Publicité
Publicité
Marchés - 03/01/2022

VTC: le chinois Didi perd 4 milliards d'euros au troisième trimestre, en plein déboires boursiers

Le chinois Didi Chuxing, équivalent d'Uber dans son pays, a annoncé jeudi plus de 4 milliards d'euros de pertes trimestrielles, après l'échec de sa cotation aux Etats-Unis.

Auteur : AFP

Partager cet article

Dans un contexte d'affrontement croissant avec Washington, la Chine incite ses entreprises à chercher des financements prioritairement sur ses places boursières nationales (Hong Kong, Shanghai, Shenzhen ou Pékin).
A rebours de bon nombre de ses compatriotes, Didi avait maintenu en juin une levée de fonds aux Etats-Unis, provoquant la colère de Pékin. 
Le pouvoir communiste avait lancé une enquête administrative contre le groupe privé et, cinq mois après ses débuts, Didi avait finalement quitté la Bourse de New York en novembre.   

Jeudi, le champion chinois de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC) a annoncé 4,7 milliards de dollars (4,1 milliards d'euros) de pertes au troisième trimestre.
Cette période couvre en partie celle de sa présence à Wall Street. 
Et ces pertes sont supérieures à la somme levée par le groupe lors de son introduction en Bourse en juin (4,4 milliards de dollars).
Fondé en 2015 et basé à Pékin, Didi a accumulé les pertes ces dernières années. En 2020, la firme avait perdu quelque 1,5 milliard d'euros.
Didi avait fait les gros titres en rachetant en 2016 la filiale de l'américain Uber en Chine.   

Son départ précipité de Wall Street a coïncidé avec l'adoption aux Etats-Unis de règles plus contraignantes pour les entreprises étrangères qui y sont cotées.
L'autorité américaine de régulation des marchés financiers, la SEC, peut désormais faire sortir de la cote les sociétés qui ne feraient pas auditer leurs comptes par une société agréée.
Les sociétés de Chine continentale et de Hong Kong sont connues pour ne pas se soumettre à cette procédure.
De son côté, Pékin a durci ce mois-ci les conditions de cotation en Bourse à l'étranger pour ses entreprises dont l'activité figure sur une "liste négative".
Cette liste recense les secteurs auxquels les investisseurs étrangers ne peuvent pas librement accéder. 
La Chine en compte 31 dont les logiciels et les technologies de l'information.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les Chinois et l’audit mdr ,rien n’est plus opaque que l’Empire du Milieu,ils sont VTC ,cuisiniers,masseurs,maçons et champions de karaoké)))

Alain Boise, Le 03/01/2022 à 06:05

Vous passeriez le tunnel du pont de l'Alma avec les Didi ?
;0))

Lucos , Le 03/01/2022 à 09:57

@Lucos , Le 03/01/2022 à 09:57
Pas dans une Mercedes Classe S avec monsieur Paul au volant !

Bruno Haas, Le 03/01/2022 à 10:29

J'ai du mal à suivre !!

Durand Pierre, Le 03/01/2022 à 14:07

C'est là Ligue 1 ici...
;0))

Lucos , Le 03/01/2022 à 14:37

En voilà un qui dit du mal des allemands et de Mercedes au même temps !
Ce fut une affaire qui puait le diesel pas propre et autres turpitudes anglaises et Arabo-musulmanes !!
Un feuilleton de série télé en live direct qui s’est arrêté soudainement !

Durand Pierre, Le 03/01/2022 à 17:29

Ça puait surtout l'alcool..
;0)

Lucos , Le 03/01/2022 à 22:54

Et pis j'ai jamais pu me faire rembourser le feu AR de la Uno...
;0))

Lucos , Le 03/01/2022 à 22:55

Le seul qui s’en soit sorti c’est le garde du corps ,c’était …..le seul attaché ,mais que faisiez vous sous l’Alma et en Uno à cette heure?

Alain Boise, Le 03/01/2022 à 23:00

Question vachement indiscrète !!

Durand Pierre, Le 04/01/2022 à 17:03

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/01/2022

Réorganisation du comité exécutif de BMW Group France

BMW Group France annonce des changements au sein de son comité exécutif : Nathanaëlle Heinrich prend la direction des ventes de BMW France, succédant à Olivier Philippot nommé directeur général de BMW Distribution. Pascal Mitsch devient directeur de BMW Motorrad France.

Nominations

Véhicule hybride rechargeable : un soutien problématique y compris du point de vue des intérêts industriels français

Les attaques contre le véhicule hybride rechargeable conduites par les ONG le sont, avec d’assez solides arguments, pour des raisons qui relèvent principalement de la politique environnementale. Le dossier mérite aussi, en France en particulier, un examen en termes industriels et stratégiques. De ce point de vue, malgré les succès en ce domaine de Stellantis et de ses 4 modèles hybride rechargeable assemblés en France, il ressort qu’il est peu opportun de persister dans une politique pro- véhicule hybride rechargeable qui booste surtout les ventes allemandes et suédoises.

Analyse

En 2021, le marché automobile français au plus bas freiné par les semi-conducteurs

Le marché automobile français n’aura pas récupéré en 2021 des volumes perdus en 2020 et pour la deuxième fois il se situe en dessous de 1,7 million de véhicules (VP). Dans ce contexte, le mix énergétique continue de se redessiner tandis que la part des ventes aux particuliers recule encore. Le détails des mouvements de l’année avec les données Autoways.

Marchés

Catégorie Marchés

L'Italie veut reporter de 5 ans la fin du moteur thermique

(AFP) - L'Italie, soutenue par quatre autres pays, propose de reporter à 2040 la fin de la vente de voitures à moteur thermique dans l'UE, contre 2035 dans la proposition de Bruxelles actuellement discutée par les États membres, selon un document vu par l'AFP.

27/06/2022

Fit for 55 : "difficilement atteignable", selon IFP Energies nouvelles

La dernière étude prospective de l'Ifpen, cofinancée par l'Ademe, révèle que l’objectif "Fit for 55", à savoir une baisse des émissions de CO2 de 55% en 2030, sera difficilement atteignable. Quant au Green Deal en 2050, il n'est pas réalisable, "même dans notre scénario le plus favorable", estiment les auteurs.

24/06/2022

Philippe Varin : "Il faut raffiner localement et ouvrir des mines"

Localiser des gigafactories de batteries en Europe, c’est bien mais cela ne sera pas suffisant pour que les constructeurs européens assurent leur indépendance vis-à-vis de la Chine. "Il faut aussi raffiner localement et ouvrir des mines", affirme l'ancien patron de PSA, Philippe Varin.

23/06/2022