Publicité
Publicité
Ressources Humaines - 11/10/2021

Automobile : la CFE-CGC Métallurgie alerte sur "l'état critique" de la filière

(AFP) - La fédération CFE-CGC de la métallurgie a alerté dans un communiqué sur "l'état critique" de la filière automobile française, en estimant que "chaque jour compte" pour la "sortir de cet état d'urgence".

Auteur : AFP

Partager cet article

Frappée par la crise sanitaire, la pénurie des semi-conducteurs et la hausse du coût des matières premières ou du transport maritime, confrontée à la transition vers l'automobile électrique, cette filière "fait face actuellement à une désorganisation industrielle sans précédent", a souligné le syndicat.

"C'est très inquiétant", s'est alarmé Gabriel Artero, président de la CFE-CGC Métallurgie, vendredi lors d'une conférence de presse, en notant que la filière automobile compte "un peu plus de 400.000 emplois industriels", après en avoir "déjà perdu 100.000 en dix ans".

Alors que les constructeurs automobiles français "naviguent à vue", la CFE-CGC réclame "la tenue d'un comité stratégique de la filière automobile", réunissant "tous ses acteurs, y compris les pouvoirs publics, dans les plus brefs délais", indique-t-elle dans son communiqué.

La fédération souhaite aussi que le versement des aides aux entreprises en activité partielle soit "conditionné" à la "mise en place d'un volume de formations massif" des salariés, "via un système simple et efficace", conforme aux conclusions d'études notamment "sur la fonderie automobile" et "sur l'électronique de puissance pour réussir la transition environnementale demandée par l'Europe".

En outre, afin d'"alléger les trésoreries des entreprises", le syndicat demande "l'annulation de la taxe sur les stocks" pour 2021.

Si les constructeurs automobiles sont touchés, leur "stratégie d'achat (...) crée des difficultés croissantes chez les fournisseurs", met en garde la fédération.

"La filière vit dans un stop and go permanent et souffre d'un manque d'informations anticipées", regrette le syndicat. Conséquence : les fournisseurs doivent "avancer les stocks au péril de leur trésorerie" et "faire travailler leurs salariés avec une visibilité qui n'excède parfois pas 12 heures".

Évoquant un sentiment de "ras-le-bol" parmi les salariés de cette filière, "déjà durement touchés pendant la période Covid" du printemps 2020, la CFE-CGC Métallurgie rappelle que ces salariés souffrent toujours du chômage partiel et restent donc menacés de "rémunérations amputées".

Leur santé "physique et mentale" est "mise à rude épreuve" avec "cette situation exceptionnelle qui n'en finit pas" et "beaucoup quittent purement et simplement la filière automobile", d'après le syndicat.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Ne serait-ce pas le rôle de la PFA ?
;0)

Lucos , Le 11/10/2021 à 05:20

Aussi

Bruno Haas, Le 11/10/2021 à 11:01

... Sans doute y-a-t-il sûrement quelque chose à faire au niveau de la PFA mais quoi ? ...
- "Protester solennellement et rappeler ses ambassadeurs" ?
- "Se rouler par terre en criant on veut des puces électroniques (de qualité) ?
- "Lancer une souscription pour l'édification de nouvelles usines tricolores de nano technologies" ... Autres ?

... Si j'étais quelque peu cynique je dirais : "heureusement que cette pénurie de composants électroniques intervient au moment où le marché des VN achetés par les particuliers connaît une sérieuse désaffection sans relation avec le pouvoir d'achats" ...
Mais chacun sait que c'est vraiment pas mon genre ... !

Enfin, il me semble que cette désaffection des acheteurs particuliers de VN est une "crise" au moins aussi sérieuse pour la pérennité de l'emploi dans la filière construction auto que la pénurie des "puces" ... (?). Personne semble beaucoup s'en émouvoir pour l'instant ...
;0)

Ade Airix, Le 11/10/2021 à 11:06

Nous parlons pourtant souvent ici de la Cubanisation actuelle et dangereuse du parc. La thèse de la pénurie au bon moment pour passer sur le nouveau modèle de mobilité en VE est bien vue et se tient bien. Comme quoi le Covid avait finalement des qualités, qu'on lui a peu reconnues par ailleurs.
#réhabilitonslecovid
;0))

Lucos , Le 11/10/2021 à 11:32

Pour la PFA, la mission est là :

https://pfa-auto.fr/filiere-automobile-et-mobilites

;0)

Lucos , Le 11/10/2021 à 11:34

On ne navigue plus à vue maintenant.
Dans 15 ans, ce sera 0 véhicule à motorisation thermique, un point c'est tout !
D'ici là, on comptera les morts...
;-(

Clerion , Le 11/10/2021 à 17:04

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 11/10/2021

Emil Frey France et Arval créent Autosphere Lease

Le loueur Arval va travailler en marque blanche pour le groupe Emil Frey France qui prévoit de lancer son offre de LLD Autosphere Lease en février 2022. Les deux partenaires vont également étudier les synergies possibles sur le VO (achat, vente et reconditionnement) et l’après-vente.

Services

L’industrie automobile droguée au chômage partiel pourra-t-elle décrocher sans dommages ?

La fin du "quoiqu’il en coûte" qui est désormais actée en France suscite de vives craintes et certains autres états hésitent à assécher les financements de leurs dispositifs de chômage partiel. Au vu de la situation automobile, ces craintes paraissent justifiées : il était très nécessaire d’adopter ces dispositifs et il est urgent maintenant de les abandonner. Il faut toutefois avoir conscience du risque de voir réapparaître suite à ces abandons la douloureuse question des surcapacités. Le financement du chômage partiel permet aux constructeurs de vivre dans une très artificielle situation sous capacitaire : le retour à la normale est en train de s’opérer.

Analyse

Catégorie Ressources Humaines