Publicité
Publicité
Constructeurs - 10/06/2021

Luciano Biondo met sur les rails le projet de pôle électrique des Hauts-de-France de Renault

L’approche pragmatique de Luciano Biondo a déjà permis l’adoption à l’unanimité par les organisations syndicales du regroupement dans une filiale des sites de Douai, Maubeuge et Ruitz. Le directeur industriel du Pôle Nord de Renault a su convaincre les récalcitrants qu’un climat social constructif est un facteur d’attractivité, de compétitivité et donc de protection de l’emploi. Luciano Biondo nous dévoile les enjeux et les ambitions industrielles du projet.

Luciano Biondo met sur les rails le projet de pôle électrique des Hauts-de-France de Renault

Tout juste 8 mois après son arrivée chez Renault pour prendre la direction du Pôle Nord de Renault, Luciano Biondo ex-patron de l'usine Toyota de Valenciennes, a obtenu le soutien unanime des syndicats pour constituer une société filiale Renault ElectriCity qui regroupera les actifs des sites de Douai, Maubeuge et Ruitz.

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

La lecture de cette actualité est réservée aux abonnés.

Partager cet article


Comment consulter cette actualité ?

Vous avez un abonnement INFORMATIONS, MARCHÉ ou CLUB : Identifiez-vous

Mot de passe oublié

Choisissez une offre d'abonnement

En souscrivant un abonnement INFORMATIONS au prix de 122,52 € TTC/an

Je m'abonne

Découvrez nos abonnements MARCHÉ et CLUB pour profiter d’un accès illimité aux actualités et de leurs avantages spécifiques !

DÉCOUVREZ TOUS NOS ABONNEMENTS !

Vous pouvez aussi accéder aux actualités à l’unité ou par pack de 10

1 actualité

3,50 € HT

Pack 10 Actualités

30,00 € HT

Autres actualités

Edition du 10/06/2021

Catégorie Constructeurs

L’industrie automobile s’inquiète de la prolongation des quotas d’importation d’acier

Les organisations européennes représentatives des constructeurs (ACEA) et des équipementiers (Clepa) contestent le bienfondé de la reconduction des quotas d’importation d’acier en Europe. Ils estiment que leurs intérêts sont sacrifiés pour privilégier ceux des aciéristes. La Commission européenne n’a pas confirmé cette décision encore soumise à la validation des Etats membres.

16/06/2021