Publicité
Analyse - 09/04/2021

Semi-conducteurs : les ambitions de la Chine

Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie de l’Institut Montaigne, publie dans le dernier Cahier du Cercle des économistes, son analyse des forces en présence sur le marché des semi-conducteurs et évoque notamment les ambitions de la Chine.

Semi-conducteurs : les ambitions de la Chine

Auteur : Mathieu Duchâtel

Partager cet article

En 2019, Huawei a dépensé 23 milliards de dollars pour se constituer des stocks de semi-conducteurs, pesant ainsi sur le marché mondial. De tels efforts s’inscrivent dans la nécessité pour l’entreprise chinoise d’anticiper l’aggravation des restrictions d’accès aux technologies étrangères dont elle a effectivement fait l’objet, à l’été 2020, de la part de l’administration Trump.
Au-delà de ce coup de projecteur qu’ont permis les pénuries du début de l’année 2021, les semi-conducteurs sont bel et bien aux fondements de l’électronique d’aujourd’hui et de demain. Ils sont essentiels à l’économie du pur numérique - un rôle accéléré sous l’effet des transformations engendrées par la 5G (smartphones, cloud, internet des objets) - mais aussi à de nombreux autres secteurs aux mutations rapides et à forte valeur ajoutée, comme l’industrie automobile ou l’industrie de l’armement.

Or il s’agit d’une chaîne de production très globalisée, dont l‘interdépendance étroite servait il y a encore peu de temps les intérêts de tous les acteurs, mais qui connaît aujourd’hui de fortes tensions sous l’effet de deux forces contraires : les puissantes politiques industrielles chinoises d’une part, qui cherchent à réduire la dépendance du pays aux technologies et à la propriété intellectuelle étrangères, et les restrictions américaines sur les transferts de technologies d’autre part (contrôle des exportations, filtrage à l’investissement, contrôle des échanges en matière d’éducation et de recherche). Cette dynamique sino-américaine, sur fond de transformation numérique, intensifie les besoins industriels en semi-conducteurs.

Les ambitions chinoises

A force d’investissement public et de planification, la Chine est parvenue à se hisser dans le top 6 mondial de cette industrie de pointe. Aujourd’hui, l’ensemble du secteur chinois doit répondre à une vision, celle de la "stratégie de développement centrée sur l’innovation", réaffirmée au 5e Plénum du 19e Comité central du Parti, et que l’on a récemment retrouvée au cœur du 14e plan quinquennal (2021-2025).
Les ambitions chinoises en matière de semi-conducteurs ne datent pas d’hier, avec des plans formulés dès les années 1950. Ce n’est cependant qu’en 2014 que l’objectif de faire de la Chine le leader mondial en la matière apparaît dans les documents officiels. Le plan le plus connu, "Made in China 2025", aujourd’hui passé sous silence, fixait comme objectif d’atteindre 70% de la production de semi-conducteurs réalisée en Chine à l’horizon 2025 - elle n’en était encore qu’à 15% en 2020.

La réduction de la dépendance aux technologies étrangères n’est pas le seul lexique de la Chine. Jiang Jinquan, successeur de Wang Huning à la tête de l’Ecole centrale du Parti (un bastion de pouvoir pour la formulation des politiques publiques), le dit avec clarté : "l’autosuffisance technologique est un choix inévitable". Pourtant, les semi-conducteurs sont aujourd’hui le secteur pour lequel les ambitions chinoises sont les plus éloignées de la réalité de son industrie, tant de ses capacités manufacturières propres que de ses fondements scientifiques et technologiques.

En 2020, la Chine a importé l’équivalent de 380 milliards de dollars de semi-conducteurs, soit davantage que le total de ses importations de pétrole. Ce chiffre correspond à une augmentation de 25% par rapport à 2019, une hausse qui résulte en partie de l’effet Huawei et de la constitution de stocks par le pays. En outre, les importations d’équipement y ont augmenté de 20%, ce qui souligne les efforts menés par les industriels chinois pour alimenter leur propre capacité manufacturière, et leur dépendance en amont aux approvisionnements en provenance de ce que l’on pourrait baptiser le "bloc américain" : États-Unis, Taiwan, Japon, Corée du Sud et Europe. La Chine vient d’ailleurs d’annoncer, en mars 2021, la levée des taxes à l’importation pour les équipements et les matériaux de semi-conducteurs, ce jusqu’en 2030.

Pour stopper la course de la Chine, aucune mesure de restriction des transferts de technologie ne sera suffisante. Mais il est très improbable qu’elle parvienne à atteindre ses objectifs dans chacun des domaines constituant ensemble l’industrie des semi-conducteurs. Le leadership dans le haut de gamme paraît ainsi hors de portée. Pour accompagner sa transformation numérique, la Chine a besoin d’un accès aux semi-conducteurs gravés en 7 nanomètres et en deçà. Aujourd’hui, seuls TSMC - à Taiwan - et Samsung - en Corée du Sud - maîtrisent une telle technologie, dont la production est aujourd’hui presqu’entièrement absorbée par les smartphones haut de gamme. La demande excède l’offre, mais la Chine fait face à un goulet d’étranglement qu’il lui sera très difficile de contourner si les restrictions sont maintenues : pas de gravure en 7, 5, 3 ou 2 nanomètres sans les machines de lithographie extrême ultra-violet du Néerlandais ASML, et pas de conception des circuits intégrés de ces générations sans les outils logiciels de conception assistée (EDA), dont la propriété intellectuelle est essentiellement américaine et, dans une moindre mesure, européenne (Siemens).

Lire la suite (le sursaut américain et les implications pour la France) dans le dernier Cahier du Cercle des économistes, en page 18.

 

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Gaffe à ne pas piper la Chine !
;0))

Lucos , Le 09/04/2021 à 09:27

M'en fous...je miserais toujours sur le Batman ricain !!
Le Mickey américain ne mange pas les enfants ouigours et tibetains !
La méchant dragon perfide et autocrate chinois les mènera dans le mur...et le Raspoutine russe question armes dangereusement pétantes est en avance sur eux...et nous comptons sur leur division (heureusement pour nous)... pour les menacer à leur grande frontière commune !!
Le nain Staline actuel ne tiendra jamais des accords et des promesses ...car il a d'autres caractères que les chinois !
Ils ne nous mènerons jamais s à la baguette !!
Au delà de 5 euros je n'achète plus rien de chinois !! Faites de même !!

Durand Pierre, Le 09/04/2021 à 11:13

Comment la Chine compte augmenter sa production de puces? C’est simple, il suffit d’envahir Taiwan. Et ils s'y préparent :
http://www.opex360.com/2021/03/10/pour-le-chef-des-forces-americaines-dans-la-region-indo-pacifique-la-chine-pourrait-envahir-taiwan-dici-2027/
Depuis cet article, des manœuvres navales et aériennes importantes ont eu lieu.
Après avoir mis la main sur les matières premières pour les batteries, ils vont s’accaparer les semi-conducteurs. L’industrie automobile du futur risque de dépendre de plus en plus de la Chine …

Fred Drave, Le 09/04/2021 à 12:21

Réfléchissez un peu (voyez au moins, dans votre vie, sur YouTube UNE (pas besoin de plus) des conférences du Prof Jancovici sur l'énergie, il n'y a pas meilleur explication claire) et donc vous comprendrez tous que la Terre à des LIMITATIONS physiques concernant l'énergie, et le cadeau gratuit qui s'épuise inexorablement de ces mêmes énergies !!
Donc la "voiture du futur" c'est tout vu car sans énergie pas de déplacement des humains...et le même pour les chinois !!
Fini les armées à pied ! Bonne nouvelle et physique aussi !!
Aucun continent avec un pays, un peuple et avec une dictature, ne pourra vaincre ou anéantir le reste des autres peuples se défendant contre eux, chinois ou pas !!
Pas besoin de plus de composants ou puces pour accélérer la fabrication d'armes qui sont déjà construites au niveau atomique et de fission !
Les guerres se gagnent ou se perdent de manière psychologique et un dictateur est toujours et d'abord un malade !!
Pour parler du dictateur chinois actuel, il sera sur place tant qu'il ne gêne pas la crème de la mafia officiel corrupte chez lui !! Sinon il sera remplacé...et un autre devenir pourra se définir !!
La seule solution de l'avenir: l'adaptation ou Darwin !!
Alors ce que sera la voiture du futur...laissez tomber !!

Durand Pierre, Le 09/04/2021 à 13:24

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 09/04/2021

Les évolutions dans les réseaux automobiles en mars

En mars, Maxime Lefebvre a ouvert un pôle automobile à Amiens réunissant 6 marques ; le groupe Maurin installe Lexus et Toyota sur un nouveau site à Montpellier ; Emil Frey France a repris BMW-Mini à Mont-de-Marsan ; Paul Kroely a ouvert sa nouvelle concession Mercedes de Colmar…

Réseaux

Renault conforte son leadership sur le marché VUL au premier trimestre

Avec 119.782 immatriculations à fin mars, le marché français du VUL est nettement plus solide que le marché VP. Il récupère sur le premier trimestre le niveau de 2020, ce qui est loin d’être le cas du marché VP. Renault reste de très loin le leader avec plus de 31% de part de marché et les trois modèles les plus vendus : Master, Kangoo et Trafic.

Marchés

Oui, je fais des rêves immoraux

Aujourd’hui, on prend de la hauteur en évoquant ces merveilleux fous volants et leurs drôles de machines. Ou du moins on essaye. Parce j’en connais certaine qui essaye de nous empêcher de rêver en rond…

Analyse

L’Agence Américain de Protection de l’Environnement annonce de nouveaux standards pour juillet

A peine un mois après sa confirmation, le nouveau responsable de l’Agence américaine de protection de l’environnement engage une profonde réorganisation et prévoit d’annoncer en juillet de nouveaux standards d’émission pour l’automobile. Michael Regan et la nouvelle administration ne perdent pas de temps mais prévoient une approche qui promet d’être pragmatique et inclusive.

Analyse

Catégorie Analyse

La prospérité des "piéçards" est-elle durable ?

La lecture du très édifiant document défendant l’introduction en bourse de PHE confirme les analyses qui montraient depuis des années que, en matière automobile, les dépenses d’utilisation dominaient de plus en plus nettement les dépenses d’acquisition. Ledit document fait peu de cas de l’électrification et considère que cette mutation pourrait ne pas démentir la tendance à voir croître le marché de la pièce. L’argument est extrêmement intéressant mais les consommateurs pourraient lui infliger un démenti.

17/05/2021

Le sexe des Range

Il y a des jours comme ça, où on s’interroge sur des choses essentielles, et j’ai décidé de partager avec vous le fruit de ma dernière réflexion. Mais autant vous prévenir tout de suite : je ne suis pas sûr d’avoir trouvé la réponse.

12/05/2021

Bipolarité Europe/Amérique du Nord de Stellantis : atout ou handicap ?

La présentation des résultats du premier trimestre d’activité de Stellantis fait ressortir avec éclat ce que l’on pressentait déjà : l’entité est tiraillée comme FCA l’était entre un pôle américain et un pôle européen. L’un et l’autre n’appellent pas les mêmes produits et les mêmes technologies et dès lors les synergies attendues peinent à se dessiner. Si la question est une vieille question qu’ont rencontré très tôt Ford et GM, elle se pose en des termes nouveaux en 2021 car d’autres ont à gérer un pôle européen et un pôle chinois et cela paraît moins malaisé.

10/05/2021

Sur le papier, bon premier trimestre des "Detroit 3", mais attention aux effets d’aubaine

Les "Detroit 3" viennent de publier leurs résultats pour le premier trimestre et les chiffres sont plutôt encourageants pour l’année. Mais le marché connait des distorsions avec une demande très largement supérieure à l’offre et des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement qui soulèvent la question des perspectives sur l’année 2021.

07/05/2021

Toy Car

En automobile aussi, la taille ça compte. Mais en milieux urbains, c’est plutôt à Mies van der Rohe avec son célèbre "moins c’est plus" qu’il convient de se référer. Or l’industrie semble prendre le chemin inverse. A moins que…

06/05/2021

Véhicule électrique : Volkswagen mène la course, il est temps d’y entrer

La dernière semaine d’avril 2021 a confirmé que, en Allemagne comme en France, on prenait acte de ce que la transition vers l’électrique s’accélère très nettement. En Allemagne, elle est voulue et conduite par VW. En France, les tergiversations que VW s’est employé à bannir du débat public persistent. Pourtant, semaine après semaine les dernières préventions se lèvent et la course vers un passage massif au véhicule électrique à batterie (VEB) paraît lancée. Un tel changement est pour l’industrie française une opportunité qu’il est encore temps de saisir puisque l’essentiel des capacités reste à installer. De premières briques sortent de terre. L’édifice industriel reste à agencer.

03/05/2021

Tesla annonce de bons résultats mais poursuit dans le vert pastèque

Tesla vient d’annoncer un bénéfice de 438 millions de dollars sur le premier trimestre. C’est une bonne nouvelle pour le constructeur, pour ses actionnaires et plus encore pour le CEO puisqu’il vient de valider la troisième tranche de compensation qui lui permet d’acheter des actions à 10% de leur valeur. Mais comme toujours, avant de s’extasier, il convient de regarder les chiffres de plus près.

30/04/2021

La raison d’être de Renault : formulation nébuleuse et engagement sincère

Les dirigeants de Renault croient honnêtement que l’entreprise, ses équipes et son histoire passée s’inscrivent aisément dans un projet que conformément à la loi Pacte ils appellent raison d’être et ont fait approuver la semaine dernière par le Conseil d’Administration.  En donnant à ladite "raison d’être" une formulation un peu nébuleuse, ils n’ont pas contribué à faire jouer à ce vote le rôle mobilisateur qu’ils espéraient lui voir prendre. Heureusement, les grands principes faisaient déjà l’objet de traductions un peu concrètes et cela donne quelques raisons de prendre l’engagement au sérieux.

26/04/2021

Quelles sont les conséquences des pénuries de composants dans l’automobile ?

L’automobile est plus souvent confrontée aux risques de surproduction et d’inventaires trop copieux qu’à la pénurie. Le manque de composants électroniques génère une situation assez inhabituelle puisque les lots des concessionnaires se vident, les publicités à la télévision ne mentionnent plus de promotions, et les loueurs font monter les prix.

23/04/2021

Poisson pas net

Aujourd’hui, je reviens trois semaines en arrière, quand une blagounette qui avait tout pour fonctionner a fait « plouf », tout ça par la faute d’une mauvaise exécution.

22/04/2021