Publicité
Publicité
Marchés - 08/07/2024 - #Saic

Taxes sur les véhicules électriques : le chinois SAIC exige une audience avec l'UE

Par AFP

(AFP) - Le constructeur automobile chinois SAIC, géant étatique particulièrement visé par les nouvelles surtaxes de l'UE sur les véhicules électriques en provenance de Chine, a exigé vendredi d'être entendu par la Commission européenne à ce sujet.

L'Union européenne (UE) a imposé jeudi à titre conservatoire jusqu'à 38% de droits de douane supplémentaires sur les importations de ces voitures, avant une décision définitive en novembre. Elle accuse Pékin d'avoir illégalement favorisé ses constructeurs.

A l'issue d'une enquête antisubventions entamée en octobre, Bruxelles avait annoncé ces surtaxes le 12 juin, tout en lançant des discussions avec Pékin pour tenter de résoudre le problème et désamorcer les risques de guerre commerciale.

Grande entreprise étatique basée à Shanghai, SAIC est particulièrement touchée car elle se dit visée par des droits de douane de l'ordre de 37,6%.

"Afin de protéger efficacement ses droits et intérêts légitimes, tout comme les intérêts de ses clients à l'étranger, SAIC Motor va officiellement exiger de la Commission européenne qu'elle tienne une audience" au sujet de ces surtaxes, a indiqué vendredi le constructeur dans un communiqué.

Il accuse la Commission européenne d'avoir outrepassé les limites de son enquête en exigeant des informations commercialement sensibles comme par exemple des formules chimiques liées aux batteries.

Le constructeur chinois lui reproche également d'avoir fait des "erreurs de calcul" et d'avoir "ignoré certaines" informations présentées par l'entreprise pour sa défense.

"SAIC s'oppose à l'établissement de barrières commerciales artificielles pour les véhicules à énergies nouvelles et appelle à un ordre de marché fondé sur une concurrence loyale", indique-t-il dans son communiqué.

"Ce n'est que par le biais d'un dialogue et d'une coopération ouverts que la Chine et l'UE pourront (...) construire ensemble une économie mondiale verte et à faibles émissions de carbone."

La Commission européenne a désormais quatre mois pour décider de surtaxes définitives, ce qui laisse ouverte une fenêtre de dialogue. Ces droits définitifs, qui devront être avalisés par les vingt-sept, seraient valables cinq ans.

Si la France et l'Espagne poussaient activement pour des mesures proportionnées, l'Allemagne, très engagée en Chine, bataillait au contraire avec la Suède et la Hongrie pour éviter des sanctions, craignant des représailles de Pékin.

La Chine a menacé à plusieurs reprises de prendre des mesures de rétorsion.

Une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a encore affirmé vendredi lors d'un point presse régulier que Pékin prendra "les mesures nécessaires" pour sauvegarder ses intérêts.

Publicité

Réactions

SAIC a-t-il demandé audience avec les USA et ses +100% ?
S'ils veulent voir l'Europe, c'est parce qu'ils savent qu'on peut discuter et qu'ils ont une chance d'btenir qqchose...
Un peu de fermeté que diable !

Les Chinois sauront détourner tt cela en qq mois ,les friches industrielles ne manquent pas

Alain 10:29
On n'en doute pas un instant, les Chinois ont inventé les supplices éponymes.

Ils connaissent le maillon faible, les constructeurs allemands. Le lobbying a déjà dû démarrer plein pot, enfin pleins watts...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Le processus d’électrification est entré en phase de grandes turbulences

Parce que les ventes de véhicules électriques ne progressent plus en Europe, des doutes traversent tous les esprits. En période électorale, le sponsoring politique à l’électrique comme standard pour l’automobile est devenu une thématique différenciante et la prohibition de la vente de véhicules thermiques en 2035 ne semble plus, ces dernières semaines, gravée dans le marbre. Combinée à une hésitation entre deux chimies de batteries qui tourne en faveur de celle des deux qui n’avait pas été choisie initialement, cette incertitude politique place l’industrie dans une phase de très grande turbulence. Puisque c’est le politique qui a déclenché le mouvement, il n’a d’autre choix aujourd’hui que de tenir le cap. C’est en tout cas ce que l’industrie peut exiger de la nouvelle Commission et du nouveau Parlement européen.