Publicité
Publicité
Autour de l'auto - 17/07/2023

Le covoiturage au quotidien a accéléré avec la prime

Par AFP

Les trajets quotidiens en covoiturage ont accéléré avec la prime de 100 euros annoncée fin 2022, selon les chiffres publiés jeudi par le gouvernement, mais il reste beaucoup à faire pour généraliser cette pratique.

Au 1er juillet 2023, 130.000 nouveaux conducteurs avaient réalisé des trajets sur les plateformes.

Le nombre de trajets a ainsi doublé sur les six premiers mois de l'année, par rapport à début 2022 : plus de 5 millions de trajets ont été enregistrés par les plateformes, pour une économie estimée à 7,7 millions de litres de pétrole.

Les trajets plébiscités ont lieu en Ile-de-France et autour de Rouen notamment, mais aussi entre Annecy et la Suisse, ou entre Nice et Monaco, selon l'Observatoire du covoiturage.

Si le covoiturage longue distance s'est fortement développé, le covoiturage au quotidien reste une goutte d'eau dans les transports.

Les plateformes enregistrent moins de 30.000 trajets par jour en moyenne (déclarés, car de nombreux trajets sont aussi informels), pour 100 millions de déplacements effectués en voiture chaque jour en France, pour se rendre ou revenir du travail, emmener les enfants à l'école ou faire des courses.

"C'est très encourageant", c'est une "très bonne façon d'économiser du carburant", s'est félicitée la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher sur France 2 jeudi matin, avant une réunion de suivi du dispositif.

Les ministères de la Transition écologique, de la Transition énergétique et des Transports avaient annoncé en décembre que les automobilistes qui se mettraient au covoiturage en 2023 pourraient bénéficier d'une prime de 100 euros, dans le cadre d'un plan de 150 millions d'euros au total.

Le gouvernement a mis en place un "plan de lutte" contre la fraude à cette prime, avec un renforcement de l'identification des covoitureurs ou des campagnes de bannissements des fraudeurs sur les plateformes. "Ces actions seront encore renforcées dans les prochains mois", ont indiqué les trois ministères.

Une "charte" est également lancée pour les entreprises en faveur du covoiturage, déjà signée par La Poste, Carrefour ou Les Mousquetaires.

L'objectif, très ambitieux, de ce "plan covoiturage" est d'atteindre 900.000 trajets courte distance chaque jour, puis trois millions dans quelques années.

Réactions

Ha ben si une charte est signée, on est sauvé !

Et si on faisait du covoiturage avec des grosses voitures de 60 personnes ??
;0))

... et le bar en voiture 4 Luc

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Distribution : les principales ouvertures et reprises du mois de juin

Parmi les groupes actifs au mois de juin, By My Car a étendu sa couverture Mercedes à Toulon et Fréjus ; Bodemer a finalisé la reprise de la filiale RRG de Caen ; Chopard a entériné la reprise des concessions Peugeot de Fréjus et Draguignan ; JMJ a ouvert un "village des mobilités" à Pontarlier…

Analyse

Pièces issues de l'économie circulaire (PIEC) : le meilleur des deux mondes

A l’occasion de la conférence organisée par Autoactu le 10 juillet sur le dossier des PIEC (Pièces issues de l’économie circulaire), les échanges ont montré que les mondes autrefois antagonistes des constructeurs et des indépendants ont sur un tel dossier tout avantage à jouer la complémentarité dans la parité. Les constructeurs ont pris conscience depuis longtemps de la nécessité de ne pas abandonner les véhicules dès qu’ils sortent des usines et ne cessent de voir se confirmer l’obligation dans laquelle ils sont d’exercer ce "droit de suite". Les acteurs qui le faisaient déjà ont de leur côté progressé considérablement techniquement et organisationnellement. Un soupçon de complexe de supériorité demeure d’un côté alors que, symétriquement, on a souvent tendance de l’autre à vouloir rattraper l’autre là où il faudrait affirmer plus fermement son identité. Il ne manque toutefois plus grand-chose pour que l’hybridation des deux mondes s’opère et que l’économie circulaire se nourrisse du meilleur des deux mondes.