Publicité
Publicité
Constructeurs - 17/05/2021

Fisker et le taïwanais Foxconn construiront des voitures électriques aux Etats-Unis

(AFP) - Le géant technologique taïwanais Foxconn a annoncé vendredi s'associer avec le constructeur américain de voitures électriques Fisker pour produire dès fin 2023 des véhicules aux Etats-Unis.

Auteur : AFP

Partager cet article

Dans un communiqué commun, les deux entreprises indiquent avoir signé des accords-cadres afin de développer conjointement un véhicule électrique "révolutionnaire" qui se situerait dans le segment le plus abordable du marché.     

Le géant taïwanais de l'électronique Foxconn, qui assemble notamment l'iPhone et fournit d'autres marques internationales, cherche cependant à se diversifier notamment dans les voitures électriques, les robots et le matériel médical électronique.
En janvier, Foxconn avait annoncé son alliance avec le groupe automobile chinois Geely pour devenir un équipementier et un conseiller au service des constructeurs mondiaux. La structure ambitionne de révolutionner le secteur, notamment grâce aux synergies et aux nouvelles technologies.    

Le président de Foxconn, Liu Young-Way, a indiqué que sa compagnie a investi en 2020 environ 10 milliards de dollars taïwanais (30 millions d'euros) dans le développement des voitures électriques. 

Fisker est l'un des fabricants américains de voitures électriques qui ambitionne de pouvoir un jour contester la suprématie du géant Telsa. Ce partenariat avec Foxconn devrait l'aider à proposer des produits "à un prix permettant une véritable mobilité électrique au marché de masse", a déclaré le PDG Henrik Fisker.    

Le prix de base du véhicule sera inférieur à 25.000 euros, avec un volume annuel prévu de plus de 250.000 unités fabriqués sur plusieurs sites, selon le communiqué. La production devrait commencer aux États-Unis au quatrième trimestre de 2023 et les deux entreprises ont dit envisager d'avoir également des usines à l'étranger.    

Les voitures seront vendues sous la marque Fisker sur les marchés mondiaux, notamment en Amérique du Nord, en Europe, en Chine et en Inde, ont indiqué les deux entreprises sans donner de détails financiers sur l'investissement réalisé. 
Fisker a baptisé ce programme commun "Projet Pear", qui signifie "révolution personnelle de l'automobile électrique".    

L'accord intervient alors que les constructeurs automobiles souffrent d'une pénurie mondiale de semi-conducteurs en raison de la pandémie de coronavirus qui a entraîné une explosion des achats de produits électroniques et informatiques.
Le président de Foxconn, M. Liu, a déclaré que l'entreprise serait en mesure de travailler avec des fournisseurs du monde entier pour assurer l'approvisionnement de la nouvelle usine.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Yaka Foxconn..
;0)

Lucos , Le 17/05/2021 à 09:04

Elle est bonne. M.Clerion est en retard pour relever le défi aujourd'hui.
On est en train de se rendre compte...que les riches et moyenement riches n'ont pas dépensé leurs milliards à cause du Covid...et Fisker lorgne sur une petite part des 330 millions de consommateurs américains....et les autres aussi sur d'autres continents.
Les coupés VE vont finir par se vendre gentiment et chez Fisker il y a des teigneux qui depuis des années ne lâchent pas le morceau !!
Jo Biden refait les routes et investit même sur les bornes de recharge !!
Si un réel standard pour les bornes de recharge se dessine là bas chez les ricains il a fort à parier que le retard chez nous va ce voir au grand jour !!
En Asie chez certains fabricants de VE les capacités de recharge de 350 V et jusqu'à 800 V sont en train de sortir pour des premium moyen et haut de gamme !!
Continuons de roupiller chez nous en nous regardant le nombril !!

Durand Pierre, Le 17/05/2021 à 12:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 17/05/2021

Pourquoi Toyota résiste à la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Des objectifs dépassés en 2020/21 et une nouvelle croissance anticipée cette année : la pénurie mondiale de semi-conducteurs affecte peu pour l'heure le numéro un mondial de l'automobile Toyota, extrêmement bien préparé à gérer les aléas de production depuis dix ans.

Constructeurs

La prospérité des "piéçards" est-elle durable ?

La lecture du très édifiant document défendant l’introduction en bourse de PHE confirme les analyses qui montraient depuis des années que, en matière automobile, les dépenses d’utilisation dominaient de plus en plus nettement les dépenses d’acquisition. Ledit document fait peu de cas de l’électrification et considère que cette mutation pourrait ne pas démentir la tendance à voir croître le marché de la pièce. L’argument est extrêmement intéressant mais les consommateurs pourraient lui infliger un démenti.

Analyse

Neutralité carbone dans l’industrie automobile, l’exemple de Renault

Comme l’ensemble de l’industrie automobile, le groupe Renault a annoncé un objectif de neutralité carbone. Il est fixé à 2040 en Europe et 2050 dans le monde. Outre l’élimination des émissions de CO2 à l’usage des véhicules, cet objectif nécessite d’agir sur toutes les sources de CO2 indirectes et notamment celles des fournisseurs de matières premières et de batteries.

Constructeurs

Catégorie Constructeurs

Nissan renoue avec un bénéfice net annuel, après deux exercices de disette

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan, allié au français Renault, est redevenu rentable lors de son exercice 2021/22 achevé fin mars, une première depuis 2018/19, mais son nouvel exercice s'annonce semé d'embûches, entre flambée des coûts des matières premières et problèmes d'approvisionnement.

13/05/2022

Mobilize s’appuiera sur une gamme dédiée pour "extraire plus de valeur" par véhicule

Renault a présenté ce mardi 10 mai sa stratégie de développement sur le créneau convoité du "vehicle as a service". Ces offres vont combiner des services de RCI Bank, de plusieurs filiales de l’univers des offres de mobilité et surtout une gamme de véhicules spécifiquement conçus pour ces usages. C’est ce qui doit permettre de maximiser le chiffre d’affaires par véhicule tout en baissant le coût d’usage pour les clients.

11/05/2022

Mitsubishi Motors optimiste pour son nouvel exercice

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors, troisième membre de l'Alliance Renault-Nissan, s'est affiché confiant mardi pour son nouvel exercice 2022/23 démarré le 1er avril, en pariant notamment sur un fort rebond de ses ventes au Japon et en Asie du Sud-Est.

11/05/2022