Publicité
Publicité
Ressources Humaines - 26/07/2022

Wave, un levier de performance du groupe Renault

Parce que le groupe Renault est convaincu que les stéréotypes de genres sont des freins à la performance, il est partenaire de l’association Wave. Béatrice Chavanel, Directrice Diversité et Inclusion du groupe, nous fait part de quelques-uns des dispositifs pour accroître la représentation des femmes à tous les niveaux, dans tous les métiers et dans tous les pays où le Groupe est présent.

Wave, un levier de performance du groupe Renault

Béatrice Chavanel, Directrice Diversité et Inclusion du groupe Renault et François Roger, Directeur RH, environnement de travail et organisation, Renault Group et Directeur des ressources humaines de la marque Renault lors de la remise du Trophée Wave 2021 de l'index Égalité salariale

Auteur : Annika Beckers

Partager cet article

En avril 2021, Renault Group a créé au sein des Ressources humaines une direction Diversité et Inclusion. Vous en êtes la directrice. C’est le signe d’une réelle volonté politique en faveur de la mixité. Que signifie-t-elle pour vous ?
Béatrice Chavanel : C’est une formidable opportunité de porter le sujet de la diversité au plus haut de l’entreprise. Bien sûr, parce qu’il est juste de traiter comme il se doit 50% de la population lorsque l’on parle d’équilibre de représentation entre les femmes et les hommes. Mais aussi parce que de nombreuses études apportent la preuve qu’associer dans les équipes des profils différents par leurs parcours scolaires et professionnels, leur genre, leur âge, leur culture est source d’un surcroît de performance. 
En outre, si cette posture est placée haut dans les critères de candidatures des jeunes générations que le secteur automobile cherche à séduire, elle est également plébiscitée par de plus en plus de clients hommes comme femmes.

Le groupe Renault a remporté lors des Trophées Wave 2021 celui de l’index Égalité salariale. Mais, nous comprenons que vous avez d’autres ambitions pour Renault. Lesquelles ?
B. Chavanel
: Nous sommes ravis de faire partie des élus de l’association Wave. Nos résultats concernant l’écart salarial entre les femmes et les hommes sont très bons en comparaison d’autres acteurs puisqu’au niveau du Groupe l’écart est de moins de 2%. Néanmoins, il faut rester très vigilants et notre objectif est bien d’éradiquer cet écart d’ici 2025.
Par ailleurs, si ce point est bien entendu déterminant au regard du traitement équitable de nos collaborateurs, nous souhaitons aller plus loin dans nos engagements et nos actions afin de devenir un employeur de référence pour les femmes.
Aussi, nous avons structuré notre stratégie autour de quatre axes : garantir un traitement équitable et respectueux de toutes et tous ; promouvoir un environnement de travail inclusif ; faciliter l’intégration et le développement de toutes et tous dans l’entreprise ; et tendre vers une représentation équitable des genres à tous les niveaux, dans tous les métiers et dans tous les pays où l’entreprise est présente. Nous visons 30% de femmes dans des positions de management en 2030.

Pour atteindre la parité, le chemin est encore long...
B. Chavanel :
Vous avez raison. Nous progressons mais il reste encore beaucoup à faire notamment dans les grandes fonctions techniques comme l’ingénierie, la fabrication ou l’IS/IT.
Nous luttons contre les "poches" de genres qui cantonnent les hommes dans les fonctions techniques, les femmes dans les fonctions supports, et privilégions la mixité dans toutes les fonctions de l’entreprise. Notons que celle-ci vaut dans les deux sens car ce sont les équipes mixtes qui produisent le plus de performance.
Loin de nous l’idée d’opposer les genres. Notre souhait est de les amener à travailler en complémentarité.

Concrètement, quels sont vos leviers ?
B. Chavanel :
L’industrie souffre parfois d’un déficit d’image auprès des jeunes candidats, notamment face à la nouvelle économie. C’est encore plus flagrant chez les candidats femmes car notre secteur est réputé technique et très masculin.
Il faut donc travailler très en amont et, par exemple, aller au-devant des plus jeunes et ce, dès le primaire ainsi qu’en collège et lycée. Pour ce faire, nous avons la chance de compter sur un réseau de collaboratrices qui, via leurs interventions, font découvrir les métiers d’ingénieur et de technicien. Elles font la preuve que ces métiers dits masculins sont accessibles aux femmes. Leur présence et leur engagement permettent de susciter des vocations.
Nous agissons également sur les politiques de recrutement des collaborateurs, des stagiaires ou encore des apprentis, en veillant à une meilleure représentation des femmes.

Au-delà du sourcing, il faut savoir fidéliser les talents, notamment au féminin. Que leur proposez-vous ?
B. Chavanel :
Effectivement, s’il est difficile d’attirer les femmes dans le secteur automobile, les fidéliser en leur permettant de se réaliser au meilleur de leur potentiel est un tout autre enjeu. Au moins aussi crucial.
A ce titre, différents programmes de développement, de mentoring et de coaching sont proposés aux femmes du Groupe. Par ailleurs, en 2021, nous avons implémenté un nouvel outil dont l’objectif est de fluidifier la mobilité interne. En donnant plus d’autonomie aux collaborateurs dans la gestion de leur carrière, il a pour atout d’assurer une plus grande équité dans l’accès aux postes à pouvoir. Ainsi, il permet indirectement de lutter contre "l’invisibilité" des femmes dans l’organisation et donne à ces dernières, la possibilité de prendre leur évolution professionnelle en main.

Vous appuyez-vous également sur un réseau au féminin ?
B. Chavanel :
Nous avons récemment "réactivé" le réseau Women@RenaultGroup lancé il y a 10 ans. C’est pour nous un outil de promotion de la place des femmes dans l’entreprise autant qu’un réseau social interne mixte et international animé d’un esprit collaboratif et non militant où la présence des hommes est une source d’enrichissement mutuel. 

Enfin, pourquoi Renault est-il partenaire de Wave ?
B. Chavanel :
Le groupe Renault est partenaire de Wave non seulement parce que l’association jouit d’une notoriété incontestée dans le secteur automobile mais parce que comme nous elle œuvre pour l’égalité des genres.
Vu nos enjeux et ambitions, il aurait été étonnant que le groupe ne soit pas partenaire. Comme tant d’autres industries, nous comptons sur tous les leviers nous permettant de nous améliorer en termes de diversité, dont la mixité femmes/hommes. Wave est une évidence.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... "Nous avons récemment réactivé"...?
Ben ... chef "Wave" c'est de saison !.

Sinon un discours convenu assez de circonstance ...La leçon est bien apprise et sent bon le "prechi precha" ... mais que faire d'autre ?

Après la "diversité", après le "Wave"... demain quel enjeu pour les DRH ? ...la libération des poissons rouges, la ré habilitation des seniors ou quelque chose de ce genre ?

Pssst ! ...Faut pas plaisanter avec tous ces concepts RH , c'est du sérieux ici, voyons !
;0)

Ade Airix, Le 26/07/2022 à 09:31

Dans un temps pas si lointain on verra se créer des associations, des mouvements, des organismes à la recherche d'hommes afin d'assurer la parité Homme/Femme...

Bruno Haas, Le 26/07/2022 à 09:31

Avec une prime de cooptage à l'embauche de 1000€ pour un homme et 2000€ pour une femme, l'entreprise à une idée "particulière" de la parité...

Nicolas Behix, Le 26/07/2022 à 09:47

...Une honte,
Mais que fait le "Men's lib" !
;0))

Ade Airix, Le 26/07/2022 à 10:00

Il est toujours étonnant qu'au nom de la "diversité" et de "l'inclusion" et d'un principe égalitaire on favorise ouvertement les embauches d'un catégorie très restreinte de la population donc par principe un recrutement inégalitaire ??
Quel est l'intérêt de la société à embaucher en fonction de la couleur et du sexe plutôt que des compétences ?
;0)

Lucos , Le 26/07/2022 à 13:07

OUI Lucos …
Chacun (ou presque) connaît la phrase de Françoise Giroud : “ La femme serait vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente.”
Ce jour là semble de plus en proche (?), même si les têtes du CAC 40 sont encore bien trop masculines (bizarre ce mélange des genres, n'est il pas …) … En dessous (ETI, PME et même cadre sup du CAC), la situation semble avoir évolué plus rapidement, des fois on est même déjà passé dans l'excès inverse … (?)
Le mouvement est inscrit et les "vieux" caciques du CAC ne vont plus le rester très longtemps …
On a les combats que l'on mérite, çà fait du buzz de "saison" pour Renault ; au fait, on a des nouvelles de la Clio VI ?
;0)

Ade Airix, Le 26/07/2022 à 13:37

Et c'est combien pour le cooptage d'un LGBT chez Renault ?
;0)

Lucos , Le 26/07/2022 à 14:01

Tant que les sociétés (comme Renault) ne donneront pas aux femmes un salaire strictement identique à celui des hommes -toute chose égale par ailleurs- ces déclarations d'intention sont irrecevables.
Du vent, du blabla, du bullshit.

Bruno Haas, Le 26/07/2022 à 14:11

Pour les jeunes hommes blancs aux yeux bleus je recommande donc le CV anonyme..
;0))

Lucos , Le 26/07/2022 à 15:11

… Je me souviens m'être attaché, naguère, à atteindre cette égalité "toute chose égale par ailleurs" dont parle Bruno, et ce dans une assez grosse boîte alors que je supervisais une équipe de 8 à 9 collaborateurs …. çà n'était pas si simple compte tenu de l'enveloppe allouée des augmentations et il m'a "fallu(sse)" parfois plusieurs années pour ré équilbrer ces écarts …
Etais je une sorte de "juste" après ou avant l'heure ? … certainement pas ! …
A la rigueur, tout au plus une sorte de pionnier de l'égalité salariale "toute chose égale par ailleurs"
;0))

Ade Airix, Le 26/07/2022 à 15:27

Bravo Adeairix !
Chez Honda France, j’avais demandé une forte augmentation à une collaboratrice remarquable d’efficacité. Elle maitrisait Excel à la perfection nous offrant une efficience reparquable (et remarquée). Le DRH -mysogine comme la plupart des Japonais présents- a refusé cette augmentation sous prétexte qu’elle avait bénéficié d’un congé de maternité.
La honte absolue !

Bruno Haas, Le 26/07/2022 à 15:35

Plus sérieusement c'est le comportement, la relation Homme /Femme et la répartition des tâches familiales qu'il faut changer avant tout et en premier car c'est le frein principal à une certaine évolution des femmes dans tous les métiers. Genre refus de devenir responsable régionale et aller sur la route car il faut aller chercher les gosses à l'école tous les soirs et que Monsieur s'en fout royalement, etc..etc..
;0)

Lucos , Le 26/07/2022 à 16:09

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 26/07/2022

Plastic Omnium réalise un premier semestre solide

Plastic Omnium a publié des résultats solides au premier semestre malgré les arrêts de chaîne intempestifs de ses clients et l’inflation des coûts. L'équipementier a maintenu ses objectifs de rentabilité opérationnelle sur l'année, entre 5 et 6%.

Equipementiers

Catégorie Ressources Humaines

Sortir du paradigme "Je suis ce que je fais"

Auteur du Leadership au féminin, ouvrage de référence sur le sujet, Eléna Fourès est l'une des meilleures expertes dans l'accompagnement de dirigeants avec des références prestigieuses. Le cabinet qu'elle a créé en 1995, Idem per Idem, est spécialisé dans le domaine du changement et sur les thèmes du rayonnement du leader et de la culture corporate.

28/06/2022

Hertz France recrute

Le loueur courte durée recrute 80 postes en France, dont des mécaniciens et préparateurs automobiles.

13/06/2022