Publicité
Publicité
Autour de l'auto - 24/11/2021

En Espagne, la reprise se grippe et met le gouvernement sous pression

(AFP) - Consommation en berne, inflation galopante et croissance fragile : les mauvaises nouvelles s'accumulent pour l'Espagne, à la traîne vis-à-vis de ses voisins en matière de reprise économique. Une source d'inquiétude pour le gouvernement de gauche, confronté à un début de grogne sociale.

Auteur : AFP

Partager cet article

Fini l'optimisme qui prévalait en début d'année, laissant espérer un redémarrage en trombe après des mois de crise sanitaire. "Peu à peu, le climat a changé" et "les nuages se sont accumulés", reconnaît Rafael Pampillon, chercheur à l'université CEU San Pablo de Madrid.

Dans ses prévisions initiales, Madrid misait sur une croissance de 9,8% en 2021, un chiffre parmi les plus élevés de la zone euro. Cet objectif a été abaissé début avril à 6,5% face à la troisième vague du Covid. Et la plupart des économistes s'accordent désormais pour dire que la croissance ne dépassera pas les 5%.

En cause : une série d'indicateurs décevants ces dernières semaines, tant sur le plan de la consommation que de l'investissement. Le produit intérieur brut (PIB) espagnol n'a ainsi progressé que de 1,1% au deuxième trimestre, au lieu des 2,8% initialement annoncés, et de 2% au troisième trimestre, au lieu de 2,7%.

"Dans l'absolu, ce n'est pas si mal", mais "on pouvait s'attendre à mieux", insiste Pedro Aznar, professeur à l'école de commerce Esade, qui rappelle que l'Espagne -- pays européen le plus touché par l'impact de la pandémie en 2020, avec une chute du PIB de 10,8% -- avait "une forte marge de progression".

Contre-performances
Pour les Espagnols, la page de la pandémie ne sera pas tournée avant 2023, selon Bruxelles. Le pays se trouve ainsi en queue de peloton européen, avec un PIB encore inférieur de 6,6% à son niveau d'avant-crise, contre 1,4% en Italie, 1,1% en Allemagne et 0,1% en France.

Pourquoi ces contre-performances ? Parmi les facteurs avancés figure l'envolée des prix de l'énergie. Un phénomène commun à l'UE, mais particulièrement marqué en Espagne, très dépendante de ses importations. "Cela a pénalisé la consommation" en tirant l'inflation au "niveau record" de 5,4% en octobre, souligne M. Aznar.

Autre explication : les tensions sur les chaînes d'approvisionnement, qui frappent de plein fouet l'industrie automobile. "Cela a obligé plusieurs usines à se mettre à l'arrêt (...) Or ce secteur est important en Espagne", où il pèse 11% du PIB, insiste M. Pampillon.

La forte dépendance de l'Espagne au tourisme est également mise en avant.

Le pays espérait, en effet, recevoir 45 millions de visiteurs en 2021. Mais avec les craintes persistantes liées à la pandémie, cet objectif est hors de portée, avec seulement 20 millions d'entrées recensées fin septembre.

"Le gouvernement a péché par optimisme", insiste Rafael Pampillon, qui pointe également les retards pris par Madrid dans la mise en œuvre du plan de relance européen, dont l'Espagne est l'un des principaux bénéficiaires avec 140 milliards d'euros de prêts et subventions.

Grogne et manifestations
Pour le gouvernement, qui avait promis un retour au niveau d'activité pré-pandémie d'ici à la fin de l'année, cette situation est un coup dur. Cela va "fragiliser" ses prévisions budgétaires et donc, potentiellement, "créer un problème avec Bruxelles", souligne Pedro Aznar.

Ces derniers jours, les mises en garde se sont multipliées dans les milieux

Economiques : il faut "s'attaquer à ce point de fragilité", a souligné le gouverneur de la Banque d'Espagne, Pablo Hernández de Cos ; il faut "plus de rigueur économique", a abondé le président de la CEOE (patronat), Antonio Garamendi.

Au-delà des craintes budgétaires, c'est surtout la montée d'un mouvement de ras-le-bol social qui inquiète l'exécutif.

Lundi, plusieurs centaines de salariés de la filière automobile ont ainsi manifesté à Madrid pour attirer l'attention sur les problèmes du secteur. A Cadix (sud), des ouvriers de la métallurgie sont en grève depuis la mi-novembre pour réclamer des hausses de salaires. Et à l'approche de Noël, les transporteurs menacent eux aussi de cesser le travail face à la hausse des prix des carburants.

"Nous n'allons abandonner personne en chemin", n'a cessé de répéter ces dernières semaines le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez, qui se dit "confiant" sur les perspectives économiques. "L'Espagne va mieux et je promets que l'an prochain, elle ira encore mieux qu'aujourd'hui".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

..."Confiant" ...ou exagérément optimiste ?
Quid de la mise en oeuvre du " plan de relance" ...?
;0)

Ade Airix, Le 24/11/2021 à 10:48

Notez dans vos petits papiers...c'est le Covid et l’inflation qui commandent le monde en ce moment !! Il va falloir vivre avec !!
Ailleurs et comme d'habitude les colons allemands l'on oublié en Belgique !!
Les voyages individuelles et les "autonomes en camping-car par exemple" sont l'avenir pour l'automobiliste et la mobilité en Europe !!
Sinon jouez au petit VE riquiqui des villes pour aller chercher le pain...qui va vous couter une fortune !

Durand Pierre, Le 24/11/2021 à 12:49

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 24/11/2021

Pas de leasing derrière l’offre d’abonnement Lynk & Co

Lynk & Co vient d’ouvrir ses bureaux à Paris dans le 11e arrondissement dans un lieu qui sera également un point de livraison. La marque organisait la semaine dernière les premiers essais en France de la 01. Plus que le produit, l’originalité de Lynk & Co réside dans son modèle commercial qui est à ce jour la seule vraie proposition d’abonnement qui ne soit pas adossée sur un leasing, explique Alain Visser, CEO Lynk & Co.

Constructeurs

Changement de Président à l’OICA

Lors de son Assemblée générale annuelle qui s’est tenue à Naples en Italie le 19 novembre 2021, l’OICA a élu John Bozzella en tant que nouveau Président pour un mandat de deux ans, succédant à Fu Binfeng.

Nominations

Le groupe Vikings ouvre une boutique Volkswagen au cœur de Rouen

Le premier "City Store" Volkswagen de France vient d’ouvrir à Rouen, à l’initiative du groupe Vikings qui couvre le territoire. Il s’est associé à la marque éco-responsable Terres de Café pour offrir une autre expérience au client que la seule découverte des modèles de la marque.

Réseaux

Catégorie Autour de l'auto

L’ex-PDG de Mia Electric jugée pour escroquerie

Mise en examen en 2014 suite à la faillite de Mia Electric, son ex-patronne, Michèle Boos, était jugée jeudi pour "abus de biens sociaux et escroqueries". Retour sur un projet plébiscité par Ségolène Royal qui a bien mal tourné…

22/11/2021

Augmentation de la mortalité routière en octobre

(AFP) - Pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, la mortalité routière a augmenté en octobre par rapport au même mois en 2019 : 14% de personnes en plus sont décédées sur les routes de France métropolitaine, a annoncé lundi la Sécurité routière.

16/11/2021