Publicité
Publicité
Marchés - 30/09/2021

Les transports publics testent tous azimuts des véhicules autonomes

(AFP) - Après une série d'expérimentations suivies d'une longue pause médiatique due au Covid-19, les opérateurs de transports publics veulent maintenant trouver des usages aux navettes et bus autonomes, qui vont bientôt pouvoir circuler sans accompagnateur.

Auteur : AFP

Partager cet article

"En France à la mi-2022, on pourra retirer l'opérateur à bord pour des cas d'usage simples", explique Schéhérazade Zekri, directrice des nouvelles mobilités chez Keolis (filiale de la SNCF).

Sans le "safety driver", un conducteur de secours capable de prendre la main si nécessaire, dont la présence est aujourd'hui obligatoire, on passera donc à de "vrais" véhicules autonomes. Avec à la clef 40% d'économies sur le coût des essais.

La première expérience doit être tentée à Toulouse à la fin de l'année. "On a eu une dérogation spéciale", relève Lucas Yon, responsable de la communication du fabricant français de véhicules autonomes EasyMile, basé sur place.

Les passagers pourront parcourir 600 mètres entre le parking de l'Oncopole et l'entrée, avec le passage d'un rond-point où la navette croisera des voitures ordinaires.

Ce genre de desserte intéresse beaucoup les opérateurs, qui voient des "cas d'usage" dans les campus universitaires, les aéroports ou les installations industrielles.

Les véhicules autonomes pourraient aussi apporter une réponse à l'épineuse question du "premier kilomètre" pour acheminer le voyageur entre le point de départ et une gare ou une station de métro (on parle aussi du "dernier kilomètre" à l'arrivée).

"Le modèle économique n'étant pas complètement trouvé, beaucoup d'opérateurs attendent d'être en phase de pleine autonomie pour pouvoir tester des choses et rentrer dans une logique de services", juge Mme Zekri.

"On est convaincus que cette mandature verra l'avènement des véhicules autonomes", estime Pierre Lahutte, président du constructeur de navettes Navya. "Aux prochaines élections (municipales), il y aura ceux qui ont fait le pas et ceux qui ne l'ont pas fait".

Gamme de véhicules

Les Rencontres nationales du transport public, cette semaine à Toulouse, donnent aux élus une occasion idéale pour faire le point après la pause forcée de la pandémie.

Les alliances entre constructeurs, équipementiers et opérateurs de transports devraient bientôt permettre de disposer d'une gamme complète de véhicules, des petites navettes que l'on a vu faire des allers-retours dans de nombreuses villes ces dernières années aux autobus plus imposants.

L'opérateur Transdev (filiale de la Caisse des Dépôts) s'est ainsi associé avec l'entreprise israélienne Mobileye (filiale d'Intel) et le groupe alsacien Lohr pour développer une petite navette autonome.

Elle devrait pouvoir être commercialisée dès 2023, espère Nicolas Morael, directeur commercial de la filiale qu'a créée Transdev pour proposer une plateforme de supervision des véhicules.

Keolis s'est parallèlement allié à Navya, au groupe d'électronique Actia et à Bluebus (Bolloré) pour rendre autonome un minibus électrique de 6 mètres.

Schéhérazade Zekri veut le tester "fin 2022/début 2023" sur son site de Châteauroux.

Quant aux bus standards, longs de 12 mètres, EasyMile en met un au point avec le constructeur italien Iveco, tandis que la RATP teste un modèle chinois sur la ligne 393 dans le Val-de-Marne.

Pour l'instant ce bus autonome circule de nuit et sans passagers. Le but du jeu est ensuite de le faire rouler de jour, puis de transporter des voyageurs à l'automne 2022.

"On prend la route telle qu'elle est", note Côme Berbain, directeur de l'innovation du groupe RATP.

"On voit qu'il y a des cas d'usage pour lesquels il y a de vrais intérêts", explique-t-il. "Du coup, on cherche à vérifier. L'idée, c'est d'aller vers de vrais services de transport autonome."

Sur cette ligne de banlieue assez chargée où les incidents d'exploitation sont nombreux, l'idée est d'obtenir "une meilleure fluidité du service, une augmentation de la capacité, une amélioration de la sécurité et une baisse de la consommation d'énergie", détaille-t-il.

Les navettes autonomes pourraient à l'avenir venir se substituer à des lignes de bus peu performantes, ou en renforcer d'autres pendant les heures de pointe. La décision reviendra de toute façon aux élus, une fois que la technologie sera vraiment au point.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les navettes autonomes d’EasyMile sont assemblées chez Ligier Group sur le site industriel d’Abrest près de Vichy. Notre bureau d’étude et ses ingénieurs hautement qualifiés, ainsi que nos opérateurs de montage, sont fiers de fabriquer ces produits haut de gamme à forte valeur ajoutée. De mon côté je suis toujours émerveillé d’observer ces navettes autonomes déambuler sous les fenêtres de nos bureaux dans leur dernière phase de test avant livraison….
Difficile d’imaginer l’histoire incroyable de Ligier à Vichy:
- d’abord constructeur de Formule 1
- devenu depuis 3 ans le premier constructeur de véhicules sans permis en Europe
- devenu le leader des solutions de mobilité électrique appliqués à la messagerie du dernier kilomètre ( beaucoup de facteurs roulent en Ligier en France, Italie, Belgique,…)
- devenu un des rares assembleurs/câbleurs de navettes de bus autonomes
En conclusion, le Made in France a du talent et s’exporte bien. Nous observons avec attention l’évolution du cadre législatif qui permettra à nos partenaires d’accélérer la mise sur le marché de solutions autonomes.

Ludovic Dirand, Le 30/09/2021 à 07:14

"...Le modèle économique n'étant pas complètement trouvé..."
Donc nous construisons des engins qui ne correspondent à rien et à aucune demande ??
Etonnant non ?
;0)

Lucos , Le 30/09/2021 à 08:57

Parfaitement d’accord avec notre spécialiste de la spécialité !!
Sinon dans l’avenir… tout ce qui est autonome sera bien la cible de vandalisme à gérer par toutes les municipalités du monde entier… mais on peu les équiper de mitrailleurs pour riposter en cas d’attaque des méchants !!
Le Far West et l’attaque des diligences et rappelles-vous les Apaches !! J’ai adoré le serpent à plumes !
Une petite couche pour notre ami Ludovic… tout le monde est fier de nos sous marins diesel électrique… mais je suis peut-être malfaisant… en pensant qu’ils sont déjà largement obsolètes !!
Chacun son opinion n’est-ce pas ??

Durand Pierre, Le 30/09/2021 à 13:09

Psst, c'est l'Australie qui voulait du "conventionnel" pour maintenir son indépendance stratégique en ne dépendant pas d'un autre pays pour la maintenance du matériel. C'est là que cette affaire, cette trahison diront certains, est grandiose en les voyant devoir dépendre maintenant des US ou des Rosbifs pour ce faire...
Vous ne lisez pas Subactu.com ?
;0)

Lucos , Le 30/09/2021 à 14:06

Le devis était à 38 millards et est passé à 53 milliards et cela trainait depuis 2016 … une comédie genre EPR … et des superbes excuses des deux côtés pour que cela traîne !! Avez-vous lu les clauses du contrat et le droit de résiliation du client… moyen finances !
Les kangourous parlent de deux milliards… et certains chez eux trouvent que cela c’est trop !
Les Rosbifs… ne peuvent rien faire sans nous… côté machines nucléaires à mettre dans les sous marins à livrer!
On peut se venger et j’approuve un coup tordu de notre part plus tard… attendons la suite du feuilleton !!

Durand Pierre, Le 30/09/2021 à 15:46

Par contre si tout vient des US… les rosbifs ne gagnent rien et ne font que les caniches des US !!
Si aux dernières nouvelles les chinois achètent la Nouvelle Caledonie, nous perdons le pacifique… et toute influence là bas !! Par contre s’il y a la guerre… comme nous ne serons pas là bas… pas de morts ni ruine financière de notre part… nous vendrons des armes aux anglais !!
Tout bénéfice pour nous !
L’avenir semble passionnant dans le pacifique!!

Durand Pierre, Le 30/09/2021 à 15:53

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 30/09/2021

La Ton

Aujourd’hui, c’est la centième ! Du coup, j’en fais des tonnes…

Analyse

Citroën fait une proposition joyeuse de la mobilité en centre urbain

Avec le groupe Accor et JCDecaux, Citroën a lancé une initiative pour proposer une vision positive et ludique de la mobilité autonome dans les centres urbains. En première mondiale, les partenaires réunis dans "The urban collëctif" ont montré le véhicule autonome Citroën qui est une sorte de skateboard géant (baptisé The Citroën Skate) et trois cellules (des "Pods") qui viennent se greffer dessus.

Constructeurs

Catégorie Marchés

Coronavirus : Shanghaï espère entamer bientôt la levée des restrictions

(Reuters) - Les autorités municipales de la mégalopole chinoise de Shanghaï visent une situation "zéro Covid" à l'échelle communautaire dans les prochains jours et commenceront ensuite à progressivement lever les restrictions de déplacement et à rouvrir les magasins, a déclaré vendredi Wu Qing, maire-adjoint de la ville.

16/05/2022

Marc Bruschet (Mobilians) : "Nous devons nous préparer à un marché VP à 1,4 million d’unités"

Fin connaisseur du marché automobile français, Marc Bruschet patron d’un groupe de distribution installé dans le sud-est de la France et président de la branche concessionnaire de Mobilians (ex-CNPA) estime que les chiffres du premier quadrimestre mettent les immatriculations sur une tendance à 1,4 million de VP pour l’année 2022. Sans mesures de soutien, cette situation risque de conduire à "des ajustements d’effectifs" conséquents dans la filière aval.

13/05/2022

Pénalisé par la pénurie de produits, le marché moto résiste bien

Certes, les immatriculations sont en baisse de 3% à la fin du mois d’avril. Mais le volume reste fort (64 000 unités sur 4 mois) et toutes les nouveautés n’ont pas encore été commercialisées. Pas mal pour un marché pénalisé par la pénurie et des prix en hausse.

13/05/2022

L'Opep abaisse de nouveau ses prévisions pour le marché pétrolier

(Reuters) - L'Opep a revu à la baisse jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année, comme elle l'avait déjà fait le mois dernier, pour intégrer l'impact de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, de l'inflation et de la résurgence de l'épidémie de COVID-19 en Chine.

13/05/2022