Marchés - 30/10/2020

Télétravail obligatoire quand possible, show-rooms ouverts "sur rendez-vous"

Le gouvernement a précisé hier soir les aménagements d’ouvertures et de fonctionnement pour les entreprises. La liste des activités autorisées à rester ouvertes est parue ce jour.

Télétravail obligatoire quand possible, show-rooms ouverts "sur rendez-vous"

Le Premier ministre, Jean Castex lors du détail des mesures le 29 octobre 2020

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

Le gouvernement a tiré les leçons du premier confinement. Les mesures annoncées lors d’une conférence de presse ce jeudi 20 octobre par le Premier ministre, Jean Castex, et les ministres concernés, sont dures avec plus de 200.000 commerces qui seront fermés administrativement. La liste des établissements autorisés à ouvrir sera mise en ligne sur le site du gouvernement.

Dans le secteur automobile, les commerces qui pourront rester ouverts sont déjà tous ceux qui pouvaient l’être au printemps dernier : maintenance, réparation automobile, ravitaillement et distribution de pièces, stations-service, contrôle technique, loueurs de véhicules, parcs de stationnement et services annexes, réparation et commerce pour les 2 roues (activités essentielles au sens des arrêtés du printemps dernier).

Le gouvernement a en partie tenu compte des demandes des constructeurs et des professionnels exprimées par le CNPA pour les entreprises des services automobiles.
Concernant les auto-écoles, Jean Castex a précisé que les examens du permis de conduire pourraient avoir lieu mais pas le maintien de l’apprentissage à la conduite.
Pour la vente de véhicules, "les clients pourront venir chercher leur véhicule sur rendez-vous", a dit le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Est-ce que ce sera suffisant ? Puisque si la livraison des portefeuilles de commandes pourra être assurée, les concessions ne pourront pas être ouvertes comme le demandait le CNPA.

Les usines resteront ouvertes, de même que les bureaux d’études, qui ont été nommément cités lors de cette conférence "pour que les ingénieurs puissent s’y rendre. C’est essentiel pour les secteurs aéronautique et automobile", a dit Bruno Le Maire.

L’objectif dans l’organisation de ce deuxième confinement est de stopper le développement de l’épidémie (pour revenir à moins de 5.000 malades par jour) tout en limitant les dégâts sur l’économie.
Un nouveau protocole sanitaire a été mis en ligne sur le site du ministère du Travail ce matin.

"Nous devons tout faire pour éviter une chute de l’activité économique aussi brutale qu’au printemps dernier" a dit Elisabeth Borne, ministre du Travail.
"Le premier confinement a entrainé une chute de 30% de l’économie, nous visons -15%", a dit Bruno Le Maire. L’enjeu principal est de maintenir l’activité du BTP, et c’est pourquoi tous les commerces de gros et de détail de matériaux resteront ouverts, a dit le ministre.

Si les écoles restent ouvertes (parce que les chiffres montrent des niveaux de contaminations extrêmement bas avec seulement 0,06% de classes fermées) les entreprises devront appliquer le télétravail 5 jours sur 5 quand les métiers le permettent. 
"Le télétravail n’est pas une option", a martelé Elisabeth Borne qui a précisé également que les activités qui ne pouvaient pas être télétravaillées devaient être "regroupées". "Toutes les activités qui peuvent être faites à distances devront être télétravaillées, ce n’est pas un choix. Je sais que ce n’est pas la position des partenaires sociaux, et je les comprends, mais la situation est exceptionnelle. Le grand enjeu est de limiter le brassage", a dit Elisabeth Borne. 
Les réunions en présentiel doivent être l’exception, "les moments de convivialités dans les entreprises ne sont pas autorisés", a ajouté la ministre. 

Le gouvernement a réactivé tous les dispositifs à la fois de gestion de la crise (et notamment les points réguliers avec les secteurs industriels) et les mesures d’accompagnement.
Celles-ci sont évaluées à 15 milliards d’euros pour le mois de novembre avec 6 milliards pour le fonds de solidarité, 7 milliards pour le chômage partiel, 1 milliard d’exonération de cotisation et 1 milliard de crédit d’impôt pour les bailleurs qui annuleraient au moins un loyer sur les mois d’octobre, novembre, décembre (pour les entreprises de moins de 250 salariés).

La possibilité de souscrire un PGE est prolongé jusqu’au 30 juin 2021, le remboursement des PGE en cours différé d’un an et l’amortissement (sur des durées de 1 à 5 ans) à un taux entre 1% et 2,5% maximum, garantie de l’Etat inclue. Pour les petites entreprise l’Etat annonce des prêts directs jusque 10.000 euros (pour les entreprises de moins de 10 salariés) et 50.000 euros pour celles de 10 à 50 salariés.

"Sur un plan général, malgré ses nécessaires limites, et les très grandes difficultés posées aux métiers non autorisés à ouvrir, les modalités de ce second confinement apparaissent comme plus pragmatiques, avec un net renforcement - qui était très attendu - des mesures d'ordre économique", a estimé le CNPA dans un communiqué hier soir.
Les attestations pour se déplacer sont téléchargeables sur le site du ministère de l’Intérieur.

 

Liste des commerces autorisé à ouvrir selon le décret paru ce jour :

I. - Les magasins de vente, relevant de la catégorie M, mentionnée par le règlement pris en application de l'article R. 123-12 du code de la construction et de l'habitation, ne peuvent accueillir du public que pour leurs activités de livraison et de retrait de commandes ou les activités suivantes :


- Entretien, réparation et contrôle technique de véhicules automobiles, de véhicules, engins et matériels agricoles ;
- Commerce d'équipements automobiles ;
- Commerce et réparation de motocycles et cycles ;
- Fourniture nécessaire aux exploitations agricoles ;
- Commerce de détail de produits surgelés ;
- Commerce d'alimentation générale ;
- Supérettes ;
- Supermarchés ;
- Magasins multi-commerces ;
- Hypermarchés ;
- Commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de boissons en magasin spécialisé ;
- Autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de carburants et combustibles en magasin spécialisé, boutiques associées à ces commerces pour la vente de denrées alimentaires à emporter, hors produits alcoolisés, et équipements sanitaires ouverts aux usagers de la route ;
- Commerce de détail d'équipements de l'information et de la communication en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail d'ordinateurs, d'unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de textiles en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail d'articles médicaux et orthopédiques en magasin spécialisé ;
- Commerces de détail d'optique ;
- Commerces de graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé ;
- Commerce de détail alimentaire sur éventaires sous réserve, lorsqu'ils sont installés sur un marché, des dispositions de l'article 38 ;
- Commerce de détail de produits à base de tabac, cigarettes électroniques, matériels et dispositifs de vapotage en magasin spécialisé ;
- Location et location-bail de véhicules automobiles ;
- Location et location-bail d'autres machines, équipements et biens ;
- Location et location-bail de machines et équipements agricoles ;
- Location et location-bail de machines et équipements pour la construction ;
- Réparation d'ordinateurs et de biens personnels et domestiques ;
- Réparation d'ordinateurs et d'équipements de communication ;
- Réparation d'ordinateurs et d'équipements périphériques ;
- Réparation d'équipements de communication ;
- Blanchisserie-teinturerie ;
- Blanchisserie-teinturerie de gros ;
- Blanchisserie-teinturerie de détail ;
- Activités financières et d'assurance ;
- Commerce de gros.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

"Les usines resteront ouvertes,".../...
"Le télétravail n’est pas une option", a martelé Elisabeth Borne qui a précisé également que les activités qui ne pouvaient pas être télétravaillées devaient être "regroupées". "Toutes les activités qui peuvent être faites à distances devront être télétravaillées, ce n’est pas un choix."
Un casse tête à gérer pour les entreprises du secteur secondaire entre ceux qui peuvent prétendre au télétravail et les autres sachant que pour certains métiers, la frontière est difficile à définir...

Clerion , Le 30/10/2020 à 08:52

Hélas vous avez beau de "clarionner" avec justesse mais les mauvaises nouvelles faut s'y habituer car le paradoxe est là...les usines (qui ont du pognon comme Toyota) ont beau faire les bons gestes pour éviter le covid...les gens (pour beaucoup) rentrent chez eux et les familles continuent d'aller voir papi et mamie, (sauf dans les Ephad) et de se mettre à table à six ou dix dans des espaces confinés !!
Est-ce qu'on va faire crever papi et mamie si on aère tout le temps les maisons !!
Les politiques ont une trouille immense de perdre leur clientèle de vieux qui votent un peu partout s'ils se mettent à "taper" sur les familles !
Une seule solution...faire sortir les milliards de milliards cachés dans les banques centrales et chez les riches (taux d’intérêt négatifs, un comble que c'est possible aujourd'hui et pas avant le Covid) et les donner à ceux qui sont au chômage et n'ont rien à bouffer, car ce sera encore pire sinon, à savoir, un pauvre et un chômeur mange au moins une baguette par jour et il ne faut pas laisser le boulanger disparaitre...sinon c'est la fin des haricots !
Maintenant pour dire la vérité scientifique que beaucoup ne veulent pas voir ou ne soupçonne même pas !!
NOTEZ BIEN !!
Un virus est une saloperie INTELLIGENTE scientifiquement parlant car elle va rester longtemps (des années) avant un vaccin efficace !!
Et comment cela? Le virus n'a aucun intérêt à tuer totalement son hôte...car sinon il DISPARAIT lui même...et tue seulement (pour l'instant) les plus faibles et ceux qui ont des défenses amoindries..mais il progresse vers les plus jeunes (qui se croient pour le moment invincibles par nature et jeune âge bête).
Le virus garde donc toujours un cheptel d'hôtes a fin de survivre lui même !
Deal with that folks !!
Tenez et pour parler de vieux et pour faire un prognostique (que je vais gagner) Trump a traité dans certains états qui sont peuplés de vieux séniles...Jo Biden de sénile pareil qu'eux !!
C'est un faux pas (encore un) qui va lui couter son élection !!

Durand Pierre, Le 30/10/2020 à 11:35

On peut aller voir papi et mamie si leur état de santé l'impose.
Sinon, extrait du site du gouvernement :
"29 octobre 2020
Face à une situation sanitaire qui continue de se dégrader, des restrictions de déplacement entrent en vigueur sur le territoire métropolitain et en Martinique.

À compter de 0h00, dans la nuit du jeudi 29 octobre au vendredi 30 octobre, les déplacements non-essentiels ne sont plus autorisés.

Le non-respect de ces mesures entraine :

Première sanction : une amende de 135 euros, majorée à 375 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention)
En cas de récidive dans les 15 jours : une amende de 200 euros, majorée à 450 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention)
Après 3 infractions en 30 jours : une amende de 3750 euros et une peine de 6 mois d'emprisonnement"
Donc à chacun de prendre ses responsabilités et de savoir à quoi il s'expose s'il enfreint les règles.
Nous sommes quand même dans une situation d'extrême urgence sanitaire pour lequel le risque de saturation des services hospitaliers est réel et imminent si on ne fait rien.
Dont acte !

Clerion , Le 30/10/2020 à 13:42

Les usines doivent tourner, mais les concessions doivent rester fermées...
Vous croyez réellement que les constructeurs, et équipementiers dans leur sillage, vont continuer de produire à la veille de la clôture annuelle, s'il ne peuvent pas écouler leur stock ?
J'ai une petite idée sur la réponse...

Fred Et Rick, Le 30/10/2020 à 15:05

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 30/10/2020

Stellantis, ça se précise entre Bruxelles, Paris, Turin et Detroit

PSA et FCA ne seraient plus qu’à quelques semaines ou mois de pouvoir enfin réaliser leur fusion. Le rapprochement est la suite logique pour ces deux groupes dont la stratégie de croissance repose fortement sur les acquisitions et les redressements. Dans les mois à venir, il va falloir concrétiser la fusion efficacement tout en évitant de froisser les susceptibilités pour assurer la réussite des ambitions de la future équipe dirigeante.

Analyse

Catégorie Marchés

Automobile: le Sénat assouplit sur 5 ans le "malus CO2"

(AFP) - Le Sénat dominé par l'opposition de droite a adouci, lors de l'examen en première lecture du projet de budget pour 2021, la pente du renforcement prévu du malus "CO2" pour l'achat de véhicules polluants.

24/11/2020

Le gouvernement français va accélérer les interdictions de circuler à partir de 2023

Les propriétaires des véhicules Crit’Air 3, 4 et 5 ont du mouron à se faire…A l’issue d’un Conseil National de l’Air, le ministère de l’Environnement a annoncé de nouvelles mesures de renforcement des interdictions de circuler : l’Etat encadrera les restrictions de circulations à partir de 2023 dans les 11 premières ZFE, les ZFE seront obligatoires dans les agglomérations de plus de 150.000 habitants en 2025. L’Etat retire aux maires le pouvoir de bloquer les ZFE.

19/11/2020