Publicité
Constructeurs - 27/01/2022 - #Gmc

Dans sa course à l'électrification, General Motors investit 7 milliards de dollars dans le Michigan

(AFP) - Le constructeur américain General Motors prévoit de dépenser 6,6 milliards de dollars dans le Michigan  dans le cadre de son large tournant vers les véhicules électriques, avec la conversion d'une ligne de production et la construction d'une nouvelle usine de batteries, ainsi que 500 millions pour la modernisation de deux sites.

Auteur : AFP

Partager cet article

Cela représente le plus gros investissement sur des projets spécifiques jamais annoncé par le groupe, affirme mardi dans un communiqué GM, qui a prévu d'investir au total 35 milliards de dollars d'ici 2025 pour les véhicules électriques et autonomes.

Cette initiative, qui devrait permettre de créer 4.000 emplois dans cet État du nord des États-Unis, a été salué par le président américain.

Il s'agit du "dernier signe en date montrant que ma stratégie économique aide à stimuler un retour historique de l'industrie américaine", a affirmé Joe Biden dans un communiqué en soulignant avoir encouragé le développement des véhicules électriques.

Il a notamment signé un décret prévoyant qu'en 2030, la moitié des voitures vendues aux États-Unis soient sans émissions - électriques, hybrides rechargeables ou à hydrogène. Son grand plan sur les infrastructures, ratifié en novembre, prévoit aussi des financements pour la construction de stations de recharge électrique.

Dans le Michigan, GM prévoit de consacrer 4 milliards de dollars à la conversion d'une chaîne de production de l'usine d'Orion, près de Détroit, à la production de pick-up électriques, à commencer par les Chevrolet Silverado et les GMC Sierra à partir de 2024. Le groupe produit déjà sur le site les Chevrolet Bolt électriques.

Le constructeur prévoit également d'investir, avec le groupe sud-coréen LG Energy Solution, 2,6 milliards de dollars pour la construction d'une troisième usine de batteries électriques, à Lansing, en plus de celles déjà prévues dans l'Ohio et le Tennessee.

L'objectif est de pouvoir construire d'ici fin 2025 plus d'un million de véhicules électriques en Amérique du Nord et de convertir 50% de ses capacités de fabrication dans la zone d'ici 2030.

GM prévoit par ailleurs de consacrer 510 millions de dollars pour améliorer la production de véhicules à moteur thermique sur deux sites à Lansing.

Les ventes de véhicules électriques ont bondi de 89% aux États-Unis en 2021, selon le cabinet Cox Automotive. Mais elles ne représentaient encore que 3% des ventes de véhicules dans le pays.

GM, qui ambitionne de proposer 30 modèles de véhicules électriques d'ici 2025, en a écoulé moins de 25.000 l'an dernier.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

GM fait petit bras...Stellantis investi 30 milliards aussi...et vas y Carlos l'américain !!
Je suis fan...de tes PHEV ricains !! Grimper en silence les Rocheuses, le rêve !!
Je sais que tu vas nous lâcher ici...mais c'est pour la bonne cause... de tes pauvres actionnaires !

Durand Pierre, Le 27/01/2022 à 12:47

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 27/01/2022

Le Club Identicar devient Roole et digitalise son offre

Le groupe Identicar a décidé de changer de nom pour ne plus être seulement associé à l'identification des véhicules par gravage. Il devient Roole et s'apprête à accompagner la digitalisation de la vente automobile en créant un tunnel de souscription en ligne avec signature électronique.

Services

A contre-courant ?

Aujourd’hui, c’est de résistance dont il est question. Et ça fera plaisir aux piquousés de la belle mécanique…

Analyse

Le CNPA devient Mobilians

Le syndicat des professionnels de l’automobile, créé il y a 120 ans et appelé CNPA depuis 1990, change de nom pour représenter l’ensemble des entreprises de la mobilité et jouer un rôle plus important d'information auprès du grand public.

Réseaux

Catégorie Constructeurs

Sandouville : la Cour de cassation remet la CGT à sa place

En mai 2020, la CGT avait obtenu d’un juge de première instance la fermeture de l’usine de Sandouville au mépris du droit comme vient de le confirmer la Cour de cassation. La CGT n’avait pas qualité à agir puisqu’elle ne contrôle pas l’instance de représentation des salariés de l’usine de Sandouville.

24/05/2022