Publicité
Constructeurs - 05/08/2022

Toyota relève certaines prévisions annuelles mais s'attend à un exercice difficile

(AFP) - Le géant automobile japonais Toyota a légèrement relevé jeudi certaines de ses prévisions pour l'exercice 2022/23, mais s'attend encore à de nombreux vents contraires après un premier trimestre plombé par les perturbations des chaînes d'approvisionnement.

Toyota relève certaines prévisions annuelles mais s'attend à un exercice difficile

Auteur : AFP

Partager cet article

L'ensemble du secteur automobile est confronté à la pénurie mondiale de semi-conducteurs et aux difficultés logistiques liées à la pandémie, auxquelles s'ajoutent des coûts accrus notamment dus à la flambée des prix des matériaux.

Entre avril et juin, la production de Toyota a en particulier souffert des confinements à Shanghaï et d'inondations en Afrique du Sud. Et les effets de change positifs dus à la faiblesse du yen n'ont pas compensé la baisse des ventes et le coût accru des matières premières, a expliqué Toyota dans un communiqué.

Le numéro un mondial de l'automobile en 2020 et 2021 (en nombre de véhicules vendus) a donc vu son bénéfice net chuter de 17,9% sur un an au premier trimestre, à 736,8 milliards de yens (5,4 milliards d'euros).

Et son bénéfice opérationnel s'est effondré de 42% à 578,6 milliards de yens, malgré des ventes en hausse de 7% à 8.491,1 milliards de yens.

Prévisions toujours prudentes
"L'impact de la pénurie de semi-conducteurs et celui des confinements à Shanghai ont continué à peser au premier trimestre, et les principaux constructeurs n'ont pas réussi à rehausser suffisamment leur production" pour faire face à la demande, a commenté Satoru Takada, analyste spécialisé dans l'automobile de la firme TIW, interrogé par l'AFP en amont des résultats.

Nissan, allié du français Renault, avait lui aussi publié fin juillet des bénéfices en fort recul sur un an, tout en maintenant ses prévisions annuelles.

Malgré ses prévisions relevées à la marge, Toyota, qui avait surpris le marché en annonçant en mai dernier des objectifs extrêmement prudents malgré des résultats record en 2021/22, prévoit encore de nombreux obstacles pour son exercice 2022/23 qui se terminera fin mars prochain.

Ses prévisions annuelles sont ainsi désormais calculées sur la base d'un taux de change d'un dollar pour 130 yens et d'un euro pour 140 yens, contre, respectivement, 115 et 130 yens précédemment.

Le constructeur dit s'attendre désormais à un bénéfice net annuel de 2.360 milliards de yens (17,4 milliards d'euros), contre une prévision précédente de 2.260 milliards de yens, ce qui représenterait cependant un recul de 17,2% sur un an.

Il table sur des ventes à hauteur de 34.500 milliards de yens contre 33.000 milliards de yens précédemment, ce qui représenterait une hausse de 9,9% sur un an.

Ses prévisions de bénéfice opérationnel sont inchangées à 2.400 milliards de yens (17,6 milliards d'euros, -19,9% sur un an).

Reprise en V
La situation devrait cependant s'améliorer à partir du deuxième trimestre selon M. Takada, pour qui "la qualité des ventes et le yen bon marché" seront suffisamment significatifs pour amortir les facteurs négatifs que sont le coût des matières premières et les difficultés de production.

"Tous ceux qui ont parlé avec (Toyota) savent qu'il connaîtra au deuxième trimestre une reprise en V et une révision à la hausse de ses prévisions annuelles", a de son côté commenté SC Capital dans une note publiée sur la plateforme Smartkarma.

En volume, le constructeur compte toujours vendre 10,7 millions de véhicules (en incluant ses filiales Daihatsu et Hino) d'ici fin mars prochain, soit 300.000 de plus qu'en 2021/22.

Et il table encore sur la production de 9,7 millions de véhicules Toyota et Lexus sur l'ensemble de l'exercice, contre 8,5 millions d'unités en 2021/22.

Peu rassurés par les prévisions de Toyota, les investisseurs le sanctionnaient à la Bourse de Tokyo, où son titre a terminé en recul de 3% après l'annonce de ses résultats.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Je trouve Toyota bien optimiste.

Bruno Haas, Le 05/08/2022 à 10:01

Une seule solution pour l'observateur privé et automobiliste lambda (il y en a ici sur ce site) attendre et voir ce qui va être disponible à vente dans les concessions Toyota !
Avec la filière nouvelle des véhicules électriques (tendance mondiale risquée) Toyota ne se distingue pas en la matière et présentera en Septembre un VE plus que banal et sans aucune innovation et de surcroit cher, mais ils ont une richesse inestimable dans cette industrie, à savoir, une très forte culture client ! Leurs clients mondiaux préfèrent moins de performances (souvent inutiles) que la fiabilité et sécurité de fonctionnement !
Leur stratégie industrielle est payante depuis au moins un demi siècle ... et s'adapte à tous les continents et climats !
Leurs prévisions d'accroitre encore plus leurs ventes dans l'avenir me surprend aussi !
Ceci dit l'industrie n'est pas la bourse et la bourse n'est pas l'industrie !!
Tout constructeur auto est jugé pour ce qu'il produit et commercialise et pas par sa com ou sa valeur boursière.
La valeur boursière permet de "lisser" dans le temps ses erreurs et bides commerciaux ...jusqu'à un certain point pour certains constructeurs.
Certains rois de l'auto chez nous se permettent de dire publiquement qu'ils n'aimerait pas être à la place de leur cousin d'outre Rhin au vu de la situation dégradée et la politique de l'eldorado chinois !! Pour l'eldorado américain en ce qui concerne le cousin c'est visiblement un peu foutu !
Pour la synchronisation des horloges nous verrons à la rentrée ceux qui seront en avance ou en retard ...ou en stagnation !
En stagnation il faut avoir les moyens et le temps d'y rester...mais bizarrement chez Musk personne prend des vacances dans l'année !
Heureusement que nous les observateurs nous prenons des vacances. Ah le beau rôle !
Pour ceux qui ne sont pas du bon coté du manche c'est une autre affaire !!

Durand Pierre, Le 05/08/2022 à 12:08

Peut-être une rprise en W ?
;0)

Lucos , Le 06/08/2022 à 11:14

Psst le deuxième trimestre en année fiscale djaps c'est juillet à septembre..
Pourquoi faire simple !
;0)

Lucos , Le 06/08/2022 à 23:03

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 05/08/2022

Autoactu.com en mode estival

La diffusion de votre lettre Autoactu.com ne sera plus quotidienne à partir du 8 août, pour les vacances d'été. Nous ne vous quittons pas tout à fait et nous vous proposerons des rediffusions et des chroniques exclusives de Jean-Philippe Thery et Bertrand Rakoto.

Autour de l'auto

Diess missed, or not, le patron de Volkswagen paie ses relations avec les syndicats et sa stratégie concentrée sur l’électrique à batteries

Herbert Diess a usé les patiences chez Volkswagen. Son départ a été décidé en son absence pendant un voyage aux Etats-Unis. La méthode est surprenante, mais pour beaucoup le départ d’Herbert Diess était attendu. Le dirigeant n’était pas reconnu pour sa diplomatie et les difficultés liées à sa stratégie d’électrification forcenée ont eu raison de son contrat avec le constructeur allemand. Au premier septembre, son contrat prendra fin et il sera remplacé par le patron de Porsche.

Analyse

Catégorie Constructeurs