Publicité
Publicité
Equipementiers - 07/01/2021

Michelin, un fleuron industriel français à la tradition paternaliste

(AFP) - Fleuron auvergnat et longtemps symbole d'une industrie paternaliste, Michelin a multiplié les plans d'économies en France ces dernières années, réduisant son empreinte industrielle.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le géant des pneumatiques, qui conteste à Bridgestone le titre de premier constructeur mondial, avait installé sa première usine en 1889 à Clermont-Ferrand. A l'origine, 52 ouvriers y travaillent à la fabrication de patins de frein pour vélo.

Au cours du XXe siècle, Michelin accompagne le développement des bicyclettes puis des automobiles et devient une des multinationales tricolores les plus connues, avec des pneus d'excellente réputation, des victoires en Formule 1 et en rallye, et de fameux coups de marketing.

Le Bibendum, dessiné à partir d'un empilement de pneus et devenu un des logos les plus connus dans le monde, fête ses cent ans en 1998. Et le Guide Michelin reste une référence pour les gourmets. 

Seule entreprise du CAC 40 à conserver son siège hors de la région parisienne, le groupe pèse désormais 24 milliards d'euros de chiffre d'affaires, avec plus de 100 sites et 121.000 salariés dans le monde, dont 21.000 en France.

"Humanisme"
Parallèlement à cette croissance, le fondateur Edouard Michelin (1859-1940) se lance dans de grands programmes paternalistes à l'égard de ses ouvriers. La société figure notamment parmi les premières à verser des allocations familiales. 

Des écoles, des coopératives et des cités-jardins fleurissent, marquant le tissu urbain de Clermont-Ferrand, où la société emploie jusqu'à 30.000 "Bib". 

Et les usines se multiplient sur le territoire français, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), Golbey (Vosges) ou Cholet (Maine-et-Loire).

François Michelin dirige l'entreprise entre 1959 et 1999. A sa mort en 2015, des salariés saluent son "humanisme social". "Son côté paternaliste peut gêner du monde, mais pour moi il a apporté beaucoup aux Auvergnats", souligne alors l'un d'eux.

Du côté des syndicats, on se souvient surtout d'un patriarche conservateur qui n'appréciait guère la négociation, considérant les représentants du personnel comme "le ver dans le fruit".

Le jeune Edouard Michelin succède à son père François en 1999 et provoque l'émoi en annonçant 7.500 suppressions de postes en France, évoquant des problèmes de productivité et une concurrence acharnée. 

Le groupe va mal, mais se redresse dans les années 2010. Edouard décède dans un naufrage en 2006, le dernier membre de la famille fondatrice Michel Rollier est remplacé par Jean-Dominique Senard en 2012. Les suppressions de postes continuent.

Délocalisations
Le Bibendum se retire progressivement de France pour des questions de coûts, comme de nombreux groupes industriels soumis à la concurrence internationale. Il construit des usines géantes en Pologne, Espagne, Brésil, Chine ou Thaïlande.

"Michelin a énormément investi à l'étranger, notamment en Chine", analyse Pierre-Antoine Donnet, ex-rédacteur en chef de l'AFP et auteur d'une "Saga Michelin" en 2008. "L'une des constantes de l'entreprise est d'être au plus près de ses clients". 

Nommé en 2018 à la tête de Michelin, Florent Menegaux a pour mission de réduire les coûts et diversifier les activités du groupe, hors pneumatiques. 

"Dans nos activités industrielles historiques, nous ne sommes pas au niveau de compétitivité attendue si nous la comparons à celle de nos concurrents", souligne-t-il.

"Le marché a basculé vers les pneus plus bas de gamme", explique Olivier Hanoulle, du cabinet Roland Berger. "La pression sur les prix est importante. Et on peut faire varier 10% du prix en jouant sur la main d'oeuvre".
  
"Il n'y a pas un acteur dans toute l'industrie qui n'a pas rééquilibré son empreinte vers l'Est. Michelin est l'acteur qui a le moins délocalisé jusqu'à présent", souligne un expert du secteur.

Quand Michelin ferme une usine, à Toul ou à La Roche-sur-Yon, en héritier de son passé social, il s'engage à ne laisser personne sur le carreau en proposant des formations, en revitalisant le site. 

"La direction a toujours pris la peine d'éviter les licenciements secs. Il y a une culture de l'entreprise très forte, qui continue aujourd'hui", souligne Pierre-Antoine Donnet. 

Mercredi, le groupe a annoncé une nouvelle vague de 2.300 suppressions de postes dans le cadre d'un "plan de compétitivité", avec des mesures d'accompagnement surveillées de près par les syndicats comme par les pouvoirs publics.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Dur ,une pensée à tous les Bibs qui vont perdre leur emploi.
Le pneu est hyper concurrencé et les gens ne roulent plus,certains pneus font plus de 100000 ils.
Seule l’arrivée du VE va relancer la rechange,oui Zoé mange du pneu!!

Alain Boise, Le 07/01/2021 à 07:57

... Un papier assez équilibré sur le "fleuron paternaliste" de la part de l'AFP, çà mérite d'être souligné ... "Le nationalisme c'est la guerre" avait dit l'autre ...Peut être ?...mais je préfère compter des entreprises comme Michelin dans "nos" rangs que chez les "copains"...
Son rayonnement à l'international n'est pas nouveau et ses compétences dépassent laaargement les pneus des chignoles bodybuildées (ou pas). Autre marché important de ... L'aérien traverse, aussi, une zone de turbulences quasiment sans précédent...Toutes les entreprises rencontrent à un moment ou à un autre des moments difficiles ... Au moins, jusqu'à présent, le management "paternaliste" de Michelin s'attache à les régler "proprement" ... Il y aura des jours meilleurs, il faut l'espérer en tous cas pour Michelin, les bibs bien sûr et l'écosystème qui va avec ...
;0)

Ade Airix, Le 07/01/2021 à 10:32

Cela va devenir moderne les entreprises paternalistes !! Attendez un p(n)eu !!

Durand Pierre, Le 07/01/2021 à 11:03

Il va falloir s'y mettre aux pneus bas de gamme..
;0)

Lucos , Le 07/01/2021 à 12:09

""Le marché a basculé vers les pneus plus bas de gamme", explique Olivier Hanoulle, du cabinet Roland Berger. "La pression sur les prix est importante. Et on peut faire varier 10% du prix en jouant sur la main d'oeuvre"."
Le problème à l'heure actuelle, est que pour Michelin, que le pneu soit fabriqué en France ou ailleurs, il est globalement plus cher que la concurrence. Et en général, au delà des 10%.
je parle du prix de vente, pas de la qualité de la chose vendue car en général, les pneus Michelin durent plus longtemps...
;-(

Clerion , Le 07/01/2021 à 14:24

... Question moins anodine qu'il n'y paraît...Les peneus Michelin durent ils plus de 10% que les autres concurrents du pneu "premium" ?
...laissons de côté les savonettes chinoises ...
Si la réponse est oui ...ils ont probablement raison de faire payer l'atout concurrentiel les Michelin.
Si la réponse est nan ... alors il y a un "souci" ...
Quant au marché du pneus "bas de gamme" il faudrait développer c"est bien trop "générique" ...Ainsi, c'est bien Bridgestone qui ferme une unité qui fabriquait du 14 pouces ... il y a longtemps que les Gti 1600 (185/60 x 14) ne sont plus commercialisées et que le "14 pouces" n'est plus une monte techniquement "haut de gamme" ...il s'en faut de beaucoup...!
Enfin avec les "sous marques" de Michelin ...il doit y avoir moyen de moyenner pour concurrencer les savonnettes ...Sans déprécier le "premium" ?
1 - cette concurrence chinoise n'existerait pas (ou peu) si il n'y avait pas un problème massique de pouvoirs d'achat chez ceux qui "font tourner le bazar" ...Massiquement toujours "on" ne choisit pas de mauvais pneumatiques pour le "plaisir"...
2 - remercions les apôtres du libre echange qui siegent à Bruxelles ...Des "ravis de la crèche" qui ne payent pas les conséquence de leur dogmatisme ... Confortable ?
;0)

Ade Airix, Le 07/01/2021 à 15:59

@ Ade Airix :
Il y a les clients qui achètent un prix pour avoir un truc qui s'appelle pneu pour rouler (qui peut se comprendre, pouvoir d'achat, peu de kilométrage, voiture plus ancienne)
Il y a les clients qui sont prêts à mettre plus cher avec des pneus de grande marque
Michelin est quand même globalement plus cher que la concurrence avec des durées de vie comparables avec certaines autres marques à prix quasi équivalent.
On peut encore trouver de la taille exotique à des tarifs intéressants et fabriqués en Europe, comme du 165/80/15 ou 155/80/15, dont je tairai la marque, avec des prestations tout à fait intéressantes.
Pourvu que cela dure...

Clerion , Le 08/01/2021 à 09:34

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 07/01/2021

Top Chef

Ça y’est, ils se sont dit oui le 4 janvier ! Après des fiançailles annoncées fin 2019, PSA et FCA n’auront pas traîné pour se passer l’anneau au doigt lors d’assemblées réunissant les actionnaires des deux familles, surtout avec un contrat de mariage de plus de 12.000 pages. Mais la gestion d’une famille recomposée de 14 membres risque de ne pas être de la tarte…

Analyse

Catégorie Equipementiers

Pénurie de composants auto : Berlin demande l'aide de Taïwan

(AFP) - Le gouvernement allemand a indiqué lundi avoir contacté le gouvernement de Taïwan pour tenter de résoudre la pénurie mondiale de puces semi-conductrices qui entrave depuis le début de l'année la production automobile, pilier de l'économie allemande.

26/01/2021