Equipementiers - 23/09/2020

Le repreneur de l'équipementier Inteva sera connu le 2 octobre

(AFP) - Le tribunal de commerce d'Orléans rendra le 2 octobre sa décision concernant le repreneur de l'équipementier automobile Inteva Products, en redressement judiciaire depuis juin, a-t-on appris mardi à l'issue de l'audience d'examen de deux dossiers de reprise.

Auteur : AFP

Partagez cet article     

La filiale française du groupe américain spécialisée dans la fabrication de moteurs de lève-vitres et de serrures de véhicules emploie 663 salariés dans l'Hexagone, répartis sur trois sites, à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), Esson (Calvados), et Sully-sur-Loire (Loiret), son siège social.
Le groupe s'est déclaré candidat à sa propre reprise, une procédure facilitée par une ordonnance de mai 2020 qui permet au passage un apurement du passif. Son offre prévoit la fermeture du site de Saint-Dié (241 salariés), la poursuite de l'activité à Esson (238 salariés) et 60 licenciements sur 177 postes à Sully-sur-Loire. 

L'autre offre émane d'un duo d'entrepreneurs, Emmanuelle Gautier et François Huon. Elle envisage la reprise des activités moteurs et électronique et prévoit de conserver le site d'Esson ainsi que 35 postes dans le Loiret. 
Toutefois, les garanties financières nécessaires au rachat, d'un montant d'un million d'euros, ne sont pas encore réunies, ont indiqué les porteurs du projet après leur audition.
Du coté des salariés, aucun des deux projets n'apparaît satisfaisant. "Le comité social et économique central d'Inteva a rendu un avis défavorable sur ces deux propositions", a précisé le secrétaire du CSE Stéphane De Zutter.

Sur les marches du tribunal d'Orléans, une quinzaine de salariés ou anciens salariés s'étaient réunis mardi pour manifester leur mécontentement, banderoles à l'appui.
Ils accusent notamment Inteva de profiter de la situation pour effacer ses dettes et ne pas honorer des engagements qui avaient été pris par le groupe en matière d'indemnisation et de formation lors de deux plans sociaux antérieurs. 
En 2018 et 2019, 170 emplois avaient en effet déjà été supprimés. 

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 23/09/2020

Opel révèle les prix de son nouveau SUV Mokka

Le nouveau petit SUV d’Opel débutera à un tarif accrocheur de 21.300 euros dans sa version essence et à 36.100 euros dans sa version électrique. Les commandes ouvriront le 1er octobre prochain pour une disponibilité en concession début 2021 seulement.

Constructeurs

Les "Ligier Store", une nouvelle stratégie qui pourrait séduire les groupes de distribution

Ligier, fabricant français de voitures sans permis et leader du marché européen, a présenté la semaine dernière à son réseau une nouvelle stratégie commerciale pour rajeunir sa clientèle. Très rentable, la distribution de la marque Ligier est aussi très complémentaire des marques automobiles, estime Ludovic Dirand, directeur commercial Ligier Group. Des zones sont à pourvoir.

Constructeurs

Catégorie Equipementiers

Le Bélier : le Chinois Wencan lance son OPA sur le reste du capital

(AFP) - La société chinoise Wencan a déposé une offre publique d'achat sur le groupe Le Bélier, spécialiste français en fonderie d'aluminium pour l'industrie automobile, dont elle détient déjà 61,96% du capital, a indiqué mercredi l'Autorité des marchés financiers (AMF).

08/10/2020

Faurecia va produire des réservoirs à hydrogène en Franche-Comté en 2023

(AFP) - L'équipementier automobile français Faurecia créera en 2023 une usine de production de réservoirs à hydrogène dans le nord de la Franche-Comté, à quelques kilomètres du centre de développement mondial qu'il vient d'ouvrir pour cette même technologie, a-t-on appris mardi auprès de sa direction.

07/10/2020

Peugeot Japy sauvé mais 100 emplois supprimés

(AFP) - Le sous-traitant automobile Peugeot Japy à Valentigney (Doubs), qui était en redressement judiciaire, sera repris par l'industriel français F2J mais avec la suppression de 100 emplois à la clé, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

01/10/2020