Publicité
Publicité
Equipementiers - 07/01/2021

Michelin révèle un plan de compétitivité qui pourrait se traduire par la suppression de 2.300 postes en France

(AFP) - Le groupe Michelin a provoqué l'émoi mercredi en présentant un "plan de compétitivité" qui prévoit de supprimer jusqu'à 2.300 postes en France sur trois ans, sans départs contraints.

Auteur : AFP

Partager cet article

Quelques mois après l'annonce de la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune, et malgré de bons résultats, le pneumaticien français a annoncé une nouvelle coupe qui touchera tous ses sites en France, avec au total plus de 10% des effectifs concernés sur les 21.000 employés du groupe dans le pays.

Le président de Michelin Florent Menegaux a précisé à l'AFP qu'il n'y aurait "pas de fermeture d'usine, aucun départ contraint. Nous anticipons environ 60% de mesures de pré-retraites et 40% de départs volontaires, dans le cadre de ruptures conventionnelles collectives (RCC)".

De Clermont-Ferrand à Épinal en passant par Vannes et Troyes, cette nouvelle réorganisation concerne "tous les sites français", a précisé M. Menegaux.

"Michelin s'engage à recréer autant d'emplois qu'il y en aura de supprimés", a-t-il ajouté, via le développement de nouvelles activités en interne ou l'installation d'autres entreprises sur les territoires concernés.

A travers ce plan, le Bibendum vise "une amélioration de sa compétitivité pouvant aller jusqu'à 5% par an" pour les activités tertiaires et pour l'industrie, ce qui pourrait signifier "d'ici trois ans une réduction de postes pouvant aller jusqu'à 2.300".

"Surprise et colère"

La crise sanitaire a retardé l'annonce de cette nouvelle restructuration en préparation depuis 18 mois, mais ne l'a pas causée, souligne le président de Michelin. Le groupe souhaite ouvrir "rapidement" des négociations avec les syndicats autour d'un "accord-cadre d'une durée de trois ans".

Les salariés sont partagés entre "la surprise et la colère", selon José Tarantini de la CFE-CGC. "Nous attendions des réponses de la direction depuis fin octobre sur un projet concernant le tertiaire et nous avons là un projet beaucoup plus vaste et ambitieux qui concerne également le côté industriel", a réagi le syndicaliste.

Jérôme Lorton, de Sud Michelin, a regretté qu'à "aucun moment Michelin ne s'engage sur des investissements comme cela a pu être fait lors de certaines annonces".

"On sera vigilant à ce que les engagements" du groupe "soient tenus, mais nous n'en doutons pas", a assuré pour sa part le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Côté patronat, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux a souligné que "le marché automobile français c'était -25%. On est revenu au niveau de 1975 en (nombre) de ventes. Ça ne peut pas se passer sans des conséquences sur les fournisseurs de ce secteur là", a t-il estimé.

Plusieurs personnalités politiques ont aussi réagi sur Twitter.

"Michelin dégomme l'emploi et la production industrielle en France !", a dénoncé le secrétaire national du PCF Fabien Roussel, tandis que la députée LFI Danièle Obono s'est demandé si le groupe allait "rendre" "les 65 millions d'euros de CICE perçus?" ou "les 12 millions d'euros de chômage partiel?".

Michelin avait déjà effectué en 1999 une coupe historique de 7.500 postes.

Plus récemment, le groupe a supprimé près de 1.500 postes, notamment à son siège de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et aux Etats-Unis. Il a également fermé les sites de La Roche-sur-Yon (Vendée) et de Bamberg en Allemagne.

Concurrence de pneus à prix cassés

Le groupe va pourtant bien et prévoit des résultats positifs pour 2020 malgré la crise sanitaire. Le dividende distribué par action a été multiplié par trois depuis 2009.

"Nous avons toujours distribué environ 35% de notre résultat", explique Florent Menegaux. "Il y a quelques années, on ne faisait pas de résultats, donc on ne distribuait pas de dividendes".

En 2020, "Michelin aura distribué 360 millions de dividendes, et 6,4 milliards d'euros en frais de personnel, dont 1,2 milliard en France", souligne-t-il.

Le groupe est confronté depuis une dizaine d'années à "l'arrivée massive de produits à bas coûts", souligne la direction de Michelin.

"Michelin n'abandonne pas la France" et "va réinvestir une partie des économies réalisées dans le développement de nouvelles activités", assure néanmoins M. Menegaux.

Ses 15 sites industriels dans l'Hexagone se sont progressivement spécialisés dans les pneumatiques haut de gamme, agricoles, industriels ou de compétition.

Parallèlement, Michelin poursuit "sa stratégie de localisation en France de nouvelles activités à forte valeur ajoutée", comme la pile à hydrogène, l'impression 3D, les colles ou le recyclage des déchets plastiques. A horizon 2030, Michelin souhaite que 30% de son chiffre d'affaires soit réalisé hors pneus.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Causez toujours les grands !!

Durand Pierre, Le 07/01/2021 à 11:00

Excellente remarque de Geoffroy RdB.
Sans même parler des effets désastreux des confinements successifs, cette lutte anti-bagnole permanente, incessante, délirante ne peut que porter ses fruits empoisonnés sur l'emploi.
Achetez des bagnoles mais ne vous en servez pas.

Bruno Haas, Le 07/01/2021 à 14:26

Le secteur du pneumatique est effectivement en pleine mutation. Il y a pléthore de choix en pneus à bas coût d'origine chinoise maintenant sur tous les secteurs, y compris dans les garages avec enseigne de grands constructeurs...
Personnellement, je n'adhère pas à ce type d'achat car cela risque de se passer comme c'est le cas dans certains secteurs où quasiment seuls les produits chinois sont sur le marché.
Mais en temps de crise (sanitaire et économique), ce qui compte majoritairement pour le consommateur, c'est le prix d'achat...

Clerion , Le 07/01/2021 à 14:30

Le Pneu représente 25% du CA des SAV auto en France, donc 25% des dépenses clients et depuis les années 2000 c'est service mini pour l'entretien qui est devenu une contrainte pour les clients et leur voitures qui sont en très grande majorité devenus un utilitaire pour eux. Donc rien d'étonnant dans la recherche du bas prix pour les pneus et quand vous avez parfois un rapport de 1 à 4 entre une "marque" et de l'inconnu chinois mais recommandé par le ptit garageot en qui vous avez confiance, et bien il n'y a pas photo. Ca suffira bien pour aller acheter le pain, passer le contrôle technique et tout ce qui n'est pas sorti du porte monnaie à l'instant t y est encore pour autre chose plus plaisante...
;0)

Lucos , Le 07/01/2021 à 15:12

Oui Lucos, je souscris à votre analyse (que je partage ailleurs) ..
L'argent "ruisselle" tellement, changement de paradigme font que l'arbitrage budgétaire ne tourne plus en faveur de ce qui tourne autour de la "chignole" .
A part les impôts (...), "y a rien qui dure toujours" ...
;0)

Ade Airix, Le 07/01/2021 à 16:46

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 07/01/2021

Top Chef

Ça y’est, ils se sont dit oui le 4 janvier ! Après des fiançailles annoncées fin 2019, PSA et FCA n’auront pas traîné pour se passer l’anneau au doigt lors d’assemblées réunissant les actionnaires des deux familles, surtout avec un contrat de mariage de plus de 12.000 pages. Mais la gestion d’une famille recomposée de 14 membres risque de ne pas être de la tarte…

Analyse

Catégorie Equipementiers

Pénurie de composants auto : Berlin demande l'aide de Taïwan

(AFP) - Le gouvernement allemand a indiqué lundi avoir contacté le gouvernement de Taïwan pour tenter de résoudre la pénurie mondiale de puces semi-conductrices qui entrave depuis le début de l'année la production automobile, pilier de l'économie allemande.

26/01/2021