Publicité
Autour de l'auto - 03/05/2021

Matières premières : records en cascade pour les métaux

(AFP) - Le cours du cuivre a battu cette semaine un record vieux de dix ans, porté par la forte demande chinoise et la mauvaise forme du dollar, de même que l'étain poussé par des achats spéculatifs.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le cours du métal rouge, baromètre de l'économie mondiale, a brièvement dépassé jeudi le seuil des 10.000 dollars la tonne sur le London Metal Exchange (LME), à quelques encablures de son record historique atteint le 15 février 2011, à 10.190 dollars.   

Les analystes pointaient la faiblesse du billet vert, ce mois-ci, propre à encourager les achats de métaux libellés en devise américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.
Les craintes pesant sur l'offre portaient également sur le prix du cuivre, des mouvements de protestation au Chili - premier producteur mondial - ayant perturbé l'activité des ports de San Antonio et d'Iquique, près desquels se trouvent les grandes mines.   

L'étain n'était pas en reste, l'analyste de Commerzbank Daniel Briesemann attribuant "la flambée des prix de ce mois-ci à des achats spéculatifs sur un petit marché".
Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 9.868,50 dollars vendredi à 14H30 GMT (16H30 à Paris), contre 9.551,50 dollars le vendredi précédent à la clôture.
L'étain valait 28.945 dollars la tonne, après avoir touché vendredi 29.225 dollars, un prix plus vu depuis mai 2011.

Le palladium parade 
Du côté des métaux précieux, le même entrain a porté le palladium, dont l'utilisation principale est l'industrie automobile, vers un nouveau plus haut historique, à 3.010,63 dollars l'once vendredi.
"Des risques sur la demande pèsent, mais le palladium profite surtout de l'enthousiasme du reste du marché" des métaux industriels, a commenté Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.
L'once de palladium s'échangeait pour 2.992,26 dollars vers 14H30 GMT, contre 2.859,97 dollars la semaine précédente.   

L'or, en revanche, est resté stable sur la semaine et est remonté en avril, après avoir souffert au premier trimestre de son statut de valeur refuge alors que les investisseurs engloutissent les actifs à risque.
Selon le Conseil mondial de l'or, les investisseurs professionnels en ETF (produits financiers cotés indexés sur le métal jaune) ont liquidé l'équivalent de 177,9 tonnes d'or au premier trimestre.
"Il y a des forces contradictoires qui jouent sur l'or", entre crainte d'une reprise de l'inflation qui devrait lui profiter et appétit pour le risque des marchés, a commenté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, qui prévient que "les prochaines semaines pourraient être volatiles".
L'once d'or coûtait dans le même temps 1.769,55 dollars, contre 1.777,20 dollars à la fin de la semaine précédente.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Effet d'aubaine ?
Les spéculateurs se retranchent sur des "valeurs refuge" comme les matières premières quand la monnaie dégringole.
1 once = 31.104 grammes d'or à 1769,55 dollars vs cuivre à 10 dollars le kilo.
Cuivre matière première spéculative du pauvre ?
Et en corolaire pénurie et augmentation sur les produits manufacturés...
;-(

Clerion , Le 03/05/2021 à 15:07

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/05/2021

Véhicule électrique : Volkswagen mène la course, il est temps d’y entrer

La dernière semaine d’avril 2021 a confirmé que, en Allemagne comme en France, on prenait acte de ce que la transition vers l’électrique s’accélère très nettement. En Allemagne, elle est voulue et conduite par VW. En France, les tergiversations que VW s’est employé à bannir du débat public persistent. Pourtant, semaine après semaine les dernières préventions se lèvent et la course vers un passage massif au véhicule électrique à batterie (VEB) paraît lancée. Un tel changement est pour l’industrie française une opportunité qu’il est encore temps de saisir puisque l’essentiel des capacités reste à installer. De premières briques sortent de terre. L’édifice industriel reste à agencer.

Analyse

Clap de fin pour l'usine Bridgestone de Béthune

(AFP) - "C'est un gros gâchis" : les 863 salariés de Bridgestone à Béthune ont fait vendredi leurs adieux à l'usine de pneumatiques dont le géant japonais avait annoncé la fermeture en septembre, inquiets pour l'avenir malgré un plan social généreux et des pistes de revitalisation du site.

Equipementiers

Catégorie Autour de l'auto

Minibus : l'âge d'accès au permis abaissé à 18 ans

(AFP) - La conduite de minibus est désormais autorisée à partir de 18 ans dans certaines conditions, ce qui devrait permettre de rajeunir la moyenne d'âge des chauffeurs, a indiqué lundi la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV).

04/05/2021