Publicité
Publicité
Constructeurs - 09/10/2023 - #Renault

Fausse affaire d'espionnage chez Renault en 2010 : le procès aura lieu en janvier 2024

Par AFP

Trois hommes soupçonnés d'avoir participé à des degrés divers à une affaire retentissante d'escroquerie au renseignement chez Renault entre 2010 et 2011 seront jugés en janvier 2024, a indiqué vendredi le tribunal correctionnel de Paris.

Le procès aura lieu du 17 au 26 janvier 2024, a acté la 11e chambre correctionnelle lors d'une audience de procédure.

L'affaire avait commencé par une lettre anonyme adressée le 17 août 2010 au constructeur, dénonçant l'acceptation de pots-de-vin par des salariés occupant des postes clés en échange d'informations sensibles.

Pour Renault, les soupçons d'espionnage concernaient des informations économiques et techniques sur les équipements de voitures électriques.

A l'époque, la direction de protection du groupe (DPG) de Renault s'était saisie du dossier et avait confié une enquête interne à deux membres de son équipe, Marc Tixador, ancien policier, et Dominique Gevrey, ex-militaire.

Les travaux des deux enquêteurs avaient mis en évidence "des flux financiers importants et anormaux" sur des comptes ouverts dans des pays étrangers, de quoi corroborer les soupçons contre trois cadres, qui furent mis à pied sur la foi de rapports d'enquête qui se sont révélés fictifs.

Renault avait par la suite porté plainte contre ces trois cadres et une enquête avait été confiée à la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue DGSI).

Mais très vite, les investigations avaient révélé que les accusations de la DPG avaient été montées de toutes pièces à partir de rapports prétendument confidentiels alimentés par une mystérieuse source de Dominique Gevrey - une source qui, selon l'accusation, n'a jamais existé.

Dans cette affaire, les enquêteurs ont notamment pointé du doigt l'amateurisme de la DPG pour étayer les accusations à l'encontre des trois salariés, mais le groupe Renault n'a jamais été mis en cause.

Dominique Gevrey, 65 ans, est renvoyé pour "escroqueries" et "tentatives d'escroqueries". Il a toujours clamé sa bonne foi.

La justice le soupçonne d'avoir employé des "manoeuvres frauduleuses" et d'avoir "trompé" Renault pour lui soutirer des fonds à hauteur de 318.640 euros en lui présentant des fausses factures en règlement de prestations "inexistantes", selon l'ordonnance des juges d'instruction rendue en 2017 et dont avait eu connaissance l'AFP.

Un consultant en sécurité, Michel Luc, 51 ans, est renvoyé pour "faux" et "complicité de tentative d'escroquerie", pour avoir émis des fausses factures à Renault et avoir remis des espèces et des virements à Dominique Gevrey.

Marc Tixador lui sera jugé pour "complicité et recel de violation du secret professionnel".

Guy Louvel, inspecteur des impôts, qui était également poursuivi, est décédé en 2020.

Réactions

Dans le ranking des malversations réalisées par ce libano-brésilo-français de pacotille, cette histoire de faux espionnage qu'il a montée de toute pièce pour montrer que Renault était en avance de 20 ans sur le VE est la pire de toutes.
Je n'oublierai jamais qu'il avait demandé à son service de Communication de préparer un discours d'oraison funèbre pour chacun des hauts cadres accusés à tort au cas où ils se seraient suicidés. Je suis formel dans cette assertion.
Quel charlot !
Quand je pense que nombre de Français considèrent cette crapule comme un grand capitaine d'industrie, ça me sidère.

Renault pharyngite traitée en placebo ?
;-)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Après-Vente

Accès aux données techniques des véhicules : la CJUE donne raison à Carglass et ATU contre FCA

Dans le cadre d’une procédure opposant en Allemagne Carglass et ATU à FCA Italy SpA, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé que les questions de cybersécurité ne pouvaient pas entraver l’accès aux données des véhicules pour les opérateurs indépendants. Les textes européens ne permettent pas aux constructeurs de mettre des conditions d'accès aux données qui ne sont pas prévues, a dit la CJUE.

Analyse

Légitimer les aides publiques : l’emploi des ouvriers français, les ZFE et les ménages modestes au secours du business

Le politique a dicté des choix très lourds à la filière automobile en imposant au nom de l’urgence climatique une mutation inédite dans un tempo extrêmement rapide. Les dernières séquences de ce processus d’accélération des décisions ont pris place dans un contexte très exceptionnel marqué à la fois par le Covid et la crise des semi-conducteurs et par un argent public rendu facile par 10 années de "quantitative easing". En cette fin 2023, le contexte change et l’on entre dans le dur côté automobile au moment où le "quoiqu’il en coûte" s’éloigne. On assiste alors à un appel à l’argent public qui voit les entreprises et leurs lobbyistes faire feu de tout bois et se faire assez étonnamment chantres de la cause des salariés de l’industrie et des intérêts des classes populaires …