Publicité
Constructeurs - 28/01/2021

Les camions électriques Volta veulent partir à l'assaut des centres-villes

(AFP) - Volta Trucks, une start-up suédo-britannique de camions tout électrique, parie sur l'interdiction à venir des véhicules polluants dans plusieurs pays pour lancer d'ici fin 2021 ses modèles à l'assaut des centres-villes, malgré le Brexit et la pandémie.

Auteur : AFP

Partager cet article

La toute jeune société créée en Suède en 2019, qui emploie 80 personnes, a obtenu un nouvel investissement de 20 millions de dollars, notamment auprès du fonds spéculatif américain Luxor Capital, qui doivent lui permettre de monter en cadence et d'embaucher des ingénieurs et commerciaux, explique-t-elle mercredi dans un communiqué.

L'entreprise, qui ne précise pas combien cet investissement la valorise, développe un 16 tonnes, le Volta Zero, à la cabine entièrement vitrée avec un conducteur assis en position centrale, et une autonomie annoncée de 150 à 200 kilomètres, destiné aux livraisons sur quelques kilomètres à l'intérieur des villes.

Il proposera ses camions aux distributeurs, accusés largement de contribuer avec leurs camions de livraison à essence à la pollution des centres-villes, et à des transporteurs proposant des services auprès de particuliers, par exemple pour déplacer des meubles.

Pour l'heure, un seul prototype existe, présenté en 2020 au Royaume-Uni et fabriqué par le groupe automobile britannique Prodrive.

Son carnet de commandes atteint 260 millions de dollars et il a notamment conclu un contrat pour 1.000 véhicules avec le français Petit Forestier, le leader européen de la location frigorifique.

L'objectif est que ses camions soient opérationnels fin 2021, sans que la pandémie ait pour l'heure contrarié ses plans, avant de pouvoir les proposer plus massivement à la fin de 2022.

Volta, qui a également une implantation en France, doit désormais trouver un partenaire pour construire ses véhicules.

Le Brexit en ligne de mire

"Nous sommes dans la phase finale des négociations avec plusieurs groupes industriels en Europe", y compris au Royaume-Uni, explique à l'AFP le directeur général Rob Fowler.

S'il explique que le Brexit n'a pas d'impact à court terme sur son activité, il reconnaît que la sortie de l'UE pourrait avoir une influence sur son choix.

"Nous tenons compte des barrières commerciales, des coûts logistiques, du coût du travail, soit un ensemble de facteurs et l'impact du Brexit en fait partie", souligne-t-il.

Un autre défi sera de convaincre des clients sur une grande échelle alors que les véhicules électriques sont toujours plus chers à l'achat.

M. Fowler assure lui que le prix de revient pour le client "est comparable à celui d'un véhicule diesel" qui coûte cher en carburant.

Le but de Volta Trucks est de se positionner pour profiter des nouvelles réglementations à venir et du basculement de l'industrie automobile vers l'énergie verte.

Le Royaume-Uni a avancé récemment à 2030 l'interdiction de la vente de nouvelles voitures diesel et à essence et d'autres pays européens suivront peu après.

Les professionnels du secteur automobile britannique pressent eux le gouvernement d'investir massivement dans les infrastructures, notamment pour la production de batteries, afin de préserver l'attractivité du pays.

"Le secteur va dans la bonne direction mais la question fondamentale est de savoir si cela va assez vite", se demande M. Fowler.

Volta s'inscrit dans les pas de la jeune entreprise britannique Arrival, qui fabrique des camionnettes électriques et a même fait son entrée en Bourse à New York, mais ne proposera pas de véhicules avant 2022.

Les Etats-Unis sont d'ailleurs en pointe dans le domaine des camions et utilitaires électriques avec Tesla, Rivian ou Nikola, ce dernier ayant toutefois été accusé récemment d'avoir embelli son projet.

Le marché des véhicules électriques suscite d'énormes convoitises de la part des constructeurs traditionnels, des start-ups et même de géants pétroliers qui tentent de "verdir" leur activité.

L'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé en début de semaine avoir racheté l'allemand Ubitricity, qui dispose d'un des plus grands réseaux de point de charge à usage public pour véhicules électriques en Europe.

Son concurrent BP avait lui acheté Chargemaster en 2018 avec pour objectif de devenir le numéro un britannique des bornes de recharge.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Bravo, parfait, le VE doit rester en ville.

Bruno Haas, Le 28/01/2021 à 10:47

Oui, mais bon, cela ne va pas ce passer comme cela !
Les gens ont la bougeotte, et achètent ce qu'ils veulent avec leur pognon !!
Je m'en fous...mais est-ce qu'une Tesla est une voiture de ville...et même une VW id3 n'est pas une citadine non plus...et ils "vont" qu'ils disent en fabriquer des millions !!
Il y a encore de la place pour fabriquer des milliards..dans ce monde poubelle.
Mon fils m'envoie de Boston la nouvelle réjouissante (c'est vous qui voyez) et c'est même en anglais:
"It Costs Nearly 16000 dollars a Tesla Model 3 Battery Pack "
(source thedrive.com)
et rajoute: 175 dollars de l'heure de MO chez Tesla !!!
Je lui pose la question si c'est MO comprise, réponse oui. Ouf !
Pour ceux qui sont curieux, le prix en ce moment d'une Tesla 3 Long Range:
46700 dollars et 5500 dollars de prime à Boston !!
Pour ceux qui cela n'intéresse pas, zappez !!
Autre chose pour rigoler, Mercedes n'a pas attendu qui que ce soit pour faire des VUL électriques pour les livraisons en ville (en Allemagne) ...bravo Merco...et a une autre échèle pareil en France, nous faisons aussi !!
Qu'ils sont mignons à l'AFP !!

Durand Pierre, Le 28/01/2021 à 11:36

Volta reine des villes et dans toutes les pharmacies ?
;-)

Clerion , Le 28/01/2021 à 11:48

ren ??? Contre les douleurs ?

Durand Pierre, Le 28/01/2021 à 12:09

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 28/01/2021

Kermit et les Cargailles

C’est d’une bestiole verte et d’une voiture de la même couleur dont je vous entretiens aujourd’hui. Et de drôles de gens qui aiment l’automobile.

Analyse

Nissan vise une neutralité carbone à horizon 2050

(AFP) - Le japonais Nissan, allié du français Renault, s'est fixé mercredi un objectif de neutralité de son empreinte carbone d'ici 2050 au niveau mondial, embrayant ainsi sur des engagements similaires du Japon et d'autres grands constructeurs automobiles.

Marchés

E85 : Bilan 2020 et perspectives 2021

La conférence de presse annuelle de la Collective du bioéthanol a annoncé hier un bilan 2020 plus que positif malgré la crise sanitaire, laissant supposer des perspectives 2021 toutes aussi prometteuses, notamment avec la sortie de six nouveaux modèles Flexifuel Ford.

Marchés

Catégorie Constructeurs

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021

Renault : les syndicats dénoncent des "départs contraints" déguisés

(AFP) - Les syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et SUD du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont dénoncé lundi la "pression de plus en plus importante mise sur les salariés pour les pousser au départ" alors que la direction s'était engagée sur un plan de départs volontaires.

11/05/2021