Publicité
Publicité
Constructeurs - 17/05/2021

Pourquoi Toyota résiste à la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Des objectifs dépassés en 2020/21 et une nouvelle croissance anticipée cette année : la pénurie mondiale de semi-conducteurs affecte peu pour l'heure le numéro un mondial de l'automobile Toyota, extrêmement bien préparé à gérer les aléas de production depuis dix ans.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le triple désastre du 11 mars 2011 (séisme, tsunami et accident nucléaire de Fukushima) avait mis à genoux des pans entiers de l'industrie japonaise pendant des mois, en particulier son secteur automobile, en raison de ruptures dans sa chaîne d'approvisionnement au Japon.

Toyota avait souffert comme les autres à l'époque, ne parvenant à normaliser sa production nationale qu'au bout de six mois.

Mais "Toyota a retenu la leçon du 11 mars 2011 probablement mieux que quiconque", selon Christophe Richter, analyste automobile de la maison de courtage CLSA.

Le géant nippon a commencé à l'époque à passer en revue tous ses fournisseurs, jusqu'aux plus indirects. Ce qui lui a permis d'acquérir une connaissance très approfondie de sa chaîne d'approvisionnement, pour réagir plus vite en cas de crise.

Ainsi Toyota "était bien mieux préparé que n'importe quel autre constructeur automobile dans le monde" à la pénurie actuelle de puces électroniques, estime M. Richter, interrogé par l'AFP.

"Ce travail post-Fukushima, on l'a tous fait", assure à l'AFP une source proche d'un autre constructeur automobile japonais. "Mais Toyota est celui qui l'a fait le mieux, et qui l'a maintenu" dans la durée, reconnaît cette source, partagée entre admiration et jalousie.

Entorse au "juste-à-temps"

Depuis quelques mois, ces minutieux préparatifs, menés dans l'ombre pendant des années, révèlent en pleine lumière à quel point ils sont utiles.

Une incroyable série de vents contraires s'est abattue sur l'industrie automobile mondiale depuis l'an dernier : la pandémie de coronavirus suivie de la pénurie de semi-conducteurs, des aléas climatiques en Amérique du Nord et à Taïwan au début de cette année, et au Japon l'incendie accidentel en mars d'une usine de semi-conducteurs de Renesas, important fournisseur de l'industrie automobile.

Malgré cela, Toyota a dépassé ses objectifs de ventes en volume sur son exercice 2020/21 clos fin mars (9,92 millions de véhicules écoulés au total pour toutes ses marques) et vise 10,55 millions d'unités en 2021/22, selon le communiqué de ses résultats annuels publiés mercredi.

Alerté dès les prémices de la crise des semi-conducteurs, le groupe a réagi en sortant partiellement du modèle classique de production "juste-à-temps", dont il est pourtant l'inventeur et qui consiste à limiter les stocks au maximum pour réduire les coûts.

"Toyota a été le premier constructeur automobile à ajuster son système de chaîne d'approvisionnement d'un modèle pur de +juste-à-temps+ à un modèle hybride où il stocke davantage des composants critiques comme les semi-conducteurs", explique à l'AFP Joshua Cobb, analyste automobile chez Fitch Solutions.

Fournisseurs japonais loyaux

"Toyota a toujours été un leader dans le développement de systèmes de gestion de la chaîne d'approvisionnement, et les autres constructeurs tendent à l'imiter", souligne M. Cobb.

Les Allemands Volkswagen, BMW et Daimler, tout comme l'Américain General Motors notamment ont tous déclaré récemment qu'ils allaient ajuster leurs systèmes respectifs d'approvisionnement pour augmenter leurs stocks.

Mais Toyota a pris sur ce front une belle longueur d'avance. En outre, exiger des stocks ne suffit pas : encore faut-il les obtenir.

Là encore, le numéro un mondial a un sérieux avantage : la plupart de ses fournisseurs, y compris dans les semi-conducteurs, sont des sociétés japonaises. Toyota et le gouvernement japonais ont ainsi "un plus grand contrôle" sur ces entreprises, qui vont servir Toyota "en priorité", relève M. Cobb.

Cela diffère d'autres constructeurs, surtout européens et américains, qui dépendent pour leurs composants électroniques de fournisseurs asiatiques sur lesquels ils ont peu de prise, observe-t-il.

Au Japon "Toyota a de très bonnes relations avec ses fournisseurs", confirme à l'AFP une source proche d'un équipementier automobile nippon.

Ses ventes solides et régulières entretiennent ces excellents rapports, tout comme la réputation du groupe de ne pas renégocier à la baisse les tarifs de ses fournisseurs une fois les contrats initiaux signés, ajoute cette source.

Et "si l'on reçoit des ordres de plusieurs clients en même temps, il faut privilégier le client le plus stable et le plus puissant". Lequel s'appelle souvent... Toyota.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Quelle leçon de résilience et d’indépendance !

Alain Boise, Le 17/05/2021 à 07:13

En somme, merci Fukushima !
:0)

Ade Airix, Le 17/05/2021 à 08:35

C’est le tsunami qui a tué......pas Fuku,l’AFP aime les amalgames !

Alain Boise, Le 17/05/2021 à 08:44

Ca s'appelle du protectionnisme calculé. On ne va pas au moins cher, mais à celui qui va assurer ses approvisionnements sans faille. Et quand c'est dans son propre pays...
A méditer, même si j'ai comme un doute que la totalité des composants électroniques clé de Toyota soient fabriqués au Japon exclusivement...

Clerion , Le 17/05/2021 à 09:16

Quand on fait de la gestion d’approvisionnements...on fait de la gestion sérieusement et pas autre chose. Point.
Quand on fait aussi un mauvais produit...on a du mal a le vendre !!
Quand on croit que la concurrence n'existe pas...on se fait bananer...
Quand on ne sait pas faire la gestion des prix de commercialisation de ses produits on ne les vend pas non plus!
Petit exemple chez Renault...le chef dit: "Nous allons augmenter les prix comme chez PSA" (je fais exprès d'oublier Stellantis) ...et bien, "notre nouvelle Kangoo bling bling c'est 27800 euros" !!
Vous avez bien lu...une Kangoo boite à savon comme a si bien dit l'essayeur de "Turbo" ce dimanche !!
Le gars au beau costard italien il n'est pas hors sol...il est dans la stratosphère !!

Durand Pierre, Le 17/05/2021 à 10:49

Oui .... Remarquez, avant de tirer sur le pianiste "au beau costard italien" avec le nouveau Kangoo (Bling bling, c'est une série limitée ?) à 27 800€ et de "s'esbaudir".. il conviendrait de regarder le prix tarif d'un Pro ace City, soit le bestiau équivalent du Kangoo dans la gamme Toyota avec équipements de même métal ... La lisière vaut le drap, nan (?)

Quand même ... Ce pôvre Etienne Bruet, tellement habitué à taper dans les freins céramiques d'un GT3, d'un Cayman GT4 voire d'une M2 cs ... lui confier l'essai du Kangoo des familles, y a de la cruauté du côté de la rédaction en chef de Turbo sur ce coup là ... Quelle décrépitude ... ?
Ben, chef, du moment "kya" un volant et des pédales et que l'on peut faire du talon pointe ... !
L'aura bien mérité son tour auto 2021 ... Le "pôvre" Etienne !

Sinon Clerion fait référence au protectionnisme calculé des japonais, pourquoi pas ...
du patriotisme économique bien compris, on en parle ? ... Sans vouloir de mal à quiconque, nous verrons bien avec le renchérissement des matières premières qui sévit, si Toyota s'en tire fantastiquement mieux que les "copains" ... A suivre
;0)

Ade Airix, Le 17/05/2021 à 11:51

Voilà le copain Etienne habillé pour l'hiver...et en plus il n'aime pas les gros VE Merco et d'autres VE hyper chers qui ne servent à rien car "bornes pourries et en panne tout le long des chemins" qu'il a dit la main sur le cœur ou presque !
Il s'est rendu presque sympa à mes yeux...et aussi toutes les équipes de Turbo du plus vieux aux plus jeune !!
Ils font de plus en plus de reportages "nostalgiques" !!
Le monde des constructeurs auto fait, produit et met en production des caisses électriques pratiquement obsolètes et ceci à des prix de plus en plus scandaleusement élevés et justifiés (un comble) par l'aubaine de pénurie de composants !
Pour ceux qui se pencher (pour les autres toujours le manque de curiosité et paresse) sur les méthodes de certains dans l'industrie...qui vont sortir leur épingle du jeux...et je revient au fantasque patron de Tesla...donc je conseil très fortement à tous ceux qui n'aiment pas être dupes (et qui ne regardent pas du coté de la bourse déconnectée) de taper sur Google le mot:
"The choucroute garage" et l'expert qui se documente sur l'industrie auto sur ce site dans YouTube, et qui a posté une vidéo il y a deux jours qui a comme titre; "Pourquoi Tesla et SpaceX peuvent se fournir à la "foirefouille" ?
Des pièces au fait chez les Toupourrien de leur quartier ???
Les ringards de la vieille industrie vont faire pfff... mais Tesla va continuer de baisser le prix de commercialisation de leurs produits....et ses concurrents de les augmenter !!
Beaucoup de politiques en Allemagne ont compris que les cadors de leur industrie auto n'ont pas les culottes propres et qui vont boire à terme le bouillon car ne veulent pas faire la révolution chez eux...et donc il faut accueillir Musk et ses Tesla qui fabrique au mois chez eux et crée des emplois !!
Ce sera toujours bon pour leur balance commercial !
Restons toujours chez nous dans le futile et le trivial...et regardons ailleurs !!

Durand Pierre, Le 17/05/2021 à 13:33

Du coup le fil … Cà finit par devenir "Pourquoi Tesla résiste à la crise des semi-conducteurs"

Bon "Automobile Propre" avait déjà un peu traité le sujet … !
;0))

Ade Airix, Le 17/05/2021 à 13:54

Pour revenir sur terre...toute décision en termes (de choix à un moment donné) et de voiture finit par être une décision individuelle.
Me concernant je trouve finalement qu'il n'est pas si contraignant que cela de brancher la prise tous les soirs du char (PHEV) qu'on m'a confié...et c'est passer à la pompe qui est contraignant .... et voir la jauge d'essence qui ne bouge pas est pour moi un étonnement de tous les jours, sans compter qu'entendre le moteur de la chignole qui mouline se mettre en route...devient à chaque fois une interrogation et le souhait qu'il se taise !
C'est terrible les habitudes...comme par exemple rouler en BVA depuis trente ans !!
Il y a deux semaines la revue pour salon de coiffure AutoPlus (les deux méritent le respect n'empêche) à poussé le bouchon de trouver à tester 6 voitures citadines et toutes avec boite manuelle...et du genre au téléphone...j'en veux une avec pédales et embrayage...c'est pour les pauvres des bas quartiers mais avec options et le tout entre 13 et 17000 euros !!
Voilà le niveau de notre industrie européenne !
Pour le gouverne du spécialiste qui nous cause ici, le Kangoo testé sur Turbo....avait une boite manuelle ....un summum...car le grand premium national c'est quand même la Dacia BVA, mais pas question d'en parler car enfer et damnation c'est moins cher que les citadines boite manuel haut de gamme en question !!
Un chef de concession d'une marque national dont je tairais le nom m'a dit il y a pas longtemps: "la Direction nous demande d'exposer maintenant des modèles de haut de gamme...car ils attirent la clientèle" !!
On a juste 30 ans de retard dans le commerce chez nous !! Attention, on va trop vite !!
Chez Toyota ils m'ont dit....pas suffisant...ils faut qu'elles soient allumés tout le temps aussi !! Pour chez nous c'est de la SF !!
Un cador du marketing de chez nous va nous dire...qu'il suffit qu'elles clignotent sur internet. Voilà un écolo du marketing ! Bien vu mec ....

Durand Pierre, Le 17/05/2021 à 14:40

... La gouvernance du " spécialiste qui cause ici" était finalement bien assurée... Lorsque l'on parle de pédales et de talon pointe, dans l'ensemble c'est rare que l"on fasse référence à une BVA ou "y a comme un défaut" .suffit de lire ...La routine ...
;0)

Ade Airix, Le 17/05/2021 à 15:45

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 17/05/2021

La prospérité des "piéçards" est-elle durable ?

La lecture du très édifiant document défendant l’introduction en bourse de PHE confirme les analyses qui montraient depuis des années que, en matière automobile, les dépenses d’utilisation dominaient de plus en plus nettement les dépenses d’acquisition. Ledit document fait peu de cas de l’électrification et considère que cette mutation pourrait ne pas démentir la tendance à voir croître le marché de la pièce. L’argument est extrêmement intéressant mais les consommateurs pourraient lui infliger un démenti.

Analyse

Neutralité carbone dans l’industrie automobile, l’exemple de Renault

Comme l’ensemble de l’industrie automobile, le groupe Renault a annoncé un objectif de neutralité carbone. Il est fixé à 2040 en Europe et 2050 dans le monde. Outre l’élimination des émissions de CO2 à l’usage des véhicules, cet objectif nécessite d’agir sur toutes les sources de CO2 indirectes et notamment celles des fournisseurs de matières premières et de batteries.

Constructeurs

Catégorie Constructeurs

L’industrie automobile s’inquiète de la prolongation des quotas d’importation d’acier

Les organisations européennes représentatives des constructeurs (ACEA) et des équipementiers (Clepa) contestent le bienfondé de la reconduction des quotas d’importation d’acier en Europe. Ils estiment que leurs intérêts sont sacrifiés pour privilégier ceux des aciéristes. La Commission européenne n’a pas confirmé cette décision encore soumise à la validation des Etats membres.

16/06/2021

Pôle "ElectriCity" : Renault vend 148 hectares de son usine de Douai

(AFP) - Renault va vendre 148 hectares de son usine de Douai, dans le Nord, à la communauté d'agglomération pour 35 millions d'euros, afin d'"améliorer sa compétitivité" pour son futur pôle électrique "ElectriCity", selon un communiqué diffusé par la collectivité locale lundi.

15/06/2021