Publicité
Publicité
Marchés - 26/04/2022

L'Inde a acheté deux fois plus de pétrole russe qu'en 2021

Par Reuters

L'Inde a acheté deux fois plus de pétrole russe qu'en 2021

(Reuters) - L'Inde a acheté près de deux fois plus de pétrole russe depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février que sur l'ensemble de l'année 2021 en profitant de son prix attractif et de la réticence de certaines puissances à commercer avec Moscou.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les raffineries indiennes ont commandé pour au moins 40 millions de barils russes, un chiffre plus de deux fois supérieur aux 16 millions de barils importés en 2021, montrent les calculs de Reuters.

L'Inde, troisième consommateur de brut au monde, importe 85% de ses besoins pétroliers qui s'élèvent à cinq millions de barils par jour.

Ses raffineurs profitent de la baisse des prix du pétrole russe quand dans le même temps ceux du Brent ou de certains producteurs comme l'Arabie saoudite ont augmenté, ont indiqué des sources.

"Nous essayons de préserver autant que possible les consommateurs des chocs de prix, mais nous devons aussi protéger nos bénéfices (...) donc nous achetons du pétrole russe", a déclaré un responsable d'un raffineur public.

Les sanctions occidentales contre la Russie depuis l'offensive en Ukraine ont incité de nombreux importateurs à réduire fortement les échanges commerciaux avec Moscou, entraînant à la baisse le prix brut russe.

New Delhi a appelé à un cessez-le-feu immédiat des combats mais sans jamais explicitement condamner les actions de Moscou.

Défendant les importations russes, le ministre indien du Pétrole, Hardeep Singh Puri, a déclaré vendredi qu'elles ne représentaient qu'une fraction infime des besoins totaux du pays.

Washington a déclaré qu'elle ne s'opposait pas à ce que New Delhi achète du pétrole russe à des prix inférieurs à ceux du marché, mais a mis en garde contre une forte augmentation des importations qui pourrait compromettre l'effet des sanctions contre Moscou.

Les analystes ont indiqué que les importations de pétrole russe par l'Inde pourraient diminuer dans la mesure où l'application effective des sanctions occidentales à partir de mi-mai et fin juin pourrait affecter la logistique.

Réactions

Payé en Roubles ou roupies?si c’est du $ que Modi se méfie faut écouter UncleJo

Mais nous voilà rassurés, l'UE va infliger des sanctions intelligentes (et artificielles sans doute).

Comment dit-on enfoiré en Indien ?
;0))

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Net rebond de la profitabilité du groupe Parot en 2021

Le groupe Parot a réduit la voilure depuis 2019, pour baisser de 59% de son chiffre d'affaires VP, à 185 millions d'euros. Il a en revanche retrouvé sa profitabilité depuis trois semestres consécutifs, avec ainsi un bénéfice net de 3,3 millions d'euros sur l'ensemble de l'année 2021.

Constructeurs

Clap de fin pour Datsun, dont Nissan cesse la production

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a annoncé lundi qu'il cessait de produire des véhicules Datsun, moins de dix ans après avoir relancé cette marque historique dans des marchés émergents sous l'impulsion de Carlos Ghosn, son grand patron à l'époque.

Réseaux

Ford Trucks, un nouvel acteur sur le marché français du camion

La marque américano-turque de camions Ford Trucks fait son entrée en France avec l’ambition de conquérir 5% du marché d’ici à 2025. Importée par des distributeurs Ford, elle sera en revanche distribuée par des professionnels du poids lourd. Rencontre avec Christophe Bastenaire, directeur ventes et réseau de F-Trucks France.

Marchés - 09/12/2022

Lynk & Co démontre la pertinence de son modèle qui associe abonnement automobile et partage

Le concept radical de Lynk & Co parie sur la simplicité : un seul modèle (la 01), une vente 100% Internet, un abonnement résiliable chaque mois, un tarif unique incluant entretien et assurance et la possibilité de partager le véhicule pour en réduire le coût. Les résultats commerciaux de ces derniers mois font la démonstration de la pertinence du modèle, nous explique Alain Visser, CEO de Lynk & Co.