Publicité
Publicité
Analyse - 27/10/2022 - #Bugatti , #Lotus , #Fiat , #Toyota

Tous Oli ?

Par Jean-Philippe Thery

Tous Oli ?
Citroën Oli, le Lego motorisé périurbain

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture joyeusement débarrassée de tout ce qui est superflu. Mais malheureusement pas du discours qui va avec...

Citroën a préféré le boudoir au salon.

Une absence à l’édition 2022 du Mondial de l’Auto parfaitement assumée, que la marque aux chevrons projetait d’afficher crânement en 176 x 120 cm, en clamant sous les abribus qu’"on ne fait pas une rëvolution dans un salon" (typo évidemment volontaire). Mais allez savoir pourquoi, la campagne a été promptement retirée. Sans doute le fantôme d’un ancien du Quai de Javel hantant les couloirs de bureaux de Poissy a-t-il rappelé qu’une certaine DS lancée en 1955 avait fait sa première apparition au Salon de l’Automobile à Paris. Toujours est-il qu’en ce qui me concerne, j’aurais volontiers admiré de près non pas l’affiche, mais le drôle de concept-car qui l’illustrait.

A découvrir Oli pour la première fois en photo, on cherche instinctivement en haut à gauche le logo d’une certaine marque danoise, au-dessus de la mention indiquant à quel âge à partir duquel il est recommandé d’emboiter des petites briques colorées. Et puis, à découvrir sa mini-benne en configuration pickup, on se dit qu’il pourrait aussi bien être signée Tonka. Mais quelle que soit la référence, les dirigeants de la marque ont dû se sentir rassurés à lire certains commentaires de réseaux sociaux fustigeant son esthétique brutaliste, tant il serait frustrant pour ses créateurs qu’un truc pareil suscite l’indifférence, et qu’il ne soit pas aussi détesté par les uns qu’il puisse être adulé par les autres. Et non, je ne dis pas que vous n’avez pas le droit de ne pas l’apprécier. Juste que votre réaction faisait partie du briefing initial.

D’ailleurs, moi je l’aime bien, Oli. Parce qu’en dehors du fait que son apparence de gros jouet excite le gamin qui ne sommeille jamais tout à fait en moi, il me donne aussi l’impression d’être une vraie Citroën, même si je dois à l’honnêteté de reconnaître que débadgé dans une salle de clinic-test, je l’aurais probablement attribué à Toyota, en raison de son look de FJ Cruiser cunéiformisé (à répéter dix fois sans bégayer). Mais à bien y réfléchir et bien qu’il ne lui ressemble guère, je le trouve en fait très 2CV dans l’esprit, plus en tout cas que les pastiches photoshopés qu’on voit apparaître régulièrement çà et là. Du reste, il suffirait de pas grand-chose pour actualiser le cahier des charges de la Deuche rédigé par Pierre-Jules Boulanger (PDG de la marque de 1937 à 1950) pour définir celui d’Oli, en remplaçant les deux cultivateurs en sabots par un couple de trentenaires et les 50 kg de pommes de terre par leur poids en progénitures. On omettra juste le passage final stipulant que "l’esthétique importe peu".

Malgré son gabarit plus conséquent, il y a aussi de la Panda chez Oli. Je fais bien sûr allusion à la vraie, celle de 1980 dessinée par le talentueux Giugiaro. Rien de plus logique dans le fond, puisque la petite Fiat reste sans doute à ce jour la véritable héritière de la plus populaire des Citroën, ce qui n’empêche pas Oli de s’en inspirer pour des raisons qui lui sont propres. Il y a bien sûr les prises USB qui se baladent sur le rail électrifié de la planche de bord, comme le faisait le cendrier de la petite oursonne à roulettes. Cigarettes contre téléphonie inteligente : O Temp(o)ra, o mores. Mais au-delà de détails qui relèvent de l’anecdote, c’est surtout la conception de leurs carrosseries cultivant la planitude en surface qui les rapprochent, avec dans les deux cas des panneaux strictement horizontaux ou verticaux.

Enfin,  il y a surtout une bonne dose d’Emile dans Oli. Mathis, bien sûr, ingénieur éponyme dont la marque occupa dans l’entre-deux-guerres le 4e rang des constructeurs en France. "Le poids, voilà l’ennemi" répétait à l’envi celui qui fut un temps l’associé d’Ettore Bugatti, lequel appliqua si bien ce précepte à ses propres automobiles qu’on lui attribue souvent à tort la formule. Plus tard, il y eu aussi Colin Chapman, qui se plaisait à dire qu’il ajoutait de la légèreté à ses Lotus, tant pistardes que routières. Ni formule 1 ni pur-sang, Oli n’en mène pas moins aujourd’hui le même combat contre l’embonpoint, appliqué cette fois à des véhicules électriques complètement à la masse côté batteries.

Pour ce faire et rester sous un poids cible fixé à 1.000 kg, l’engin prône une frugalité joyeuse refusant l’austérité. C’est ainsi que les vilaines têtes de vis autrefois cachées s’exhibent fièrement sur les panneaux de portes, alors que le proto de chez Citroën réinvente carrément la roue avec des jantes hybrides acier/alliage 15% inférieures en poids à leur équivalent tôle. Quant au pare-brise vertical genre meurtrière, c’est du pesant en verre qu’il économise, tout en facilitant le travail de la clim. A l’intérieur, inutile de chercher un écran plein de pouces format maxi-tablette, alors qu’un banal smartphone connecté possède toutes les ressources nécessaires en infodivertissement. Même les haut-parleurs se la jouent amovibles, dispensant d’inutiles câbles grâce à une connexion Bluetooth.

Mais dans sa quête de moins, la bestiole en fait aussi des tonnes en matière d’innovations allégeantes, comme pour le matériau des pièces horizontales de carrosserie à base de carton ondulé recyclé et panneaux en fibre de verre enduits d’une résine polyuréthane puis d’une couche de protection texturée. 50% moins pesant que l’acier, celui-ci est aussi plus résistant, à tel point qu’on peut marcher sur Oli sans le froisser, du moins s’agissant du toit et des couvercles de malle et capot. Mais on peut aussi s’y assoir durable grâce aux sièges à la structure imprimée en 3D façon maille, utilisant 80% de pièces en moins que leur équivalent traditionnel, réalisés avec un TPU (polyuréthane thermoplastique) à la fois léger, costaud et parfaitement recyclable malgré une appellation qui sent bon la pétrochimie. Les complètent des appuie-têtes intégrés au toit et de forme circulaire comme l’économie promue par Oli, dont de nombreux composants recyclables peuvent être remplacés à moindre coût afin de prolonger sa durée de vie. 

Il y en a encore, mais je m’en tiendrai là, la vocation du chroniqueur de service n’étant pas de copier/coller le dossier de presse. D’autant plus que j’en ai assez pour affirmer qu’Oli est un vrai concept-car, à la différence de ces modèles de séries à peine déguisés qu’on a vu faire salon ces dernières années, quelques mois avant leur lancement commercial. Qu’importe alors que son physique n’agrée pas à tous ou qu’on ignore sous quelle forme les solutions qu’il propose trouveront -ou pas- une application en série, puisque là réside justement la nature de l’exercice. Et pour cela, on ne peut que rendre hommage aux responsables de la marque ainsi qu’à ses concepteurs d’avoir osé Oli. Mais avant qu’on ne m’accuse de vouloir servir la soupe à mes amis de chez Citroën, sachez que j’y ai tout de même trouvé deux ou trois cheveux que je ne compte pas garder sur la langue.

A commencer par le fait que si l’objet affiche 400 km d’autonomie avec 40 kWh de batteries à peine, grâce à une consommation hyper raisonnable de 10 kWh aux 100 km, ce n’est pas uniquement en traquant le kilo superflu, mais aussi en raison d’une vitesse de pointe limitée à 110 km/h. Et là je dis "aïe Oli !". Parce que limiter son rayon d’action aux zones urbaines et périurbaines -comme l’explique le communiqué- me paraît aller à l’encontre de sa vocation familiale en la cantonnant exclusivement au rôle de deuxième voiture. Je fais donc appel au responsable des études clientèles de la marque pour qu’il rappelle à ses collègues qu’une auto se choisit dans la mesure d’un possible principalement budgétaire en fonction de son usage maximal et non majoritaire. Peu importe donc qu’Oli ne mette que rarement ses grosses roues sur l’asphalte des autoroutes : il doit en être capable sans condamner ses occupants aux allures assoupissantes auxquelles certains voudraient nous contraindre. Sans compter que je ne déteste rien de plus que de voir un constructeur endosser le discours de ceux qui prétendent limiter l’usage de nos chères autos. 

Et puis, Oli me paraît mériter mieux que le discours aussi moralisateur que lénifiant du communiqué de presse pourtant supposé assurer sa promotion. Que Citroën lutte contre la surcharge pondérale affectant les VE avec un objet "essentiel", annonciateur et décalé me réjouit d’autant plus que la démarche me semble s’inscrire dans l’esprit de la marque. Mais qu’on m’explique que "les gens considèrent de plus en plus leur empreinte écologique comme l’expression authentique et positive de ce qu'ils sont et de leur mode de vie" me paraît relever d’un verbiage d’autant plus inutile qu’il ne convaincra pas ceux qui prétendent "sauver la planète" en se tartinant la main de cyanoacrylate, et pour lesquels une automobile quelle qu’elle soit ne sera de toutes façons jamais "un objet permettant de se reconnecter de manière tangible à la nature et à l'écologie".

Des "gens" cités à cinq reprises dans le même document comme si l’automobiliste constituait une seule et même espèce aux aspirations uniques, et dont on nous indique que dans les environnements urbains et périurbains déjà cités, ils "réduisent leur vitesse et sont conscients des aspects environnementaux et sécuritaires de la mobilité quotidienne". Ou quand l’auto-flagellation se substitue aux radars automatiques. Des "gens" dont il paraît que nombre d’entre eux "trouvent que leur petit SUV n'est pas plus pratique qu'un bicorps compact", sans préciser toutefois s’il est fait allusion aux seuls propriétaires de C3 AirCross ou à l’ensemble de ceux qui ont choisi un véhicule de la catégorie. Des "gens" enfin, parmi lesquels on a un peu de mal à retrouver les conducteurs des modèles actuels de la marque.

Alors, pour répondre justement à la question posée en titre, serons-nous bientôt tous Oli ?
Sûrement pas, et c’est heureux ainsi. Parce que ce qui fait précisément l’intérêt d’Oli, c’est qu’il n’est pas pour tous. Citroën indique d’ailleurs ne pas souhaiter l’industrialiser, celui-ci constituant avant tout "un laboratoire d'idée sur roues, un manifeste à multiples facettes débordant d'idées intelligentes et réalistes pour demain". Une jolie définition qui démontre que tout n’est évidemment pas à jeter dans le fameux communiqué. Quelque chose me dit pourtant qu’il existe peut-être une place pour une déclinaison série du concept, pour des automobilistes en quête d’un certain minimalisme motorisé, mais ni austère ni ennuyeux. La voiture, pour reprendre le slogan d’une AX en fin de vie, "de ceux qui ne mettent pas tout leur argent dans la voiture".
A condition de revoir la Vmax. Et le discours qui va avec.

PS : J’apprends que la campagne que j’ai indiquée comme annulée au début de cette chronique a bien été affichée et publiée… donc assumée !
En un sens, je préfère ça, parce qu’Oli n’est pas du genre à se rétracter. Toutes mes excuses à mes amis de Citroën, même si je conserve mon clin d’œil à la DS.

Réactions

J’adore ….oli on dort,mais pas là super!

On le disait encore cette semaine, les designers et autres mercateurs, c'est mieux s'ils n'expliquent pas et ne justifient leur oeuvre, ça gâche tout.
;0)
PS : pour une bagnole supposée être écolo basse conso, une petite inclinaison du pare brise à 45° aurait fait gagner 2/10 au Cx... Faut tout leur dire !

... Ail Oli très joli !.
Sinon un bon papier de Jean Philippe ...Oli soit mal y pense !

Espérons que l'éventuelle mise en production de l'Oli ne dénaturera pas l'originalité du concept ... comme référence parmi les concept cars Stellantis, plutôt RCZ que Cactus pour rester dans l'univers Citroën.
;0)

A 80 km/h le CX ……bof

Il n'y pas de petits profits !
Et si on peut éviter de gâcher 1kWh juste pour emmener le pare brise...
;0)

Je la trouve très laide cette Oli, mais ça on s'en fiche.
En total désaccord avec Jean-Philippe, cette bagnole, ou tout au moins son concept, n'a rien à faire, mais alors strictement rien, sur les autoroutes, surtout à 130 km/h.
Les VE, c'est en ville et banlieues alentours, point barre.

PS : le poids c'est l'ennemi a été clamé en tout premier par le comte De Dion Bouton, dans les années 80 (mais du XIXème), expression reprise par tous les bons artisans constructeurs de René Bonnet à Colin Chapman en passant par la Lorraine...

Finalement tu achètes une Suzuki Ignis blanche et c'est tout pareil nan ?
;0))

Ah le Cx....voilà un truc qu'on a pas appris aux designers de chez Citron ! Ce n'est un truc que leurs anciens n'avaient pourtant pas oublié avec la DS !
Il faut les récompenser pour cette copie mal torchée...et pas seulement du pare brise, mais aussi de la face avant comme un mur de résistance à l'air.
Vite une augmentation de leurs salaire de 10% tout de suite et une prime en plus pour Noël !!
Citron est l'expert des voitures de plage, mais les français ont la manie de faire des centaines de bornes pour aller à la plage justement !!
Un chinois au Salon me disait (il a découvert cela trop tard) que chez lui on y va avec un TGV ou l'avion pendant les fêtes, et que même une caisse de 5 mètres d'un riche moyen chez lui ne sers qu'à aller au resto pour parader (et pas qu'avec deux couillons dedans) mais des familles se cotisent des fois pour acheter le wagon de 5 mètres avec beaucoup de place mais à l'arrière !
Cela va nous permettre de souffler avant qu'ils changent leur fusil d'épaule !
Ce n'est pas Oli mais oh là là et d'une joli bêtise d'amusement presque gratuit de la part de Citron !!
Il faut tout pour faire un monde de gaspillage de ressources....mais on aurait pu mettre plus d'argent sur le nouveau logo qui est affreux et moche !
Je vous rassure ...je n'ai aucune intention de changer les goûts et les couleurs chez eux !!

2CV, (4L), Panda ...les références essentielles de cette Oli extra vierge sont nombreuses et abordées d'ailleurs par Jean Philippe ...
Cela fait longtemps que chez Citroën "on" réfléchit à la chignole essentielle ... Cet Oli ressemble à un test grandeur nature ...la dernière expérience de ce type fût le Cactus ... Un relatif bide commercial en dépit d'une réalisation largement intéressante genre les airbumps qui n'ont pas trop séduit... et pourtant dans la "jungle urbaine"...
Quelques blagues aussi du "chef de produit" sur des spécifications (les vitres ar à compas, la Banquette ar non fractionnable, etc alliés à un prix trop proche des best sellers du segment) sont probablement à la racine de ce relatif échec commercial . .

A ce propos ...le commerce ...
il faut saluer l'initiative de " Claris Automobile" (en revoir Clara?) et surtout l'idée de son Dg d'avoir ressusciter le label "Pallas" en concoctant une finition du même métal à cette méritante (confort Citroën, habitabilité) berline " crossover " qu'est la C5X , certes toujours fabriquée en Chine ! ...
Çà fait le job, avec la sellerie cuir inspirée de celle du haut gamme de la CX ... Cependant, avec le prix du "upgrading" Pallas je me demande si elle n'est pas trop proche de l'excellente et plus consensuelle DS9 (toujours fabriquée en Chine). Enfin çà permet toujours de voyager discrètement dans une auto pas trop ostentatoire mais confortable ...les notaires de province apprécieront (j'me comprends).

A la réflexion, je me demande si une version "all road" de la C5X poussant encore plus loin le côté "crossover" avec les entourages d'aile en "plastoc" noir n'était pas pertinente ... Pourquoi pas avec un différentiel à glissement limité sur l'avant type Dangel ... là je pousse le bouchon probablement un peu loin ... Au niveau de l'accastillage propre à une version "All Road" c'est sans doute plus "compliqué", quoique en piochant dans les équipements Ds ou même Peugeot, y doit y avoir moyen (?).

Plaise à Mr Beaugé (je galèje quoique ..)
;0)

J'ai toujours de la reconnaissance pour les gens qui osent, et la le pick-up à l'envers fallait assurément oser !
;0))

... Plutôt Robert que Redford ?
Ou plutôt comme déjà écrit une sorte de "Mini Hummer post "Putine onusien" ou quelque chose de ce genre ... De la jungle urbaine du 1er Rav 4 ..."on" passe direct à la guérilla ..drôle d'époque opaque (?)
;0)

Sur l'aérodynamique du pare-brise, j'ai lu qu'un déflecteur sur le capot emmenait la lame d'air au dessus du pare-brise, et que donc sa verticalité ne nuit pas.
Pas si surprenant : aux USA et au canada, les voitures ont souvent un tout petit déflecteur au dessus de la calandre qui évite au pare-brise d'être crépi d'insectes. Et ça marche très bien.
Et au fait, l'aérodynamique se joue plus derrière que devant. C'est l'arrière qui doit le plus être travaillé pour limiter la trainée et les turbulences, ce qui freine le plus un mobile.
La "première" DS5 était un véritable démonstrateur sur ce point.
Ainsi, une demi sphère est plus aérodynamique face plate devant que derrière.
Contre-intuitif, non ?

Le front vertical à l'avant du capot va arrêter les moustiques ...et en plus pour le Cx ...c'est mort !!
Les moustiques ne seront pas tués par un pesticide...mais par un mur !
Ils ont pensé à tout les designers...ces braves écolos !!
Il faut faire des voitures pour ne pas les vendre !!
Tavares est un crack...comme Carlos le vigneron libanais avec la Twizy... sans fenêtres !!

Toute façon avec un S énorme comme ici, on s'en cogne du Cx, le résultat est pourri ;o)

En effet, le S a l'air assez élevé.
Sinon, Alain a raison, les Cx d'une citadine n'a pas à être peaufiné, la résistance à l'air étant proportionnelle au carré de la vitesse, à 30 km/h dans maintenant la plupart des villes, on s'en cogne.

Tiens à propos de Carlos...sur Netflix on peut voir un film sur lui...et ce n'est loin de là, que des compliments !!
Luca ne goutera jamais son pinard et les actionnaires de Renault non plus !!

Enfin entre faire rouler des armoires normandes et soigner un peu le matos, il y a une grosse marge.
Et en cas de choc frontal, Ben c'est le paree brise assuré..
;0)

Big flop et Oli ?
;-(
Ce proto à mon sens désert l'image de Citroën car ce concept de voiture minimale (on retrouve un peu la même chose chez Dacia), ne fait pas très sérieux et n'est absolument pas industrialisable en l'état.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse - 30/01/2023

Mieux cerner les contours de la menace chinoise pour mieux la circonvenir

La fin du mois de janvier 2023 a été marquée par l’annonce d’exportations de voitures chinoises supérieures à celles de l’Allemagne, par des chiffres concernant les parts de marché des marques chinoises en Chine qui, pour la première fois les situent au-dessus de 50% et par l’annonce d’un possible rachat par BYD de l’usine de Ford à Sarrelouis en Allemagne. Une telle actualité impose de se poser sérieusement la question de la réalité de la menace chinoise sur l’industrie européenne. On constate alors que si cette menace est réelle, elle se situe moins au niveau des exportations qu’au niveau du contrôle des productions européennes de batteries d’abord et de véhicules ensuite.

Analyse - 27/01/2023

Les ventes aux enchères américaines sont à l’image des clichés du pays

Les Etats-Unis proposent énormément d’événements autour de l’automobile neuve, d’occasion, de collection, de compétition. Pour les collectionneurs, il existe les concours d’élégance, les bourses d’échange, les rassemblements de clubs, les cars-and-coffee, les salons Autorama, mais aussi et surtout les ventes aux enchères. Plusieurs milliers de voitures sont présentées en attendant leur mise en vente, et de nombreux exposants sont présents pour profiter de la clientèle aisée venue faire quelques emplettes.

Analyse - 26/01/2023

Why MC ?

Aujourd’hui, je me pose des questions existentielles dans un tram berlinois, à propos d’une belle Italienne en tenue légère au soleil.

Analyse - 23/01/2023

Tesla peut-il réussir sa banalisation ?

Tesla a vécu trois années profitables de 2020 à aujourd’hui en étant très en tête d’un petit marché mondial du véhicule électrique (VEB) en forte croissance avec des véhicules très chers. Le marché n’est plus infinitésimal. Il est appelé à devenir dans les 10 ans le marché automobile ou, à tout le moins, à représenter l’essentiel du marché. Dans ce contexte, en même temps que le marché devient un marché de masse, les avantages du pionnier s’étiolent et l’intensité de la concurrence croît. En baissant drastiquement les prix de ses Model 3 et Y, Tesla précipite cette mutation pour laquelle il n’est pas du tout évident qu’il soit le mieux armé.

Analyse - 20/01/2023

L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi cherche-t-elle son équilibre ou son démantèlement ?

Le rééquilibrage de l’Alliance était inévitable, l’équilibre était précaire. Renault n’a jamais racheté Nissan ou pris le dessus quand il en avait l’opportunité et, de son côté, Nissan avait des parts sans droit de vote. Il était évident qu’une renégociation aurait lieu un jour, après plusieurs tentatives ces dernières années, la démarche est entamée pour de bon.

Analyse - 19/01/2023

Ghosting

Aujourd’hui, je vous parle d’une voiture qui s’est fait connaître en disparaissant régulièrement…

Analyse - 16/01/2023

La route européenne vers la fin du thermique est-elle bien tracée ?

A observer les prix catalogue des véhicules électriques et leur évolution ou la tarification des recharges sur la voie publique, on est saisi d’un doute. En effet, pour imposer la prohibition à brève échéance des immatriculations de véhicules thermiques, on avait, sur d’assez défendables bases rationnelles, prolongé des courbes de baisses du coût du kWh des batteries, des prix des véhicules et de leurs TCO. Dans la mesure où le tracé de ces courbes s’est brisé en 2022, la crainte de voir l’objectif de 100% d’électrique devenir plus difficile à atteindre ou susceptible de ne l’être qu’au prix d’une baisse drastique des immatriculations croît. Face à elle, le simple retour en arrière est une possibilité. Une autre consiste à interroger la manière d’interpréter l’impératif d’électrification.

Analyse - 13/01/2023

CES 2023, l’innovation dans l’industrie automobile en pause ?

Le premier grand salon de l’année est aussi un des plus attendus puisqu’il offre la convergence de toutes les industries pour parler d’innovation. L’édition 2023 montre les progrès réalisés depuis ces 10 dernières années. Il donne la température sur les industries qui innovent le plus et l’automobile aime présenter ses dernières tendances sur place.

Analyse - 09/01/2023

Les véhicules sont connectés. Et alors ?

On a lu ou entendu parfois que "la voiture de demain sera électrique, autonome, partagée et connectée".  Pour le second et le troisième qualificatif, on commence à douter. Pour le premier, le politique a choisi pour les industriels et les clients. Pour le dernier, le théâtre que représente Las Vegas semble nous proposer inlassablement la même pièce, celle de la promesse d’un eldorado, celui de la Big Data, qui donne lieu à des évocations d’usages potentiels des datas qui sont à peu près toujours les mêmes, à des chiffrages du business associé qui sont toujours plus impressionnants et toujours aussi inconsistants.

Analyse - 06/01/2023

Peut-on réellement recycler les batteries ?

Entre prise de conscience et diversion, le recyclage des batteries est le nouveau sujet à la mode. C’est seulement le cinquième des problèmes majeurs au changement d’échelle de la mobilité électrique basée sur les batteries mais c’est celui qui occupe le plus l’espace médiatique et politique ces derniers mois.