Publicité
Marchés - 29/11/2021

Assurance : vers des hausses modérées des tarifs côté auto et habitation en 2022

(AFP) - Les hausses tarifaires des assurances auto et habitation devraient rester modérées pour 2022 selon les premières communications des assureurs, mais une accélération semble à prévoir pour 2023.

Auteur : AFP

Partager cet article

Facts & Figures, cabinet de conseil indépendant, spécialiste de l'assurance, a fait une hypothèse de hausse de 0,5% à 1% des tarifs de l'assurance auto dans son baromètre 2021 des assurances dommages.
"On parie plutôt sur une stabilisation des prix en automobile, marché très concurrentiel", affirme quant à lui Olivier Moustacakis, co-fondateur d'Assurland, leader de la comparaison d'assurance en ligne.
"Ce n'est pas la vache à lait des assureurs, c'est un produit d'appel, avec lequel ils font l'acquisition de nouveaux clients, donc la bataille est assez rude sur l'automobile", rappelle-t-il.

La Maif a annoncé dès juin le gel de ses tarifs d'assurance auto pour 2022 pour la deuxième année consécutive, "malgré une hausse de la sinistralité et des coûts de réparation auto", avait-elle indiqué dans un communiqué.
En assurance habitation, la Maif souhaite contenir l'augmentation de ses tarifs à 2,5% en moyenne, à l'exception des contrats habitation jeunes, également gelés.
Du côté de l'assureur mutualiste Covéa, qui comprend les marques MMA, MAAF et GMF, le directeur général adjoint Paul Esmein a mentionné une tendance à l'"augmentation plus conséquente en habitation qu'en auto" devant des journalistes.

Les évolutions tarifaires d'Allianz France "sont encore en discussion" et ont habituellement lieu en avril ou mai, a affirmé l'assureur de son côté.
AXA France a également fait savoir qu'il était encore prématuré pour dégager une tendance. La Macif n'a quant à elle pas souhaité répondre aux sollicitations de l'AFP.
"Les assureurs sont aujourd'hui très discrets, mais ils ont fait des économies de sinistralité automobile grâce au troisième confinement.
Annoncer des hausses de tarifs dans ce contexte là, ça fait débat",
assure Cyrille Chartier-Kastler, président et fondateur de Facts & Figures.
En comparaison avec l'année 2019 -l'année 2020 ayant été trop atypique en matière de sinistralité avec les deux confinements- le nombre de personnes décédées sur les routes depuis janvier est en recul de 15% et le nombre de blessés de 7%, selon l'observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Accélération en 2023

En parallèle, le prix des pièces détachées a explosé (+4,4% en 2020, après une hausse de 6% en 2019, selon Facts & Figures), en raison de l'intégration croissante d'électronique. Concrètement, s'il y a moins d'accidents de voitures, les réparations coûtent plus cher.
Facts & Figures évoque d'ailleurs dans son baromètre un probable retour, à compter de l'échéance 2023, d'une dynamique annuelle de hausse des tarifs de l'assurance automobile de l'ordre de 2 à 3%, pour absorber la dérive des coûts de la réparation automobile.
Mais pour 2022, les facteurs inflationnistes se compensent encore avec "l'économie réalisée avec le troisième confinement et la baisse de fréquence de sinistres", indique M. Chartier-Kastler.
Il évoque également un "contexte très schizophrénique" à l'approche de l'élection présidentielle de 2022. "Il y a beaucoup de débats sur le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement fait pression pour éviter une hausse de tarif [de l'assurance]. Tous ceux qui voudraient annoncer des hausses seront très discrets."   

Pour Assurland, la stabilité des prix pour les assurances habitation devrait se poursuivre. Facts & Figures prévoit quant à lui une hausse des tarifs "assez raisonnable", de 1 à 1,5%, proche de l'inflation.
"La sinistralité a un peu baissé avec la mise en place de jours de télétravail", observe Olivier Moustacakis. Les Français étant plus présents à leur domicile, le risque de cambriolage a été réduit et les dégâts des eaux ou potentiels incendies ont été détectés plus tôt, causant ainsi des dommages moins importants, donc moins coûteux.
Cyrille Chartier-Kastler met cependant en garde sur la dérive du risque climatique, facteur d'augmentation des prix pour les années à venir.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

C'est surtout le prix des pièces qui devient inquiétant avec ces rafales de hausses annuelles irraisonnables, bien sûr aussi en carrosserie, parfois à 4 ou 5 fois l'inflation, et avec en plus un taux horaire moyen France des Concessions de marque à 94 TTC*, et chez certains le litre de 5W30 à 28€ TTC*, la profession fait vraiment tout en ce moment pour envoyer ses clients ailleurs, en centre auto ou chez le MRA du coin qui fait le minimum à pas cher et faire augmenter le coût des assurances.
Comment faire accepter de simples "entretiens" à 20, 25 ou 30% d'un SMIC net ?
Moins ça marche, plus j'augmente, donc moins ça marche et plus....
;0)
* quand on se met du côté du point de vue du client il faut impérativement passer en TTC, ce qui sort du porte monnaie.

Lucos , Le 29/11/2021 à 10:38

Quand le spécialiste de la spécialité fait de la grande lucidité...
Nous n'avons encore rien vu !!
La réponse du "client" sera, restreindre au maximum dans l'avenir sa mobilité et ses déplacements...et de plus en plus de "gilets jaunes" !!
Additionnez tout au niveau européen, sachant en plus que ce sont les teutons qui touchent (presque) les plus hauts salaires...et cela va très mal chez eux au niveau business auto !!
Dans la grande distribution...le hard discount est déjà une invention (toute au moins en Europe) allemande.
Fini la vente de produits à valeur ajoutée !!
Nous allons en parler plus tard du fantasque Musk qui nargue le gouvernement allemand et qui dit ne pas avoir pas besoin des ses subventions (plus d'un milliard d'euros) !!

Durand Pierre, Le 29/11/2021 à 11:46

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 29/11/2021

Grande coalition allemande, contexte macro-économique et électrification du marché automobile

La grande coalition tricolore allemande dessine un paysage où la volonté des Etats et de l’Europe de soutenir à la fois l’activité et l’investissement nécessaire à la transition domine. Dans un contexte durablement structuré autour de politiques monétaires accommodantes, les appels au retour à des politiques budgétaires plus orthodoxes resteront probablement timides et ceci ne peut que favoriser une électrification qui, sans cela, serait autrement plus compliquée.

Analyse

37 départements sont repassés aux 90 km/h

(AFP) - Trente-sept départements sont repassés aux 90 km/h sur certaines de leurs routes hors agglomération, après l'abaissement de la vitesse limite à 80 km/h au niveau national, selon un rapport ministériel, révélé vendredi par la Ligue de défense des conducteurs.

Société

Catégorie Marchés

Marché moto en juin et au premier semestre : Des hauts et des bas !

Le marché de la moto poursuit son effet yo-yo : après un excellent mois de mai, il a perdu du terrain en juin. Sur le premier semestre, il résiste cependant très bien, avec une baisse limitée à 3,6%, 2022 se situant ainsi parmi les meilleurs millésimes.

02/08/2022