Publicité
Publicité
Autour de l'auto - 09/05/2022

La réorganisation du marché européen du carbone menace les objectifs climatiques

(Reuters) - Les responsables et les parlementaires qui négocient la refonte du marché européen du carbone peinent à trouver un compromis sur le projet visant à inciter les entreprises à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), ce qui pourrait mettre en péril les objectifs climatiques du bloc.

La réorganisation du marché européen du carbone menace les objectifs climatiques

Auteur : Reuters

Partager cet article

Le système d'échange de quotas d'émission de l'UE (SEQE ou ETS en anglais), lancé en 2005, a été instauré afin d'encourager la réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Ce système impose des plafonds d'émissions - qui sont abaissés au cours du temps - aux secteurs les plus énergivores (comme les producteurs d'électricité, certaines industries et les compagnies aériennes effectuant des vols en Europe). Il se double d'une incitation financière à réduire les émissions, les entreprises pouvant acquérir des quotas.

Le SEQE a permis de réduire les émissions de ces secteurs de 43% depuis sa mise en place. L'UE a décidé de le remanier afin d'atteindre d'ici 2030 une réduction de 55% des émissions par rapport à leur niveau de 1990.

"Ce n'est pas le moment d'édulcorer (cette refonte)", a déclaré Jytte Guteland, la députée européenne qui a été la principale négociatrice du Parlement européen sur les objectifs climatiques.

"Nous devons préserver nos ambitions et nous conformer à la loi sur le climat", a-t-elle ajouté, en référence aux objectifs climatiques juridiquement contraignants.

Les diplomates et les parlementaires sont divisés, notamment concernant un projet visant à mettre en place des SEQE pour les transports et les bâtiments.

Cette refonte, proposée l'an dernier par la Commission européenne (CE), est considérée comme essentielle, car les émissions des transports sont en hausse et la plupart des bâtiments en Europe sont chauffés au moyen de combustibles fossiles, ce qui représente environ un tiers des émissions totales de l'UE.

Mais elle s'est heurtée à l'opposition farouche de certains États membres qui, face à la flambée des prix du gaz, craignent que cette mesure n'alourdisse encore la facture énergétique et ne nuise aux citoyens les plus modestes.

Ces inquiétudes ont conduit les pays à envisager cette semaine des compromis, notamment le report de l'extension du SEQE à 2027 ou 2028, ou l'introduction progressive du coût du CO2.

Cela signifie que l'UE pourrait ne pas atteindre ses objectifs climatiques. Selon un document de la Commission que Reuters a pu consulter, 45% des réductions supplémentaires des émissions de CO2 nécessaires pour atteindre les objectifs fixés d'ici 2030 seraient obtenues dans ces secteurs grâce à ce nouveau SEQE.

Selon la Commission, l'abandon de la proposition de l'UE impliquerait de la remplacer par des politiques nationales beaucoup plus strictes, avec les investissements correspondants.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Si on regarde ce qui se passe en France, qui a les moyens pour s'acheter un véhicule neuf électrique ?
Même question pour les habitations énergivores ?
Vouloir c'est bien, pouvoir et faire, c'est mieux.
Un vrai sujet de société...

Clerion , Le 09/05/2022 à 11:10

Même question pour financer des travaux pour les habitations énergivores ?

Clerion , Le 09/05/2022 à 11:11

@Clerion: "qui a les moyens pour s'acheter un véhicule neuf électrique" et capable de voyager occasionnellement ? (autrement on va vous expliquer qu'il existe la Dacia Spring, qui est très bien mais bien sûr n'est pas polyvalente)
C'est bien pour cela qu'il faut pousser l'expérimentation de batteries modulaires et partagées comme EP Tender! On a alors des VE qui sont à la fois abordable, et qui préservent la liberté de voyager.

Jean-Baptiste Segard, Le 09/05/2022 à 14:51

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 09/05/2022

Une année de démotorisation en Ile-de-France ne nous dit pas grand-chose sur l’avenir de l’automobile en France

La publication d’un assez sérieux travail sur les véhicules encore immatriculés au 1er janvier de chaque année sur les années 2012 à 2020 par l’Apur a conclu à une baisse des parcs sur les 3 dernières années dans la Métropole du Grand Paris et sur l’année 2020 en Ile-de-France. Il en est résulté des commentaires qui surinterprètent assez largement ce résultat et tendent à surfer sur l’idée que Paris est de moins en moins une exception et que ce qui s’y passe depuis de longues années maintenant va se passer ailleurs aussi. Le contenu même de l’étude tend, prétendons-nous, à montrer que l’inverse est vrai.

Analyse

Catégorie Autour de l'auto

Harvey Weinstein porte plainte contre Stellantis pour un accident en 2019

(AFP) - Le producteur de cinéma déchu Harvey Weinstein a déposé plainte mardi devant un tribunal new-yorkais contre FCA US (Fiat Chrysler), désormais intégrée à Stellantis, réclamant au groupe 5 millions de dollars d'indemnités pour un accident qu'il a eu en 2019 avec une Jeep.

09/06/2022

Accords concrets au G7 pour sortir du charbon, dit l'Allemagne

(Reuters) - Les pays du G7 sont parvenus à des accords concrets pour mettre fin à la production d'électricité à base de charbon et développer le recours aux énergies renouvelables, a déclaré vendredi la ministre allemande de l'Environnement, Steffi Lemke, citée par RTL/ntv.

30/05/2022

Elisabeth Borne, une "bûcheuse" capée issue de la gauche

PARIS (Reuters) - Expérimentée, efficace, grande travailleuse issue des rangs de la gauche : en accédant lundi à Matignon, Elisabeth Borne devient la deuxième femme à diriger un gouvernement français depuis Edith Cresson au début des années 1990.

18/05/2022