Publicité
Publicité
Analyse - 17/11/2022

Eloge de la lenteur

Par Jean-Philippe Thery

Eloge de la lenteur
On respire ! Le 110 sur autoroute est écarté (Crédit : Marc Mongenet)

Aujourd’hui, je vous propose de prendre le temps. Celui de lire cette chronique, mais aussi de se relâcher derrière le volant. Enfin, pas trop quand même…

C’est la photo d’une chemise froissée qui a accroché mon regard.

Une image dissonant avec le style costard/cravate du réseau sur lequel elle était publiée, mais qui n’en a pas moins produit l’effet voulu, puisque j’ai lu le post qu’elle illustrait. Il y était question non pas de lin -dont chacun sait qu’il se froisse avec noblesse- mais d’une décision de la plus haute importance que son auteur avait prise récemment : celle de ne plus repasser ses vêtements. Et si je m’attendais dans les lignes suivantes à ce que notre homme vante les vertus du temps de vie gagné en s’affranchissant d’une tâche subalterne, c’est que j’avais mésestimé la portée de son ambition. Parce que selon lui, revêtir ses atours en mode fripé, Ça consistait ni plus ni moins à sauver la planète.

 

Sauver la planète, c’est donc remiser son fer à repasser et ses 300 Watts de consommation moyenne. Mais à en croire les injonctions devenues courantes sur les réseaux dits sociaux, on peut également s’ériger en véritable héros environnemental au travers de diverses actions plus ou moins complexes, consistant à emprunter l’escalier plutôt que l’ascenseur, exclure l’avion de ses déplacements, renoncer à procréer, ne plus laver son jean ou encore proscrire la viande de son assiette, sans oublier bien sûr de répandre la bonne parole.

Il n’y pas si longtemps, on nous proposait même de vidanger certain fluide corporel sous la douche, alors que plus récemment, la ministre suisse de l’environnement a enjoint ses confédérés de compatriotes à pratiquer leurs ablutions à deux. Pas sûr néanmoins qu’il soit recommandé de pratiquer ses deux là simultanément, ni que la dernière pour sympathique qu’elle soit, ne contribue pas justement à rallonger conséquemment le temps du bain…

 

Dans ce contexte, on comprendra que l’annonce faite le 14 novembre par notre Première ministre n’ait pas plu à tout le monde, puisqu’Elisabeth Borne a indiqué que la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes françaises resterait bien à 130 km/h. De quoi fâcher les tenants d’une diminution à 110 km/h qui s’étaient dernièrement mobilisés en force, principalement au travers de publications au ton militant sur les réseaux sociaux, invoquant la nécessité de réduire notre consommation de carburant en période de tension sur les approvisionnements, l’action en faveur du climat, la sécurité routière ou tout ça en même temps. Si l’affaire semble donc -au moins provisoirement- réglée, il m’a tout de même paru intéressant de revenir sur les arguments employés par ces apôtres de la lenteur.


Alors on commence par un petit exercice d’arithmétique. Selon vous, combien de temps faut-il à une voiture roulant à la vitesse moyenne de 118 km/h pour effectuer un parcours de 500 km ? Inutile de sortir votre calculette, puisque je vous réponds de suite : 4 heures,14 minutes et 14 secondes, à comparer aux 4 heures, 51 minutes et 15 secondes d’une voiture lancée à 103 km/h. Pourquoi ces drôles de chiffres ? Et bien parce que 103 et 118 km/h correspondent aux allures moyennes relevées par l’observatoire des vitesses (organisme affilié la Sécurité Routière) sur les voies respectivement limitées à 110 et 130 km/h.

En d’autres termes, me direz-vous, rouler jusqu’à 130 km/h au lieu de 110 vous ferait gagner 37 minutes sur un Paris-Lyon. Eh bien vous avez tout faux ! Parce que si comme moi, vous avez lu ou entendu que "rouler plus vite ne permet pas de gagner de temps" vous aurez compris que pour certain, l’aphorisme tient lieu de vérité scientifique et qu’il est inutile -ce dont je vous avais prévenu(e) de sortir votre Casio FX82.


Mais peut importe au fond, puisque peu d’entre nous effectuent régulièrement de tels trajets, et qu’en ce qui me concerne, je dépense en pauses répétées le temps que je gagne -ou que je croyais gagner- plutôt que de chercher à réaliser des "moyennes". D’autant plus que ce n’est pas le temps gagné qui nous intéresse ici, mais l’énergie économisée. Et ça, le gars à la liquette chiffonnée l’a bien compris, qui s’est étendu dans sa publication en savants calculs, afin de savoir combien de réacteurs nucléaires l’abandon des centrales vapeur de ce pays permettrait d’économiser.

Même chose pour la miction sous la douche à propos de laquelle l’université d’East Anglia indiqua à ses 15.000 étudiants (en 2014) qu’elle permettrait d’économiser l’équivalent de 26 piscines olympiques (dans lesquelles je rappelle qu’il est interdit de se soulager), grâce au nombre de chasses d’eau non actionnées. A condition j’imagine de ne pas en profiter pour prolonger le temps d’ouverture des robinets (ceux de la douche), ce qui suppose sans doute de ne pas interrompre le savonnage. 

Bon, laissons là un sujet qui devient glissant, et revenons plutôt à l’automobile.

D’ailleurs c’est facile, puisque pour calculer la quantité globale de carburant économisée en abaissant la vitesse maximale sur autoroute de 130 à 110 km/h, il suffit de nourrir l’équation avec le nombre total de kilomètres parcourus sur le réseau en un an, une hypothèse de consommation moyenne par véhicule et l’économie de carburant moyenne, estimée à 25%. Vous mélangez le tout, et ça vous donne forcément un chiffre faramineux, qui devrait passer l’envie aux plus récalcitrants de continuer à "appuyer sur le champignon".
Oui mais non.


D’abord parce que l’estimation de 25%, qui s’est répandue comme une trainée de poudre parmi les adeptes du 110, fondée semble-t-il sur un calcul ne prenant en compte que la résistance de l’air à l’exclusion de tout autre critère ("parce que tu comprends, le carré de la vitesse") semble ne pas correspondre tout à fait à la réalité. Du moins si l’on en croit le test effectué en situation réelle par une revue automobile de renom entre la région parisienne et Le Mans, chiffrant cet économie à 6% pour le véhicule essence utilisé, et 10% pour le modèle diesel.

Par ailleurs, il convient de rappeler que vitesse maximale autorisée et vitesse moyenne constituent deux mesures différentes, et que si l’une impacte forcément l’autre, le trafic et les ralentissements dus à la circulation auront tôt fait de ramener Messieurs 110 et 130 à la même vitesse sur une partie du parcours, annihilant tout écart de consommation sur les tronçons concernés.

Et puis, on ne peut oublier que tous les conducteurs ne profitent pas nécessairement de la vitesse maximale, et que la hausse substantielle du prix des carburants durant ces derniers mois a très probablement incité nombre d’entre eux à lever le pied, histoire de ménager leur portefeuille. Sans compter ceux qui, ne souhaitant pas payer le ticket d’autoroute pour rouler 20 km/h moins vite, se reporteront sur le réseau secondaire avec un supplément de consommation à la clé.

 

Mais que valent tous ces arguments face à la volonté du peuple, puisque deux études publiées récemment semblent démontrer qu’une majorité de français serait favorable aux 110 km/h sur autoroute ? 63% selon la première réalisée par l’Ifop, dont les résultats ont néanmoins régulièrement été cités en omettant d’indiquer le libellé exact de la question, que je vous livre : "Vous personnellement, seriez-vous prêt à réduire votre vitesse sur l'autoroute à 110 km/h, spécifiquement dans le but de réaliser des économies de carburant ?".

Nul besoin donc, d’être expert en sondage d’opinion pour comprendre que c’est le comportement des répondants face à l’augmentation du prix des carburants dont il est ici question, et non leur positionnement face à une mesure coercitive. A bien y réfléchir, ce résultat me paraît d’ailleurs diminuer l’intérêt de cette dernière, puisque si les 2/3 des personnes concernées s’autolimitent à 110 km/h, l’essentiel du potentiel d’économie en carburant aura été atteint !

 

Quant à la deuxième qui affiche 68% d’opinions favorables aux 110 km/h, il ne m’a pas été facile d’en trouver la source et pour cause, puisqu’il s’agit en fait d’une question figurant dans le questionnaire du "Baromètre de la transformation écologique" réalisé par l’Institut Elabe pour le compte de Veolia, et non pas d’une étude ad ’hoc. Avec tous les effets de halo qu’on peut imaginer s’agissant d’un sondage portant sur les questions environnementales, et surtout un échantillon représentatif de l’ensemble de la population française, dont une part probablement significative de répondants n’empruntant pas régulièrement l’autoroute, voire de non-automobilistes. Or, quoi de plus facile que de décider d’une contrainte pour les autres, quand on n’est pas directement concerné ?

 


De ce point de vue, la campagne informelle menée en faveur des 110 km/h par un certain nombre d’internautes sur les réseaux sociaux relève d’une forme de raisonnement relevant du "moi je". "Si moi je porte une chemise froissée et que je roule à 110 km/h maxi, pourquoi les autres n’en feraient-ils pas autant ?"

D’autant plus que le changement se justifie en vertu d’une cause noble et supérieure, qui ne saurait souffrir de contestation. "J’ai testé le 110 ce weekend", proclamait ainsi l’une des publications que j’ai vues récemment, expliquant pourquoi il était déraisonnable de ne pas en faire de même.

"Que faites-vous au quotidien pour baisser vos émissions de CO2 ?", questionnait une autre, sur un ton culpabilisant. Ou encore : "Trouvez-vous que je roule trop lentement ?", sans qu’on imagine pouvoir répondre par l’affirmative. En d’autres termes, il semblerait que malgré la permanence de la limitation actuelle, il n’est acceptable de choisir une vitesse allant jusqu’à 130 qu’à la condition qu’elle ne dépasse pas les 110 km/h.

Du coup, je m’autorise moi aussi mon petit "moi je" en guise de conclusion.
Parce que moi je trouve que 130 km/h, ce n’est pas rapide au volant d’une voiture récente, sur l’excellent réseau autoroutier dont nous disposons, lorsque ma vitesse de croisière "naturelle" sur les portions libres du réseau autoroutier allemand s’établissent autour de 160 km/h.

Et moi je trouve aussi que 110 km/h, c’est décidément très lent quand je m’y vois contraint, et que si je devais effectuer un Paris-Lyon à cette cadence, c’est l’ennui qui s’emparerait de moi, potentiellement dangereux puisque générateur de somnolence (en rappelant que l’endormissement constitue la première cause de mortalité sur autoroute. 

Mais contrairement aux rédempteurs de service, je ne demande qu’à cohabiter avec ceux dont les choix sont différents des miens. Et puisque la loi m’y contraint, je continuerai à rouler lentement, à 130 km/h
Sur ce je vous laisse, j’ai quelques chemises à repasser…

Réactions

Et si tout simplement et insidieusement on ne passerait pas à 110km/h sur autoroute pour augmenter l'autonomie des véhicules électriques sur ces portions de voies ?
Ce sera aussi une façon de limiter les files d'attente interminables aux bornes de recharge si le réseau n'arrive pas à suivre vs parc roulant ?

Je me permets de préciser un point concernant la puissance nécessaire à un véhicule pour vaincre la résistance de l'air. Cette puissance est fonction du cube de la vitesse et non du carré comme c'est souvent et faussement annoncé. La formule est P = 1/2 rho S Cx V3 (Je ne sais pas comment on peut mettre des lettres grecques et des exposants dans le forum d'Autoactu !)
Donc, en se plaçant hors du débat écologique, il faut en théorie pure et à la louche sans tenir compte de la résistance au roulement 70% de puissance en plus pour passer de 110 km/h à 130 km/H.
Mais dans l'absolu sachant qu'il faut environ 18 à 20 ch pour faire rouler une voiture classique à 110 km/h cela nous ferait passer à environ 30 chevaux ce qui d'un point de vue consommation sur le terrain ne fera pas 70% en plus car d'autres facteurs variables entrent en ligne de compte, mais reste néanmoins non négligeable.
Pour revenir au débat, il s'agit d'un choix sociétal car il faut bien à un moment rouler et le plus vite possible en tenant compte de la dépense énergétique, reste à placer le curseur au bon endroit...social et écologique !
;0)

Non Lucos, le carré de la vitesse. C'est déjà bien.
Le reste de la formule est bon.
MOI JE, dis qu'en dessous de 200 de moyenne t'es un lâche.

Bruno, c'est bien le cube.
La force de résistance à l'avancement est bien fonction du carré F = 1/2 rho S CX V², mais la puissance nécessaire pour la vaincre suit la formule P = F V, donc au cube.
C'edst la même formule pour les éoliennes mais dans l'autre sens si on peut dire.
;0)
PS : en dessous de 200 on est lâche ou on a pas les moyens d'avoir le bon matos pour le faire...

Sorry pour mon erreur, je n'avais pas réalisé que vous parliez de puissance, ne m'en tenant qu'à la résistance à l'avancement.

PS : c'est vrai qu'avec le Solex je suis incapable de tenir cette moyenne.

Ils sont tous bons ce matin...et pour le reste de la journée ...je suppose !
Les réseaux sociaux des idiots et opportunistes de tout poil...essayent de faire faire des lois et des réglements contraignants...pour les autres !
L'écologie cirque du manager/ère à qui maintenant ont doit donner démocratiquement leur parole d'ignorant/te au besoin...pour tourner et danser en rond, le Co2 en moins, et qui est le consensus du siècle !
Imaginez le dialogue (de sourds) des même dire à Total (aussi à la chimie, et la pharmacie etc,) monsieur arrêtez ce que vous faites, car votre essence et votre diesel fait rouler à plus de 130 km sur les autoroutes et empêche notre progéniture de s'épanouir, par la mauvaise influence que vous avez sur leurs parents qui se tuent par ennuie sur les routes ?? Rouler à 110 km/h permet de faire dormir les enfants à l'arrière et son conducteur aussi !
Des gens mal intentionnés vous accusent de raffiner l'huile de palme du Nutella plein de sucre et des berligots de chips de nos enfants, et ce sera notre prochaine discussion avec vous.
Nous allons rouler lentement dans l'avenir et personne pourra nous arrêter !
Hidalgo à Paris prévoit de fermer toute la ville aux voitures (même celles qui roulent en silence et avec les vieux qui ne peuvent pas monter sur un vélo) et elle a la solution: bétonner le périphérique pour faire des parkings pour chaque hyper marché à chaque porte de Paris.

A propos d'éloge de la lenteur, je viens de recevoir le texte suivant :

"Dans nos villes, les automobilistes carrossés, ceinturés, munis d'air-bags doivent rouler à 30 km/h tandis que les gamins sont sans casque, sans phare, à plus de 50 km/h sur leur trottinette électrique, d'ailleurs souvent à deux sur l'engin.
On voit aussi des enfants dans les vélos cargos électriques, pas attachés, le père ou la mère brûlant allègrement les feux rouges.
Nouvelle conception bobo-écolo-gauchiste de la sécurité routière.
Ce monde est formidable"

Evidemment en phase avec ce texte.

A Paris en était entre douze et vingt morts l'année dernière sur ces engins...et c'est la haine chez les vieux..et pas mal d'automobilistes !!
Les vélos sans casque, lumières avant arrière surtout la nuit ...c'est pareil !!

Sur une Mégane diesel, Caradisiac avait relevé un écart précisément de 25 % de consommation entre 110 et 130.
J'ai fait récemment le test sur un SUV format moyen, à l'ODB et avais constaté la même différence.
Et aussi noté que ne pas dépasser le 110 (au limiteur, pas au régulateur) demande beaucoup plus d'attention pour évoluer dans le flux sans gêner personne : dépassements, vitesses de rapprochement... Et qu'en fait, cette attention et ces manoeuvres répétées, ont un certain effet anti assoupissant. Un peu comme rouler le plus possible à droite et se rabattre même pour 500 m. Et le moindre bruit dans la voiture fait aussi qu'on fatigue moins vite.
C'est encore plus net à moto : sur deux roues, l'autoroute est une tannée que j'évite autant que possible mais je trouve que c'est beaucoup plus supportable à 110 : le différentiel de bruit avec le 130 est énorme, et aussi les turbulences sur le casque, les vibrations...
C'est désormais ma vitesse de croisière à moto, mais pour les dépassements, je m'autorise quelques agréables accélérations qui me font parfois dépasser le 130. Ces ruptures de rythme rompent la monotonie...
Et au fait, le différentiel de consommation à moto entre 110 et 130, c'est plutôt 30 %, voire 35 % pour une 500 non carénée...

Je ne veux me fâcher avec personne...chacun son truc (et j'ai fait 15 ans ans de moto, mais pour voyager et pas guidons bracelet aux mains de tarés sans cervelle que j'ai vu souvent sur une chaise roulante à l'hôpital de Garches) et ceci pour dire que la conduite d'une moto n'a rien à voir avec la conduite auto surtout celle que consiste à bouffer quatre pneus sur des drifts en moins d'une heure par des tarés d'une autre espèce !!
J'aurais pu m’énerver en traitant certains constructeurs auto de merdeux qui ajoutent des fonctions dans les voitures pour faire des drifts ...mais je me garde bien de le faire !!
La seule constatation et je suis entièrement d'accord avec l'ami Jean-Christien c'est qu'en conduite moto par exemple, la pression ne serait-ce que sur les bras et le buste dépend de l'équipement...et donc au delà de 130 Km/h des problèmes se posent !
Personne voyage en moto sur longues distances la poignée dans le coin et à 200 à l'heure....en polluant un max...et donc ils ne sont pas concernés ! Au fait les motards sur la route sont bien meilleurs à tout point de vu que les automobilistes. Hi, hi...

C'est assez incroyable le nombre de conneries et d'histoires inventées que peut nous étaler ici les sieur Jo Durand qui passe ses nuits à Garches pour réceptionner les accidentés..
C'est n'importe quoi ces commentaires de mytho prétentieux..
;0)

Tout le monde connait ici le triste sieur qui bave de la bile cancéreuse sur les autres. Impuissant et stérile personnage de surcroit. Passons.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Marchés

Les Etats-Unis virent au protectionnisme, juge Roland Lescure

(AFP) - Les Etats-Unis "sont en train de basculer du mauvais côté" du protectionnisme avec son plan privilégiant l'aide à l'achat de véhicules fabriqués localement, a regretté mercredi le ministre de l'Industrie Roland Lescure, disant craindre "un repli sur soi généralisé".

Constructeurs

Renault, Google, le Cloud et les "jumeaux numériques"

Renault a étendu sa collaboration avec Google pour concevoir et réaliser l’architecture numérique de ses futurs véhicules (à partir de 2026) définie sous le terme de “Software defined vehicle”. Renault utilise également les compétences de Google pour définir des “jumeaux numériques” de ses véhicules et aussi de ses usines.

Analyse - 30/01/2023

Mieux cerner les contours de la menace chinoise pour mieux la circonvenir

La fin du mois de janvier 2023 a été marquée par l’annonce d’exportations de voitures chinoises supérieures à celles de l’Allemagne, par des chiffres concernant les parts de marché des marques chinoises en Chine qui, pour la première fois les situent au-dessus de 50% et par l’annonce d’un possible rachat par BYD de l’usine de Ford à Sarrelouis en Allemagne. Une telle actualité impose de se poser sérieusement la question de la réalité de la menace chinoise sur l’industrie européenne. On constate alors que si cette menace est réelle, elle se situe moins au niveau des exportations qu’au niveau du contrôle des productions européennes de batteries d’abord et de véhicules ensuite.

Analyse - 27/01/2023

Les ventes aux enchères américaines sont à l’image des clichés du pays

Les Etats-Unis proposent énormément d’événements autour de l’automobile neuve, d’occasion, de collection, de compétition. Pour les collectionneurs, il existe les concours d’élégance, les bourses d’échange, les rassemblements de clubs, les cars-and-coffee, les salons Autorama, mais aussi et surtout les ventes aux enchères. Plusieurs milliers de voitures sont présentées en attendant leur mise en vente, et de nombreux exposants sont présents pour profiter de la clientèle aisée venue faire quelques emplettes.

Analyse - 26/01/2023

Why MC ?

Aujourd’hui, je me pose des questions existentielles dans un tram berlinois, à propos d’une belle Italienne en tenue légère au soleil.

Analyse - 23/01/2023

Tesla peut-il réussir sa banalisation ?

Tesla a vécu trois années profitables de 2020 à aujourd’hui en étant très en tête d’un petit marché mondial du véhicule électrique (VEB) en forte croissance avec des véhicules très chers. Le marché n’est plus infinitésimal. Il est appelé à devenir dans les 10 ans le marché automobile ou, à tout le moins, à représenter l’essentiel du marché. Dans ce contexte, en même temps que le marché devient un marché de masse, les avantages du pionnier s’étiolent et l’intensité de la concurrence croît. En baissant drastiquement les prix de ses Model 3 et Y, Tesla précipite cette mutation pour laquelle il n’est pas du tout évident qu’il soit le mieux armé.

Analyse - 20/01/2023

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi cherche-t-elle son équilibre ou son démantèlement ?

Le rééquilibrage de l’Alliance était inévitable, l’équilibre était précaire. Renault n’a jamais racheté Nissan ou pris le dessus quand il en avait l’opportunité et, de son côté, Nissan avait des parts sans droit de vote. Il était évident qu’une renégociation aurait lieu un jour, après plusieurs tentatives ces dernières années, la démarche est entamée pour de bon.

Analyse - 19/01/2023

Ghosting

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture qui s’est fait connaître en disparaissant régulièrement…

Analyse - 16/01/2023

La route européenne vers la fin du thermique est-elle bien tracée ?

A observer les prix catalogue des véhicules électriques et leur évolution ou la tarification des recharges sur la voie publique, on est saisi d’un doute. En effet, pour imposer la prohibition à brève échéance des immatriculations de véhicules thermiques, on avait, sur d’assez défendables bases rationnelles, prolongé des courbes de baisses du coût du kWh des batteries, des prix des véhicules et de leurs TCO. Dans la mesure où le tracé de ces courbes s’est brisé en 2022, la crainte de voir l’objectif de 100% d’électrique devenir plus difficile à atteindre ou susceptible de ne l’être qu’au prix d’une baisse drastique des immatriculations croît. Face à elle, le simple retour en arrière est une possibilité. Une autre consiste à interroger la manière d’interpréter l’impératif d’électrification.

Analyse - 13/01/2023

CES 2023, l’innovation dans l’industrie automobile en pause ?

Le premier grand salon de l’année est aussi un des plus attendus puisqu’il offre la convergence de toutes les industries pour parler d’innovation. L’édition 2023 montre les progrès réalisés depuis ces 10 dernières années. Il donne la température sur les industries qui innovent le plus et l’automobile aime présenter ses dernières tendances sur place.

Analyse - 09/01/2023

Les véhicules sont connectés. Et alors ?

On a lu ou entendu parfois que "la voiture de demain sera électrique, autonome, partagée et connectée".  Pour le second et le troisième qualificatif, on commence à douter. Pour le premier, le politique a choisi pour les industriels et les clients. Pour le dernier, le théâtre que représente Las Vegas semble nous proposer inlassablement la même pièce, celle de la promesse d’un eldorado, celui de la Big Data, qui donne lieu à des évocations d’usages potentiels des datas qui sont à peu près toujours les mêmes, à des chiffrages du business associé qui sont toujours plus impressionnants et toujours aussi inconsistants.

Analyse - 06/01/2023

Peut-on réellement recycler les batteries ?

Entre prise de conscience et diversion, le recyclage des batteries est le nouveau sujet à la mode. C’est seulement le cinquième des problèmes majeurs au changement d’échelle de la mobilité électrique basée sur les batteries mais c’est celui qui occupe le plus l’espace médiatique et politique ces derniers mois.