Publicité
Publicité
Analyse - 10/10/2019

Berlinette do Brasil

La chronique de Jean-Philippe Thery, consultant, fort d’une expérience automobile aussi bien dans le domaine du produit que de l’Intelligence de marché, avec des expériences chez Renault, Nissan et PSA. Installé depuis 2008 au Brésil, Jean-Philippe Thery est spécialiste des marchés automobiles en Amérique Latine.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Quinze ans. C’est le temps qu’il aura fallu pour produire les 7 176 exemplaires de l’Alpine A110 originelle, entre 1962 et 1977. Un chiffre qui nous a été rappelé très récemment par les communicants de la marque, après que la nouvelle itération de la célèbre berlinette ait atteint le même niveau de production, en à peine 22 mois. Un évènement fêté dignement dans la cour de l’usine dieppoise qui a donc déjà vu naître 14 352 unités des deux générations, et dont les collaborateurs avaient lâché momentanément la clé de 13 ou la souris pour former le « A » stylisé de la marque. Mais cette commémoration constitue également une excellente opportunité de vous parler des lointaines cousines brésiliennes de notre belle sportive nationale.

J’ai découvert l’Interlagos… à Interlagos. Lors de ma deuxième visite au Brésil, alors que j’assistai sur la célèbre piste à une épreuve rassemblant des voitures anciennes je découvris sur la grille de départ une auto ressemblant furieusement à une Alpine A108, dont le museau arborait cependant 10 lettres chromées et espacées au lieu des 6 habituelles : « I N T E R L A G O S ». Un bref dialogue en anglais avec le propriétaire et pilote, déjà casqué en raison de l’imminence du départ, me laissa entendre que j’avais bien identifié le modèle, et que celui-ci avait été produit localement.

Par sa dimension mythique, l’A110 a tendance à faire oublier combien elle doit à sa devancière. En commençant par on élégante silhouette et le dessin de la face avant, inaugurant le concept et l’appellation de "Berlinette" que l’A108 fut la première à adopter. Mais aussi ses dessous intimes, l’architecture châssis-poutre caractéristique de l’A110 étant introduite dès 1960 sur les versions cabriolet et coupé 2+2 de sa devancière. Construite de 1958 à 1965, l’A108 était disponible en trois carrosseries (en ajoutant un coupé en plus des berlinette et cabriolet déjà mentionnés), propulsées par autant de versions du moteur de la Dauphine. Affichant 845, 904 et 998cm³, celles-ci délivraient respectivement 37, 53, 70 chevaux en colère, bien aidés il est vrai par un poids d’à peine 520kg.

Comme vu précédemment, chaque exemplaire de l’A110 a été dûment répertorié. La situation parait bien différente pour l’A108, du moins pour les unités produites en Europe. Même Google y perd son latin, puisque plusieurs données sont disponibles pour la France, mais aucune pour l’Espagne qui a pourtant contribué à l’histoire du modèle par l’intermédiaire de la FASA, filiale de ce qui était alors encore "la Régie". En revanche, on sait avec certitude que 822 Alpine virent le jour au Brésil, fabriquées entre 1962 et 1967 "sob licença", comme indiqué sur une plaque située dans le compartiment moteur de chaque unité produite. Vous pouvez donc ignorer le chiffre de 1 500 exemplaires cité par certaines source pourtant supposées fiables, conséquence d’une certaine lettre rédigée par la direction de Willys à la demande d’Alpine, et destinée à la Fédération Internationale de l’automobile afin d’homologuer le modèle en compétition. N’en dites rien à Jean Todt, même s’il y a probablement prescription. Quoiqu’il en soit, le Brésil est de façon certaine le premier pays producteur d’Alpine A108 !

Dès l’après-guerre, Renault a en effet cherché à élargir ses horizons en exportant ou produisant ses modèles loin de l’Hexagone. A la fin des années 50, ça tombait bien pour Willys do Brasil, qui avait besoin de compléter sa gamme de grosses berlines américaines par un modèle compact plus adapté aux besoins et au portefeuille de la clientèle locale. La Dauphine, importée dans un premier temps, fut ensuite fabriquée dans l’usine de la marque à São Bernardo dans la banlieue de São Paulo, et vendue sous le nom de "Gordini". Mue par le brave moteur Ventoux, promettant comme le disait la pub de l’époque, "quarante chevaux d’émotion", elle narguait donc la pauvre Fusca (appellation locale de la Coccinelle), qui ne disposait que de 36 laborieux canassons. Willys devait par la suite vendre son usine brésilienne à Ford, qui en profitait pour récupérer le projet d’une autre Renault bien connue dont je ne vous dirai rien aujourd’hui, et dont je conterai l’histoire à l’occasion d’une prochaine chronique…

Rendons-nous donc plutôt à Curitiba, dans le sud du pays, où à peine établi vers la fin du siècle dernier, je me mettais à la recherche d’une Interlagos. Longue et difficile, la quête du graal motorisé me permit cependant de localiser non pas une, mais deux autos en même temps. Dans le garage d’un quartier du nord de São Paulo où je me rendis aussitôt que je fus averti de leur existence, je découvrais côte à côte une Berlineta 1964, et un cabriolet de 1966. Ayant jeté mon dévolu sur la première, resplendissante dans sa robe "rouge goyave" métallisée et parce qu’il s’agissait d’un des cent premiers exemplaires produits, je me mettais néanmoins en tête d’assurer l’avenir de la découvrable rouge vif lui tenait compagnie.

A l’occasion d’un déjeuner survenu quelque temps plus tard lors d’un séminaire interne organisé par Renault do Brasil, j’abordai sur le sujet Luc-Alexandre Ménard, alors Président de l’entreprise, arguant qu’il serait dommage de laisser tomber entre des mains hasardeuses un objet aussi rare, témoin de l’histoire locale de la marque. L’argument porta, puisque je me retrouvai responsable de son acquisition, avec pour instruction de négocier le prix demandé à la baisse. Connaissant l’âme commerçante du patron, je lui avais prudemment indiqué un prix précisément réévalué du montant sollicité. Que Monsieur Ménard -qui nous a hélas quittés depuis- me pardonne : c’était pour la bonne cause.

Le "conversível" se trouve toujours entre les mains de Renault au Brésil, et participe régulièrement à des manifestations promues par la marque. Quant à la berlinette, elle a également fini par intégrer la collection de l’entreprise, mais de l’autre côté de l’Atlantique, au sein du département "Renault Classic". Je l’ai en effet littéralement ramenée dans mes bagages, puisqu’elle a effectué la traversé dans le même container qui contenait mes effets personnels, au-dessus des cartons qu’elle a eu le bon goût de ne pas écraser. Peu après son arrivée, elle eut droit aux honneurs de "Global", la revue interne du constructeur. Comme elle se trouvait alors encore dans les entrepôts de l’entreprise ayant assuré mon déménagement, nous simulâmes une sortie de container, photographiée par Xavier de Nombel, dont les clichés sont bien connus des amateurs de belles automobiles.

Sans le savoir, je suis récemment repassé devant "mon" auto. Et peut-être l’avez-vous vous aussi aperçue, puisqu’elle était exposée dans l’allée des anciennes au dernier Paris Motor Show. Il faut dire qu’elle a depuis été superbement restaurée, arborant désormais la livrée de l’équipe de compétition de Willys, qui fit notamment débuter les frères Fittipaldi. Il me fallut donc attendre le Salon Epoq’Auto à Lyon quelques mois plus tard pour apprendre que sous la peinture jaune à bande verte -les couleurs du Brésil- se cachait en fait la voiture que j’ai débusquée il y a maintenant une vingtaine d’années dans son pays d’origine. Elle est évidemment magnifique et ne pouvait tomber en de meilleures mains, même si je dois avouer que je regrette quelque peu que n’ait pas été conservée sa belle couleur d’origine.

Je ne vous ai pas parlé de sensations de conduite, et pour cause. Elles se limitèrent à une brève prise en main, alors que la belle avait sérieusement besoin qu’on s’occupe d’elle. Ça vibrait, ça sentait l’essence et c’était plutôt bruyant. Et je suis bien sûr curieux de savoir comment elle se comporte aujourd’hui. Ce qui me fait d’ailleurs penser que je n’ai pas non plus conduit la nouvelle A110, dont je lis les commentaires dithyrambiques dans la presse.

 

Et si les responsables d’Alpine me lisent, qu’ils n’aient aucun doute sur le fait qu’il s’agit bel et bien d’un appel du pied…
Jean-Philippe Thery

PS : J’espère vous avoir donné envie de voir "ma" Berlineta. La voici, dans sa livrée actuelle

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Belle journée en vue après cette lecture ,la bagnole qu’elle passion !
Je suis à votre disposition pour un essai de la grand mère tout comme sa petite dernière bien née.
A quand un article sur CG et l’aventure Chappe et Gessalin avec des destins croisés d’Alpine.

alain boise, Le 10/10/2019 à 06:23

... Oui merci pour ce retour en lien avec la Berlinette d'Interlagos ...
Une chronique Autoactu rétro ?
On peut constater sans l'aide du GIEC un Gros changement climatique.... Si au début des années 60, cette "aventure" semi artisanale fût possible ... aujourd'hui et pour différentes raisons produire la "descendante" sous licence ou pas n"est pas d'actualité ... me semble-t-il
;0)

ADEAIRIX, Le 10/10/2019 à 06:54

POUR VOIR TOUS LES ALPINE UNE VISITE S'IMPOSE AU MANOIR DE L'AUTOMOBILE A LOHEAC 35

PAUL

AUTOMOBILES DU CLOS, Le 10/10/2019 à 07:46

C'est rétro ce matin sur Autoactu !
Pour en revenir à l'actu, l'amendement sur le malus lié au poids du véhicule va être retoqué sauf surprise gouvernementale de dernière heure.
;0)

Luc Os, Le 10/10/2019 à 08:03

bon rappelez nous les noms de celles et ceux qui ont déposés cet amendement à l’AN.....ça pue EELV!

alain boise, Le 10/10/2019 à 08:30

Ca sentait surtout le grand n'importe quoi.
;0)

Luc Os, Le 10/10/2019 à 08:40

C’est cela les écologistes ,je reviens d’un voyage à Paris ....digne de la Croisière Jaune,une haine de la bagnole transpire partout....même électrique ( pas de bornes)

alain boise, Le 10/10/2019 à 09:38

Du calme Alain...cela fait 50 ans que j'habite à Paris ....il y a du très mauvais et il commence a avoir du bon !
Mme Hidalgo....enquiquine a un point désespérant l'automobiliste parisien avec ses travaux...et que je te casse ce qu'avait fait son prédécesseur...et que je te refais de manière interminable ce qui sera cassé par le suivant !!!
Peu d'entreprises, avec des chantiers multiples jamais finis et que je te saute de chantier en chantier sans jamais terminer !!!
Par contre quand les amendes de stationnement à 35 euros ont commencer à pleuvoir...j'ai des exemples ou c'est le jour et la nuit.
Autour du Bois de Vincennes par exemple, aujourd'hui il y a des places partout pour stationner et en plus beaucoup de coins de trottoirs sont bloqués avec de poteaux en fer, beaucoup moins de "ventouses" se garent dans les virages des rues et boulevards.
Cela va se terminer comme en Angleterre dans certaines villes, à savoir, si on veut aller au centre ville...cela débouche dans une allé qui va FORCEMENT e obligatoirement à un parking et souvent souterrain.
Venir de la province à Paris implique et impliquera dans l'avenir de faire marcher son CERVEAU reptilien !
Donc on peu circuler dans Paris, sans chercher des heures une place en surface, car le tarif en sous sol est quasi égal au souterrain.
Je croise hélas beaucoup TROP de fumantes noir de diesel dans Paris, MAIS si on laisse passer le piéton sans l'écraser, on reçoit des signes de remerciement.
Je commence à m'habituer à rouler à 30km/h partout dans Paris.
Moyenne 14km/h maintenant dans Paris.
Vivement une hybride Alpine pour rouler à Paris et prendre l'autoroute après (90/130 km/h) et pas interdit de bomber entre les deux.
Si on est fauché ou pauvre on peu sortir au métro Saint-Cloud-Boulogne et passer une heure dans le stand Alpine. Il y a quatre ou cinq Alpines neuves à voir en permanence..

Jo Duchene, Le 10/10/2019 à 11:01

Alain,
La prochaine fois que vous visitez Paname, prenez un passeport et de la quinine..
;0))

Luc Os, Le 10/10/2019 à 11:38

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 10/10/2019

Le Garage Côme et Bardon fête son centenaire

Le 23 novembre 1919 étaient déposés les statuts du Garage Côme et Bardon, un établissement qui prendra le panneau Renault dans les années 30 et deviendra le siège du plus grand groupe de distribution de l’Essonne, le groupe Altaïr, dirigé par la famille Daumont.

Réseaux

Précisions sur les changements au comité de direction de Nissan Motor Corporation

Depuis la démission du directeur général de Nissan Motor Hiroto Saikawa en septembre dernier, Yasuhiro Yamauchi assurait l'intérim. Mardi, lors de sa conférence de presse Nissan a annoncé la composition de tête de son comité de direction : Makoto Uchida rejoint Nissan Motor en qualité de directeur général ; la direction des opérations précédemment assurée par Yasuhiro Yamauchi est confiée à Ashwani Gupta, et Jun Seki devient directeur adjoint des opérations, succédant à Christian Vandenhende.

Mouvements

Catégorie Analyse

Tesla deviendrait-il un constructeur normal ?

Pour la première fois de son histoire, Tesla semble avoir dégagé des profits de son activité automobile. C’est une victoire pour ce constructeur qui accumule les pertes depuis 18 ans et qui a levé des fonds à trois reprises l’an dernier. L’horizon se dégage mais la route est encore longue et Tesla a du chemin à accomplir pour justifier sa valorisation auprès des investisseurs.

30/07/2021

Euh-lectrique

C’est d’un célèbre agent secret dont je vous parle aujourd’hui, qui perdrait sans doute son latin à conduire les voitures de demain ressemblant à celle d’hier. A moins que ce ne soit l’inverse.

29/07/2021

Un réseau, ça sert d’abord à ajuster son pricing

L’étude très novatrice que le CNPA a fait faire à TCG permet de progresser notoirement dans la clarté des débats sur la distribution de VN et son coût. Elle continue toutefois de conférer à la fiction qu’est le "prix catalogue" une importance centrale. En remettant celle-ci en question, on peut effectuer un pas supplémentaire dans cette voie de la clarification et mettre le doigt sur le travail commercial réalisé par les réseaux et son coût pour les constructeurs et les clients : face à des produits toujours plus chers pour lesquels les clients ont des consentements à payer très en deçà des prix catalogues et très hétérogènes, il faut aller chercher les clients qui ne souscrivent pas spontanément à l’offre constructeur et ajuster les prix. Le réseau est dans cette fonction difficilement remplaçable.

26/07/2021

Dépassées, les bornes ?

C’est un sujet à haute tension que j’évoque aujourd’hui, où je me demande comment ceux qui ont en charge de promouvoir la voiture électrique comptent s’y prendre avec des bornes de recharge à image négative.

22/07/2021

Le grand chantier de l’organisation de la distribution automobile

Bien que demeurant importants, les débats sur le régime légal applicable à la distribution ont, depuis 2010, perdu en acuité. Si tel est le cas, c’est, pour l’essentiel, parce que "la messe a alors été dite" : le fait d’être passé sous le régime général a clarifié techniquement le débat juridique et a correspondu à une espèce "d’épuration technique" du dossier qui ne pose désormais plus que des questions d’efficience concurrentielle et s’abstient de chercher à préserver l’intérêt des parties. L’actuel débat confirme ces tendances et les renforce face au dossier numérique en particulier : peu contraints légalement, les constructeurs vont devoir se montrer adroits et imaginatifs face à des évolutions d’importance.

19/07/2021

Signaux de fumée

C’est à un sujet pour le moins opaque auquel je fais allusion aujourd’hui, dont les vraies victimes ne sont pas forcément ceux qui ont jeté un rideau de fumée sur l’industrie automobile.

15/07/2021

La France doit négocier sa place dans la nouvelle Europe de l’automobile

Mis au pied du mûr par une espèce de surenchère politique dans les exigences de décarbonation que l’on fait peser sur eux, les acteurs de la filière demandent paradoxalement à la fois défiscalisation et baisse des charges et soutiens publics massifs. Dans la mesure où cette demande est adressée en France comme ailleurs, l’Europe du véhicule électrique ne rompt guère avec son logiciel dominant qui est celui de la mise en concurrence des sites et des pays. A ce jeu, jusqu’alors, la France de l’automobile a beaucoup perdu et on peut espérer que, conscient qu’il s’agit là d’une impasse, le gouvernement profite de l’occasion pour proposer une autre Europe de l’automobile, un autre positionnement de la France en son sein et in fine un autre deal à nos deux constructeurs.

12/07/2021