Equipementiers - 26/11/2020

Les élus locaux appellent Bosch à investir pour sauver son usine de Rodez

Des élus locaux ont appelé mercredi le groupe Bosch à investir et à "faire des arbitrages" pour sauver son usine aveyronnaise, frappée par la crise du diesel.

Auteur : Xavier Champagne
Chef de rubrique

Partager cet article

Le site Bosch de Rodez, qui a déjà fermé une des deux lignes de fabrication d'injecteurs diesel l'an dernier, est doublement frappé par la chute du diesel et la baisse des ventes d'automobiles avec la crise. Le président de Bosch France aurait indiqué au comité social et économique que le groupe allemand envisageait la fermeture du site, même si rien n'est acté à ce jour.

En réaction, les élus locaux ont adressé un courrier au président du groupe Bosch, Volkmar Denner, lui demandant "d’investir sur le site pour conforter une usine dotée de machines outils et de robots modernes qui fait vivre tout un bassin d'emploi", affirmant leur "volonté de participer aux efforts de diversification vers de nouvelles filières (dont l'hydrogène), pour la formation des salariés".

"Le Groupe Bosch doit faire les arbitrages pour renforcer la politique industrielle en Europe et voulue par les Etats. Or, depuis 30 ans, le site de Bursa en Turquie a été conforté jusqu'à 7.000 salariés et bénéficie encore d'investissements supplémentaires", poursuivent-ils.

La lettre est notamment signée par la présidente du conseil régional d'Occitanie Carole Delga, le président du conseil départemental de l'Aveyron Jean-François Gaillard et le président de Rodez Agglomération Christian Teyssedre.

L'usine d'Onet-le-Château, près de Rodez, spécialisée dans la fabrication de bougies et d'injecteurs de moteur diesel, compte aujourd'hui 1.320 salariés.

Le site reste le principal pourvoyeur d'emplois de l'agglomération de Rodez et le premier employeur privé du département.

(avec AFP)

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Il semblerait que pour le moment, le groupe Bosch refuse d'envisager une production d'injecteurs essence pour le site Français situé en Aveyron.
La diversification vers le secteur de l'aéronautique ne pourrait actuellement pas porter ses fruits car ce secteur traverse une crise sans précédent...

Clerion , Le 26/11/2020 à 08:36

Tous ces élus n'ont qu'à envoyer des courriers à leurs collègues députés pour qu'ils ne votent pas l'interdiction des moteurs Diesel à très brève échéance, puis des moteurs thermiques à terme (injecteurs essence, même combat).

Bosch fait des perceuses et plein de petit outillage électrique. Pourrait nous pondre un gros berlingot électrique ? Bon, je plaisante, mais la situation est dramatique.

Bruno Haas, Le 26/11/2020 à 11:25

Ce n'est hélas pas le premier article dans Autoactu qui parle de la situation dramatique du site Bosch à Rodez.
Reconvertir une activité industrielle de 1320 personnes ne se fait pas du jour au lendemain.
Quand on voit déjà ce qui se passe pour les usines plus petites, fermetures et dépôts de bilan...
;-(

Clerion , Le 26/11/2020 à 14:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 26/11/2020

Mon Plan avec Alpine

Je vous l’avais annoncé la semaine dernière : j’ai enfin pu conduire une Alpine ! Du coup, je me sens habilité à vous livrer mes impressions de (bonne) conduite, qu’il s’agisse de l’A110, ou de l’avenir de la marque…

Analyse

Catégorie Equipementiers