Publicité
Publicité
Constructeurs - 02/06/2021

Renault : rassemblement pour défendre les emplois dans l'ingénierie

(AFP) - Quelque 200 personnes selon la CGT se sont rassemblées mardi devant le centre de recherche et développement de Renault à Guyancourt (Yvelines) pour dénoncer les suppressions d'emplois et externalisations de postes dans l'ingénierie et l'ensemble du groupe automobile.

Auteur : AFP

Partager cet article

Au-delà des "27 salariés de la maintenance" des matériels d'essais des moteurs - activité et emplois que la direction veut transférer chez un sous-traitant -, "on est tous visés par les suppressions de postes" et "aujourd'hui, il y a des projets entiers de l'ingénierie qui partent", a protesté Christian Morel du syndicat SUD, qui avait appelé à ce rassemblement avec la CGT, la CFDT, la CFE-CGC et FO.

"On est tous concernés, tous dans le même bateau, que ce soit dans l'ingénierie, le tertiaire, les fonderies, les usines", a-t-il souligné. "La direction pilote la pénurie d'activité" et "après, on est trop nombreux, (...) il faut aller voir ailleurs", a-t-il critiqué. "On veut garder notre boulot" et "il y a des tas de solutions", comme "travailler moins, répartir le travail, garder les activités", a-t-il énuméré.

Le projet d'externalisation de la maintenance, que la direction veut voir aboutir en novembre, sera examiné en comité social et économique (CSE) "le 7 juin", après que "la direction a reculé" de quelques jours la date de cette réunion, a indiqué M. Morel. Renault veut transférer cette activité à P2M, une "petite" entreprise, s'inquiètent les syndicats, qui dénoncent des "départs contraints".

"L'externalisation, la vente, la filialisation, c'est un moyen pour les patrons de baisser les droits sociaux en mettant des salariés dans des petites boîtes de sous-traitance, qui veulent baisser les salaires, réduire les congés, attaquer sur la flexibilité. Ils font la même chose dans les fonderies, en essayant de vendre la Fonderie de Bretagne", et "dans les usines, en filialisant Douai, en remettant à plat tous les droits sociaux", s'est alarmé Florent Grimaldi de la CGT.

Les deux responsables syndicaux ont aussi mis en garde contre "une augmentation du nombre de plans de progrès individuel (PPI)". "Dès que vous n'avez pas atteint vos objectifs, c'est un PPI", la direction met "la pression sur les salariés pour qu'ils dégagent", s'est insurgé M. Morel.

Ces PPI sont "une menace", des "pressions psychologiques pour nous faire partir", a renchéri M. Grimaldi, alors qu'une procédure de rupture conventionnelle collective (RCC), visant jusqu'à 1.900 départs volontaires, est en cours dans l'ingénierie/tertiaire chez Renault. 

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Mais comment peut-on être aussi stupide pour affirmer qu'il faut "travailler moins et répartir le travail" ?

Bruno Haas, Le 02/06/2021 à 10:29

Oui, oui...nous ne sommes pas assez nombreux sur terre...(9 milliards d'habitants et des ressources à l'infini) et c'est pour cela que les chinois veulent passez au troisième enfant ... !!
Les contradictions laissons cela pour demain ...plus nous concentrons les richesses dans les mains des uns plus cela va ruisseler...cantilène connu !! So far so good !
Passons au troisième véhicule par foyer...et en avant toute mon capitaine !!

Durand Pierre, Le 02/06/2021 à 10:58

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 02/06/2021

La belle histoire du groupe Mary ne fait que commencer...

Simple vendeur, puis chef des ventes et enfin investisseur prospère, François Mary est aujourd'hui à la tête d'un groupe de 1.500 salariés qui franchira bientôt la barre du milliard d'euros de chiffre d'affaires. Pour réaliser ce parcours, il a su s'entourer de talents qui ont évolué avec le groupe et qui forment aujourd'hui son équipe de direction.

Réseaux

Guillaume Couzy, directeur France Stellantis : "Nous devons avoir un mode de distribution plus frugal pour être pérenne et rentable"

Dans cet interview que nous a accordé Guillaume Couzy, le directeur des marques de Stellantis en France revient en détail sur les raisons qui ont poussé le groupe à résilier l’ensemble de ses concessionnaires. Il nous explique la logique qui va permettre de baisser le point mort des concessions qui passera aussi par un allègement des contraintes imposées par le constructeur. Quant à Internet, le dirigeant estime que la frontière entre les ventes digitales et physiques va disparaître.

Réseaux

Catégorie Constructeurs

L’industrie automobile s’inquiète de la prolongation des quotas d’importation d’acier

Les organisations européennes représentatives des constructeurs (ACEA) et des équipementiers (Clepa) contestent le bienfondé de la reconduction des quotas d’importation d’acier en Europe. Ils estiment que leurs intérêts sont sacrifiés pour privilégier ceux des aciéristes. La Commission européenne n’a pas confirmé cette décision encore soumise à la validation des Etats membres.

16/06/2021