Publicité
Publicité
Marchés - 07/12/2022

Le Sénat adopte un projet de budget pour 2023 remanié

Par AFP

(AFP) - Le Sénat, à majorité de droite, a adopté mardi un projet de budget pour 2023 qu'il a remanié avec de nombreux amendements, conservant notamment un impôt local sur les entreprises que le gouvernement veut supprimer.

Par 197 voix contre 108, les sénateurs ont voté l'ensemble du projet de loi de finances, à l'issue d'une vingtaine de jours d'examen en première lecture, après avoir dénoncé pour la plupart d'entre eux la trajectoire des dépenses publiques.

 

Les ajouts et modifications de la chambre haute risquent cependant de ne pas être retenus. L'exécutif peut en effet choisir sa copie finale via l'arme constitutionnelle du 49.3, qu'il ne peut toutefois déclencher que devant l'Assemblée nationale.

 

"C'est le budget de la volatilité, de la variabilité, de l'instabilité et de l'inflation", a déclaré le sénateur Jérôme Bascher (LR), conforté par le récent appel du FMI demandant au gouvernement d'assainir les comptes dès l'an prochain.
 "Nous sommes au-delà de la moitié du budget financé par de la dette", a-t-il déploré, se félicitant toutefois que les modifications du Sénat aient permis de "réduire les dépenses et le déficit public".

 

Le centriste Bernard Delcros a ainsi assuré que les "mesures de justice fiscale adoptées par le Sénat (...) ont permis de réduire notre déficit de 6,9 milliards".

 

Le cap fixé par le gouvernement est de contenir le déficit public à 5% du PIB, malgré des mesures comme le "bouclier tarifaire" pour limiter à 15% les hausses des prix réglementés du gaz et de l'électricité, une augmentation des enseignants ou la création de plus de 10.000 postes de fonctionnaires, dont 3.000 policiers et gendarmes.

 

La gauche a dit tout le mal qu'elle pensait du projet de budget : "Nous refuserons le dogme du moins d'impôts qui bénéficie toujours aux mêmes, c'est-à-dire les entreprises et les plus riches", s'est emporté le socialiste Rémi Féraud. "Un budget pour rien", a renchéri le communiste Eric Bocquet.

 

Le projet de loi de finances examiné au Sénat présentait la particularité d'avoir été frappé à l'Assemblée de l'article 49.3 de la Constitution, actionné déjà à deux reprises par le gouvernement sur ce texte.
Et il risque de l'être de nouveau, à deux reprises : d'abord à son retour devant les députés jeudi en nouvelle lecture, puis le 15 décembre, en vue de l'adoption définitive du texte par le Parlement.

 

"Je crois profondément qu'il restera la marque du Sénat dans le texte qui sera adopté à l'issue de la navette parlementaire", a toutefois assuré le ministre des Comptes publics Gabriel Attal.

 

Des économies et McKinsey
Lors des débats sur le volet "dépenses", les sénateurs ont voté plusieurs mesures d'économies contre l'avis du gouvernement.
La chambre haute a approuvé un amendement qui réduit de 500 millions d'euros les aides aux voitures électriques, en attendant que l'industrie automobile française rattrape son retard dans ce domaine. Il a aussi amputé de 200 millions l'aide au développement.

 

Coupure moins conséquente, mais symbolique : le Sénat a supprimé trois des cinq postes budgétisés pour le Conseil national de la refondation (CNR), voulu par Emmanuel Macron et dont les sénateurs ont dénoncé "l'inutilité".

A l'origine d'un rapport et d'une proposition de loi pour mieux encadrer les cabinets de conseil, dont l'Assemblée nationale n'a pas encore été saisie, le Sénat est revenu à la charge avec un amendement au budget qui a retranscrit la proposition de loi déjà adoptée à l'unanimité mi-octobre, "pour instaurer une véritable transparence sur les prestations de conseil".
Le Sénat a parfois tapé du poing sur la table, rejetant par exemple le projet de budget 2023 pour l'agriculture et la forêt, jugé pas à la hauteur.

 

D'une manière générale, la majorité de la "chambre des territoires" a tenu sa ligne : soutenir les collectivités, prises à la gorge par la flambée des prix de l'énergie.

 

Sur la suppression prévue de la CVAE, un impôt local de production, le groupe LR s'est laissé dépasser par la gauche et les centristes, et la réforme a été rejetée au grand dam du gouvernement.

 

La composante centriste de la majorité sénatoriale a en revanche échoué, comme la gauche, à faire taxer les bénéfices exceptionnels de grandes entreprises.

Réactions

"les entreprises que le gouvernement veut supprimer"
Une petite virgule dans le titre n'aurait pas été superflue.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Publi-rédactionnel

QUELLE EXPERIENCE CLIENT POUR L’ACHAT D’UN VEHICULE D’OCCASION EN LIGNE ?

Le marché du VO est en pleine transformation. D’un côté la demande explose face aux difficultés d’approvisionnement du VN (semi-conducteurs, transports, etc.) avec près de 3,5 VO vendus pour un VN ; demande qui provient d’une clientèle de plus en plus exigeante (VO récent, baisse d’intérêt pour le diesel, etc.) et qui s’accompagne d’une hausse de prix moyenne de 14% en 2022.

Marchés - 02/02/2023

Les électriques ont poursuivi leur conquête du marché européen en 2022

(AFP) - En route vers 100% : les ventes de voitures électriques ont enregistré un nouveau record de part de marché dans l'Union européenne en 2022, même si leur progression a légèrement ralenti, alors que d'ici 12 ans elles devraient être les seules voitures neuves autorisées à la vente sur le continent.