Analyse - 25/03/2020

Le monde s’arrête, la Chine redémarre : février à -79%, mars à -40%, second semestre en hausse potentielle

Si février a logiquement vu les ventes s’effondrer, maintenant que le virus est dompté en Chine, son marché auto reprend pied et pourrait même afficher ses premières hausses en 2 ans au cours du second semestre.

Auteur : Matt Gasnier

Partagez cet article     

En ligne avec nos estimations en début de mois, le marché automobile chinois s’est effondré en février, à -81,7% en glissement annuel pour les véhicules particuliers à 224 000 unités et -67,1% pour les véhicules commerciaux à 86 000 ventes, avec un marché total en baisse de -79,1% à 310 000 unités.

Au sein des véhicules de tourisme, les SUV résistent de nouveau le mieux à -78,8% et 112 000 ventes, dépassant les berlines (-83,9% à 94 000) pour le deuxième mois consécutif et de l’histoire. Les ventes de véhicules à énergie nouvelle (NEV, principalement hybrides rechargeables et électriques) sont en baisse de -75,2% à 13 000 en février soit 4,2% de parts de marché, contre 2,3% en janvier et 4,7% sur l’année pleine 2019.

En guise de perspective, le volume de ventes chinois en février 2020 équivaut à moins d'une semaine de ventes en février 2019 et ramène le marché à des niveaux mensuels jamais vus depuis 2002 - quoiqu’artificiellement et temporairement. Après un mois de janvier (-18,4%) frappé par les vacances du Nouvel An chinois avancées au calendrier par rapport à 2019, le volume de ventes en gros sur deux mois 2020 est désormais en baisse de -42% à 2 238 000 unités, dont 1 831 000 véhicules de tourisme (-43,6%) et 407 000 véhicules commerciaux (-33,2%).

Les ventes de SUV consolident leur avance à -37,3% à 883 000 contre 834 000 berlines (-47%), 90 000 monospaces (-58,6%) et 24 000 minibus (-49,7%). 

Les marques chinoises améliorent considérablement leur part de marché VP à 52,6% contre 42,9% en février 2019 grâce à des ventes en baisse de "seulement" -77,4% à 117 800 unités, à comparer avec les marques étrangères en chute libre à -84,8% à 106 200 unités et 47,4% de parts contre 57,1% en février 2019.

Il existe deux explications principales à cette relative bonne performance des constructeurs autochtones. D’une part, il est possible qu’ils aient pu se préparer et protéger leur main d’œuvre plus vite, continuer leur production plus longtemps et reprendre leur activité plus rapidement dans une période où les constructeurs étrangers présents en Chine ont vu une bonne partie de leurs équipes de direction évacuées hors du pays. 

Un élément marketing est également entré en jeu. Ainsi, Geely (-75,3%), qui prend spectaculairement la tête du classement marques en février, boutant Volkswagen (-90,2%) en 2e place pour la première fois depuis 1991, a fait la promotion d'une nouvelle technologie de filtre à air antibactérien qui empêcherait Covid-19 d'entrer dans le cockpit de ses voitures. Cela positionne idéalement la marque, même si l'efficacité de cette technologie dans le cas spécifique du Coronavirus n'est pas prouvée à 100% à notre connaissance, et qu’elle ne protège en aucun cas d’une infection en personne par un passager à l’intérieur du véhicule.

Cette stratégie n’est pas isolée : les deux seules marques du top 30 parvenant à perdre moins de la moitié de leur volume en février, Chery (-37,2%) et sa consœur Jetour (-47,2%), ont également axé leur communication récente sur leur technologie de filtration d'air antibactérienne, ce qui a contribué à donner l'impression que l’ensemble des voitures du groupe Chery sont mieux équipées contre le Coronavirus. A l’opposé, les constructeurs français, dont la majorité des usines se trouvent dans la province de Hubei la plus touchée par le virus et soumise à des fermetures d’usines plus strictes et plus longues, sont anéantis en février : Renault à -98,4%, DS à -95,3%, Peugeot à -89,2% et Citroën à -88,5%.

Comment se présentent les prochains mois pour le marché chinois ?
Selon le magazine China Auto Review, au 11 mars (le jour où les usines de Wuhan étaient autorisées à reprendre leurs activités), 90,1% des 203 usines de fabrication de véhicules recensées avaient repris la production, 77% de leurs employés étant retournés au travail. Plus de la moitié (54,5%) des concessionnaires du pays avaient rouvert au 13 mars, un chiffre qui monte en flèche à 93,5% une semaine plus tard le 20 mars (chiffres CADA).

Toutefois le trafic en concessions est loin d’être revenu à la normale à seulement 57,2% de son niveau traditionnel et un revenu journalier par concessionnaire à mi-mars en baisse de 50% en glissement annuel.

Le détail hebdomadaire en mars des ventes au détail, d’après les estimations de la China Passenger Car Association (CPCA), montre la reprise progressive du marché chinois en sens inverse des marchés auto du reste du monde : -54% en 1ère semaine (127 000 ventes VP), -43% en 2e semaine (166 000), -38% en 3e (187 000) et -30% en 4e semaine (550 000). Ceci donnerait un mois complet à -41% et 1,03 million d'unités, avec un redressement progressif des ventes au cours du 2e trimestre et un potentiel second semestre en positif – ce qui marquerait les premières hausses en Chine depuis deux ans.

Si cela est confirmé, ce serait une reprise relativement rapide comparée aux longues périodes de confinement et d’arrêt d’activité automobile vers lesquelles l’Europe et les États-Unis semblent se diriger actuellement. 

De fait, le consommateur chinois n’a pas tout à fait repris ses habitudes d’avant virus : il évite encore les transports en commun et préfère la sécurité de sa voiture, ce qui pourrait aider le marché auto local cette année.

Matt Gasnier est spécialiste du marché chinois et créateur du site Bestsellngcarsblog.com, le site de référence global d’analyse des statistiques de ventes de voitures, couvrant plus de 200 pays.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les chutes de Peugeot et Citroën semblent du même ordre que celle de Volkswagen (autour de -90%), on pourrait donc se dire que ce n'est "pas pire" que les autres... Mais en nombre d'unités vendues cela doit être catastrophique : -95% sur les volumes DS cela veut dire qu'on parle de quelques dizaines d'unités, pas plus ? -98% chez Renault, il reste quoi ?
Yaa

Anonyme, Le 25/03/2020 à 07:23

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 25/03/2020

Chômage partiel : ni exclusion, ni passe-droit

Le chômage partiel est accessible à toutes les entreprises mais aucune n’est exempte de justifier avec précision sa demande d’allocation, a précisé la ministre Muriel Pénicaud à l’Assemblée et dans un courrier rendu public par la Feda.

Réseaux

Bonus VE : La date butoir du 31 mars reportée pour les véhicules commandés en 2019

Les véhicules électriques commandés en 2019 et non encore livrés bénéficierons du bonus de 6.000 euros jusqu’au 15 juin selon une instruction envoyée au PDG de l’ASP (Agence de services et de paiement) par la DGEC (direction générale de l’énergie et du climat). Malgré les circonstances les immatriculations de véhicules électriques sont en hausse en mars.

Marchés

Porsche : 120 000 rappels en Chine

(AFP) - L'allemand Porsche (groupe Volkswagen) va rappeler 117 425 voitures importées en Chine, en raison d'un risque de fuite de carburant provoqué par une valve défectueuse, a annoncé l'autorité chinoise de régulation du secteur automobile.

Constructeurs

Catégorie Analyse

Le "Corona brasilian automotive crisis tour"

Continuant -hélas- sa tournée mondiale, le Coronavirus a débarqué au Brésil, où il a déjà mis l’industrie automobile à l’arrêt. Un coup dur dans un pays qui n’est pourtant pas novice en matière de crise.

02/04/2020

En quoi devrait consister le pacte de relocalisation que la Fiev appelle de ses vœux ?

Pour préparer la sortie de crise, la Fiev a réclamé, suite au Comité stratégique de filière du 25 mars, que soit défini un "pacte de relocalisation" en même temps qu’un plan de soutien à la demande. L’examen des statistiques du commerce extérieur automobile en 2019 montre effectivement que, en l’état actuel des choses, soutenir la demande en France ne résoudrait qu’une toute petite partie du problème de notre industrie.

30/03/2020

On ne passe plus au salon

Alors que nous sommes contraints de faire salon à domicile pour une durée indéterminée, les amateurs d’automobile pourraient bientôt ne plus avoir de lieu où visiter le leur. Et ce n’est pas que la faute du virus.

26/03/2020

Renault face au Covid 19 : la fragile hypothèse de la parenthèse

Les déclarations de E. Philippe et de B. Le Maire cette semaine indiquant que l’Etat pourrait aller jusqu’à nationaliser des entreprises françaises fragilisées ont donné lieu à de folles rumeurs concernant Renault. D. Senard s’est empressé de démentir et de rassurer mais n’a pu lever toutes les interrogations que la pandémie fait peser sur l’avenir de Renault-Nissan après la crise.

23/03/2020

Quels sont les premiers impacts du coronavirus pour l'industrie automobile ?

12 ans après la dernière crise du marché automobile, le coronavirus entraine un confinement des populations. Pour l'industrie, la première conséquence est la mise en arrêt des chaines d'assemblage. Après la Chine, les constructeurs ferment temporairement leurs sites de production en Europe et Amérique du Nord. La question est de savoir qu'elle pourrait être la suite en termes de redémarrages et de conséquences pour l'industrie à moyen et long terme.

20/03/2020

Le mal Alfa

Après le Corona, c’est d’un autre virus dont j’ai décidé de vous parler, beaucoup plus sympathique celui-ci, mais qui ne m’en pose pas moins de grandes inquiétudes.

19/03/2020

Les Peugeot remontent au capital de PSA : faut-il s'en inquiéter ?

Le fait que la famille Peugeot souhaite remonter au capital de PSA avec l’assentiment apparent de la BPI est volontiers perçu comme une bonne nouvelle. L’examen des dernières années de la vie de PSA devrait rendre les observateurs moins enthousiastes.

16/03/2020

Le marché indien déjà indirectement touché par le coronavirus en février (-7,2%)

Avec 73 cas de coronavirus répertoriés au 13 mars contre 80 932 pour la Chine et 12 462 pour l’Italie, l’inde ne se situe pour l’instant qu’au 32ème rang des pays les plus affectés par la pandémie. Néanmoins son industrie automobile est grandement dépendante de la Chine, notamment en ce qui concerne les pièces détachées, et l’effet du virus peut déjà s’observer sur les chiffres de ventes de février, certains constructeurs étant plus touchés que d’autres. État des lieux.

16/03/2020