Publicité
Publicité
Autour de l'auto - 10/06/2024 - #Opel , #Stellantis

Pas question de "revenir en arrière" sur l'électrique, dit Olaf Scholz

Par AFP

Pas question de "revenir en arrière" sur l'électrique, dit Olaf Scholz

(AFP) - Le chancelier allemand Olaf Scholz a réaffirmé samedi l'importance de "continuer sur la voie" de l'électromobilité pour assurer l'avenir de l'industrie automobile, en pleine période de doute quant à l'objectif d'interdire les moteurs à combustion en Europe en 2035.

"Je le dis aujourd'hui, un jour avant les élections européennes, nous soutenons le développement de l'électromobilité", a déclaré Olaf Scholz,le dirigeant social-démocrate dans un discours au siège de la marque Opel, à Rüsselheim (ouest), qui fête ses 125 ans.

"Vouloir revenir en arrière maintenant, ce n'est pas seulement mettre en danger tout ce qui a déjà été réalisé, c'est aussi mettre en danger notre succès futur, notre prospérité future en tant que nation industrielle", a ajouté M. Scholz à la tête de la première économie de la zone euro, dont le secteur automobile est l'un des piliers.

Le tassement des ventes de voitures électriques en Europe et les critiques de plusieurs forces politiques, durant la campagne des européennes, dénonçant un virage électrique trop rapide, inquiète les constructeurs.

Certains candidats au scrutin, notamment à droite et à l'extrême droite, remettent en question l'échéance de 2025 fixée par les Vingt-Sept pour interdire la vente de véhicules à moteur thermique.

"Cela ne sert à rien de s'obstiner à conserver l'ancien, simplement parce qu'il nous a permis de nous en sortir pendant longtemps", a martelé Olaf Scholz, relevant le risque d'être "dépassés par d'autres" et de "perdre [leur] influence sur la direction que prend le monde".

Alors que les constructeurs investissent massivement dans la mobilité électrique, que des modèles meilleur marché sont en gestation et que l'infrastructure de recharge se développe, "il est important que nous continuions dans cette voie", a dit le chancelier devant les représentants d'Opel, dont Carlos Tavares, la patron du groupe franco-italo-américain Stellantis qui a racheté la marque allemande à GM en 2017.

Le marché de l'électrique est notamment à la peine en Allemagne où la fin des aides à l'achat fin 2023 a entraîné un effondrement des ventes sur ce segment.

Olaf Scholz a également mis en garde contre la tentation du protectionnisme au moment où "certains considèrent l'idée de la libre concurrence et des marchés libres comme dépassée".

"Le protectionnisme, le cloisonnement et les barrières douanières irrégulières ne font que rendre tout plus cher et nous rendre ensemble plus pauvres", a-t-il estimé.

L'Union européenne envisage de renforcer les barrières douanières pour éviter l'importation de véhicules chinois.

Réactions

..." L'U.E. envisage de renforcer les barrières douanières ?" Ah bon vous trouvez ? ... Jusqu'à ce soir, au moins, à supposer que çà change beaucoup (?), c'était surtout sur le registre " retenez moi ou j'vais faire un malheur" ... Le Chinois jouait à avoir peur ...De la " comédie de boulevard " ...devinez qui est le cocu ?

Quant au " on reviendra pas en arrière " est ce si sûr (?) ... Olaf et d'autres ont pris une "petite fessée" alors les déclarations sur le mode définitif...tout va dépendre des alliances ou pas au niveau des groupes du parlement européen ... Il faut voir aussi les récentes décisions de report d'implantations d'usines de batteries devant le "plateau" des ventes de VE ...Ou la très récente déclaration de Thierry Koskas sur l'impossibilité de sortir un véhicule électrique "abordable" se situant en dessous la eC3 ... En d'autres termes un véhicule correspondant au pouvoir d'achat de la majorité des Européens.... Tout çà pour çà ...Ben dis donc ...
;0)

Olaf a fait cette déclaration juste avant les élections, c'est ballot.
Olaf, ce n'est pas toi qui décide !

Faute de frape sur l'article je pense : "Certains candidats au scrutin, remettent en question l'échéance de 2025 fixée ..." Ce ne serait pas 2035 ? Ou alors j'ai raté un épisode.
@Ade : Koskas ? Le même qui déclarait devant tous les médias il y a une dizaine de jours dans l'affaire Takata, qu'il n'y avait pas d'autres cas que les C3 et DS3... et cette semaine c'est le tour d'Opel... Mais promis juré y'en n'a pas d'autre... oups, les C4 et DS4 seraient aussi concernées... On m'aurait menti ? Et évidemment il est possible de faire un électrique moins chère que la C3. D'ailleurs je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la pub dit que la eC3 est à partir de 14800€... Il me semble que c'est le tarif de la version thermique... Publicité mensongère ou bien ? Faudra que je regarde les mentions légal en caractères taille 4 en bas de l'écran...
@Bruno : Oui mais il fait parti du plus gros parti Européen qui a de fait la majorité au parlement et Ursula est avec lui, forcément ça facilite un peu les choses...
Et enfin : dit et redit sur ces mêmes ondes : l'électrique oui. Le tout électrique non !

@ Fred & Rick
On ne saurait mieux dire ...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Dominique Brenac rejoint Eden Auto

Une page se tourne pour Dominique Brenac qui a opéré pendant longtemps au sein du groupe Delieuvin. Il rejoint Eden Auto pour diriger sa plaque Toyota-Kia-Nissan en Dordogne et cède la direction de la plaque Nissan du Var du groupe Maurin à Thierry Sylberstein.

Après-Vente

Renault lance une fonctionnalité de "remote diagnostic"

Au quatrième trimestre de cette année Renault aura généralisé dans son réseau l’utilisation d’une nouvelle fonctionnalité qui permet de diagnostiquer les pannes avant l’arrivée des véhicules à l’atelier. Le "remote diagnostic" est disponible sur les véhicules équipés d’OpenR Link soit la gamme Renault depuis le lancement de la Megane E-Tech et bientôt les prochaines Dacia et Alpine. Elle s’accompagne d’une offre de contrat "service connecté". Trois concessions en testent le fonctionnement.

Analyse

Gigafactories : réduire et partager les risques pour éviter la paralysie

L’annonce faite par ACC concernant la nécessité de "mettre sur pause" les projets italien et allemand de Gigafactories vient souligner le climat de très grande incertitude dans lequel évolue ce secteur en Europe. L’incertitude politique vient ici redoubler celle déjà très lourde qui entoure les choix de chimie de batteries à opérer avec les constructeurs. Dans cette perspective, l’idée de temporiser et de se donner du temps n’est pas la meilleure qui soit et si l’objectif est de "dé-risquer" les investissements très lourds ce n’est pas en laissant planer le doute sur la réalité du marché à venir que l’on y parviendra.