Publicité
Publicité
Constructeurs - 29/11/2022 - #Ford

Blanquefort : les salariés d'une ex-usine Ford contestent son rachat par un fonds allemand

Par AFP

(AFP) - Le groupe américain Ford l'avait cédée début 2021 au canadien Magna, qui veut déjà la revendre à l'allemand Mutares : les 700 salariés de l'usine de boîtes de vitesse de Blanquefort (Gironde), inquiets pour leur avenir, ont saisi le tribunal lundi.

Faute d'information suffisante sur le projet selon les élus du personnel, l'action engagée devant le juge des référés à Bordeaux visait à reporter la date, fixée à mercredi jusque-là, à laquelle le comité social et économique (CSE) devait rendre son avis sur le projet de reprise.

La décision a été mise en délibéré au 12 décembre, ce qui reporte l'échéance de facto - et a minima selon le jugement qui sera rendu - à cette date.

Les syndicats estiment avoir été mis devant le fait accompli depuis que la vente de l'usine à Mutares, qu'ils qualifient de fonds "vautour", leur a été annoncée fin septembre sans communication préalable sur la recherche de repreneurs.

À l'origine, Ford avait deux usines à Blanquefort. La première, où étaient fabriquées des boîtes automatiques pour les marchés américain et australien, avec 850 salariés dont l'ex-candidat à la présidentielle Philippe Poutou, a fermé en 2019. La seconde, rachetée en deux temps par Magna depuis 2016, réalise des boîtes manuelles pour les modèles Fiesta.

Les salariés sont d'autant plus inquiets des intentions du fonds basé à Munich que les perspectives d'activité ne sont pas bonnes. Fin octobre, Ford, unique client du site, a avancé d'un an l'arrêt de la production de la Fiesta, à l'été 2023. Ce qui réduira plus vite le carnet de commandes et laisse craindre des suppressions d'emplois à Blanquefort.

Drame social
"On pense qu'il y a eu un deal, dès le départ, entre Ford, Magna et Mutares", explique Régis Labasse, délégué Force ouvrière. "On sait qu'il y aura un drame social".

"Nous ne voulons pas de Mutares qui n'est en aucun cas un industriel, Mutares est un opportuniste, uniquement là pour vider les caisses de notre entreprise, en toute légalité, et qui fermera probablement notre usine fin 2024. Pire, qui organisera sa faillite", dénonce la CGT.

"A ce jour, l'activité 2025 est nulle. C'est à Ford et à Magna d'apporter un vrai projet industriel ou d'assumer la fermeture de notre site fin 2024 : c'est pourquoi nous exigeons le dépôt sur un compte séquestre de 200 millions pour une reconversion du site ou pour un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi, NDLR)", ajoute le syndicat.

Le fonds allemand, auquel Saint-Gobain avait vendu Lapeyre en 2021, s'est développé dans le secteur automobile avec les reprises, notamment, d'une filiale de Vallourec en Côte-d'Or et du fournisseur de joints d'étanchéité Sealynx en Normandie.

"C'est notre premier secteur d'activité en France, pays où nous comptons le plus d'investissements, le plus de salariés et le plus de chiffre d'affaires dans ce secteur (...) Nous savons que l'usine de Blanquefort est monoclient, que son activité actuelle est amenée à baisser, puis s'éteindre", déclarait en septembre Mathieu Purrey, directeur général de Mutares, dans les colonnes du journal Sud Ouest. Mais "l'usine de Blanquefort peut explorer de nombreuses pistes de diversification", ajoutait-il.

D'après l'intersyndicale, ces pistes ne concerneraient qu'"une centaine de salariés".

Réactions

Hélassse ... La messe semble un peu dite (?). Après 52 ans de présence, fin de la présence Ford à Blanquefort.
Pour la mise sous séquestre des 200 M€ c'est pas gagné... Le préfet de région a intérêt à s'en occuper avec Bercy ... Il doit bien y avoir quelques déclarations martiales de Lemaire qui trainent sur le thème "nourricier ou coeur sur la main".
;0)

52 ans d'histoire commune ...
;0)

Il faudrait que je pense à acheter une caisse à boite manuelle et embrayage pour muscler mon mollet gauche, et pour faire mu-muse talon-pointe, et vroom vroom avec de la fumée bien noire ou blanche c'est sinon, et quelques drifts pour bousiller vite mes quatre pneus ! C'est de la culture ancestrale comme les corridas...et falbalas folkloriques ! Anisette bourre pif et cacahuètes !!
Le capitalisme productiviste folklorique...il n'y a que cela de vrai !!
Pas de chance les moteurs de machine à laver pour les VE n'ont pas besoin de boites de vitesse !
C'est quand la période électorale...les petits gars de la CGT ??

Au fait, cela va être ...c'est selon ou c'est sinon !!

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Marchés

La station hydrogène de la Porte de St-Cloud va bientôt ouvrir

La plus grande station de production et de distribution d’hydrogène en Europe va bientôt être mise en service à la Porte de St-Cloud. Elle sera capable de fournir une tonne d’hydrogène par jour, soit plus du double de la capacité des trois stations déjà ouvertes par HysetCo.

Constructeurs

Lancia révèle sa nouvelle identité de marque

Lancia organisait hier "the Lancia Design Day", un événement qui pouvait être l’occasion de révéler, espérait-on, le concept-car de la future Ypsilon qui sera commercialisée "début 2024". C’est malheureusement un peu trop tôt pour la future "marque de l’élégance italienne" du groupe Stellantis, qui a en revanche révélé son nouveau logo et sa nouvelle identité de marque.

Publi-rédactionnel

293 groupes de distribution à la loupe dans l'annuaire 2023

La quatorzième édition de l’Annuaire des groupes, publiée par Autoactu.com, s’est enrichie de 20 nouveaux groupes, compensant ainsi l’absorption de 19 groupes au cours de l’année. Elle présente pour la première fois un classement des groupes en fonction de leur volume de vente VO, en complément des classements par chiffre d’affaires et volume VN.

Nominations

Arnaud Treille, futur directeur des opérations des marques "mainstream" de Stellantis France

Dans le cadre de sa nouvelle organisation commerciale, Stellantis a officialisé la semaine dernière la nomination de Joël Verany a la tête de la direction des marques premium à partir du 1er décembre. La nouvelle organisation pour les marques  Peugeot, Citroën, Opel, Fiat et Jeep se mettra en place au 1er janvier avec la nomination d’un directeur des opérations, Arnaud Treille, au côté des directeurs de marque.

Constructeurs - 01/02/2023

Volvo France : des ambitions encore bridées par la capacité à produire

En 2022, les immatriculations de Volvo en France ont été fortement impactées par les pénuries de semi-conducteurs avec un décalage croissant entre les commandes et les livraisons. Le réseau devra encore gérer la pénurie en 2023 avant de se préparer à un objectif de doublement des volumes en 2026. Les explications de Yves Pasquier-Desvignes, Président de Volvo Car France.