Marchés - 17/09/2020

Emissions de CO2 : l'UE relève ses ambitions pour 2030, un défi pour l'économie

(AFP) - La Commission européenne a fortement relevé mercredi son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'UE, assorti d'un ambitieux "plan climat" qui va mettre à l'épreuve de nombreux secteurs économiques, à commencer par l'automobile.

Auteur : AFP

Partagez cet article     

L'exécutif européen propose de réduire de 55% les émissions de l'UE d'ici 2030 par rapport à 1990, a annoncé la présidente de la Commission Ursula von der Leyen devant le Parlement européen, soit bien davantage que l'objectif actuel de -40%. La Commission évoquait jusqu'alors une nouvelle fourchette de 50% à 55%.

Ce relèvement "est trop important pour certains et insuffisant pour d'autres. Mais notre économie et notre industrie peuvent y faire face", a affirmé Mme von der Leyen, qui a fait de la lutte contre le changement climatique une de ses priorités.

Ce nouvel objectif, qui reste à confirmer par les Etats membres, s'inscrit dans le projet plus vaste de la "loi Climat" qui fixe à 2050 l'objectif de neutralité carbone pour l'UE, c'est-à-dire l'équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et leur absorption.

"La Commission tire l'Europe vers le haut face à la crise climatique", s'est félicité Pascal Canfin, eurodéputé Renew (centre). La commission environnement du Parlement, qu'il préside, avait néanmoins adopté un objectif encore plus ambitieux (-60%).

D'autres eurodéputés se montrent plus réservés : "il s'agit d'un minimum syndical. L'accord de Paris préconisait une baisse de 65%", a commenté Karima Delli (Verts).

L'ONG Climate Action Network (CAN) regrettait pour sa part que cet objectif, établi sur une base différente de 1990, inclut les réductions d'émissions liées aux "puits de carbone" (forêts et usages de terres) : sur les mêmes critères, la baisse visée n'est "que de 53% au mieux".

Sans surprise, la Pologne, encore dépendante du charbon, s'est dite "préoccupée par cet objectif de 2030" présenté par la Commission "sans mesures qui permettraient de l'atteindre".

Normes automobiles plus sévères ?

Dans un vaste "plan d'actions climat" non encore rendu public, dont l'AFP a obtenu copie, la Commission précise ses objectifs: elle propose de doubler la part d'électricité issus des renouvelables par rapport au niveau actuel , "à 65% ou plus", et de doubler le rythme de rénovation énergétique des bâtiments.

Quant à l'industrie, elle serait sommée de réduire ses émissions de 25% par rapport à 2015.

Enfin, la part d'énergies renouvelables dans les transports devrait s'élever à "environ 24%" d'ici 2030, soit un triplement par rapport à 2015.

Les transports maritime et aérien se verraient donc imposer des normes de pollution plus strictes -tout comme l'industrie automobile.

L'an passé, l'UE avait déjà décidé de durcir ses normes sur les nouvelles voitures, exigeant une réduction de 37,5% des émissions de C02 à l'horizon 2030 par rapport à 2021. L'objectif pourrait désormais être relevé à 50% selon une source européenne, évoquant nouveaux carburants et essor des voitures électriques.

 "Investissements massifs"

De quoi mettre le secteur sur la défensive : "Ces ambitieux objectifs climatiques nécessiteront des investissements supplémentaires massifs, à un moment où l'automobile est secouée par la crise du coronavirus", avertit Eric-Mark Huitema, directeur de l'ACEA, fédération de 16 constructeurs européens.

De façon générale, si "les actes" ne suivent pas l'engagement climatique et "s'il n'y a pas de financements, ce qui est le cas aujourd'hui, c'est absolument catastrophique", prévient l'eurodéputé Pierre Larrouturou (socialistes et démocrates), rapporteur général du budget.

Il assure ne pas pouvoir voter un budget européen "qui n'aurait pas au moins 50 milliards d'euros de plus chaque année sur la table pour le climat et l'emploi",  via une taxe sur les transactions financières. De quoi rendre cette transition verte "plus acceptable" pour des Etats comme la Pologne.

Le Parti populaire européen (droite), lui, s'inquiète d'un impact économique punitif : "l'Europe c'est 8% des émissions de carbone (mondiales). 

"Si nous ne faisons qu'imposer des contraintes à ceux qui produisent en Europe, nous n'aurons pas progressé sur le terrain de l'écologie, nous aurons seulement détruit notre économie", a affirmé mercredi l'eurodéputé François-Xavier Bellamy.

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Faute avouée ?
... "Faut avouer" qu'il y a beaucoup de "vrai" dans la citation de la déclaration de JF. Bellamy.
Rejets toxiques ?
... Ou comment mourir en "bonne santé" grâce à la "créativité règlementaire" des "verts" surtout pour l'extérieur...car à l'intérieur...
;0)

Ade Airix, Le 17/09/2020 à 15:46

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 17/09/2020

Mercedes : Un camion à batteries en 2021, un camion à pile à combustible pas avant 2025

Daimler Trucks a révélé hier un camion à pile à combustible doté de plus de 1.000 km d’autonomie avec un seul plein d’hydrogène liquide. Il prévoit des essais clients en 2023 et un début de production en série "dans la seconde partie de la décennie". En attendant, un poids lourd à batteries électriques sera lancé en 2021, doté de plus de 200 km d'autonomie, et de plus de 500 km en 2024.

Constructeurs

Championnat de la montagne

Ça a été annoncé officiellement l’écurie de Formule 1 Renault s’appellera Alpine la saison prochaine. Génial, non ? Alors pourquoi ne suis-je pas si sûr de partager l’enthousiasme général ?

Analyse

Bridgestone qui ferme Béthune, une "trahison" pour le gouvernement

(AFP) - Le Japonais Bridgestone a annoncé mercredi la fermeture à l'horizon 2021 de son usine de Béthune (Pas-de-Calais) employant 863 personnes dans la fabrication de pneumatiques pour voitures, une "trahison" pour le gouvernement et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, qui entend "forcer" le groupe à définir un nouveau projet industriel.

Equipementiers

Catégorie Marchés

La libéralisation des pièces captives de retour dans le projet de loi ASAP

Les députés ont adopté en commission un amendement et un sous-amendement au projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique (ASAP) qui modifie la protection dessins et modèles sur les pièces captives. Il s’agit de remplacer des dispositions qui avaient été adoptées dans la loi LOM et censurées par le Conseil constitutionnel.

22/09/2020

Homologation en "conditions réelles" : après le vote des députés européens les négociations peuvent démarrer

Les députés européens ont voté ce jeudi en séance plénière sur le texte qui régit les normes d’homologation en "conditions réelles" pour les NOx. Ils ont adopté à une écrasante majorité (70%) une version qui supprime les "facteurs de conformité". Ils doivent désormais trouver un compromis avec le Conseil de l’Union européenne qui représente les Etats membres.

18/09/2020

Marché moto : un mois d’août exceptionnel !

Nouvelle belle performance pour le marché de la moto au mois d’août, avec des ventes en hausse de 15,3%. Au cumul des huit premiers mois de l’année, la moto limite dorénavant la casse à -7%. Mais face une demande forte, le manque de produits commence à se faire sentir.

21/09/2020

L'industrie automobile européenne craint un désastre en cas de "no-deal"

(AFP) - L'industrie automobile européenne a averti lundi qu'un échec des négociations sur un accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni infligerait une chute des échanges commerciaux de 110 milliards d'euros sur cinq ans à une filière déjà frappée par la crise sanitaire.

15/09/2020