-point, surtout sur asphalte humide (son état naturel à Curitiba où je me trouvais alors) et avec une benne chargée d’air. Et puis, la réaction de certains passants ou automobilistes découvrant la carrure du modèle -qui n’avait pas encore été lancé- faisait partie de la distraction. Je me souviens particulièrement du jeune conducteur abandonnant la posture frimeuse coude-à-la-portière-et-bras-tendu-au-dessus-du-volant pour se recroqueviller dans son siège en découvrant qu’il existait plus corpulent que son S10 (même marque, mais une catégorie en-dessous), alors que je me positionnais à son côté au feu rouge.

En comparaison, le pick-up que j’adoptais ultérieurement comme voiture de fonction chez Nissan France paraissait presque chétif malgré ses deux centimètres de plus. Mais dans les paysages d’Ile-de-France où je le trimballais, le gabarit d’un "mid-size" paraissait complètement outré, surtout que celui-ci avait oublié d’être discret en série spéciale "Hobie-Cat" avec sa peinture orange métallisé, délicatement réhaussée par des marchepieds, barres de toit et un arceau gris, métal lui aussi. "Qu’est-ce que c’est que ce truc ?" me demanda ma compagne d’alors lorsqu’elle le vit pour la première fois. Tout ça pour m’en piquer régulièrement le volant par la suite, elle qui n’affichait pourtant pas un goût prononcé pour la conduite. Moi, je me contentais de flipper dans le siège de droite, en observant le flanc métallique de la bête frôler dangereusement les rétroviseurs des voitures en stationnement. Je n’ai jamais compris si elle était particulièrement habile, si elle n’avait aucune notion du gabarit du "truc", ou si je n’étais décidément pas fait pour rouler à son côté. Toujours est-il que mon "camion" exerçait visiblement sur elle une étrange fascination.

Je pourrais encore vous parler du Patrol châssis Long (Génération Y61, phase III) avec lequel il m’arrivait de rouler à l’époque, qui faisait ressembler les pavillons de banlieue des General Manager de Nissan Europe dont il occupait le driveway à une villa dubaïote. Mais je n’abuserai pas de la patience du lecteur qui a déjà compris le message, d’autant plus qu’il serait honteux qu’après avoir inélégamment dénoncé une ex, je ne passe pas moi-même aux aveux. Parce que oui, je le reconnais, il m’arrive d’apprécier de rouler à bord de voitures "enrobées". Mais que voulez-vous, les pick-ups ou quatre-quatre de deux tonnes virgule quelque chose sont un peu à l’automobile ce qu’est la "comfort food" à la gastronomie. On peut à la fois fréquenter les établissements de Philippe Etchebest ou d’Hélène Darroze (ce n’est malheureusement pas mon cas), et se délecter de temps à autre d’un bon hamburger, accompagné d’inéluctables frites dûment mayonnaisées.

N’y voyez surtout pas une invite à pratiquer la soi-disant restauration rapide dans les succursales de certaine chaine à laquelle j’ai suffisamment donné en job étudiant. Mais avouez que se désarticuler la mandibule sur un sandwich à l’épaisseur superlative, et sentir les incisives, canines et prémolaires transpercer successivement les couches de pain, de garniture et viande cuite à cœur pendant que la sauce tiède dégouline lentement sur les commissures labiales relève d’une jouissance de l’excès comparable à celle qu’expérimente le conducteur d’un pick-up full size envoyant juste ce qu’il faut de surplus de couple aux roues motrice afin de provoquer un déhanchement aussi satisfaisant qu’inutile de l’arrière (scène réalisée sur route privée par un conducteur professionnel).

Bon, j’essaye de me border avec la NHTSA , parce que je viens sans doute de m’arranger suffisamment de problèmes comme ça en un seul paragraphe avec les électeurs d’EELV, les végétariens et assimilés et le ministère de la Santé (les tranches de tomates et les pickles, ça compte dans les cinq fruits et légumes par jour ?). D’autant plus que je ne suis pas sûr d’améliorer mon cas avec ce qui va suivre. Parce que figurez-vous que je viens de m’arranger une nouvelle lubie.

J’ai des envies d’Hummer.

Non, pas celui qui est mort en 2009 quand GM faisait banqueroute, mais le model year Twenty-twenty-two qui fera renaître la marque dès la fin de l’année. Cette fois-ci, les écolos ne pourront plus rien dire, pas plus que Schwarzy qui avait pourtant mis la marque à la mode au début des 90’s avant de virer sa cuti et de proposer à Greta de rouler en Tesla lors de sa tournée américaine en 2019. Parce que comme son nom complet l’indique, le GMC Hummer EV est une voiture électrique, ce qui signifie donc qu’on pourra bientôt se balader avec sans s’attirer les foudres des détracteurs de l’ancien, dont les différentes motorisations à huit cylindres en V pompait le carburant au rythme de la Cosmopompe des Shadoks.

Bon, évidemment, ce ne sont pas les watts qui vont manquer, avec des puissances (pour l’instant estimées) de 625 à 1.000 chevaux suivant les versions, en double ou triple motorisation, sans même parler du couple camionnesque. Mais après tout, personne n’a jamais mis dans le contrat des véhicules à batterie qu’ils devaient se contenter d’un moteur d’aspirateur. Et surtout, imaginez-vous évoluer en pleine nature dans un silence presque parfait, à écouter le frémissement du vent dans les branches ou les petits oiseaux gazouiller sans l’intrusion auditive (ni olfactive) d’une vilaine mécanique Diesel. Cette fois, c’est sûr, les sympathisants d’EELV vont me pardonner mes écarts passés.

Pour autant, ce qui me plaît avant tout dans le nouveau Hummer, ce sont ses mensurations. Parce qu’avec une longueur de 5,51 m pour une largueur de 2,20 et une hauteur de 2,06 m, l’objet ne fait pas semblant, et se permet d’assumer un poids attendu à plus de 4 tonnes (oui, vous avez bien lu). Pour le moins s’agissant du SUT (c’est-à-dire le pick-up), puisque le SUV attendu pour le millésime 2024 devra se contenter de 5,25 m du pare-chocs avant à la roue de secours accrochée au hayon, essentiellement par réduction de l’empattement, de 3,44 m à 3,22 m.

Mais quelle que soit la carrosserie, voilà un beau bébé, dont j’adorerais prendre le volant. Et non, inutile de me rappeler qu’il n’y a pas de borne de recharge dans le désert du Nevada, ni dans la plupart des endroits où celui-ci trouverait à s’exprimer pleinement. Pas la peine non plus de me signaler que l’autonomie de 563 km (350 miles) sera fortement diminuée par les "wheel-spin" et autres figures de style propres à la conduite tout-terrain. Je m’en fiche d’autant plus que les fantasmes fussent-ils mécaniques, ne s’embarrassent pas des contingences de la vraie vie. Moi tout ce que je veux, c’est connaître les sensations que ne manquera pas de distiller la conduite du bidule.

Sans compter qu’il y a plein d’autres trucs sympas sur le New Hummer, qui ne relèvent nécessairement de l’autopométrie, à commencer par une fonction "Launch Control" qui fait dans l’ultra-théâtral. Lorsque celle-ci est enclenchée, l’auto commence par se ramasser sur ses suspensions tout en préparant batteries et moteur par une petite séance de refroidissement, avant que les sièges des passagers ne commencent à vibrer, histoire de les conditionner psychologiquement au déplacement des organes internes qu’ils s’apprêtent à subir. Puis l’instrumentation se met à flasher pour signaler au conducteur qu’il est temps d’imprimer la pédale du potentiomètre dans le plancher pour libérer la "Watt to Freedom expérience", se traduisant par le 0 à 100 km/h en 3,5 secondes.

Pour autant, mon gadget préféré reste le "crab walk", qui permet à votre beau truck tout neuf d’adopter l’attitude typique des camions hors d’âge qui circulent dans certains pays de l’Est, dont la géométrie n’a visiblement pas été contrôlée depuis le siècle dernier. Mais là, tout ça s’opère évidement sous contrôle électronique, en profitant de l’aptitude des quatre roues à pivoter de 10 degrés dans la même direction, afin de sortir la bête d’une mauvaise passe, même si on se demande bien quel propriétaire inconscient mettrait son Hummer en telle posture.

En fait, le "crab walk" nous rappelle surtout les étonnantes capacités offertes par la propulsion électrique associée à la puissance électronique, qui permet de profiter de roues véritablement indépendantes sans toute la tripaille requise par les éléments transmissions des voitures thermiques. Chacune d’entre elles peut en effet recevoir une quantité de couple déterminée, ainsi qu’être rétro-accélérée, freinée ou orientée en fonction des besoins. Voilà qui ajoute aux progrès fantastiques effectués ces dernières années sur les bases roulantes, permettant d’assurer à des véhicules hauts et lourds une dynamique constituant de moins en moins un argument en leur défaveur, n’en déplaise à leurs détracteurs.

Pour le reste, l’avenir nous dira bientôt si General Motors détient enfin le bon Hummer, celui capable de faire perdurer une marque qu’on croyait disparue. Puisse-t-il également me permettre d’assouvir mes envies de très grosse bagnole, même si ce n’est certainement pas en France que j’aurai l’occasion de le tester. Saura-t-il m’impressionner autant que l’avait fait en son temps la Massey-Ferguson 520 ? Parce que même s’il ne semble a priori pas présenter grand-chose en commun avec une moissonneuse-batteuse, le Hummer nous rappelle néanmoins à son instar qu’en certaines circonstances, "size matters".

Et ça, ce n’est pas Colin qui l’a dit.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Quel talent …. Et Vive C Chapman !

Claude Makowski, Le 24/06/2021 à 09:21

Bravo pour les madeleines de Proust, je me suis vu sur la moissonneuse, sauf que moi c était en Corrèze :)

Fabien Goulmy, Le 24/06/2021 à 10:25

Encore un papier qui met de bonne humeur. (fallait bien qu'un simple d'esprit montre qu'il avait compris le clin d'œil de Jean-Philippe).

Bruno Haas, Le 24/06/2021 à 10:40

C'est génial...j'ai vu le test fait pas un gars qui fait des test (bonjour M. de La Palisse !!) de voitures à la télé...et qui nous montre le dernier Jeep Rubicon que pour la première fois dans le monde de l'histoire de l'automobile ...permets d'écouter en silence les oiseaux dans la foret quand on roule avec !
Voilà un constructeur auto qui devient intelligent et qui mélange un moteur thermique avec un moteur électrique !!
Comment qu'ils ont trouvé cette idée...et ils ont même trouvé un nom : PHEV
Bon, si on veut passer sa vie à grimper les cailloux et aux arbres je vous conseil le nouveau Land avec son nouveau moteur V6 à l'huile gras et caisse allégée de 200 kg par rapport à la précédente, et vous serez accro !! Vous mettez sur le toit une tente dépliable et un petit escalier pour y grimper et vous pouvez faire le tour du monde avec !!
Aller Hummer le parfum de la guerre (de beaucoup de guerres du passé et encore de l'avenir) avec ses engins de triste mémoire...très peu pour moi !!
Ceci dit des Land avec des mitrailleuses dessus beaucoup en on vu en vidéo !!
Voilà un texte bien écrit et plein de poésie auto saupoudré de nostalgie...tiens je vais me payer un coup de programme radio !!

Durand Pierre, Le 24/06/2021 à 11:00

Chez nous c'était la paille et les foins dans le Berry noir avec la botteleuse-lieuse allemande de Jeannot le paysan voisin de la maison de campagne familiale.
"Allemande" pour l'anecdote car le constructeur dont je tairais le nom car je l'ai oublié, fournissait ce beau matériel aux paysans berrichons avec la notice dans la même langue uniquement. Mon père ayant eu le grand bonheur de voir la dernière annexion allemande de la Moselle en 40 à l'âge de 8 ans et ayant donc eu le grand plaisir complémentaire d'apprendre gratuitement cette 2ème langue à l'école allemande réinstallée par l'occasion, avait proposé ses services pour une traduction avec mon aide technique. Un linguiste quasi natif, son fils bricoleur de mobylette et les connaissances agricoles de Jeannot nous permirent de sortir finalement des bottes de cet engin. Restait un souci qui n'a jamais été résolu, cette belle machine ne tenait pas les réglages et sortait alternativement des bottes entre 5 et 35 kg, et quand il fallait envoyer les plus lourdes sur le 7ème rang à la fourche par 32° à l'ombre c'était une guirlande assurée le soir sur les mains !
Pour faire passer cela nous appliquions à la lettre la lubrification interne berrichonne qui consistait à prendre "un coup de cid' " berrichon après chaque charrette et un coup de rouge toutes les 5 !
Les qualités incroyables de ce cid' totalement opaque, sans sucre et qui vous enlevait l'émail des dents associées à un gros rouge décapant de provenance locale inconnue faisaient que finalement les bottes commençaient au fur et à mesure à monter toutes seules en compensant allègrement l'algorithme dimensionnel incontrôlé de la botteleuse.
Pour la partie "humeur", en fin de journée les parents l'avaient très très mauvaise en voyant l'état alcoolique de leurs rejetons et ce fut bien sûr une belle engueulade pour nous et pour Jeannot, et en Français...
;0)

Lucos , Le 24/06/2021 à 12:10

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 24/06/2021

Catégorie Analyse

Les questions autour du passage de Mike Manley de Stellantis à AutoNation

Mike Manley quitte la tête de Stellantis pour l’Amérique du Nord, ce n’est qu’une demi surprise. En revanche, le voir prendre la tête d’AutoNation, le premier groupement de concessionnaires aux Etats-Unis, c’est plus étonnant. Mais ce mouvement est loin d’être incohérent pour l’exécutif anglais.

24/09/2021

Réindustrialisation : et si Stellantis mettait ses pas dans ceux de Renault ?

Renault confirme de mois en mois son réengagement en France et nous offre ainsi une vision moins sombre de l’électrification : ce pourrait être une occasion d’inverser une tendance de long terme qui a vu diverger les intérêts des constructeurs français et ceux des salariés, des territoires et des sous-traitants français. Les sérieux espoirs que l’on peut ainsi nourrir seraient rendus plus consistants si Stellantis s’inscrivait à son tour dans cette logique. Les salariés de Mulhouse et leurs organisations syndicales se sont exprimés en ce sens auprès de Carlos Tavares. La réponse très prudente qu’ils ont obtenue devrait inciter le politique à se montrer plus offensif.

20/09/2021

Rémi Cornubert : "Il y a un risque important que les constructeurs zappent la génération de moteur Euro 7"

Expert des questions automobiles, Rémi Cornubert estime que la stratégie "Fit for 55", dont les règlementations ont été publiées le 14 juillet dernier, en revenant sur les objectifs CO2 décidés à peine 2 ans avant rompt la confiance des industriels dans les politiques. C’est ce qui les conduit à accélérer le passage au tout électrique. Il est très pessimiste sur l’enchaînement des conséquences des décisions actuelles qui vont conduire à moyen terme à un effondrement du marché et une explosion sociale. Dépressifs s’abstenir…

16/09/2021

Coincer la bulle

Aujourd’hui on descend en ville, à la rencontre d’un guépard, des lapins éteints de la Porte Maillot, et d’une petite voiture aussi rigolote au Brésil que dans les rues de Paris… ou de Rome.

16/09/2021

Le rêve du groupe Volkswagen de contrôler le parc des véhicules électriques vendus pour maîtriser la batterie peut-il devenir réalité ?

Herbert Diess a fait grand bruit en évoquant à Munich devant les journalistes une très sérieuse piste de travail de son groupe qui consiste à rechercher un contrôle maximal sur les batteries installées dans les véhicules qu’il produit. Pour cela, les leasings concerneraient non seulement la "première vie" des voitures mais aussi les secondes et troisièmes. Lorsque le temps du recyclage viendrait, le groupe étant resté propriétaire, il aurait toute latitude d’organiser l’affaire au mieux de ses intérêts économiques. Séduisant, ce schéma remet en selle une série d’idées "révolutionnaires" récurrentes. Les raisons qui ont conduit ces révolutions à ne pas avoir lieu restent assez claires et il y a fort à parier que la part du monde réel qui pourra rentrer dans le "projet stratégique" de Herbert Diess restera minoritaire.

13/09/2021

Rentrée automobile 2021, entre concurrents, les hostilités reprennent

Les actualités se font nombreuses pour la rentrée automobile. Hyundai annonce sa charge pour l’hydrogène, Toyota investit dans les batteries et le groupe Volkswagen occupe l’espace médiatique à l’occasion du salon allemand qui se tient cette année à Munich. La reprise pousse les constructeurs à cesser de ruminer les pertes de volumes dues au Covid et à la pénurie de composants. A l’heure où les gouvernants prennent plus de décisions technologiques que les ingénieurs, il faut démontrer son agilité.

10/09/2021