Publicité
Publicité
Constructeurs - 17/11/2020

Nissan dément vouloir réduire sa part dans Mitsubishi Motors

(AFP) - Nissan a démenti lundi des informations de l'agence Bloomberg selon lesquelles le constructeur automobile japonais envisagerait de réduire sa participation au capital de son compatriote Mitsubishi Motors, dont il détient 34% depuis 2016.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Il n'y a pas de plans pour changer la structure de capital avec Mitsubishi", a réagi Nissan dans une brève déclaration transmise à l'AFP.

Une source proche de Nissan a encore enfoncé le clou : une telle décision n'aurait "ni queue ni tête", a-t-elle estimé auprès de l'AFP.

Cela obligerait Nissan à passer des dépréciations conséquentes car la capitalisation boursière de Mitsubishi Motors s'élève actuellement à 300 milliards de yens seulement (2,4 milliards d'euros), à peine plus que les 2,1 milliards d'euros déboursés en 2016 par Nissan pour racheter 34%.

Par ailleurs, "Nissan n'a pas de problèmes de liquidités", a rappelé cette même source.
Fin septembre, le groupe disposait d'un matelas confortable de trésorerie et équivalents de près de 2.500 milliards de yens (20 milliards d'euros). Il a notamment émis en septembre deux emprunts obligataires géants, en dollar et en euro.

Mitsubishi Motors a aussi démenti : "Il n'y a pas de discussions sur une révision de notre relation capitalistique" avec Nissan, a affirmé à l'AFP une porte-parole du groupe.

Selon des sources proches du dossier citées par Bloomberg, Nissan redouterait d'être durablement plombé par Mitsubishi Motors, lui aussi dans le rouge et dont le redressement face à la pandémie pourrait prendre plus de temps.

Alors que les performances de Nissan se sont améliorées sur le trimestre écoulé, selon des chiffres publiés la semaine dernière, Mitsubishi Motors a lui publié début novembre une perte trimestrielle pire que prévue.

Nissan s'attend désormais à enregistrer une perte nette de 615 milliards de yens (4,95 milliards d'euros) en 2020/21, contre une perte de 670 milliards de yens précédemment anticipée. Mitsubishi Motors prévoit pour sa part une perte nette de 360 milliards de yens (2,9 milliards d'euros).

Les risques d'une déliquescence de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors avaient été élevés après l'éviction fracassante de sa clé de voûte Carlos Ghosn, arrêté il y a deux ans à Tokyo pour malversations financières présumées et qui a fui au Liban fin 2019.

Les rapports entre Renault et Nissan se sont toutefois nettement réchauffés depuis l'arrivée aux commandes fin 2019 d'une nouvelle direction de Nissan résolument pro-alliance.

La nécessité de collaborer davantage s'est par ailleurs faite encore plus pressante pour les trois membres de l'alliance depuis le choc économique provoqué par la pandémie de Covid-19.

"Il est essentiel pour chaque partenaire de l'alliance de se concentrer sur ses compétences-clés et de maximiser l'utilisation des atouts de chacun" pour que les trois membres atteignent leurs objectifs de moyen terme, a insisté Nissan dans son communiqué.

Les informations de Bloomberg ont brièvement fait tomber l'action Mitsubishi Motors dans le rouge à la Bourse de Tokyo en fin de matinée, mais le titre s'est rapidement repris pour finir en hausse de 2,53% à 202 yens. 
Nissan a gagné de son côté 5,44% à 469 yens.
En début de séance à la Bourse de Paris, l'action Renault prenait 3,45% à 30,02 euros.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les zinzins en bourse continuent de faire leur boulot de zinzins !!

Durand Pierre, Le 17/11/2020 à 10:42

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 17/11/2020

Catégorie Constructeurs

Renault tient ses promesses de remettre la France au centre de sa stratégie industrielle

Lors de la première journée de négociation de son prochain accord triennal (2022-2024), le groupe Renault a annoncé aux organisations syndicales l’affectation de neuf nouveaux modèles sur les sites de production français. La transition énergétique va également conduire à la reconversion ou formation de près d’un tiers de ses effectifs.

17/09/2021

Dieselgate : un procès Volkswagen s'ouvre en Allemagne

(AFP) - Le procès de quatre anciens responsables de Volkswagen, accusés de fraude dans l'affaire des moteurs diesels truqués, s'ouvre jeudi, une nouvelle étape dans l'épilogue pénal du "dieselgate" malgré l'absence de l'ancien patron du groupe.

17/09/2021

Citroën dévoile une C3 spécialement conçue pour le marché indien

Dans la quête d’un développement international, Citroën mise sur le marché indien. Pour conquérir les clients sur ce marché réputé être l’un des plus exigeants en contenu produit et en prix, Citroën a développé un véhicule spécifique avec une C3 très différente de la version européenne dont la révélation avait lieu hier.

17/09/2021

Pour son enquête sur Tesla, un régulateur sollicite douze autres constructeurs

(AFP) - L'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) a demandé à douze constructeurs automobiles des informations sur leur système d'assistance à la conduite dans le cadre de son enquête préliminaire sur celui de Tesla, ouverte après une série d'accidents avec des véhicules d'urgence.

15/09/2021

Frank Marotte, président de Toyota France : "Au pire, nous aurons un mois de retard sur nos prévisions"

Hier, la production reprenait dans l’usine Toyota de Valenciennes, après 6 semaines d’arrêt. Cette interruption ne va pas perturber le lancement commercial de Yaris Cross, prévu ce jeudi, ni les journées portes ouvertes de ce weekend, nous a dit Frank Marotte, président de Toyota France. En revanche, le retard de production d'un mois va se ressentir sur les objectifs, à moins de réaliser un rattrapage au dernier trimestre.

14/09/2021

Alain Visser, CEO Lynk & Co : "Nous allons faciliter brutalement le choix du produit en standardisant avec une seule voiture et deux couleurs"

Chez Lynk & Co, le point de vente est un "Club", les clients sont des "membres", l’offre n’a qu’un modèle unique, la 01 dérivée du Volvo XC40, l’abonnement mensuel peut être résilié à tout moment. Rencontre (virtuelle) exclusive avec Alain Visser créateur de ce nouveau business model à quelques mois de l’ouverture du Club parisien.

13/09/2021