Equipementiers - 30/11/2020

Bridgestone: manifestation de salariés pour peser sur les négociations

(AFP) - Plus d'une centaine de salariés se sont rassemblés vendredi matin devant l'usine de pneumatiques Bridgestone à Béthune (Pas-de-Calais), vouée à la fermeture, pour protester contre la tournure des négociations avec une direction qui "essaie de gagner du temps", le gouvernement nommant de son côté un "observateur".

Auteur : AFP

Partager cet article

"La direction essaie de gagner du temps, on ne va pas se laisser faire, elle fait traîner. On met en garde la direction, ça va se durcir. On est prêt à se battre pour qu'il y ait un repreneur et pour le PSE, que les salariés partent dignement", a déclaré Bruno Wable, secrétaire adjoint CGT devant l'usine du Pas-de-Calais.    

"Il faut que la direction change d'attitude", a pour sa part affirmé le président du conseil régional Xavier Bertrand (ex-LR). "Ils ne font toujours pas ce qu'il faut, les négociations elles ont commencé hier (...) c'est pas une surprise, ça ne se passe pas bien".  
L'avenir des 863 salariés "est sombre, il faut absolument qu'on l'éclaire avec des garanties, des congés de reclassement, des primes supralégales. Il faut que tout le poids de l'Etat soit mis pour faire payer Bridgestone", a prôné le député LFI de la Somme, François Ruffin, également sur place.

Une réunion de négociation du PSE s'était tenue jeudi sur les retraites et préretraites sans déboucher sur un accord, selon les syndicats. "La direction a arrêté les négociations", a affirmé Stéphane Ducrocq, avocat de l'Intersyndicale.
"Nos dirigeants, c'est de la pure provocation. On veut un accord thème par thème" et "eux veulent tout mélanger", a fait écho Denis Drouet, délégué syndical CFDT. "On sait que l'usine va fermer (...) on veut montrer la force de l'intersyndicale pour peser dans les négociations", a-t-il ajouté.

Pour "répondre aux tensions qui se sont manifestées" dès la réunion du 12 novembre, lors de laquelle la direction a confirmé sa volonté de fermer le site en 2021, un "observateur" des négociations a été nommé, sur décision conjointe du ministère du Travail et de l'Industrie, a indiqué vendredi une source gouvernementale à l'AFP.
Il s'agit d'"une personne d'expérience, qui connaît le terrain, les sites industriels et les entreprises en difficulté", a déclaré cette source, sans préciser son identité. 

Les salariés "sont révoltés" mais "ils n'iront pas à la faute" pour préserver les espoirs de reprise du site, a pour sa part estimé sur BFMTV la ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. 
"Notre objectif est de remettre de l'activité sur le site, nous avions proposé à Bridgestone de le faire avec eux, ils ont refusé, nous le ferons sans eux", a-t-elle assuré.    

Une première réunion du comité de suivi réunissant Etat et collectivités sur les projets de reprise doit se tenir la semaine prochaine, a précisé Xavier Bertrand à l'AFP. 
"Il ne s'agit pas non plus de se jeter dans les bras du premier qui passe", a-t-il mis en garde, "le premier critère c'est la solidité du projet, sa viabilité, le nombre d'emplois et le statut des emplois." 

Parmi les projets sur la table, cinq émanent de producteurs de pneus étrangers, a-t-il ajouté, évoquant l'hypothèse d'"au moins deux repreneurs". 
Réagissant dans l'après-midi, Bridgestone a assuré que "le travail sur la recherche de solutions industrielles pour le site et le territoire se poursuit, avec l'aide du cabinet spécialisé BPI et en collaboration étroite avec les services de l'Etat".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Ils manifestent pour dire qu'ils regrettent de ne pas avoir accepté de bosser 35 heures ?

Xavier Bertrand parlent de "primes supralégales". Ca veut dire super hors-la-loi ?
Restez en dehors de tout ça monsieur Bertrand, ça ne vous regarde pas.
Quant à monsieur Ruffin, s'il obtient les mêmes résultats que pour Continental et Whirlpool, nous voilà rassurés.

Il fallait, comme les US, taxer les pneus chinois. Point barre. Trop tard Oscar, j'ai fait dans la baignoire.

Bruno Haas, Le 30/11/2020 à 14:27

Faut contrôler le terrain !
Bertrand est en campagne pour les primaires de la droite.
Mélenchon est candidat à la présidentielle avec (15 000 supporters ! )et lâche ses lieutenants sur toutes les affaires et ses hordes destructrices le WE.
Ouvrons les yeux camarades !
;0))

Lucos , Le 30/11/2020 à 15:04

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 30/11/2020

La vraie fausse acquisition de FCA par PSA

Suite à un article dans Automotive News Europe, on a pu lire que la fusion entre égaux entre PSA et FCA était en fait une acquisition du second par le premier. A y regarder de plus près, cette thèse est bien fragile et, si la révision du deal qui s’est négociée en août a bien été une manière de faire prévaloir le point de vue de PSA, la fiction de la fusion entre égaux est pour l’instant sauve.

Analyse

Sandouville : première usine Renault à désigner un référent LGBT

Rendues publiques récemment, les menaces de mort sur un salarié homosexuel de l’usine Renault de Cléon, témoignent de la nécessité de prendre en compte les discriminations sexuelles dans les sites de production. Fabien Gloaguen, délégué FO de Sandouville se félicite de la nomination d’un référent LGBT dans l’usine.

Constructeurs

Décès de Patrick Berchot

Patrick Berchot continuait à 67 ans de prodiguer ses conseils après une carrière bien remplie à la tête d’établissements financiers partenaires des réseaux de distribution. Il est mort d’un arrêt cardiaque le 21 novembre.

Hommage

Catégorie Equipementiers

Bridgestone Béthune: premières mesures d'accompagnement social de la fermeture adoptées

(AFP) - La direction de Bridgestone France s'est félicitée vendredi de l'adoption d'un ensemble de mesures sociales d'accompagnement de la fermeture de l'usine de pneumatiques de Béthune avec la majorité des organisations syndicales, l'intersyndicale se disant satisfaite d'avoir obtenu un congé de reclassement "à la hauteur du préjudice".

21/12/2020

Bosch va arrêter une production de colonnes électriques en France

(AFP) - L'équipementier automobile Bosch va arrêter fin 2021 une ligne de production de colonnes de direction à assistance électrique, qui emploie 75 salariés sur les 500 du site de Vendôme (Loir-et-Cher), a-t-on appris mercredi auprès des dirigeants.

17/12/2020