Publicité
Equipementiers - 27/04/2021

Automobile : manifestation pour le maintien de l'emploi chez Sam

(AFP) - Quelque 3.500 personnes, selon les organisateurs, 1.500 selon la police, ont manifesté dimanche à Decazeville (Aveyron) pour le maintien de l'emploi chez l'équipementier automobile Sam, demandant au gouvernement de rendre possible sa reprise par des PME françaises.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le groupe Renault, principal donneur d'ordre de la Sam, placée en redressement judiciaire, "retoque les offres des PME candidates à la repriseIl ne veut pas avoir affaire à des petits, mais à un grand groupe", a regretté l'un des organisateurs de la manifestation, Jean-Paul Boyer, du collectif Tous ensemble pour le bassin de Decazeville.

"Nous demandons au premier ministre Jean Castex de faire en sorte qu'un réseau composé de ces PME puisse se constituer et présenter une offre susceptible de maintenir au moins 250 emplois" chez Sam, a-t-il précisé à l'AFP.

Mi-avril, le groupe espagnol CIE Automotive, seul candidat à la reprise de la fonderie appartenant depuis 2017 au groupe chinois Jinjiang, avait fait savoir qu'il retirait son offre.

Cette offre prévoyant la suppression de 214 emplois sur un effectif de 357 personnes était jugée inacceptable par les salariés.

Depuis des semaines, les salariés de la Sam reçoivent un soutien massif de la population de Decazeville. Deux mobilisations avaient déjà réuni quelque 3.000 manifestants dans cette ancienne cité minière de 5.000 âmes, qui en 40 ans a perdu les deux tiers de ses habitants.

Le groupe automobile Renault est le principal donneur d'ordre de la Sam et du site Bosch de Rodez, qui a aussi annoncé la suppression de 750 emplois d'ici 2025.

Pour les salariés de ces deux entreprises aveyronnaises, Renault est grandement "responsable" de la situation.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Et de l'autre côté, un article sur la création d'un fond de "solidarité" de 50 millions par l'état abondé par Renault et PSA... Même si l'argent peut permettre des choses intéressantes (investissements par ex), c'est surtout de commandes qu'ils ont besoin. Alors au lieu de balancer de l'argent par les fenêtres juste pour s'acheter une bonne conscience, il vaudrait mieux les faire travailler sur ce qu'ils savent faire au lieu d'aller commander à Pétaouchnok pour gagner quelques centimes par pièce.

Fred Et Rick, Le 27/04/2021 à 08:59

100% d'accord avec Fred et son frère.

Bruno Haas, Le 27/04/2021 à 09:59

Ce qu'on est en train de voir pour l'activité fonderie n'est-il pas la politique de ce qu'on est en train de vivre pour le Covid en général (entreprises arrêtées) quant aux subventions de l'Etat ?
L'argent distribué pour des entreprises sans activité n'est pas générateur de PIB.
Quant au déficit extérieur l'un des plus élevés en Europe pour la France...

Clerion , Le 27/04/2021 à 11:26

Oui mais après, pas possible de maintenir une activité qui disparait !
Je crois avoir compris que les 50 millions sont pour du reclassement / reconversion ?
Me trompé-je ? Ou galèje-je ?
;0)

Lucos , Le 27/04/2021 à 11:57

IL faut au minimum 3 ans pour changer de clients/marchés tout en gardant le même secteur d'activité.
Le changement des mentalités ne suffit pas, il faut aussi de l'argent donc des investisseurs qui veulent en prendre le risque.
La structure de l'entreprise doit aussi savoir s'adapter, plus de commerciaux, plus d'autonomie dans son fonctionnement.
La souplesse et l'aptitude au changement sont les vecteurs de la réussite dans une reconversion.
La difficulté de reconversion est d'autant plus grande que l'effectif de l'entreprise l'est aussi.
C'est la logique de ces salariés de vouloir être repris par un grand groupe au regard de leur effectif actuel.
Mais c'est aussi ce qui peut faire leur malheur car cela peut leur fermer des portes (au sens propre comme figuré).
Retour de ma propre expérience professionnelle....

Clerion , Le 27/04/2021 à 12:41

Evidemment,
... çà ne surprendra guère, je suis assez d'accord avec la tonalité du commentaire de Fred & Rick.

"C'est à boire qu'il nous faut" ... En clair des commandes pour ces fonderies de France (Ingrandes, de Rodez, de Saint Claude, de Caudan, de Chateauroux) et presque de "Navarre" ...

Pour autant beaucoup de choses sont dites dans ce cruel rapprochement : "il faut 120 kg de fonte pour un moteur Diesel, 35 kg pour un véhicule électrique." .... Et comme "Bruxelles" et l'Etat ne cessent d'avoir l'ambition de resserrer l'arsenal règlementaire en matière de normes CO2, la tendance n'est pas près de s'inverser voire même de s'infléchir ... (?)

Aussi pour sauver "ce qui peut l'être encore" faut il faire (sans doute cela a déjà été fait ?) très rapidement des "revues" pour identifier d'autres débouchés industriels pour apprécier la capacité de cette activité de fonderie a demeurer pérenne avec de nouvelles commandes ... Pour les fonderies d'alu, en tous cas, il doit y avoir des "pistes" ...
A partir de là, identifier quelles sont les moyens éventuels à mettre en oeuvre ... Adaptation de l'outil industriel, formation des salariés, autres ... Le fonds doit servir à cela, aussi !
La consolidation du secteur peut être intéressante dès lors qu'il ne s'agit pas de remettre cette activité entre les mains de quelques fonds spéculatifs de tous horizons ... Bien sûr, nos constructeurs nationaux ont leur rôle à jouer ... Au fait, même avec des hybrides, Toyota n'a t il pas de besoins à satisfaire en la matière, lui qui aime à agiter l'argument "made in France" des Yaris ?

... J'avoue humblement ne pas en avoir l'exacte visibilité sur le sujet ... Peut être que "c'est mort" au regard du contexte déjà décrit plus haut MAIS comme déjà écrit précédemment, il faut tout tenter avant de considérer cela ... (?) ... Ce fonds doit un peu dépasser le cadre "pré électoral" ... Faute de quoi nous pourrions le regretter collectivement d'ici quelques temps ... Comme disait Fernand Raynaud sur un autre sujet dans un de ses sketchs :
"Et maintenant, il n' y a plus de boulanger dans le village"
;0)

Ade Airix, Le 27/04/2021 à 13:16

Il y a quelques années, Toyota importait directement du Japon ses modules spécifiques (moteurs, batteries) pour produire les versions hybrides de la Yaris en France.
J'ose espérer que la situation a ou va changer pour le nouvelle voiture de l'année fabriquée en France...

Clerion , Le 27/04/2021 à 13:30

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 27/04/2021

L’Etat fait cotiser Renault et Stellantis à un "fonds fonderie"

Bruno Le Maire a annoncé la création d’un fonds fonderie pour la reconversion des salariés licenciés dans la filière fonderie automobile. Il sera doté de 50 millions d’euros dont 20 millions d’euros apportés par Renault et Stellantis. L’Etat leur demande également d’aider à la consolidation et reconversion du secteur.

Constructeurs

La PFA avance l'idée de la création de "zones Green Deal"

Le comité stratégique de la filière (CSF) automobile de ce lundi 26 avril a validé un avenant à la feuille de route de la filière pour tenir compte de l’accélération des changements depuis 2018. Pour assurer que les composants du véhicule du futur puissent être produit en France la PFA demande au gouvernement la création de "zones Green Deal".

Constructeurs

Catégorie Equipementiers

Le cuivre et le minerai de fer atteignent des records historiques

(AFP) - Ils n'ont jamais été aussi chers : le cuivre, baromètre de l'économie mondiale, ainsi que le minerai de fer ont atteint vendredi des sommets historiques, tirés par la forte demande notamment en Chine où l'activité repart après la pandémie.

10/05/2021

Clap de fin pour l'usine Bridgestone de Béthune

(AFP) - "C'est un gros gâchis" : les 863 salariés de Bridgestone à Béthune ont fait vendredi leurs adieux à l'usine de pneumatiques dont le géant japonais avait annoncé la fermeture en septembre, inquiets pour l'avenir malgré un plan social généreux et des pistes de revitalisation du site.

03/05/2021

STMicroelectronics prévoit une croissance accélérée cette année

(AFP) - Le fabricant franco-italien de composants électroniques STMicroelectronics anticipe désormais une croissance de 18,4% de son chiffre d'affaires en 2021, dopé par la forte augmentation de la demande mondiale en semi-conducteurs, a-t-il annoncé jeudi en présentant ses résultats trimestriels.

30/04/2021