Publicité
Publicité
Analyse - 03/06/2021

A la baguette !

C’est d’une baguette magique dont je vous parle aujourd’hui, du genre croquant en surface et moelleux à l’intérieur. Et de comment s’en servir pour promouvoir la mobilité individuelle décarbonée. Ou pas.

A la baguette !

Ferrari 512TR, la meilleure voiture pour aller chercher le pain

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Figurez-vous qu’il a existé une baguette au levain à mon nom.
On la trouvait dans un endroit pour le moins improbable, puisqu’il s’agissait d’une station-service. Et c’est d’ailleurs pour nous informer sur la localisation d’une boulangerie artisanale que ma future épouse (ou devrais-je dire ma mie ?) et moi-même en avons franchi le seuil pour la première fois, sans nous douter que nous étions arrivés à destination. Mais l’agréable odeur qui nous pris par surprise, inhabituelle pour ce genre d’endroit eu tôt fait de nous renseigner. Et l’étal situé à côté de la caisse où les clients venait payer leur plein de "gasolina" me parut d’autant plus engageant qu’on y emballait le pain dans du papier plutôt que dans les habituels sacs en plastique de rigueur au Brésil.

"Bon sang, ça c’est du pain !" me suis-je exclamé à voix haute, avant d’ajouter en brandissant le quignon que je venais d’attaquer à pleines dents : "Regarde la consistance de la croûte, cette mie alvéolée, et le goût… " L’homme qui s’approcha alors de moi en me tendant de la main sauva Renata de la gêne provoquée par ma soudaine exubérance. Il me dit s’appeler Marcos, être le propriétaire des lieux et avoir préparé de ses mains le pain que j’étais en train de déguster. 

Mais surtout, Marcos me fit part de l’émotion qui avait été la sienne à entendre un citoyen de France parler avec une telle emphase du fruit de son travail. La conversation qui s’ensuivit me laissa à comprendre que j’avais affaire à un véritable amoureux de la boulangerie, capable de parcourir le monde à la recherche des meilleurs professionnels afin de perfectionner sa technique de la panification. Et je n’allais pas tarder à découvrir que les miches, baguettes et autres fougasses qu’il confectionnait à l’étage du dessus faisaient mentir Voltaire lorsque celui-ci affirmait : "Le pain dans sa patrie vaut encore mieux que les biscuits en pays étranger."

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir quelques jours plus tard par réseau social interposé, une étiquette portant mon nom, photographiée au milieu de plusieurs pains. C’était la façon pour le moins inattendue qu’avait trouvée Marcos de me remercier de ma visite et de la recommandation que j’avais mise en ligne le concernant. Si je fus évidemment très touché par ce sympathique hommage, je ne pus m’empêcher de penser que c’est l’artiste boulanger qui méritait d’être distingué pour service rendu aux expatriés comme aux cariocas, permettant aux uns -selon l’expression locale- de "tuer la nostalgie", et aux autres de découvrir la vraie saveur du pain. Une consécration -c’est le cas de le dire- qui arriva quelques années plus tard en forme de pain béni, celui accompagnant les repas du Pape en visite à Rio et pour lequel c’est vers Marcos qu’on se tourna. En revanche, je ne crois pas que mon nom soit parvenu jusqu’à sa Sainteté…

Les Français de France qui tiennent pour acquis les 30 millions de baguettes qu’il consomment chaque jour, ne connaissent pas leur chance. Et c’est comme ça depuis le XIXe siècle, quand le pain rustique en forme de boule que l’on consommait en abondance dès le Moyen-Age laissa progressivement place à l’objet croustillant et oblong à l’origine curieusement incertaine. Pour certains l’œuvre des boulangers de la Grande Armée, permettant aux soldats de Napoléon de transporter leur pitance dans les basques de leur veste, la baguette serait pour d’autres originaire de Vienne. Une troisième version la fait remonter aux travaux du métro de Paris, quand on donna aux ouvriers un pain se rompant à la main, afin d’éviter qu’ils n’emmènent dans leur poche le dangereux couteau dont ils se servaient pour trancher les miches, mais aussi parfois saigner l’adversaire au cours d’une rixe.

Je doute que les créas de l’agence de Volkswagen France aient eu en tête ces controverses historiques lorsqu’ils ont imaginé l’opération qui s’est tenue du 23 au 25 mai derniers. Durant trois jours, la filiale du constructeur a offert une deuxième baguette à ceux venus chercher la leur dans une des cent boulangeries participantes réparties sur l’Hexagone, à condition qu’ils s’y soient rendus à pied. L’initiative visait à encourager nos concitoyens à marcher plutôt qu’utiliser leur automobile, comme expliqué sur l’emballage papier protégeant la croustillante badine : "Aller chercher sa baguette à pied plutôt qu’en voiture, c’est bien. Mais ça donne faim. Alors Volkswagen vous en offre une deuxième pour vous dire merci. Et aussi bon appétit."

Y’a pas à dire, ils sont sympas chez Vévé ! Mais pas sûr qu’ils aient contribué à l’estime de soi de ceux qui vont devoir bientôt s’afficher en tenue de bain sur les plages, considérant qu’une baguette standard de 65 cm de long et pesant 250g fait tout de même dans les 700 calories, soit un tiers des besoins quotidiens d’un être humain. Pour la bonne tenue de votre IMC (Indice de Masse Corporelle), je vous déconseille donc d’en faire une habitude, à moins de choisir une boulangerie située à 7 ou 8 km de chez vous, qui vous permettra d’accomplir sur le trajet aller-retour les trois heures et demie de marche nécessaires pour en dépenser l’équivalent énergétique. C’est d’ailleurs probablement l’avertissement délivré par le cinquantenaire bedonnant apparaissant dans l’un des films publicitaires diffusés pour l’occasion, revenant les mains vides de la boulangerie après avoir boulotté une baguette entière en chemin, avec un air de "Flûte, faut que j’y retourne".

Si vous trouvez que je chipote, sachez ce n’est pas forcément une mauvaise idée, puisque ce verbe signifie  "manger du bout des dents, sans appétit". Quoiqu’il en soit, ce n’est pas de nos bourrelets dont il est question dans l’argumentaire développé par VW, lequel précise que sa campagne qui a du pain s’inscrit dans cadre de la stratégie "Way to Zero" visant la neutralité carbone de l’ensemble des activités du groupe en 2050. Et si la grandiloquence d’un tel dessein ne vous fait marcher, peut-être serez-vous sensible au discours moralisateur qui ne mange pas de pain, mais n’en fait pas moins dans l’interpellation culpabilisante : "Savez-vous que 49 % des Français habitant à moins de 1km de leur lieu de travail s’y rendent encore en voiture ?" On a raté l’information objective de peu, à l’emploi de l’adverbe "encore" près, qui suggère de façon insidieuse que l’usage de l’automobile relève d’une pratique d’un autre temps.

Pour autant, la statistique est incontestable, puisque portant l’estampille de l’Insee. Mais comme elle m’a paru un peu isolée, je n’ai pu m’empêcher de cliquer sur le lien donnant accès à l’étude dont elle est issue. Ou plutôt l’"exploitation complémentaire" selon le jargon de l’Institut, réalisée sur la base du recensement de la population française de 2017. Je suis donc en mesure de vous indiquer que la proportion de Français résidant à un kilomètre maxi de leur lieu de travail représente 6,3% des 26,8 millions d’"actifs en emploi", ce qui signifie que ceux d’entre eux qui utilisent leur voiture pour s’y rendre ne représentent à peine que 3,1% de cette même population. On a frôlé l’information objective, ratée par la faute de la locution verbale "à peine", visant à diminuer l’importance des 829.600 individus destructeurs d’environnement concernés. Moi aussi, je peux jouer.

Mais pour intéressante qu’elle soit, une étude quantitative possède évidemment ses limites, la statistique se fichant pas mal des individualités et de la vie des personnes concernées. Par exemple, la distance séparant le lieu de résidence de celui où l’on travaille -déterminée dans le cas présent par géolocalisation- ne correspond pas nécessairement à celle des trajets qu’on effectue entre les deux, si l’on doit déposer les bambins à l’école ou chez la nounou le matin, se rendre au supermarché durant la pause déjeuner, ou si l’on a prévu d’aller jouer au badminton à l’AS le soir en sortant du bureau.

Sans compter tout un tas de raisons plus ou moins valables qui peuvent expliquer qu’on utilise un véhicule sur un trajet court, des objets pesants à transporter à la mise en plis qu’on se refuse d’exposer à la pluie, en passant par ceux qui se garant dans la rue en milieu urbain, préfèrent laisser leur voiture sur le parking de l’entreprise aux heures utiles, plutôt que de payer des journées de parcmètre.

Mais j’ai conscience de commettre une grossière erreur en me faisant ainsi l’avocat de ceux que certains aiment à diaboliser. Non pas qu’il me semble judicieux de parcourir de petites distances à bord d’une automobile plutôt que de marcher, mais en raison d’une réalité toute simple, régulièrement bousculée en vertu d’une espèce d’ordre moral chlorophyllé. Et cette vérité, c’est que jusqu’à nouvel ordre, les gens font ce qu’ils veulent dans les limites de la loi, quelques soient les jugements que nous portons sur leur comportement. A moins bien sûr que la loi elle-même ne s’en mêle, et que l’on (qui ?) ne décide qu’une distance minimale à parcourir est requise pour introduire la clef dans le contact.

Si l’idée vous paraît saugrenue, songez à la mise en place progressive des ZFE (Zones à faibles émissions), qui va mettre à pied un certain nombre d’automobilistes parmi les moins fortunés, limitant leur droit fondamental que constitue la liberté d’aller et venir. Ou pour sortir un peu de l’automobile, il y a aussi les propositions énoncées par une "chargée de recherche à la chaire de relations internationales et de développement durable à l’Université de Münster" (sic) lors d’un webinaire organisé par le Bureau européen de développement, consistant à limiter la taille des appartements de 14 à 20 m² pour une personne seule, et de 40 à 80 m² pour une famille de 4 personnes. Rappelons tout de même que ceux qui ont tenté avant la chute d’un certain mur d’ériger ce genre de principe en système de gouvernement, n’ont sauf erreur de ma part pas réussi à construire un monde meilleur.

Du coup, cette histoire de deuxième baguette me paraît beaucoup moins sympathique quand elle s’accompagne du discours de ceux qui veulent nous mener à la baguette. Bien sûr, loin de moi l’idée de soupçonner les marketeurs de VW France de relents totalitaristes, et j’avoue être un peu embêté d’avoir l’air de distribuer ainsi des coups de baguettes sur les doigts. Mais c’est sans doute ce qui se passe quand un constructeur automobile adopte l’étrange idée de nous dissuader d’utiliser ses produits. D’autant plus qu’avec la stratégie qui est la sienne, la marque en question a du pain sur la planche pour convaincre un nombre croissant d’automobilistes de rouler électrique, si elle ne veut pas se retrouver bientôt dans le pétrin. Sans compter qu’elle vaut à mon avis mieux que le cliché éculé du gars qui prend sa voiture pour aller chercher son pain au coin de la rue.

Mais tout cela ne m’enlèvera pas mon humeur badine. La preuve, je vous offre ce petit morceau d’anthologie vidéophonique signé Chris Harris, à voir ou à revoir, attestant que la meilleure voiture pour aller chercher son pain, c’est une Ferrari 512TR et son sublime 12 cylindres à plat (mais en pleine forme).

Pour le reste, j’espère que mes amis de Volkswagen France ne m’en voudront pas de les avoir taquinés. Je leur propose d’ailleurs de nous retrouver autour d’un petit déjeuner lors de mon prochain passage à Paris, avant que je ne puisse essayer leurs autos électriques. 
Et s’ils trouvent que c’est une bonne ID, promis, c’est moi qui apporte les croissants. 

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

J'arrête pas de vous le dire ici, tout ça pour aller acheter le pain !
;0)

Lucos , Le 03/06/2021 à 00:22

..Reste plus qu'a instuiter le trophée correspondant sur autoactu : lameilleurevoiturepourallerchercherlepain.awards (?)
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 00:34

La 512, pour faire le tour du pain de sucre ?
;0))

Lucos , Le 03/06/2021 à 07:42

Le clip ... croustillant !
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 08:38

J'veux le même avec Durand Duchene au volant de son hybride photovoltaïque ... Hein çà rend pas pareil ! ... Bande de salauds ...
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 08:52

D'un autre point de vue … Chez Stellantis, "y z'ont" aussi un sacré spécialiste de la baguette …
ET du cerceau …
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 09:48

https://www.coachbuild.com/index.php?option=com_content&task=view&id=72

Piero Mancardi, Le 03/06/2021 à 11:35

Il fait semblant mais il a déjà la la même caisse que Durand...la seule différence c'est que Duchene a tout le temps le coude à la portière et qu'il y a plus de trente ans qu'il se fout du talon pointe ! Rien ne casse rien ne lasse !
Qu'est-ce qui fait...d'avoir une voiture (et ceci depuis vingt ans) qui ne casse jamais et qui ne reste jamais au bord de la route ?? Jamais de vacances gâchées !!
Je ne dit pas bande de salauds...je dis bande de dinosaures qui ne voient pas le météorite arriver au dessus de leur tête et que beaucoup vont disparaitre ! Enragez en attendant !!
Quand les pauvres vont s’apercevoir qu'avec la nouvelle ère des hybrides (type Yaris) qu'ils vont se libérer des arnaqueurs (de l'industrie et du commerce) de tout poil et pouvoir rouler sans craindre la panne chère et inutile...le monde auto aura vraiment tourné la page vers un produit banal mais croustillant comme la baguette !!
Il y a encore du pain sur la planche mais cela va croissant !!

Durand Pierre, Le 03/06/2021 à 11:42

Faut reconnaitre que Jo fait des efforts..
;0)

Lucos , Le 03/06/2021 à 12:07

Oui ! ... Et le pôvre, jamais de vacances gâchées ... Nan, que du prévisible .... La SNCF old school en somme ... Quelle morne plaine (?) !
;0)
PS : "j'dis" pas que çà n'arrive pas mais que celui qui a eu des vacances gâchées par une chignole, récemment ... qu'il lève le doigt ... Avec les assistances, çà limite .... J'parle pas de Robert qui avait sorti la Frégate en vue d'un road trip sur la RN7 ... qui s'est terminé à Sully sur Loire (belle région, au demeurant ...) dans l'atelier à Maurice ....

De mon côté, çà remonte fouyaya ! ... c'était en 69/70 (...) 1969, pas 1869, hein ! ... vacances gâchées je sais pas ? mais bouleversées oui ! ... j'étais môme et le "sigognal" de la 1300 TC de mon paternel avait eu le mauvais goût de se briser ... Sur l'ile de Minorque en plus ... La poussette pour remettre la petite berline sur le bateau direction la concess de Barcelone ... Du "grandiose" ... Une paille dans le métal, c"était ...Les belles années de l'industrie auto britannique ...
Voilà çà, c'est fait !
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 13:21

Moi, jamais de morne plaine...toujours haute plaine...et maintenant dans les descentes (miracle de la technique) cela charge, pas besoin de freiner, byebye les pompes à essence qui se font rares ...toujours des bouffés d’oxygène mais pas d'hydrogène !!
Suivez mon conseil...pas de Minorque sans Majorque...et ne pas rater les bises d’Ibiza !! Pour danser évitez le Vals à Barcelone !!

Durand Pierre, Le 03/06/2021 à 14:06

Trop mignon les recommandations du guide du routard special "baleares" ...je suppose que c'était à destination de votre lectorat...
Car pour ma part j'ai fait le tour du sujet, il y a bien longtemps ...
Grand souvenir sur Ibiza/Formentora mais une préférence marquée concernant Minorque ...Quant à Palma ...
;0)

Ade Airix, Le 03/06/2021 à 14:12

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/06/2021

La pénurie de VO récents largement confirmée en mai

Le marché de l'occasion réalise sa première baisse en mai (vs 2019), impacté par la pénurie de VO de moins de deux ans. Les professionnels de l’automobile, qui représentent 37,2% des ventes de VO en mai , se rattrapent avec les VO de 2 à 5 ans, en hausse de 8%.

Marchés

Les chauffeurs poids lourds, des sujets à risques

(AFP) - Les chauffeurs de poids-lourds circulant en France sont davantage exposés à des facteurs de risques pour leur santé (surpoids, tabagisme), avec des conséquences potentiellement dangereuses sur la route, que le reste de la population, révèle une étude scientifique publiée mercredi.

Autour de l'auto

Catégorie Analyse

Comment aborder la question chinoise en matière de véhicule électrique en 2021 ?

Le véhicule électrique est, depuis plusieurs années, un sujet sur lequel la passion prévaut et où la foi joue trop souvent un rôle plus important que la raison. Dans ce contexte, s’inscrit la crainte d’être roulé dans la farine par des concurrents chinois qui, sous couvert de décarbonation, auraient inventé avec leur administration une machine de guerre destinée à nous dominer voire à nous évincer.  La réalité n'est pas aussi caricaturale.

18/10/2021

Les nombreux effets secondaires de la pénurie de semi-conducteurs

L’Amérique du Nord souffre de pénuries dans la chaine d’approvisionnement depuis un an et tente de s’adapter à la situation. En Europe, en revanche, les effets de la pénurie s’accélèrent sur la fin de l’année. Dans ces deux marchés, les cultures industrielles et commerciales sont très différentes mais les dommages collatéraux cultivent de nombreuses similarités.

15/10/2021

Une chinoise très cathodique

Aujourd’hui, c’est une véritable aventure en Bourgogne que je vous propose, à bord d’un engin exotique. Ou pas.

14/10/2021

L’industrie automobile droguée au chômage partiel pourra-t-elle décrocher sans dommages ?

La fin du "quoiqu’il en coûte" qui est désormais actée en France suscite de vives craintes et certains autres états hésitent à assécher les financements de leurs dispositifs de chômage partiel. Au vu de la situation automobile, ces craintes paraissent justifiées : il était très nécessaire d’adopter ces dispositifs et il est urgent maintenant de les abandonner. Il faut toutefois avoir conscience du risque de voir réapparaître suite à ces abandons la douloureuse question des surcapacités. Le financement du chômage partiel permet aux constructeurs de vivre dans une très artificielle situation sous capacitaire : le retour à la normale est en train de s’opérer.

11/10/2021

Ecriture inclusive : "Don’t think with Google"

Un article publié la semaine dernière dans la lettre branchée destinée aux gens de marketing, "Think with Google", promeut l’usage de l’écriture "inclusive". Une démarche politique qui pose un certain nombre de questions. Qui décide dans une entreprise de l’utilisation de l’écriture "inclusive" ? Est-elle compatible avec des enjeux commerciaux ?

12/10/2021

Le come-back des nouvelles mobilités se dessine

Les 15 années qui se sont écoulées ont conduit à voir monter et redescendre des convictions fortes quant à la nécessité pour l’automobile mondiale de changer profondément. Le véhicule connecté, le véhicule autonome, le véhicule électrique ou les nouvelles mobilités ont ainsi acquis puis perdu aux yeux des uns et des autres le statut d’évidente obligation de faire la révolution. Le véhicule électrique a ainsi connu une vague très ascendante pendant la crise de 2008 puis le reflux a été très net avant que la vague ne remonte après 2015 pour finalement emporter l’industrie. Les "nouvelles mobilités" avaient elles aussi paru aptes à changer profondément cette industrie il y a 10 ans et étaient assez clairement au creux de la vague ces dernières années. Elles pourraient bien imiter le véhicule électrique et réussir leur come-back.

04/10/2021

Ford investit 7 milliards de dollars dans le Kentucky et le Tennessee

Ford vient de s’engager à investir 7 milliards de dollars sur 3 sites localisés dans le Tennessee et le Kentucky. Le constructeur va ouvrir un campus dédié à l’électrification de la gamme de pick-up trucks et construire une usine destinée à la fabrication de batteries en partenariat avec SK Innovation. Le groupe coréen va ajouter 4,4 milliards de dollars pour porter l’investissement à 11,4 milliards de dollars au total et créer 11.000 nouveaux emplois.

01/10/2021

La Ton

Aujourd’hui, c’est la centième ! Du coup, j’en fais des tonnes…

30/09/2021