Publicité
Publicité
Equipementiers - 25/10/2021

L'équipementier Continental accuse le coup de la pénurie de puces

(AFP) - L'équipementier automobile allemand Continental a abaissé vendredi ses prévisions de ventes et de rentabilité pour 2021 en raison de "pénuries persistantes de semi-conducteurs et d'incertitudes sur les chaines d'approvisionnement", a-t-il annoncé dans un communiqué.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le groupe table désormais sur un chiffre d'affaires entre 32,5 et 33,5 milliards d'euros contre 33,5 à 34,5 milliards précédemment, avec une marge opérationnelle comprise entre 5,2% et 5,6% (contre 6,5% à 7%) et s'attend à ce que le marché automobile mondial stagne par rapport à l'année 2020.

Continental, deuxième équipementier mondial derrière Bosch, avait précédemment prévu une hausse des ventes de voitures entre 8% et 10% après une année plombée par la pandémie.
Mais les problèmes d'approvisionnement dans le monde ont freiné la reprise, forçant les principaux constructeurs automobiles à fermer temporairement leurs usines ces derniers mois.   

Le marché automobile européen en particulier est revenu en septembre à ses niveaux de 1995 avec 718.598 voitures neuves vendues, soit une baisse de 23,1% sur un an, ont indiqué les constructeurs la semaine passée.
En conséquence, Continental indique que "l'impact négatif" de la hausse des prix "s'est nettement renforcé".
Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires a baissé de 8,5% en comparaison annuelle, à 8,04 milliards d'euros.
La marge d'exploitation s'est située à 5,2%, selon des résultats préliminaires publiés vendredi.   

Dans le détail, la branche automobile a dégagé une perte opérationnelle de 2,3% sur ses ventes, elles-mêmes en recul annuel de 17%. Pour cette activité phare, le groupe table désormais sur une perte annuelle en 2021 alors qu'il tablait auparavant sur une contribution légèrement positive.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

J'ai comme l'impression qu'il y aurait un problème de pénurie de puces en ce moment ?

Bruno Haas, Le 25/10/2021 à 11:25

Ne soyons pas pucillanime devant la pénurie...
;0))
PS : Clerion est en congés assurément, faut tout faire ici..

Lucos , Le 25/10/2021 à 11:57

... Cheffff, chef .... j'ai regardé le réestimé de l'atterrissage du résultat annuel, on bouffe de la marge (...)
T'inquiète ! ... T'as qu'à dire que c'est la faute "à l'augmentation de la recrudescence de la pénurie"

Au fait ... "y z'en" sont où, là haut, pour le go live pour la future usine de semi conducteurs en *(1) en Pologne, *(2) en Slovénie, *(3) en Lituanie ? ... parce qu'à Taiwan entre les séismes à répétition, le manque de flotte et l'appétit de Xi Jinping, côté pérennité des appro puces électroniques, c'est pas gagné ... !

* cochez les mentions inutiles
;0)

Ade Airix, Le 25/10/2021 à 16:17

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 25/10/2021

Flambée des cours des matières premières : vers le retour en grâce des politiques de développement dans les émergents dans l’automobile ?

La fréquentation au long cours des débats économiques et stratégiques qui concernent l’industrie automobile oblige à reconnaitre l’existence de cycles. De ce point de vue, la vérité du début des années 2010 faisait de la présence dans les émergents un incontournable qui est devenu depuis cinq ou six ans une espèce d’interdit (ou d’impasse) stratégique. Parce qu’elle va permettre à certains de ces pays honnis depuis quelques années de revenir à meilleure fortune, la flambée des cours des matières premières (dont le gaz) pourrait faire se retourner le cycle …

Analyse

Catégorie Equipementiers

Des mines de lithium en France ? "Ne s'interdire rien", dit Pompili

(AFP) - Face au boom de la demande en métaux rares comme le lithium utilisé dans les batteries, la France ne doit "s'interdire rien" en matière d'extraction, à condition d'avoir les autorisations environnementales nécessaires, a jugé vendredi la ministre de la Transition ecologique Barbara Pompili.

06/12/2021

L'ancien patron de SAM envisage la reprise de la fonderie aveyronnaise

(AFP) - Un ancien patron de l'usine SAM, qui fabrique des pièces pour Renault, a adressé jeudi une lettre d'intention en vue de la reprise de l'usine basée dans l'Aveyron, placée en liquidation judiciaire avec prolongation d'activité jusqu'au 10 décembre, a-t-il dit à l'AFP.

19/11/2021