Publicité
Publicité
Equipementiers - 15/06/2022

L'Opep s'attend à une décélération de la demande de pétrole, selon des sources

Par Reuters

L'Opep s'attend à une décélération de la demande de pétrole, selon des sources
La croissance de la demande mondiale de pétrole devrait ralentir en 2023, a-t-on appris de plusieurs sources au sein de l'Opep et du secteur pétrolier, l'inflation, alimentée entre autres par l'envolée des cours du brut, pesant sur l'activité économique globale. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

(Reuters) - La croissance de la demande mondiale de pétrole devrait ralentir en 2023, a-t-on appris de plusieurs sources au sein de l'Opep et du secteur pétrolier, l'inflation, alimentée entre autres par l'envolée des cours du brut, pesant sur l'activité économique globale.

Après une chute en 2020 liée à la pandémie, la consommation pétrolière a rebondi et elle devrait dépasser cette année son niveau de 2019 malgré des niveaux de prix sans précédent. Mais les cours élevés ont déjà conduit à une révision à la baisse des projections de croissance pour 2022 et 2023.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole devrait publier le 12 juillet ses premières prévisions chiffrées pour l'année prochaine, qui seront très suivies, tout comme le sont celles de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), attendue mercredi.

Un délégué de l'Opep et une autre source proche des débats au sein de l'organisation ont déclaré tabler sur une augmentation de la demande de deux millions de barils par jour (bpj) au mieux l'an prochain, soit une croissance d'à peine 2%, après celle de 3,36 millions de bpj prévue cette année.

"Même s'il ne s'agit que d'un million de bpj, ce sera encore de la croissance et pas un pic", a déclaré le délégué.

Deux autres délégués ont déclaré que l'impact de l'envolée des prix sur la demande devrait se faire sentir dans les mois à venir même si l'un d'eux a reconnu qu'il n'y avait à ce stade que très peu de signes d'une telle dégradation de la demande aux Etats-Unis au vu des chiffres les plus récents sur la consommation d'essence.

Une source au sein d'une société de courtage pétrolier qui n'est affiliée ni à l'AIE ni à l'Opep a également déclaré s'attendre à un ralentissement de la croissance de la demande en 2023, ajoutant que ses estimations suggéraient pour l'instant une croissance de deux millions de bpj au plus, après celle de 2,6 millions prévue cette année.

"Le brut à 120 dollars se traduit par une destruction de la demande", a dit ce responsable. "C'est déjà le cas".

Dans ses prévisions de juillet 2021, donc bien avant le déclenchement de la guerre en Ukraine et les mesures de confinements des derniers mois en Chine, l'Opep prévoyait pour 2022 une croissance de la demande de 3,28 millions de bpj. Elle avait ensuite porté ce chiffre à quatre millions avant de le ramener à 3,36 millions.

Réactions

Je n’y crois pas un seul instant.
L’OPEP se gourre totalement.

... selon des sources, ... taries ?
;-)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Marchés

Londres met fin aux aides à l'achat de voitures électriques

(AFP) - Le gouvernement britannique a annoncé mardi mettre un terme à une subvention de 1.500 livres (plus de 1.700 euros) versée aux acquéreurs de certaines voitures électriques neuves pour se focaliser sur d'autres véhicules, s'attirant les foudres de l'industrie automobile.

Equipementiers - 21/11/2022

BMW récompense ses fournisseurs les plus innovants

Le groupe BMW a décerné ses Supplier Innovation Award, récompensant ses meilleurs fournisseurs en termes d’innovation, avec un prix spécial cette année pour saluer l’engagement des salariés ukrainiens de ses fournisseurs de faisceaux électriques.