Autour de l'auto - 28/09/2020

Brésil : l'indemnisation de VW, un espoir pour les victimes de la dictature

(AFP) - L'accord inédit signé par le constructeur automobile allemand Volkswagen pour indemniser des familles d'ex-ouvriers torturés ou assassinés durant la dictature militaire au Brésil pourrait inciter d'autres grands groupes industriels à faire de même et reconnaître leur coopération avec l'appareil répressif des années de plomb.

Auteur : AFP

Partagez cet article     

De quoi ouvrir une nouvelle ère dans un pays où les exactions du régime militaire (1964-1985) restent impunies en raison d'une loi d'amnistie de 1979 qui garantit l'immunité aux responsables de centaines d'assassinats et de milliers de cas de torture et d'enlèvements d'opposants jugés "subversifs".

L'annonce mercredi de l'accord de 36 millions de réais (5,5 millions d'euros) de compensations signé par Volkswagen avec le parquet fédéral est un vrai tournant au Brésil de Jair Bolsonaro, président d'extrême droite nostalgique de ce régime.
Les anciens employés et leurs familles réclamaient des indemnisations depuis cinq ans au constructeur allemand, faisant valoir que son service de sécurité au Brésil avait collaboré avec les militaires pour identifier de possibles suspects, qui par la suite ont été arrêtés et torturés.

Une collaboration confirmée par un rapport indépendant commandé par l'entreprise en 2016.
   
"Mea culpa historique"
"Volkswagen n'est pas la seule entreprise impliquée dans la persécution de ses employées. Il faudrait enquêter sur beaucoup d'autres entreprises, brésiliennes et multinationales", déclare à l'AFP Prudente Mello, avocat et ex-membre de la Commission de l'Amnistie du Brésil, en charge des réparations à l'égard les victimes du régime militaire.
Selon un rapport de 2014 de la Commission de la Vérité, organe public créé pour enquêter sur les crimes de la dictature, plus de 120 entreprises, dont de nombreuses multinationales comme Johnson & Johnson, Pfizer, Esso, Texaco ou Pirelli, ont été impliquées dans les exactions du régime.

De nombreuses personnalités au Brésil ont salué l'accord d'indemnisation signé par Volkswagen, espérant que d'autres seront annoncés à l'avenir.
"À chaque fois qu'on vous dit qu'il est impossible que quiconque soit tenu responsable des crimes de la dictature, souvenez-vous de ça", a réagi sur Twitter la députée de gauche Fernanda Melchionna.
"Est-ce que d'autres entreprises vont aussi faire leur mea culpa ? Ce serait historique", a renchéri l'écrivain et journaliste Xico Sa.

Les procureurs du dossier Volkswagen ont rappelé dans un communiqué que l'accord était "sans précédent dans l'histoire du Brésil, et d'une grande importance pour la promotion de la justice dans le monde".
"C'est impossible de tourner ces pages ignobles de notre histoire sans révéler totalement la vérité, indemniser les victimes et responsabiliser les auteurs de ces graves violations des droits de l'Homme. Malheureusement, le Brésil a encore beaucoup de chemin à faire", ont-ils ajouté.
   
A contre-courant de Bolsonaro
Selon la Commission de la Vérité, le régime militaire brésilien est responsable de la mort ou de la disparition d'au moins 434 personnes. Quelques 20.000 personnes ont également été torturées.

D'autres régimes militaires de la même époque ont été plus meurtriers, comme au Chili (3.200 morts), ou en Argentine (30.000 selon des groupes de défense des droits de l'Homme).
Mais les chiffres du Brésil n'incluent pas les centaines de personnes tuées lors de conflits ruraux, y compris de nombreux indigènes, alors que le régime militaire avait mis en place une politique d'expansion des frontières agricoles en Amazonie.

Arrivé au pouvoir en janvier 2019, le président Bolsonaro n'a cessé de faire l'apologie de cette dictature. En 2016, il disait déjà que sa seule erreur était d'avoir torturé et non tué les opposants. 
Ex-capitaine de l'armée, il a qualifié à plusieurs reprises de "héros national" le colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, tortionnaire notoire auquel la Commission de la Vérité attribue plus de 70 morts ou disparitions.

C'est pourquoi l'accord signé par Volkswagen "a un poids particulier dans une période comme la nôtre, où on observe un retour en arrière dans la démocratisation de notre pays", conclut Prudente Mello.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Décidemment VW est dans tous les bons coups en ce moment…
;0))

Lucos , Le 28/09/2020 à 08:37

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 28/09/2020

Cédric Lebreton rejoint WeNow

Cédric Lebreton vient de quitter son poste de directeur marketing de Mercedes-Benz Trucks pour rejoindre la start-up WeNow en tant que directeur commercial à partir du 1er octobre.

Mouvements

Abandon de la taxation des véhicules selon leur masse : pourquoi c'est inévitable

Alors qu’on avait souligné déjà lors de la présentation des propositions de la Convention citoyenne sur le climat, le rejet par le Président de certaines propositions comme celle qui consistait à limiter la vitesse sur autoroute à 110 km/h, c’est maintenant celle qui consistait à taxer les véhicules en fonction de leur masse qui vient souligner que la Convention va voir la part de sa liste de propositions retenue par le législateur s’écourter. Les ONG y verront un mépris de la cause écologiste et de la démocratie participative. On peut aussi y voir une reconnaissance de facto, plutôt salvatrice, de la nature politique des questions automobiles.

Analyse

Catégorie Autour de l'auto

L'Ile-de-France veut se débarrasser de ses bus Diesel

(AFP) - Sus au Diesel! L'Ile-de-France s'est lancée dans un vaste programme de verdissement de sa flotte de bus, pour ne plus faire circuler dans dix ans que des véhicules fonctionnant au biogaz ou à l'électricité, un effort se montant à plus de quatre milliards d'euros.

22/10/2020

Grand Prix ACF AutoTech : les candidatures sont ouvertes

Les entreprises souhaitant participer au Grand Prix de la start-up automobile organisé par l'ACF et l’Essec Automobile Club ont jusqu'au 27 novembre prochain pour déposer leur dossier. A la clé, plus de 200 000 euros de dotation, dont 25 000 euros pour le Grand Prix et 10 000 euros pour le Pionnier.

19/10/2020

Paris lance une consultation sur le passage à 30 km/h d'ici 2021

(AFP) - La ville de Paris va lancer une consultation publique sur le projet de limiter à 30km/h la vitesse (hors périphérique) d'ici 2021, une promesse de campagne de la maire PS Anne Hidalgo, a indiqué jeudi son adjoint aux Transports David Belliard.

16/10/2020