Publicité
Publicité
Réseaux - 21/01/2021

Les agents Citroën prêts à en découdre pour revaloriser leur rémunération VN

Denis Baeza, président du GNAC, a rendu public le conflit qui oppose les 1.594 agents Citroën avec le constructeur. En jeu, la revalorisation de leur rémunération VN, jugée insuffisante.

Les agents Citroën prêts à en découdre pour revaloriser leur rémunération VN

"Quand on sait que l’on gagne entre 0,95% et 1,6% du prix de vente final, il y a de quoi baisser les bras", s'insurge Denis Baeza, président du GNAC.

Auteur : Xavier Champagne
Chef de rubrique

Partager cet article

Denis Baeza joue à plein son rôle de président du groupement des agents Citroën (GNAC) en prenant la tête d’une fronde qui rassemble 96% des membres du réseau secondaire prêts à entrer en conflit ouvert avec la marque. "Nous voulons rester dans une démarche constructive mais, s’il le faut, nous irons jusqu’au blocage des ventes", affirme-t-il. Une menace qui pèse sur 25% des ventes de Citroën réalisées par son réseau de 1.594 agents.

En cause, les conditions de rémunération sur la vente de VN : "Nous refusons que la baisse des coûts de distribution décrétée par PSA repose sur la baisse de notre rémunération. Or, d’année en année, Citroën n’a cessé de tirer sur la corde, explique-t-il. De 4% de la marge restante, soit environ 400 euros sur une C3, nous sommes passés, il y a 4 ans, à un forfait par véhicule de 350 euros, puis de 170 euros en 2019, complété par des primes de performance, primes que seul 25% du réseau a pu obtenir en 2020".
Parmi les conditions pour obtenir ces primes au premier trimestre 2021 : l'acquisition d'une C4 de démonstration. "Quand on sait que l’on gagne entre 0,95% et 1,6% du prix de vente final, il y a de quoi baisser les bras et choisir de ne se consacrer qu’au VO. Mais le VO ne génère que 30% d’après-vente contre 100% pour le VN, ce n’est donc pas non plus un bon calcul", dit-il.

Finalement, les revendications du GNAC ne sont pas si élevées. "Cette année, la marque nous a octroyé une modeste revalorisation, de 25 euros, prélevée sur le budget des primes de performance. Nous avons besoin au moins du double, 50 euros, en piochant également dans l’enveloppe des primes qui de toute façon ne sont versés qu’à un quart du réseau", rappelle-t-il.
Faute d’accord avec la marque, le GNAC a pris l’initiative de définir ses propres annexes VN, reprenant à l’identique celles proposées par le constructeur mais modifiées du montant évoqué. "Les agents doivent faire front uni et proposer ce contrat à leur concessionnaire, la pérennité de leur agence est en jeu", affirme-t-il.

Parmi les agents Citroën, la situation est aussi très tendue chez les 250 à 300 d’entre eux qui disposent de leur propre vendeur. "Pour gagner juste de quoi le rémunérer et payer les charges, soit 56.000 euros, ils doivent vendre 75 VN, réaliser 110% de leur objectif, soit 8 VN de plus, et obtenir leurs primes de performance", explique-t-il.

Une autre mesure va encore peser sur la marge VN des agents  : "A compter du second trimestre, les ventes VN réalisées en direct sur le site internet du constructeur compteront toujours dans notre objectif mais ne nous rapporteront plus rien. Les concessionnaires Citroën sont, eux, toujours rémunérés mais facturés de 400 euros pour l’apport du client par la marque", révèle-t-il.

Heureusement, la situation de l’après-vente est meilleure, notamment grâce à la concurrence que se font entre-elles les plateformes PR Distrigo. "Celles de PSA Retail appliquent les grilles tarifaires du constructeur mais les plateformes privées proposent souvent des services, des remises et des RFA renforcées pour conquérir de nouveaux agents et MRA", constate-t-il.
En revanche, l’augmentation "exorbitante" du prix des pièces avec, par exemple, un filtre à huile à 20 euros TTC, inquiète l’agent Citroën de Rives (38). Cette progression des tarifs est confirmée par les chiffres 2020 que vient de publier SRA, l’organisme des assureurs : le panier de pièces de carrosserie a pris 8,8% chez Citroën (9,3% chez Peugeot) l’année dernière (contre une moyenne de +5,8% pour l’ensemble des constructeurs).  Le prix des pare-brise a également bondi de 8,3% chez Citroën en 2020 et de 7,3% chez Peugeot (contre une moyenne de +5,2%).

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

... Une fronde aux retentissements stratégiques et aux conséquences sociales induites sur la (sur)vie dans les territoires ... Quand au renchérissement (environ 6 à 9%) du prix des pièces la quête vers l'amélioration en continu à sans doute ses limites... Particulièrement, le pouvoir d'achats des consommateurs, ...
A force de tailler dans le gras, un jour on se retrouve sur l'os ...
C'est probablement ce qui est train de se jouer ... !
L'analyse et le partage de la valeur, un vaste sujet ...

Ade Airix, Le 21/01/2021 à 08:59

QuanT au renchérissement du prix des pièces... Un bon sujet d'article même si autoactu n'est pas "Que choisir" ! ...que je sache ...
;0)

Ade Airix, Le 21/01/2021 à 10:30

Le prix exorbitant des pièces détachées est un vaste sujet.
Le consommateur commence effectivement s'il est un tant soit peu bricoleur, ou seulement curieux, à vérifier les prix sur internet avant de vérifier comment un garage va lui facturer la pièce.
L'effet domino est aussi qu'une pièce trop chère vendue dans le réseau constructeur, pousse le consommateur à aller voir ailleurs. Et s'il est bien reçu, il ne revient plus dans les concessions de la marque...

Clerion , Le 21/01/2021 à 11:37

... Oui Clerion . .un enchainement de situation genre "qui de la poule ou de l'oeuf".
Si l'on ajoute une période propice aux achats sur internet et du temps disponible accru pour maintes raisons en lien avec "la" Covid ... Pour faire venir ou revenir les clients dans le réseau quand il n'y a pas de contrat d'entretien et / ou que le véhicule est sorti de garantie, çà risque d'être sportif ...A priori, une bonne raison pour ne pas etrangler un réseau d'agents qui par nature est constitué de commerces de proximité avec des tarifs plus doux que dans les "cathédrales"... Faudrait eviter de se tirer des balles dans le pied (?).

La question que l'on peut se poser au niveau du ou des constructeurs, en relevant le pricing des pièces, les directeurs de ce domaine spéculent ils sur un moindre volume qu'ils cherchent compenser (partiellement ?) par une MB augmentée ou s'agit il d'une course sans fin dans la recherche du résultat qui peut conduire comme on vient de le voir à l'effet inverse recherché ...Plus tu augmentes le prix moins ils y a de "votes pour" ... Ah la belle chose que l'application du coefficient d'élasticité des prix ... Reste enfin la raréfaction des sources d'appro qui va dans le sens d'une augmentation ..."Ce qui est loir est cher" ...
;0)

Ade Airix, Le 21/01/2021 à 12:17

Il y a 25 ans, j'avais invité tout le réseau secondaire, autrement dit les Agents, de ma DR à une réunion de travail sur leur "rémunération" dans une salle du Center Parc de Verneuil-sur-Avre. J'avais 500 personnes en face de moi (l'agent et sa femme qui tenait les comptes). Croyez-moi, je ne bandais que d'une comme aurait pu le dire Chirac. Je n'ai même pas été lynché, sans doute grâce au maniement de l'humour à tout instant ; ne pas se prendre au sérieux sur un sujet on ne peut plus sérieux.
C'était clairement grâce à "mes" Agents que la DR obtenait de si bon résultats, tant commerciaux -meilleure pénétration de France- que financiers -meilleure contribution de France. Le directeur régional n'y était pour pas grand-chose. Je les aimais tant ces Agents...
Je vois que rien a changé. J'ai envie de dire tant mieux.

Bruno Haas, Le 21/01/2021 à 12:28

Cette politique Citroën est-elle bien en accord avec le "nouveau" positionnement visé pour la marque (en face de Dacia si j'ai bien compris) ? Quelle est la rentabilité offerte aux agents Dacia ? Et le filtre à 20€, est-ce bien pertinent pour la clientèle visée ?

Sur ce sujet APV / PR, ce que j'avais constaté dans ce même réseau aux Chevrons, mais peut-être vrai ailleurs, c'est que les opérations lourdes (ex. distribution) avaient des barèmes de temps raisonnables. Le mécano ne chôme pas pour tenir ces temps. Alors que les opérations simples type vidange m'apparaissaient beaucoup trop chères. L'idée sans doute c'est que les petites opérations compensent les grosses opérations peu rentables (comme le café noir au bistro).
Sauf que, quand j'en ai eu marre des vidanges à 250€ (alors que bidon + filtre disponibles à 50€ sur internet), je suis parti. Donc plus d'opérations rentables pour le réseau ! Je ne reviendrais que pour les grosses opérations (et encore pas sûr...).

Pourquoi les réseaux ne proposent pas des opérations simples et fréquentes compétitives, pour garder le client, quitte à forcer un peu plus sur les opérations lourdes, plus rares et plus "captives" ?

Y A A, Le 21/01/2021 à 13:30

Si les moutons ne veulent plus se faire tondre maintenant !
= Agents.
Si les pigeons ne veulent plus se faire plumer maintenant !
= Clients.
;0)
Plus sérieusement, comme le dit bien YAA, pour les agents comme pour les concessionnaires, ca gagne rien sur les bagnoles, un peu mieux sur les VO, correct sur la pièces et on se gave sur la MO à 85 HT et l'huile à 28 HT le litre en oubliant toujours que le client paye TTC d'ailleurs !
Et après tout le monde se plaint que les clients vont acheter sur le net et sur des sites allemand en plus où les plaquettes avants, de marque, du Grand Picasso sont plus de 4 fois, je répète plus de 4 fois, moins chères ?
On ne récolte que ce qu'on a semé..
;0(

Lucos , Le 21/01/2021 à 15:32

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 21/01/2021

Logo-platisme

Rassurez-vous, pas de théorie du complot chez Autoactu, mais la mise à plat de toute une série de nouveaux logos récemment dévoilés par plusieurs constructeurs. Et ça commence par une testudine d’outre-manche.

Analyse

Catégorie Réseaux

Les pneus 4 saisons ont fait mieux que les pneus hiver en 2020

Pour la première fois, en 2020, davantage de pneus 4 saisons (+5%) ont été vendus que de pneus hiver (-32%). Ils ont représenté 14% des ventes contre 11% pour les pneus hiver qui ont subi une météo défavorable et n'ont pas profité de l'entrée en vigueur de la loi Montagne II.

24/02/2021

Euromaster France n’a perdu que 10% de chiffre d’affaires en 2020

Grâce à l'activité VI, qui représente la moitié de son chiffre d'affaires, Euromaster France a amorti la chute des ventes de pneus tourisme, enregistrant un recul de seulement 10% en 2020. Il souhaite recruter massivement de nouveaux franchisés ainsi que 400 nouveaux salariés cette année.

24/02/2021

Le CNPA interpelle l’Etat sur la poursuite des aides en 2021

Seules 30% des entreprises de l’automobile disent être en mesure de rembourser leur PGE cette année, selon une enquête du CNPA. L’organisation syndicale propose la mise en place d’un "prêt de consolidation" pour accompagner les TPE-PME du secteur.

18/02/2021