Publicité
Publicité
Constructeurs - 27/02/2023 - #Volkswagen Vp , #Mitsubishi

Sono Motors abandonne son projet de voiture solaire "Sion"

Par AFP

(AFP) - La voiture "Sion", auto-rechargeable à l'énergie solaire, qui aurait dû rouler sur les routes d'Europe dès 2024, ne verra finalement pas le jour, a indiqué le constructeur automobile Sono Motors dans un communiqué vendredi.

"Sono Motors s'engage à se concentrer exclusivement sur l'activité solaire pour les clients B2B et a mis fin au programme de voitures particulières de Sion", a indiqué la start-up, qui abandonne son projet mené depuis 2022.
Sono Motors prévoyait la construction d'une flotte de voitures familiales à la carrosserie noire, couvertes de 456 cellules photovoltaïques pour offrir de l'autonomie supplémentaire.   

L'entreprise se prévalait d'une autonomie de 305 km pour chaque voiture, grâce à une batterie électrique ainsi que d'une autonomie supplémentaire de 112km en moyenne par semaine grâce à l'énergie solaire.
Sono Motors va finalement se concentrer uniquement sur l'intégration de sa technologie solaire sur des véhicules tiers. Elle compte parmi ses clients Mitsubishi Europe, Chéreau et deux filiales de Volkswagen.   

La décision a été motivée par "l'instabilité persistante des marchés financiers", a expliqué M. Hahn, alors que l'essentiel de ses dépenses concernent le programme Sion.
La start-up munichoise va revendre le programme, et ainsi licencier 300 employés. Introduit en bourse de New York en 2021, ce fournisseur de solutions de mobilité solaire, notamment des panneaux solaires pour la carrosserie déclare compter sur 23 clients de l'industrie du transport et emploie 418 personnes dans le monde, dont 70% d'ingénieurs.

"Ce fut une décision difficile et malgré plus de 45.000 réservations et précommandes pour le Sion, nous avons été contraints de réagir à l'instabilité persistante des marchés financiers et de rationaliser nos activités", a déclaré Laurin Hahn, PDG de Sono Motors.
La moitié des clients qui avaient réservé leur Sion avaient déjà versé un acompte moyen de 2.225 euros, qui devait permettre de financer le développement du modèle.
Pour les indemniser, Sono Motors à annoncé un plan de remboursement en "plusieurs versements", ainsi qu'un "bonus" reversé "au cours des deux prochaines années".

Le tarif final de la voiture devait s'élever à 25.000 euros. La jeune marque envisageait d'en produire plus de 250.000 au cours des 6 prochaines années.

Cet échec, malgré une aide financière de l'Union européenne, illustre les difficultés de ce secteur de l'industrie automobile à émerger. Le mois dernier, la start-up hollandaise Lighyear annonçait elle aussi la fin de son projet de berline solaire.
Dans la foulée de cette annonce, le titre de Sono Motors perdait 24% à la bourse de New York aux alentours de 18h30 CET.

Réactions

Combien cette gabegie nous a coûté ? Donnez nous le montant des subventions svp ,après Better place ça continue,triste.
Certains ici me traitait de rétrograde et refusant de voir les progrès de la pseudo science ,allez à qui le tour?
En France combien nous coûte le soutien solaire ? Quelle gabegie surtout après notre bilan carbone électrique hivernal,vous avez aimé 2022? vous allez voir 2923,même le Bio se casse la gueule..
Slava Ukraini (allez voir le film)

Ils n'arrêtent pas le solaire, ils arrêtent d'essayer de faire des voitures. Chacun son métier.
;0)

Ah si ils avaient développé au Lucosland le solaire ça marche la bas)))

C'est vrai que si Sion ne voit pas le jour, c'est solairement incompatible...à moins que l'Union Européenne ne leur rétablisse le courant de jour...

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Les managements de Carlos Tavares et de Luca De Meo : darwinisme ou quête du compromis ?

L’annonce des résultats des deux groupes "français" a donné lieu à de multiples portrait de Carlos Tavares et, beaucoup plus rarement, de Luca De Meo. Au-delà des biais que cette grille de lecture qui personnifie les résultats impose, il semble qu’il y ait des"compromis de gouvernement d’entreprises" assez différents. A n’en pas douter le darwinisme revendiqué par Carlos Tavares explique une bonne part des résultats extraordinaires dégagés par Stellantis et, en comparaison, la hâte de Luca De Meo à augmenter les salaires lui sera reproché par certains. On peut également penser que la conduite d’une très grande entreprise appelle à nouer des deals avec les parties prenantes et que l’un en est convaincu alors que l’autre semble avoir peur d’y perdre quelques points de marges et/ou de faire perdre à ses actionnaires quelques centaines de milliions.