Publicité
Publicité
Analyse - 15/07/2021

Signaux de fumée

C’est à un sujet pour le moins opaque auquel je fais allusion aujourd’hui, dont les vraies victimes ne sont pas forcément ceux qui ont jeté un rideau de fumée sur l’industrie automobile.

Signaux de fumée

On y a droit régulièrement : la photo de l’échappement crado

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Le Lapsang Souchong est de loin mon thé préféré.
Et côté whisky, c’est un Laphroaig ou un Talisker que je sirote le plus volontiers. Les connaisseurs auront évidemment repéré que j’apprécie les notes fumées, que la boisson soit diurétique ou enivrante. Mais conscient de ce que mon introduction pourrait contenir d’apparente pédanterie, je tiens à signaler sans délai que ne je ne me considère nullement expert en infusions chinoises, pas plus qu’en distillats de céréales, et que mes découvertes en la matière ont été totalement fortuites.

Dans le même genre, j’apprécie également les nourritures boucanées, qu’elles proviennent de terre ou de mer, et l’odeur d’un bon feu de bois exerce à mon encontre une puissante influence évocatrice, comme probablement pour beaucoup d’entre vous. Rien que d’y penser me reviennent d’ailleurs en mémoire quelques belles soirées devant une cheminée, à buvoter un bon… whisky.

Pourtant, l’étymologie de fumée est pour le moins nauséabonde, puisqu’elle trouve son origine dans le substantif latin fimus, autrement dit le fumier. De plus, la définition qu’en donne le Littré n’est guère plus odorante, faisant allusion à une "espèce de nuage grisâtre ou noir, qui s'élève des foyers de combustion, et qui est un mélange de vapeur d'eau, d'acide carbonique, de charbon très divisé, d'huiles empyreumatiques et de parties non brûlées".

Et puisqu’il est question de parties imbrûlées, vous n’êtes sans doute pas sans savoir que les feux de bois sont beaucoup plus émetteurs de particules fines que nos chers véhicules. Entre 2002 et 2008, la combustion du bois issue du secteur résidentiel au Québec y représentait 42,7% des émissions atmosphériques de particules fines contre 15,6% pour les transports (j’sais ben qu’mon exemple va vous surprendre, mais j’le trouve pas plus niaiseux qu’un autre).

Voilà qui explique peut-être que je ne sois guère amateur de fumées d’origine automobile (en dehors bien sûr des moteurs deux temps qu’on pardonnera de fumiger, puisque c’est dans leur nature, et qu’ils ont de toutes façons quasiment disparu). Me voilà donc une fois de plus aux prises avec de sérieuses dissonances cognitives, puisque tout fan inconditionnel de la combustion interne que je sois, je ne goûte ses manifestations externes qu’avec modération. Si c’était moi, ce qui se passe dans les cylindres resterait dans les cylindres, et bien que sachant pertinemment le fait impossible, je n’en préfère pas moins les sorties d’échappement bien propres sur elles avec un embout chromé qui le reste, et des Diesels dûment filtrés.

De fait, rien ne m’ennuie plus qu’une motorisation mal réglée, crachotant dans l’atmosphère le reliquat d’une carburation imparfaite, à part peut-être une mécanique rincée expectorant son huile de ricin. Il y a jusqu’aux pneumatiques dont je ne goûte guère les émanations, particulièrement quand elles sont le produit d’un burn-out aussi inutile qu’exhibitionniste. Et je n´évoquerai même pas les volutes émanant d’un tableau de bord, prémisses au pétage de plomb d’un circuit électrique, capable de vous fondre une auto de l’intérieur avant que le sapeur le plus proche n’ait eu le temps de dégoupiller un extincteur à poudre. Bref, vous l’aurez compris, je donne dans une espèce d'hygiénisme automobile qui me vaudra sûrement des accusations de connivence avec le lobby de la voiture électrique.

Mais tout ça, c’est de la gnognote comparé à la dernière fumisterie en date en provenance de l’industrie automobile, et dont Autoactu.com s’est fait l’écho pas plus tard que la semaine dernière. Jeudi dernier, la Commission Européenne a en effet annoncé avoir infligé des amendes de 502 millions d’euros au groupe Volkswagen, et de 373 millions de la même monnaie à BMW, pour avoir "enfreint les règles de l'UE relatives aux pratiques anticoncurrentielles en se concertant sur le développement technique dans le domaine de l'épuration des émissions d'oxyde d'azote". Daimler, qui était pourtant aussi de la partie, échappe néanmoins à une sanction de 727 millions d’euros, pour avoir dénoncé ses petits camarades aux autorités concernées.

Voilà qui n’est d’ailleurs sans doute pas le moins choquant de cette affaire, puisqu’en jouant les Judas, l’entreprise stuttgartoise s’en tire sans le moindre dommage pécuniaire, les instances de l’Union Européenne n’appliquant pas même le principe bien connu selon lequel "faute avouée est à moitié pardonnée", qui leur aurait pourtant permis de faire rentrer 363, 5 millions d’euros supplémentaires dans les caisses. Il nous faudra donc nous consoler en songeant qu’après un tel croc-en-jambe, les ex- comparses ne sont doute pas disposés à renouveler de sitôt ce genre de collaboration.

Mais venons-en plutôt au cœur de l’affaire, dont je dois bien avouer qu’elle m’a pris par surprise, même si quelques secondes de Google m’ont suffi pour découvrir qu’elle a en fait été révélée il y a bientôt quatre ans par "der Spiegel". En effet, le célèbre hebdo hambourgeois en a fait la couv de son édition du 22 juillet 2017, avec pour titre "das Kartell", dont j’imagine qu’il se passe de traduction, même pour les moins germanophiles d’entre vous.

Il y était question d’une soixantaine de groupes de travail secrets, réunissant pas moins de 200 collaborateurs des entreprises concernées ayant participé à un bon millier de meetings depuis le début des années 90. Les sujets abordés y étaient de toute nature, du prix des pièces en après-vente, au choix de certains fournisseurs en passant par des thèmes aussi pittoresques que la durée nécessaire à la fermeture d’un toit en toile sur un cabriolet.

Pour autant,  le sujet sur lequel a statué la Commission européenne apparaît particulièrement sérieux, puisque portant sur la réduction des émissions d’oxyde d’azote (NOx) provenant de motorisations Diesel, sur lequel les parties concernées se sont entendues pour ne pas dépasser le strict respect des normes légales sur la période allant de 2009 à 2014, alors qu’elles disposaient des ressources qui leur auraient permis de faire mieux. L’accord scélérat consistait semble-t-il à limiter la taille du réservoir d’Adblue, une solution composée pour un tier d’urée et pour deux tiers d’eaux déminéralisée, permettant de décomposer le NOx en diazote et vapeur d’eau inoffensifs pour notre atmosphère, entente qui avait pour effet d’en diminuer le coût, mais aussi évidemment l’efficacité.

En découvrant cette histoire, mon premier réflexe fut de m’interroger quant à savoir qui était le plus naïf dans cette affaire, de ceux qui au plus haut niveau des organisations concernées s’imaginaient que leur stratagème ne serait jamais révélé, ou du chroniqueur de service, qui après 27 ans passés dans l’industrie automobile croit encore que les entreprises la composant puissent opérer dans le cadre strict de la légalité. Mais peu importe la réponse, puisque le principal problème réside précisément dans l’existence de la question. Nul doute que pour le citoyen lambda, qui nourrit souvent une méfiance systématique à l’égard des multinationales en général, et plus encore de certains secteurs en particulier, ce genre d’affaire ne peut vraisemblablement que représenter la partie émergée d’un iceberg pas joli-joli.

Et puis, je me suis aussi demandé qui étaient les vrais punis de l’histoire. D’abord parce que lorsqu’un constructeur comme l’un de ceux mentionnés est contraint de verser des sommes de plusieurs centaines de millions d’euros (représentant en l’espèce l’équivalent d’un projet véhicule à un projet et demi), c’est sa capacité d’investir, de rétribuer ses actionnaires ou ses collaborateurs qui est affectée, quand bien même ceux-ci dans leur immense majorité, n’approuvent vraisemblablement pas les agissements incriminés. Mais comme nous le rappelle volontiers l’affaire du Dieselgate –aux conséquences certes beaucoup plus lourdes, puisque se chiffrant à plusieurs dizaines de milliards d’euros pour le seul groupe Volkswagen- le châtiment frappe bien au-delà des vrais contrevenants, même s’il est vrai que des peines de prison ont été prononcées au pénal et le seront vraisemblablement encore à l’égard d’un certain nombre de décisionnaires.

De fait, le Dieselgate a eu pour principale conséquence non pas la perte significative de part de marchés pour les constructeurs impliqués -qui se sont de ce point de vue très vite récupérés- mais ce qui constitue probablement le bouleversement le plus important que connaît l’industrie automobile depuis sa création. Toutes les décisions qui nous mènent aujourd’hui sur le chemin de l’électrification forcée, dont l’Union européenne se veut être la pionnière, l’ont été sans la participation réelle de constructeurs qui ont perdu toute crédibilité auprès des instances politiques depuis que l’un d’entre eux a triché à très grande échelle.  

Carlos Tavares, quand il était encore PDG de PSA ne disait pas autre chose lorsqu’il déclarait dans le cadre d’une interview en marge de l’édition 2017 du Salon de Francfort : "Malheureusement, parce que je suis un constructeur automobile, je ne suis pas crédible. Mon avis est inaudible", même s’il faisait alors allusion à ses relations avec le gouvernement français.

Une fois encore, l’affaire révélée la semaine dernière est de l’urée de chat par rapport a l’énorme scandale que constitue le Dieselgate, mais elle contribue à alimenter l’image négative qui affecte depuis lors les constructeurs automobiles. Et devinez ce qu’on voit immanquablement ressurgir à la une des magazine ou dans les réseaux sociaux à l’occasion de ce type d’épisode ? Le cliché -dans tous les sens du terme- d’un pot d’échappement en gros plan crachant une épaisse fumée noire, quant bien même ce genre de scène ne correspond plus depuis longtemps à la réalité des voitures à moteur thermique sortant d’usine, même lorsque celles-ci font appel à un soft trafiqué. 

Dans ces conditions, il paraît à la fois juste et dérisoire de signaler que BMW autant que VW contestent les arguments de Margrethe Vestager, Commissaire à la concurrence, laquelle a déclaré que les groupes impliqués "possédaient la technologie nécessaire pour réduire les émissions nocives au-delà de ce qui était légalement exigé par les normes d'émission de l'UE. Mais ils ont évité de se faire concurrence en n'utilisant pas tout le potentiel de cette technologie pour aller plus loin que le niveau d'épuration légalement prescrit". Volkswagen a notamment fait savoir par un communiqué que "le contenu des pourparlers n'a jamais été mis en œuvre et les clients n'ont donc jamais été lésés", faisant référence aux fameuses discussions entre les trois constructeurs. 

Quoiqu’il en soit, ceux-ci, ou plutôt ceux qui parmi eux ont pris cette initiative pour le moins malheureuse ont fait parvenir à tous de bien mauvais signaux de fumée, qu’il s’agisse de leurs employés, des fonctionnaires européens, ou du grand public.
Et moi qui ne suis pourtant pas le dernier à brandir l’étendard de l’automobile et de son industrie, j’ai soudainement trouvé à l’évocation de cette fumeuse histoire que mon Lapsang Souchong avait un goût bien âcre.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Et dire que le moteur a Rudolf avait fait des progrès considérables en matière de rendement(Mère de l’écologie )et de rejets depuis 20 ans.
Comment peut on aimer un alcool fait avec de l’orge ou des betteraves voire des patates ,alors que les nôtres sont faits avec des …….fruits))))

Alain Boise, Le 15/07/2021 à 08:17

"Enthüllt : Die heimlichen Absprachen der Autokonzerne " ist in Französich "Révélée : la collusion des constructeurs automobiles"

Clerion , Le 15/07/2021 à 08:22

A propos de pot, il a eu ses tentatives d'embellissement par Robri interposé (années 50 à 60), ou plus récemment, par une sortie chromée mais dont la sortir réelle se faisant en amont pour les versions diesel pour ne pas montrer les particules.
Je tairai volontairement le nom de ce constructeur français pour lequel, sur cette petite "farce esthétique", il ne faudrait pas faire un mauvais procès qui n'en vaut pas la peine à l'intéressé vis-à-vis de la commission européenne...
;-)

Clerion , Le 15/07/2021 à 11:42

Boise, votre bêtise et de votre racisme n'ont rien à fair ici.
;0(

Lucos , Le 15/07/2021 à 11:55

D'accord avec Jean-Philippe quand il préconise que le "dénonceur" (délateur) se prenne une moitié de l'amende plutôt que d'être totalement exonéré.
Je trouve cette pratique détestable.

Bruno Haas, Le 15/07/2021 à 13:18

Warning ! Zappez si vous n'aimez mon langage de bas niveau !!
M.Lucos votre ami M.Boise est et restera toujours le même !
Son cher Rudolf a inventé le moulin qui fume noir et qui pue (marre de la charrette à bras et du crottin et voyez le Prof Jancovici pour savoir pourquoi nous sommes tous devenus Ironman) et c'est comme les cendres de notre écrivain ce matin (avec des pincées de phrases complaisantes) et qui nous dit (comme un autre spécialiste) que ceux qui crient au préjudice se trompent par mauvais jugement car au fait il n'ont eu que des avantages qu'ils n'ont même pas payé en achetant super cher leur diesel teuton !!
Le client n'est qu'un râleur jamais content et qui chipote tout le temps !!
Quand un constructeur auto en Europe est pris la main dans le sac il est d'abord indigné et immédiatement il a des témoins complaisants qui défendent son innocence et nous avons des exemple chez nous.
Chez les américains ils payent tout de suite les amendes, par peu qu'elles doublent en cas d'appel !!
J'ai toujours fréquenté des riches dans mon métier, mais j'ai eu la mauvaise idée de fréquenter des pauvres un moment...et je comprends que notre chroniqueur à succès ne nous dira jamais qu'il mettra un jour un gilet jaune et nous dise en plus qu'il a du mal à gagner son pognon !! Il n'est pas maso et a toujours été du bon coté du manche !! Bravo mon cher !!
La fabrique du mensonge ( à l'exclusive attention des pauvres et moyens pauvres, ils sont nombreux) joue de plus en plus et encore plus aujourd'hui avec la filière des VE.
Hyundai (et quelle surprise pour nous tous) vient nous demander de ne pas charger à bloc ses batteries de VE car elles peuvent prendre feu...et fait un rappel dans le monde, France comprise, de 80000 de ses véhicules pour toutes les remplacer !
Ils donnent une année supplémentaire de garantie chose qu'on ne verra jamais chez nos cousins teutons tout en apprenant leurs métier avec une technologie non mature mais sur notre dos au même temps!
Le Dieselgate et autres ententes ont déjà couté trop cher.
Chez Mercedes ils ricanent sec en regardant tous leurs copains naïfs qui payent des amendes ....mais cela n'indigne personne. La complaisance c'est chic.
Les vieux dinosaures (qui nous amusent beaucoup par leur coté pathétique) vont disparaitre et est-ce que les petits dinosaures vont vouloir prendre la relève !
Rien n'est moins sur ... car même les riches font la tronche pour lâcher peur pognon et se payer des VE!!
Ah ma pauvre dame même les viets font des VE maintenant...où va-ton ?
Raciste moi ? Que nenni...ils mettent une cravate quand ils sortent de leur jungle rasé au napalm par les américains, et viennent nous voir !!
Hi, hi ...ils sont en train de vouloir faire la "reconquista" de USA en demandant d'ouvrir des concessions là bas !! Sacrés viets je les adore plutôt !!
A propos des riches qui se plaignent de se faire avoir, il y a un blog sur YouTube d'un gars qui a payé plus de 120000 euros une Porsche Taycan (c'est un pauvre il n'avait pas les moyens pour se payer celle à 200000 euros sans le plein d'options) et qui a galérer un max (en temps et argent et il foutait sa santé en l'air car il ne mangeait que chez McDo et Starbucks) pour traverser toute la France sur des autoroutes...et il a faillit attendre aux bornes qui coutent une blinde toutes occupées de Ionity, vacances de juillet oblige.
Je plain les riches, c'est une vrai galère plein de stress et paillettes quand même à Cannes cette semaine !!

Durand Pierre, Le 15/07/2021 à 13:28

Une question existentielle est en train de me fileter : Alain aime t-il le Souchong ?
;0))

Lucos , Le 15/07/2021 à 14:30

Cool Lucos ,respirez oui cool vous voyez des racistes partout (((;

Alain Boise, Le 15/07/2021 à 15:00

«… une question existentielle est en train de me filetet… »
J’avoue qu’il dévisse rarement sauf quand il le fait exprès !!
Au fait je fais semblant de croire que M.Boise fait tout simplement du régionalisme à chaque fois ????!!
Je fais pas d’insulte.. eh oh !

Durand Pierre, Le 15/07/2021 à 16:08

ET CELA RECOMMENCE AVEC CES COMMENTAIRES PLEIN D'INVECTIVES !!
Que la rédaction intervienne !!
C'est vraiment trop dommageable pour une news letter de cette qualité

Alain Souchet, Le 15/07/2021 à 18:19

Eh oh...n’exagérez pas...elles sont où les invectives ?
Il y a ici une bande...d'experts avec plus ou moins une vue claire de la situation automobile, mais chacun son style et son caractère et qui soutien ce site depuis des années et qui aurait pu aller ailleurs !!
C'est vrai que le commentaire à chaud n'est pas recommandé...mais on voit ce qui relève de l'argument où d'autre chose et ce n'est pas systématique !! On se calme SVP !!

Durand Pierre, Le 15/07/2021 à 19:21

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 15/07/2021

Fonds de modernisation, bornes de recharges : les services à l’automobile oubliés

La fin des moteurs thermiques impactera les réseaux, pourtant la plupart des instruments de soutien sont dirigés vers l’industrie. Lors du comité stratégique de filière qui s’est tenu en présence du président de la République lundi, Francis Bartholomé, président du CNPA a plaidé pour l’instauration d’un fonds de modernisation pour les services de l’automobile. Il a aussi plaidé pour l’intégration des réseaux, parking et agences de locations dans le "plan bornes de recharges".

Réseaux

Dieselgate: Volkswagen condamné aux Pays-Bas

(AFP) - Un tribunal néerlandais a condamné mercredi le constructeur automobile Vokswagen  à verser jusque 450 millions d'euros de dommages et intérêts partagés entre es 150.000 propriétaires de véhicules concernés par l'affaire du Dieselgate dans le pays.

Constructeurs

Catégorie Analyse

Les questions autour du passage de Mike Manley de Stellantis à AutoNation

Mike Manley quitte la tête de Stellantis pour l’Amérique du Nord, ce n’est qu’une demi surprise. En revanche, le voir prendre la tête d’AutoNation, le premier groupement de concessionnaires aux Etats-Unis, c’est plus étonnant. Mais ce mouvement est loin d’être incohérent pour l’exécutif anglais.

24/09/2021

Réindustrialisation : et si Stellantis mettait ses pas dans ceux de Renault ?

Renault confirme de mois en mois son réengagement en France et nous offre ainsi une vision moins sombre de l’électrification : ce pourrait être une occasion d’inverser une tendance de long terme qui a vu diverger les intérêts des constructeurs français et ceux des salariés, des territoires et des sous-traitants français. Les sérieux espoirs que l’on peut ainsi nourrir seraient rendus plus consistants si Stellantis s’inscrivait à son tour dans cette logique. Les salariés de Mulhouse et leurs organisations syndicales se sont exprimés en ce sens auprès de Carlos Tavares. La réponse très prudente qu’ils ont obtenue devrait inciter le politique à se montrer plus offensif.

20/09/2021

Rémi Cornubert : "Il y a un risque important que les constructeurs zappent la génération de moteur Euro 7"

Expert des questions automobiles, Rémi Cornubert estime que la stratégie "Fit for 55", dont les règlementations ont été publiées le 14 juillet dernier, en revenant sur les objectifs CO2 décidés à peine 2 ans avant rompt la confiance des industriels dans les politiques. C’est ce qui les conduit à accélérer le passage au tout électrique. Il est très pessimiste sur l’enchaînement des conséquences des décisions actuelles qui vont conduire à moyen terme à un effondrement du marché et une explosion sociale. Dépressifs s’abstenir…

16/09/2021

Coincer la bulle

Aujourd’hui on descend en ville, à la rencontre d’un guépard, des lapins éteints de la Porte Maillot, et d’une petite voiture aussi rigolote au Brésil que dans les rues de Paris… ou de Rome.

16/09/2021

Le rêve du groupe Volkswagen de contrôler le parc des véhicules électriques vendus pour maîtriser la batterie peut-il devenir réalité ?

Herbert Diess a fait grand bruit en évoquant à Munich devant les journalistes une très sérieuse piste de travail de son groupe qui consiste à rechercher un contrôle maximal sur les batteries installées dans les véhicules qu’il produit. Pour cela, les leasings concerneraient non seulement la "première vie" des voitures mais aussi les secondes et troisièmes. Lorsque le temps du recyclage viendrait, le groupe étant resté propriétaire, il aurait toute latitude d’organiser l’affaire au mieux de ses intérêts économiques. Séduisant, ce schéma remet en selle une série d’idées "révolutionnaires" récurrentes. Les raisons qui ont conduit ces révolutions à ne pas avoir lieu restent assez claires et il y a fort à parier que la part du monde réel qui pourra rentrer dans le "projet stratégique" de Herbert Diess restera minoritaire.

13/09/2021

Rentrée automobile 2021, entre concurrents, les hostilités reprennent

Les actualités se font nombreuses pour la rentrée automobile. Hyundai annonce sa charge pour l’hydrogène, Toyota investit dans les batteries et le groupe Volkswagen occupe l’espace médiatique à l’occasion du salon allemand qui se tient cette année à Munich. La reprise pousse les constructeurs à cesser de ruminer les pertes de volumes dues au Covid et à la pénurie de composants. A l’heure où les gouvernants prennent plus de décisions technologiques que les ingénieurs, il faut démontrer son agilité.

10/09/2021

Eh bien dansez maintenant !

Aujourd’hui, c’est une chronique à lire à toute allure que je vous propose. Enfin, si la météo le permet...

09/09/2021