Publicité
Constructeurs - 19/04/2021

A Berlin, l'usine Tesla boit la tasse sur la question environnementale

(AFP) - A quelques kilomètres de Berlin se joue une bataille aux airs de David contre Goliath : le chantier de la "giga-usine" du constructeur automobile Tesla se heurte au refus d'une partie de la population, inquiète pour ses ressources en eau.

Auteur : AFP

Partager cet article

"Quand j'ai entendu à la télévision que l'usine Tesla allait s'installer ici, je ne l'ai pas cru", se souvient Steffen Schorch, au volant de son automobile de marque allemande.
A 60 ans, cet habitant de la commune d'Erkner, à trois stations de train de la capitale, est un des visages de la lutte contre la première usine européenne de véhicules électriques de Tesla, qui doit ouvrir en juillet, dans la région du Brandebourg, près de Berlin.   

"Tesla a besoin de beaucoup trop d'eau, et cette eau n'existe pas dans la région", s'indigne ce militant écologiste, responsable d'une association de quartier et référent de l'influente ONG allemande Nabu.

Annoncée en novembre 2019, le projet a été accueilli avec ferveur dans le pays, fier de l'honneur rendu à l'industrie "Made in Germany".
Mais il a aussi suscité la défiance dans le voisinage direct de la future usine.
Manifestations, recours en justice, lettres ouvertes... des habitants, soutenus par les ONG fédérales environnementales Nabu et Grüne Liga, ont tout fait pour retarder le projet.   

L'an dernier, la justice a même contraint Tesla à suspendre son chantier, après une plainte en référé d'associations craignant la destruction d'habitat naturel d'espèces protégées de lézards et de serpents.
   
"Rue Tesla"
Désormais, c'est la consommation d'eau de la future usine qui est mise en cause.
Celle-ci pourrait atteindre, au gré d'agrandissements successifs, près de 3,6 millions de mètres cube chaque année, soit 30% du volume disponible de la région, selon une enquête de la chaîne de télévision ZDF.   

Un poids supplémentaire dans des localités déjà en tension, touchées ces trois dernières années par des sécheresses estivales, estiment les associations.
"La situation de l'eau est mauvaise, et va se détériorer", affirme à l'AFP Heiko Baschin, porte-parole de l'association locale IG Freienbrink.

Le risque d'asséchement des zones humides protégées, refuge de la biodiversité locale, inquiète également.
"Les capacités ne sont pas pour l'instant dépassées", a assuré en mars le ministre de l'Environnement du Brandebourg, Axel Vogel, à la télévision allemande. 

Mais les autorités admettent "l'impact notable des sécheresses", et ont fondé un groupe de travail pour réfléchir à la question sur le long terme.
La "giga-factory" s'étendra sur 300 hectares, pour une production de 500.000 véhicules électriques par an et abritera "la plus grande fabrique de batteries au monde".   

Le chantier a été réalisé au pas de charge, selon les souhaits d'Elon Musk, patron de l'entreprise californienne.
En un an et demi, les vastes forêts de conifères ont laissé place à plusieurs fondations de béton sur un sol ocre, auxquel les camions accèdent par la "Tesla Strasse" (rue Tesla).
   
Bureaucratie
Le constructeur américain bénéficie pour son chantier d'une procédure exceptionnelle d'autorisation préalable, qui lui a permis de débuter les travaux avant même de recevoir un permis de construire.

L'agrément définitif est cependant toujours à l'étude, les autorités devant contrôler l'impact environnemental du projet : si le permis n'était pas accordé, Tesla devrait en théorie démonter à ses frais l'installation.
Mais "une pression s'exerce [sur les autorités de régulation]", affirme à l'AFP Michael Greschow, représentant de l'ONG Grüne Liga.

Fin mars, Tesla s'est dit "irrité" par la lenteur des procédures en Allemagne, appelant dans une lettre à une "réforme" favorisant les projets utiles pour l'environnement, ce qui, selon lui, est le cas de sa "giga-factory". 

Le ministre de l'Économie Peter Altmaier a admis que son gouvernement "n'avait pas fait assez" pour réduire la lenteur bureaucratique dans le pays.
Malgré la réputation d'efficacité de l'Allemagne, les grands projets d'infrastructures y sont souvent ralentis par une bureaucratie jugée excessive par le monde économique.   

Les exemples sont nombreux, tels que le nouvel aéroport de Berlin, qui a ouvert en octobre dernier après huit ans de retard, et la gare de Stuttgart, dont le chantier, lancé en 2010, n'est toujours pas achevé.
Le ministre de l'Economie du Brandebourg, Jörg Steinbach, a d'ailleurs évoqué en février la possibilité que l'usine de Tesla ouvre en retard pour cette raison.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Juste le temps que l'industrie allemande rattrape son retard sur les VE et ça ira bien....
;0)

Lucos , Le 19/04/2021 à 07:15

Mdr .M Altmaier est un grand comique ( rare en Allemagne),combien de temps a t’il mis pour autoriser en pleine période de lutte contre le réchauffement l’ouverture d’une.......centrale au charbon!!!
Seule pays d’Europe qui donne des leçons à tt le monde et nous en particulier à ouvrir cette centrale,c’est un affront au climat!
D’atteln énorme centrale de 1100 MW qui va recracher ses poussières radioactives ( le charbon en émets énormément).
La prochaine gigafactory Elon la construira sur......Mars)))
Dire qu’en France une Usine lui tendait les bras(((((

Alain Boise, Le 19/04/2021 à 08:32

Curieux d'investir des millions dans le début de la construction d'une usine sans permis de construire...

M. Musk va comprendre que l'Europe, ce n'est pas les US ni la Chine. Je suis curieux de voir si il ne déchantera pas plus tard.

En tous cas comme le souligne Alain, quel gâchis effectivement sachant qu'il existait d'autres sites disponibles sans avoir à partir de zéro.

Seb 16S, Le 19/04/2021 à 09:25

Partout il est dangereux de commencer avant d’avoir purger les recours !
Une société Allemande est empêtrée dans un parc éolien (9 mats) construit à Lodeve ( Montpellier)sans permis de construire......au tribunal elle est condamnée à démonter sous astreinte de 90000€ par jour de retard((((
Les Lorrains et Alsaciens doivent regretter la venue d’Elon ,l’usine tournerait déjà et avec un personnel extraordinaire !!!

Alain Boise, Le 19/04/2021 à 09:33

Boire la tasse dans une région qui risque de manquer d'eau ?
Essaie t'on de noyer le poisson ?

Clerion , Le 19/04/2021 à 10:48

A Taïwan...il n'y a plus d'eau pour fabriquer des composants...mais il y a plein d'eau sur la planète Mars !! C'est cela l'idée de Musk.
Jo Biden pousse à fabriquer plein de VE chez lui (comme plein chez nous poussent à fabriquer de l'hydrogène et des batteries obsolètes) !!
Les teutons suivent son exemple...le temps que Merco pédale assez fort (le spécialiste de la spécialité l'a dit) et de toute façon c'est l’ère de l'argent magique.
Les gars de l'usine de Berlin vont aller encore en vacances en Juillet...mais pour Noël il va falloir mettre les (doubles) bouchons de Champagne ...nous pouvons parier qu'Altmaier sera là pour l'inauguration !!
Nous allons participer car tout le Champagne sera français !!
Je veux une Tesla "made in Germany". La classe.
Comme les chinois qui veulent des sacs Vuitton made in Champs Élysées avec ticket de caisse ad hoc !!!!
Les serpents et les lézards de Berlin ne vont pas finir en sacs...c'est déjà un progrès !!

Durand Pierre, Le 19/04/2021 à 12:10

Il est étonnant que le Land de Brandebourg ait laissé construire cette usine sans autorisation définitive officielle.
Chantage à l'emploi ?
Subterfuge administratif de Tesla pour passer en force la construction ?
Quoi que disent les ONG environnementales, la mal est déjà fait, car la déforestation a déjà eu lieu.
In fine, je pense que Tesla pourrait plutôt payer une forte amende pour non respect des procédures administratives lors de la construction que de se voir obligé de détruire cette nouvelle usine.
Quant à l'agrandissement probable, je pense que certains lobbyings (puissants en Allemagne) vont s'en charger...

Clerion , Le 19/04/2021 à 13:32

Qui voudra augmenter les déficits et diminuer le PIB en Allemagne!

Durand Pierre, Le 19/04/2021 à 14:19

... Pôvre Musk (façon de parler) et pôvres Berlinois !

… Et dire que tout cela est rendu possible parce que Ségolène n'a pas eu la "force de persuasion" nécessaire pour attirer Elon … à Fessenheim (voire à Hambach…)
https://youtu.be/bF_lUqbBh58
Plaise à la rédaction ...
;0)

Ade Airix, Le 19/04/2021 à 15:39

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 19/04/2021

Le réseau Distinxion à l’offensive

Le réseau Distinxion et son principal fournisseur, le grossiste St-Herblain Automobiles, ont traversé l'année 2020 sans perte de volume, grâce à une bonne anticipation de la forte reprise en septembre et à une campagne importante de communication TV.

Réseaux

Carlos Tavares ou quand la contre-révolution rejoint les révolutionnaires

Entre 2018 et aujourd’hui, on a vu et entendu Carlos Tavares changer assez radicalement de position sur l’électrique : tout indique que l’examen à 360° du dossier qu’il réclamait de tous et qu’il a conduit lui-même l’a amené à considérer que le dossier avait changé de nature en ce court intervalle de temps. Tant que l’on pouvait douter de la capacité du véhicule électrique à batterie (VEB) à devenir le standard de l’industrie mondiale, ses réserves méritaient d’être exprimées. Maintenant que tel n’est plus le cas, alors il est urgent non seulement de suivre le mouvement mais encore de tenter de le précéder.

Analyse

Catégorie Constructeurs

Neutralité carbone dans l’industrie automobile, l’exemple de Renault

Comme l’ensemble de l’industrie automobile, le groupe Renault a annoncé un objectif de neutralité carbone. Il est fixé à 2040 en Europe et 2050 dans le monde. Outre l’élimination des émissions de CO2 à l’usage des véhicules, cet objectif nécessite d’agir sur toutes les sources de CO2 indirectes et notamment celles des fournisseurs de matières premières et de batteries.

17/05/2021

Washington demande à Mexico d'enquêter sur une usine de General Motors

(AFP) - Washington a invoqué l'accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) pour demander à Mexico de déterminer si les droits syndicaux d'employés d'une usine de General Motors avaient été ou non bafoués, a indiqué mercredi la représentante américaine au Commerce (USTR), Katherine Tai.

17/05/2021

Pourquoi Toyota résiste à la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Des objectifs dépassés en 2020/21 et une nouvelle croissance anticipée cette année : la pénurie mondiale de semi-conducteurs affecte peu pour l'heure le numéro un mondial de l'automobile Toyota, extrêmement bien préparé à gérer les aléas de production depuis dix ans.

17/05/2021

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021