Publicité
Publicité
Réseaux - 22/01/2021

Point S ne s’interdit pas la vente de voitures

(AFP) - Issu du monde du pneumatique et devenu au fil des ans un généraliste de la réparation automobile, Point S réfléchit à de nouvelles diversifications, à l'appui de son objectif de doubler à 10.000 le nombre de ses implantations dans le monde.

Point S ne s’interdit pas la vente de voitures

"Nous avons au moins autant de légitimité que la Fnac pour vendre des automobiles", relève Christophe Rollet, DG de l'enseigne Point S.

Auteur : AFP

Partager cet article

La société Point S, qui fête en 2021 ses cinquante ans, s'est lancée l'an dernier dans la réparation de pare-brise. Elle envisage de se développer dans la carrosserie. Et la vente de voitures ? "On ne s'interdit aucune opération dans le domaine auto", lance le directeur général de l'enseigne Christophe Rollet.

"Nous avons au moins autant de légitimité que la Fnac pour vendre des automobiles", relève M. Rollet, en référence à la commercialisation par l'enseigne culturelle d'une voiturette électrique produite par Citroën.

Dans le vélo électrique, aussi, Point S est "en pleine réflexion", souligne M. Rollet.

Dans un secteur qui a longtemps eu mauvaise réputation - "qui n'a jamais eu la crainte de se faire avoir par son garagiste ?" - Point S met en avant les valeurs du commerce de proximité : le service, le savoir-faire, le sourire...

"Mon modèle, dit-il, c'est Seven-Eleven", la chaîne de supérettes américaines, même si l'enseigne est encore loin d'en avoir l'empreinte géographique, avec 580 points de vente en France et 5.500 dans le monde.

Chez Point S, l'activité pneu représente encore plus de 60% des ventes mais cette part décroît régulièrement, précise M. Rollet, rencontré par l'AFP au siège sans chichis de l'entreprise.

Renouer avec les adhérents

Une austérité qui porte la marque de M. Rollet, arrivé au volant de Point S en 2001, alors que la société traversait une crise d'identité, avec une direction jugée "seigneuriale" et coupée des préoccupations des adhérents.

L'une de ses premières décisions aura donc été de déplacer à Lyon le siège de la société née à Boulogne-sur-Mer et transplantée ensuite en région parisienne.

Une manière de renouer avec les adhérents, Point S étant une coopérative dont les membres détiennent toujours la totalité des sièges au conseil d'administration.

"Nous n'avons ni fonds d'investissement, ni industriel à notre capital. Cela n'a pas changé depuis cinquante ans et ce n'est pas près de changer", assure M. Rollet.

Autre signe de cette sobriété assumée : le siège de Point S compte tout juste 120 personnes. Pour un chiffre d'affaires mondial de 3,1 milliards d'euros !

Cette légèreté des frais de structure permet à l'enseigne de réclamer à ses adhérents une redevance inférieure à celle de ses concurrents directs (1% en moyenne, davantage dans les pays où elle est bien implantée).

Son autre source de revenus est la commission perçue sur les achats de pièces détachées que sa centrale d'achats négocie pour le compte des adhérents.

L'importance de générer des volumes d'achats importants oblige Point S à accroître sans cesse le nombre de ses affiliés, en France, mais aussi à l'étranger : l'enseigne compte 600 implantations en Allemagne, plus de 300 au Royaume Uni, près de 500 en Italie, 150 en Pologne...

Tremplin chinois

Au total, elle est présente dans 41 pays, mais pas en Espagne d'où Point S s'est retiré - alors qu'il y a compté jusqu'à 80 points de vente - faute d'y avoir trouvé "de bons représentants".

Son expansion internationale se fait par le biais de la franchise ou de licences.

"En matière de distribution, la France a un vrai savoir-faire", relève M. Rollet, en évoquant la situation découverte aux Etats-Unis, où le marché est moins structuré que dans l'Hexagone. Cinq ans après s’être lancé outre-Atlantique, le groupe y compte 300 points de service, un chiffre qu'il aimerait tripler.

Après "avoir lorgné dessus pendant cinq ans", Point S vient de se lancer en Chine, avec deux partenaires. Dans ce pays, comme dans d'autres, l'objectif est d'occuper 5% du marché dans les cinq ans, ce qui passe par l'ouverture d'environ 1.000 magasins. L'objectif dans les dix ans est d'en avoir 4.000.

"On va se servir de cette implantation en Chine comme d'une vitrine pour aller chercher d'autres pays en Asie", explique M. Rollet.

En France, les perspectives sont aussi bonnes, d'autant que le garagiste indépendant y est en voie de disparition : il ne représenterait plus, selon M. Rollet, que 5% à 10% du marché.

Avec l'arrivée massive de l'électronique, "on arrive à un niveau de complexité qui fait que les petits ne vont pas pouvoir survivre. Nous n'avons pas terminé notre parcours, loin de là"...

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Toutes ces boites qui vont vendre des bagnoles, sur le net comme Link&Co, Aiways, à la FNAC, chez Darty et bientôt dans les centres autos, que se passe-t-il quand c'est en panne ?
;0)

Lucos , Le 22/01/2021 à 08:26

Dis et pensé rapidement, un SAV auto me fait moins peur dans un centre auto que dans un magasin qui vend majoritairement de l'électroménager ou de l'informatique.
Après, ceux pour qui ce n'est pas "le coeur de métier", vont probablement ouvrir des partenariats avec des spécialistes de la réparation automobile.
Et pour rappel, garantie légale minimale légale de deux ans pour du neuf et à vie pour les vices cachés s'agissant d'un professionnel de l'automobile.
Que fait-on quand le revendeur n'est pas un professionnel de l'automobile de par son "coeur de métier" ?
Belle bataille d'experts et de procédures juridiques en perspective ?
;-(

Clerion , Le 22/01/2021 à 10:00

A ce sujet, je ne m'interdit pas un jour d'embrasser miss Monde...
;0)

Lucos , Le 22/01/2021 à 11:14

Lucos ... Grand bien vous fasse !
Ce n'était que le point S le sujet ...
;0)

Ade Airix, Le 22/01/2021 à 11:27

Sans tabou ...je ne m'interdis ...
;0))

Ade Airix, Le 22/01/2021 à 11:34

Quand ce sera en panne, le client ira chez Point S. Pas bête non ?

Bruno Haas, Le 22/01/2021 à 11:39

Pour blaguer :
Qu'est ce qu'une pomme dauphine ?
Une candidate arrivée deuxième au concours de Miss Patate.
;-)

Clerion , Le 22/01/2021 à 11:55

J'interdis que l'on donne le nom de Miss Patate si elle est sautée.

Bruno Haas, Le 22/01/2021 à 12:02

Est elle croustillante...
;0)

Ade Airix, Le 22/01/2021 à 12:13

Bien vu Adeairix !

Bruno Haas, Le 22/01/2021 à 12:26

C'est la litote de Point S qui est croustillante et c'est pour cela que je me suis permis cet écart.
J'aurai dû mettre Miss "Mondéo" pour mieux coller avec Autoactu, Clerion a été plus malin avec sa Dauphine..
Respect !
;0))

Lucos , Le 22/01/2021 à 13:22

Enfin... pas de stress !
;0)

Lucos , Le 22/01/2021 à 13:23

Si bécassine avait des cousines, vous auriez affaire à certains grincheux ou grincheuses de mauvais poil et sans humour sur les réseaux sociaux mais il ne faut pas faire de tout cela un plat (de lentilles) et l'humour vaincra toujours même si celui-ci souvent c'est au détriment d'une tête de turquesse ( qui ne le mérite certainement pas).
Eh le spécialiste, cela m'étonnerais que miss France vous laisse aller plus loin que sa joue droite ou gauche !
Est-ce que c'est pour ses mérites que vous voulez l'embrasser ? Mystère.
Je n'irais pas dans cette discussion jusqu'au point G !!

Durand Pierre, Le 23/01/2021 à 10:54

Concernant les vrais hybrides (et pas que Toy), et il y en a plus de 15 ou 20 millions qui circulent TOUJOURS dans le monde...et celles-ci ne risquent pas d'aller souvent au Point S sauf pour des pneus et pas autre chose !!
C'est quand même grave que beaucoup de spécialistes dans cette industrie n'ont pas encore intériorisé qu'avant de fabriquer une voiture il FAUT penser d'abord FIABILITÉ. Tous les malheurs viennent de là.
La belle mécanique est d'abord une mécanique fiable et simple.
Pas besoin d'aller au Japon...on peut faire cela chez nous.
Il y a un fabricant à Brest qui fait de l'acoustique (notamment pour la Marine Nationale) dont les produits sont garantis à vie.
Pour répondre à M.Clerion, il n'existe pas de garantie à vie pour des pièces automobile, les experts auto disent:
"telle pièce est conçue pour faire un minimum de 150/250000 km ou plus"
et après cela se plaide en cas de litige et un état d'usure peut aussi se déterminer.
Les administrations et organismes de contrôle, et cela dépend des pays, peuvent légiférer selon la technologie d'un bien de consommation mis à la disposition du publique y compris d'un véhicule qui peut avoir différents état d'usure ou temps de fonctionnement. Pourquoi certains sont plus fiables que d'autres ??

Durand Pierre, Le 23/01/2021 à 11:51

C'est quoi un vrai hybride ?
Une vrai arnaque WLTP ?
;0))

Lucos , Le 24/01/2021 à 18:44

Aucun expert ne dit qu'une pièce est conçue pour faire x km cher JO.
Vous lisez trop la mauvaise presse auto avec des "plus" au lieu de venir uniquement sur Autoactu avec des infos vérifiées.
Tous les ingénieurs pensent que leurs pièces et leur systèmes sont incassables voyons..
Et le SAV fait le reste..
;0))

Lucos , Le 24/01/2021 à 18:47

Je m'inscris en faux bien sur ce que dit M.Lucos, car la réalité est toute autre, Quand un client final nomme un expert professionnel (cela existe) automobile pour un litige et un dossier étayé est présenté en tribunal contre un constructeur celui-ci gagne rarement !!
Vous deviez avoir honte d'écrire ce que vous écrivez sur un site professionnel comme Autoactu, en croyant que les gens sont des ignorants!
La Chambre de Commerce Automobile a une statistique annuelle sur les litiges en Tribunal d'Instance entre les automobilistes et les marques auto.
Vous voulez JOUER à l'expert zozo qui croit que plus c'est gros plus cela passe, en en plus un dimanche, mais c'est à votre détriment !
Ce n'est pas la première fois que vous perdez votre sang froid...en sortant des petites haines rances contre des lecteurs ici.
L'industrie auto est beaucoup plus compliqué que vous pensez !!
Des revues grand public que vous avez en tête, embauchent même des avocats spécialistes du droit et des litiges auto y afférents !!
Il y a un temps pour l'humour et un temps pour être adulte et sérieux !!
Lamentable.
Faut-il vous répéter encore qu'il y a beaucoup plus de trois personnes qui lisent ce que vous écrivez ici ??

Durand Pierre, Le 24/01/2021 à 22:41

"En faux bien sur"
A l'évidence ...!
;0)

Ade Airix, Le 25/01/2021 à 08:34

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 22/01/2021

Le "pool CO2" du groupe Volkswagen manque de peu son objectif CO2

Le groupe Volkswagen a annoncé ce jeudi que le "pool CO2" qu’il a constitué pour 2020 avec treize structures juridiques dont les filiales européennes de SAIC et Geely et une petite structure allemande n'a pas atteint son objectif. Ce sont notamment les marques Seat, Skoda et Porsche qui en sont responsables. A l'échelle du groupe l'amende sera cependant "modique".

Constructeurs

Catégorie Réseaux

Les pneus 4 saisons ont fait mieux que les pneus hiver en 2020

Pour la première fois, en 2020, davantage de pneus 4 saisons (+5%) ont été vendus que de pneus hiver (-32%). Ils ont représenté 14% des ventes contre 11% pour les pneus hiver qui ont subi une météo défavorable et n'ont pas profité de l'entrée en vigueur de la loi Montagne II.

24/02/2021

Euromaster France n’a perdu que 10% de chiffre d’affaires en 2020

Grâce à l'activité VI, qui représente la moitié de son chiffre d'affaires, Euromaster France a amorti la chute des ventes de pneus tourisme, enregistrant un recul de seulement 10% en 2020. Il souhaite recruter massivement de nouveaux franchisés ainsi que 400 nouveaux salariés cette année.

24/02/2021