Publicité
Publicité
Constructeurs - 25/01/2023 - #Ford

Le constructeur automobile américain Ford va supprimer 3.200 postes en Allemagne, selon IG Metall

Par AFP

(AFP) - Le constructeur automobile américain Ford va supprimer en Allemagne 3.200 emplois, essentiellement dans les domaines administratifs et de conception, a indiqué lundi à l'AFP un porte-parole du syndicat allemand IG Metall.

Cette annonce intervient alors que la crainte de délocalisation des industries automobiles monte en Europe, depuis que Washington a introduit de larges subventions en faveur des véhicules électriques construits aux Etats-Unis, dans son plan baptisé IRA (Inflation Reduction Act).

Ces suppressions d'emplois ont été dévoilées à la presse à l'issue d'une assemblée générale des salariés lundi.
Elles se feront "principalement sur le site de Cologne" (ouest), même si "tous les sites en Allemagne" sont menacés, a détaillé le porte-parole d'IG Metall.

"Nous sommes extrêmement préoccupés par l'avenir des divisions de développement allemandes et, dans l'ensemble, par l'avenir des sites allemands de Ford", a déclaré le syndicat dans un communiqué publié ultérieurement.

Les suppressions de postes devraient concerner le département "développement de produits" du site de Cologne, où "2.500 des 3.800 employés devraient quitter l'entreprise", a détaillé IG Metall.
Au total, 15.000 personnes travaillent sur le site de Cologne.

"L'entreprise souhaite réaliser les principales tâches liées au développement en Amérique du Nord", sur fond de "passage du moteur thermique au moteur électrique", a ajouté le syndicat.

Sur son site d'Aix-la-Chapelle (ville allemande située aux frontières belge et néerlandaise), où Ford dispose d'un centre de recherche, "220 salariés doivent craindre pour leur emploi", selon IG Metall.

Enfin, environ "20% des emplois administratifs" sont menacés dans le pays, d'après le syndicat.

Contacté, le groupe américain n'était pas en mesure, lundi, de commenter cette information.

Ford est engagé dans la course vers l'électrique, une technologie coûteuse qui requiert une modernisation complète des usines existantes.

Dans cette optique, ses sites européens se préparaient déjà à la réorganisation des activités du groupe. Mais jusqu'à récemment, les emplois du site de Cologne semblaient préservés.

En juin dernier, l'entreprise avait dit avoir choisi son usine espagnole pour fabriquer un future modèle électrique, au détriment de son usine de Sarrelouis --ville allemande toute proche de la frontière française--, menaçant déjà des milliers d'emplois.

Ford a également annoncé cet été des suppressions de plusieurs milliers de postes aux Etats-Unis et en Inde, à l'occasion de conversions d'usines vers l'électrique.

Réactions

Çà replie fort chez Ford ...
... Une traduction concrète (et regrettable) du repli sur le "tout électrique" quand ce n'est pas (encore) le repli tout simplement ...

Comme chante Souchon : "et si en plus il n'y a personne" ...!
;0)

L’électricité va faire de gros dégâts,et comme au Lucosland on vous répondra il faut s’adapter ,on a bien supprimé les allumeurs de réverbères.
Y’a plus de pain qu’ils mangent de la brioche !

Effet avec Ford qui va utiliser la plateforme VW pour son futur VE ?
;-(

Houla VW et le VE ……aïe

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Publi-rédactionnel

293 groupes de distribution à la loupe dans l'annuaire 2023

La quatorzième édition de l’Annuaire des groupes, publiée par Autoactu.com, s’est enrichie de 20 nouveaux groupes, compensant ainsi l’absorption de 19 groupes au cours de l’année. Elle présente pour la première fois un classement des groupes en fonction de leur volume de vente VO, en complément des classements par chiffre d’affaires et volume VN.

Constructeurs - 01/02/2023

Volvo France : des ambitions encore bridées par la capacité à produire

En 2022, les immatriculations de Volvo en France ont été fortement impactées par les pénuries de semi-conducteurs avec un décalage croissant entre les commandes et les livraisons. Le réseau devra encore gérer la pénurie en 2023 avant de se préparer à un objectif de doublement des volumes en 2026. Les explications de Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France.