Publicité
Publicité
Analyse - 28/01/2021

Kermit et les Cargailles

C’est d’une bestiole verte et d’une voiture de la même couleur dont je vous entretiens aujourd’hui. Et de drôles de gens qui aiment l’automobile.

Kermit et les Cargailles

Kermit, le batracien de course.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Le 25 mai 2008, j’ai rencontré Kermit.
Non, pas la grenouille, mais l’Aston-Martin Vantage N24 châssis n° 240007, même si la couleur revêtant la carrosserie de cette dernière constitue évidemment un hommage à la célèbre marionnette née en 1955, d’un vieux manteau qui partait à la poubelle, et de deux balles de ping-pong simulant les yeux. 

Quant au suffixe "N24", il fait allusion aux 24 heures du Nürburgring, épreuve d’endurance disputée sur la configuration la plus longue de la célèbre piste, comprenant le circuit de Formule 1 et la Boucle Nord ("Nordschleife") surnommée "die Grüne Hölle", autrement dit l’Enfer Vert. Développant ses 25,378 km et 170 virages dans la Forêt Noire, celle-ci constitue donc un environnement idéal pour les batraciens de compète, ce qui explique sans doute pourquoi Kermit s’y est rendue à deux reprises consécutives, ce que les 15 exemplaires de la N24 développés sur la base de la V8 Vantage "civile" ne peuvent tous revendiquer. Et c’est donc à l’occasion de sa deuxième apparition que j’ai le plaisir de voir l’engin de près, ainsi que le Docteur Ulrich Bez.
PDG d’Aston-Martin la semaine, pilote d’usine le weekend. Pas mal non ?

C’est en effet sous l´égide de l’un des quatre pilotes de Kermit que le vénérable constructeur britannique est passé du statut de …vénérable constructeur britannique à celui de marque de luxe de dimension globale. Durant le mandat que celui-ci a exercé de 2000 à 2013 ont ainsi été fabriquées un peu plus de 50.000 voitures estampillées du fameux logo ailé, soit plus de trois fois plus que durant la période qui l’a précédé, initiée à la création de la marque en 1913. Autant dire que notre homme n’avait pas volé le droit de disposer d’une voiture de fonction avec arceau.

Depuis, Ulrich Bez s’est rangé des voitures, après une carrière pour le moins fournie chez BMW, Porsche, Daewoo et Ford, qu’il a donc conclue dans un village du Warwickshire de 446 âmes. Mais le club très restreint des PDG de marque automobile qui arsouillent le weekend n’est pour autant pas resté longtemps inactif, avec l’arrivée de Carlos Tavares aux commandes de PSA en 2014. Celui qui est depuis devenu patron de Stellantis compte à son actif plusieurs centaines de participations à des épreuves automobilistiques de tous types, lesquelles occupent une bonne moitié de ses fins de semaine. De là à imaginer que la possibilité d’étendre le nombre de montures disponibles pour s’amuser les jours de repos ait pu constituer une des motivations à l’avènement de la fusion FCA/PSA, il n’y a qu’un coup de gaz que je me garderai bien de donner. Mais rappelons tout de même que si l’édition 2021 n’avait pas été annulée, c’est en Lancia Stratos que Carlos aurait parcouru les spéciales du Rallye Monte-Carlo historique. 

Et puis il y a Jim Farley. Contrairement à Messieurs Bez et Tavares, le Président et CEO de la Ford Motor Company depuis le 1er octobre dernier a fait ses armes en Marketing et Product Planning, plutôt que dans l’ingénierie. Ça ne l’empêche pas d’avoir restauré lui-même sa Mustang 1965 ou de mettre les mains dans le noble cambouis de sa Lancia Aurelia, à moins que ce ne soit dans des gants en Nomex pour attraper le volant de sa Cobra ou de la GT 40 dont il partage la propriété avec un ami. "Bien réglée, elle dépasse les 320 km/h", dit-il à son sujet, ajoutant encore : "Quand je sors de la voiture après une course longue et difficile, je me sens tellement calme et relax. C’est mon yoga." Pas étonnant que l’on confie les rênes de l’une des plus grandes compagnies automobiles au monde à un type capable de méditer à 88 mètres/seconde.

Ulrich, Carlos et Jim : tous ont en commun d’être des "Cargailles". Bon, vous m’aurez compris, même je reconnais que ma tentative de francisation d’un anglicisme à la mode dans le microcosme automobile n’est peut-être pas des plus heureuses. Mais allez savoir : en ces temps d’écriture “fonétic” à la va-vite sur le clavier virtuel de téléphones intelligents, il est possible que ça prenne. En revanche, il me semble préférable de conserver certaines expressions dans la langue de Shakespeare, laquelle offre une concision contre laquelle il est difficile de lutter. Si un “homme à femme” trouve volontiers sa place dans une langue latine, “l’homme à voitures” n’y parait guère à son avantage, pas plus que les “têtes de pétrole” ou autres “noix de voiture” auxquels on préférera les “petrolhead” et “car nut” dans leur Version Originale.

Pour revenir aux “Car Guys”, tous ne sont pas forcément coureurs, ni même du genre masculin, comme en témoignent Luca de Meo et Mary Barra. Le patron tout neuf du Groupe Renault ne s’en décrit pas moins lui-même sur son profil LinkedIn comme un “Car Enthusiast”, alors que la patronne de GM, première femme aux commandes d’un groupe automobile américain, est tombée amoureuse des voitures à l’âge de 10 ans, à la vue de la Camaro Cabriolet de son cousin, modèle dont elle a possédé un exemplaire de chaque génération depuis qu’elle est en âge de conduire. Et conduire, Mary aime semble-t-il cela, elle qui a pour habitude de tester au moins une fois par semaine un modèle en cours de développement sur la piste d’essai de la G(rande) M(aison), et qui avoue apprécier les 35 minutes de commuting la ramenant le soir chez elle à bord de son Cadillac Escalade. “Il y a des jours où, après une longue journée de travail, dit-elle, vous montez dans votre voiture, et vous vous dites, c'est sympa, il faut que je conduise jusqu’à la maison”.

Nous voilà donc rassurés quant à l’avenir de GM, Ford, Renault et Stellantis, revenus dans le giron des Car Guys, auquel n’appartenait aucun de leurs prédécesseurs. Peu importe donc si l’industrie automobile subit les turbulences liées au Covid ou aux investissements colossaux nécessités par des normes de dépollution de plus en plus contraignantes ou l’électrification à marche forcée, puisqu’elle est désormais entre les mains de ceux qui l’apprécient. Voilà qui devrait d’ailleurs également faire plaisir à Bob Lutz, qui passa chez chacun des “Big Three” et qui publia un ouvrage en plein dans le thème, mais que j’avoue honteusement ne pas avoir lu. Intitulé “Car Guys vs Bean Counters, the battle for the soul of American business” (“Cargailles contre compteurs de haricot : la bataille pour l’âme du business américain”), dans lequel il écrit “Les dirigeants du secteur automobile ont tendance à être des gens qui aiment les voitures ou des gens qui aiment les chiffres”.

Sauf que… un chroniqueur sachant chroniquer devant questionner les postulats, je me dois de mettre en doute celui selon lequel ceux qui aiment l’automobile sont les mieux placés pour s’en occuper. 

Dans une interview donnée au Wall Street Journal en 2011 peu après son arrivée chez GM, Dan Akerson -prédécesseur de Mary Barra- déclarait : “Le fait que je ne sois pas un Car Guy est un atout”, avant d’ajouter en s’emparant d’une canette de Coca Cola : “Voilà un produit de grande consommation. GM doit commencer à agir comme une entreprise centrée sur le consommateur et non l’ingénierie. Nous vendons un produit de grande consommation. Il se trouve juste que le nôtre coûte 30.000 dollars”. En février 2018, c’est un entretien beaucoup plus confidentiel que Jim Hackett -prédécesseur de Farley- accordait au magazine libertarien “Fast Company”, au cours duquel il expliquait comment le fait de “ne pas avoir grandi en bricolant sous le capot de voitures” lui avait permis d’apporter “une perspective différente, une manière différente de penser le défi et la conception d'un système qui assurera la mobilité des gens dans le futur”. Puis d’expliquer que “Au fil de ma carrière, j’ai appris plus tôt que les autres le design centré sur l’humain, avant qu’il ne devienne populaire. Steeve Jobs était au courant de cela, David Kelly le savait, mais ce n'était pas le genre de pensée que vous entendiez alors de la bouche d’un CEO.” 

Voilà qui me rappelle un entretien d’embauche au sein d’un grand constructeur au cours duquel mon interlocuteur me déclara se méfier des passionnés, alors que le poste que je briguais était clairement destiné à l’un d’entre eux. Pris par surprise, j’ai dû balbutier quelque chose à propos des nombreuses heures passées derrière des miroirs sans tain à écouter la vraie voix du client, même si j’avais évidemment bien compris la critique sous-jacente, la même implicitement formulée par Dan et Jim.

En l’occurrence, l’idée selon laquelle la passion provoquant la cécité, les amoureux de l’automobile ont forcément une conception biaisée de ce que souhaitent les clients “normaux”, ceux qui ne passent pas la moitié de leur temps le nez dans les revues spécialisées. Le risque, ce serait donc que les Cargailles travaillant à la conception d’un nouveau véhicule ne le fassent en fonction de leurs desideratas plutôt que pour ceux à qui il est destiné. 

A lire les commentaires de certains d’entre eux sur les réseaux sociaux, on se dit effectivement qu’il vaudrait mieux qu’ils n’aient pas de pouvoir de décision chez un constructeur, entre réflexions conservatrices voire carrément réacs, et une posture antitout, particulièrement si c’est électrifié carrément électrique. Mais Facebook et consorts ne sont pas forcément représentatifs de l’opinion publique -fût-elle catégorielle- et on n’y recrute pas encore les cadres du secteur ni ses dirigeants. La réalité, c’est que Cargaille ou pas, quand on bosse dans l’auto, on passe son temps à compter et recompter les haricots. Et si par hasard une future recrue du secteur lit cette chronique, qu’il ou elle se dise bien qu’Excel sera bientôt son meilleur ami, et qu’il passera beaucoup plus de temps à tabler sur écran qu’à tenir un volant. Avant de signer son contrat, je lui suggère d’ailleurs de bien se rappeler que l’industrie automobile est sans doute l’une des pires au monde, entre cycles produit longs, investissements gigantaux et marges riquiqui.

Avant de s’enthousiasmer un peu trop vite, les férus de bagnole seraient d’ailleurs bien avisés de jeter un rapide coup d’œil aux plans produit des marques précédemment mentionnées :

-    On commence par Ford, dont la ménagerie a pris un sérieux embonpoint entre un Puma désormais plus Garfield que Chat botté, et un Mustang E-Mach au physique de percheron, même si le jus de batterie lui permet de rester véloce. En revanche, c’est la diète côté berlines retirées du continent américain, alors que les Européens devront se passer de la Focus RS sacrifiée à l’autel des émissions CO2. Attendons-nous d’ailleurs à ce que la Fiesta ST ne soit pas au menu de la huitième génération du modèle.

-    Chez GM, Mary s’est clairement donné pour mission de “mettre tout un chacun dans une voiture électrique” en visant 280.000 véhicules par an, dans l’objectif avoué d’être le numéro un du véhicule électrique aux Etats-Unis. Du coup, la Corvette et/ou la Camaro pourraient devoir prêter leur nom à des SUV à neutrons.

-    Ne comptez pas non plus sur Carlos Tavares pour redonner de l’espoir aux passionnés. Déjà fossoyeur du beau coupé RCZ, il vient également de tuer le label GTI chez Peugeot. La 508 PSE constituera un piètre lot de consolation avec ses 360 chevaux hybridés et son affreux patronyme. A moins que, Stellantis ? On se dit surtout que chez Maserati, Alfa et Lancia, on ne doit pas en mener large…

-    Nouveau venu au jeu, Luca de Meo souffle le chaud et le froid. S’il avait réjoui les férus d’Alpine en annonçant sa participation au Championnat du Monde de F1 et la pérennisation de la marque, il a récemment causé un choc en avouant que la remplaçante de l’actuelle A110 serait électrique. Quant à la Cinq Prototype (et bien sûr électrique) dévoilée le 15 janvier dernier lors du “Renaulution”, si elle semble bel et bien destinée à une production en série, on apprend à l’instant que ce sera au détriment de la Twingo qui tirera sa révérence en 2023.

Comme on peut le constater, ce n’est pas la franche marrade pour les amateurs de voitures plaisir. De ce point de vue, l’explication fournie par Carlos Tavares lorsqu’il tua dans l’œuf les rumeurs liées à la possible production du très beau concept-car e-Legend inspiré du Coupé 504 est extrêmement révélatrice : “Quand on développe et construit un véhicule, on ne peut pas baser son jugement sur des pulsions émotionnelles”, avait-il alors déclaré.

Cargailles contre compteurs de Haricots, vraiment ? Il semblerait surtout que passionnés ou non, les PDG de groupes automobiles n’ont pas vraiment le choix face à des contraintes environnementales, législatives et fiscales d’une sévérité encore jamais atteinte. On se rassurera en pensant les Cargailles en chef connaissent forcément mieux leur affaire que ceux qu’on parachute d’autres secteurs, et que l’avenir permettra peut-être de réintroduire plus de fun dans les plans produit. Mais ça supposera sans doute que les amateurs deviennent branchés.

Et quid d’Aston-Martin me direz-vous ? Ne vous y trompez pas : ce n’est pas parce qu’on y travaille sur des modèles faisant rêver n’importe quel Cargaille normalement constitué, qu’on n’y compte pas les légumes secs autant (voire plus) que les autres. D’autant plus que chez le vénérable constructeur britannique, ou plutôt la marque de luxe globale, le succès du SUV DBX est une condition de la survie, même si l’entrée récente de Mercedes-Benz dans le capital de la firme aux côtés de Lawrence Stroll constitue le gage d’une certaine sérénité. On n’a donc pas fini de parler allemand à Gaydon, mais le pilotage du dimanche sera désormais intégralement confié au fils du patron et à Sebastian Vettel, au sein du Team de Formule Un.
Et ça, Kermit va sûrement le regretter.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Oh! Que vous avez raison Jean-Philippe!
Le pouvoir est à ceux qui prennent les décisions sur la base de données chiffrées surtout financières.
Mais attention le vrai guide est le goût du client car si on peut le contraindre par des bonus des malus des règlementations, dès que celles-ci s’estomperont l’agrément de conduire du client redeviendra le couperet.
Enfin quand les constructeurs ne livreront que dès navettes sans chauffeurs à des administrations ils découvriront la difficulté d’un marché rationalisé à l’extreme que préfigurent les ventes de rames de métro .
L’evolution du comportement du client automobile dictera sa loi dans les années à venir et malheur au constructeur qui avancera les deux yeux rivés sur son tableur.

Bernard Oustric, Le 28/01/2021 à 08:39

Un article sur ce sujet pouvait-il être écrit par un Car Guy ?
;0))
PS : Clémenceau disait bine déjà que la guerre était une chose trop grave pour la confier à des militaires...

Lucos , Le 28/01/2021 à 08:59

Et pendant ce temps là Elon est devenu......l’homme le plus riche du Monde et s’apprête à vendre sa techno retour à la base sans les mains à qui qu’en veut)))).

Alain Boise, Le 28/01/2021 à 09:03

J’imagine Falbala ayant pris des cours d’informatique à la maison des jeunes et piratant le soft pour m’empêcher de passer par l’Alpine bar club et rentrer directement à la cuisine))))
Carguy dites vous? Elon en est t’il d’après vous?

Alain Boise, Le 28/01/2021 à 09:06

Merci Jean -Philippe pour cet article rafraichissant et ô combien juste ! Cargailles de tous les pays, unissons-nous !

Michel Forissier, Le 28/01/2021 à 09:30

La passion est elle ou non un vecteur de réussite, voilà un sujet passionnant ...
... Dans la famille des "cargailles" ...
je demande Ferdinand Piech ...
Oubliez donc les oeufs pourris et les tomates mûres ou les plumes et le goudron selon votre penchant culturel ...

Dans le série des "compteurs de haricots, il y a le Tintinophile, Louis Schweitzer ...Le moins que l'on puisse dire c'est que sa "mandature" n'a pas trop mal réussi au losange ...Pas trop de "cagades"
dans l'ensemble ...
;0)

Ade Airix, Le 28/01/2021 à 10:02

N'oublions pas les Cargeurls...
;0°

Lucos , Le 28/01/2021 à 10:26

Bonjour Alain, vous posez la question à Jean-Philippe de savoir si Elon Musk est un car-guy. Je ne sais pas s'il va vous répondre mais j'aime la question, alors je vais y répondre : OUI, définitivement OUI.
Si l'on en croit la presse pipole, sa première voiture aurait été une BMW 320 i achetée d'occaz 1400$. Il a possédé une M5 par la suite.
Avec sa première prime il s'est acheté une Jaguar Type E (Série 1). Alors rien que ça, pour moi c'est LA voiture du car-guy par excellence.
Et puis beaucoup de jouets : 17 000 km avec une Mc Laren F1 achetée 1M$ qu'il a fichue au tas ; il a acheté la Lotus Esprit de "l'Espion qui m'aimait" (800 k$) ; une Aston Martin -justement- ; un Q7 Audi qu'il a détesté dit-il ; une Porsche 911 Turbo ; une Ford T offerte par un ami.
Donc il aime la bagnole non ?

Jacques Calvet avait acheté une Visa d'occasion à Hubert Yaffi. Lui était définitivement un bean counter : Cour des Comptes à sa sortie de l'ENA puis directeur de cabinet du ministre des Finances (VGE) puis patron de la banque BNP et enfin PSA qu'il sauve de la faillite (pas tout seul, merci Gérard Welter, merci Jean Boillot) en comptant les sous manquants tous les matins et en renflouant la caisse malgré tout.

Bruno Haas, Le 28/01/2021 à 10:34

"La Deuchenchinque est une bonne ouature !" était donc une remarque financière ?
;0))

Lucos , Le 28/01/2021 à 10:58

Où va l’automobile ? .... une canette de coca a 30 000 dollars ? Quand on voit l’avenir d’Alpine ... on y va direct !

Claude Makowski, Le 28/01/2021 à 11:02

... Sur le thème "savoir si Elon Musk est un car-guy" … Un autre possible élément de réponse ... ici : //noellefaulkner.com/Is-Elon-Musk-even-a-car-guy
Plaise à la rédaction …

Au demeurant et très modestement, il me semble qu'un fan de bagnoles voire un "bagnolard" à la tête d'une compagnie commercialisant des "ouatures" ne fait pas nécessairement un "cargaille" ou car guy … Ainsi n'est pas Bob Lutz ou Ferdinand Pïech, Lee Iacocca voire François Castaing qui veut … Ceux là se sont singularisés par la création de produits, connoté sportivement le cas échéant, ayant marqué l'histoire de l'automobile "relativement" récente …
Concernant "Carlos Antunes", pour l'instant, le seul exemple (ce n'est pas rien) que je trouve est la résurrection de la Berlinette A110, alors qu'il était chez Renault ... Pour la suite nous verrons bien ... Si c'est un fameux "bagnolard" (aucun doute là dessus), c'est également un redoutable "compteur de haricots" qui a mis un terme aux "errements" que constituaient le RCZ et les CC dans la gamme Peugeot, à une époque certes, particulièrement, difficile pour le lion.
;0)

Ade Airix, Le 28/01/2021 à 11:17

Moi je vous donne le truc pour continuer d’avoir la banane le week end au volant : achetez une grosse cylindrée des années 90 ! L’âge d’or des bagnolards!

Eric Lessault , Le 28/01/2021 à 12:38

@Eric Lessault , Le 28/01/2021 à 12:38
D'accord avec vous, c'est bien pour ça que je n'ai pas jeté l'éponge avec le XK8 cabriolet !

Bruno Haas, Le 28/01/2021 à 12:40

Elon Musk Car-guy?
Non!
Non c’est un homme extrêmement intelligent qui sait compter les haricots.
Sa trajectoire est symbolique, de PayPal aux batteries et à Space, d’un homme d’analyse qui sait étudier une opportunité.
Il est un excellent communicant qui a intégré très tôt « le too big to fail »
Personne ne pourra acheter ses sociétés au prix des actions aujourd’hui pour leur rentabilité (distribution de dividende).
Je crains que ce ne soit le fermier du middle west ou la veuve de Carpentras qui en fasse les frais un jour quand les 80% détenus par les spéculateurs de tout poil auront réussi à se débarrasser de la « patate chaude »
Ce serait degueulasse...

Bernard Oustric, Le 28/01/2021 à 12:54

Que fait un canard en soif d'amour ?
Il se "tape" une canette.
(humour au second degré).

Clerion , Le 28/01/2021 à 14:29

… Tiens à propos de canard sans queue (…), sur la photo de l’article, la couleur de l’Aston qui négocie le « banking » du "Nordschleife" rappelle beaucoup le vert vipère utilisé par Porsche dans les années 70 sur les 911 … voire le vert lézard des GT3 RS. ... Lézard ou nécessité ?
;0))

Ade Airix, Le 28/01/2021 à 17:44

I Say, shocking !
Kermit green instead if racing green...
Comme le dit Claude, ou va la bagnole...
;0)

Lucos , Le 28/01/2021 à 18:41

Et n’oubliez pas ,là Tesla n’a pas fini le tour contre la Taycan ......malgré Linde qui avait congelé la S)))))

Alain Boise, Le 28/01/2021 à 18:52

Si des fois "on" oubliait ... (?)
No problem, vous êtes là, cher Alain
;0)

Ade Airix, Le 28/01/2021 à 20:14

Crossover ?
@ Lucos … Désolé, mais le "Aston Martin Kermit Green 5095" ressemble beaucoup au vert lézard Porsche …
Si Alain a envie … pour son Kangoo élec, le "British Racing Green" chez Aston c'est la réf. 1107 ... Avé la calandre en vert fluo, çà risque d'être du plus bel effet… !
;0)

Ade Airix, Le 28/01/2021 à 20:27

Oh non pas le Kangoo elec je ne pourrais plus me garer en d file)))c’est un ancien des P et T....non la Poste pardon couleur citron.
Par contre la Vantage est gris vert.....je ne connais pas le code.

Alain Boise, Le 28/01/2021 à 21:24

Lucos m’a déjà corrigé avec le racinggreen ou greenracing je ne me rappelle plus de l’ordre .

Alain Boise, Le 28/01/2021 à 21:26

Vert de gris si vous voulez en vendre en Allemagne..
;0))

Lucos , Le 31/01/2021 à 17:50

Séquence nostalgie mise à part, cher Lucos ... Débrouillez vous avec ... Notre ami Alain faisait référence au "Stirling green" des Aston de "Course" ...
Mais, apparemment, il tient trop à la peinture "jaune la poste" pour les privautés qu'elle autorise ...
Dommage le Kangoo en "Stirling Green" avé la calandre plastoc repeint en vert fluo, çà promettait d'être trop la "classe" ...

PS : Pour le "Aston Martin Kermit Green 5095" ... c'est vraiment bien pompé sur le "vert vipère" !
;0))

Ade Airix, Le 31/01/2021 à 18:25

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 28/01/2021

Nissan vise une neutralité carbone à horizon 2050

(AFP) - Le japonais Nissan, allié du français Renault, s'est fixé mercredi un objectif de neutralité de son empreinte carbone d'ici 2050 au niveau mondial, embrayant ainsi sur des engagements similaires du Japon et d'autres grands constructeurs automobiles.

Marchés

E85 : Bilan 2020 et perspectives 2021

La conférence de presse annuelle de la Collective du bioéthanol a annoncé hier un bilan 2020 plus que positif malgré la crise sanitaire, laissant supposer des perspectives 2021 toutes aussi prometteuses, notamment avec la sortie de six nouveaux modèles Flexifuel Ford.

Marchés

Catégorie Analyse

Tesla deviendrait-il un constructeur normal ?

Pour la première fois de son histoire, Tesla semble avoir dégagé des profits de son activité automobile. C’est une victoire pour ce constructeur qui accumule les pertes depuis 18 ans et qui a levé des fonds à trois reprises l’an dernier. L’horizon se dégage mais la route est encore longue et Tesla a du chemin à accomplir pour justifier sa valorisation auprès des investisseurs.

30/07/2021

Euh-lectrique

C’est d’un célèbre agent secret dont je vous parle aujourd’hui, qui perdrait sans doute son latin à conduire les voitures de demain ressemblant à celle d’hier. A moins que ce ne soit l’inverse.

29/07/2021

Un réseau, ça sert d’abord à ajuster son pricing

L’étude très novatrice que le CNPA a fait faire à TCG permet de progresser notoirement dans la clarté des débats sur la distribution de VN et son coût. Elle continue toutefois de conférer à la fiction qu’est le "prix catalogue" une importance centrale. En remettant celle-ci en question, on peut effectuer un pas supplémentaire dans cette voie de la clarification et mettre le doigt sur le travail commercial réalisé par les réseaux et son coût pour les constructeurs et les clients : face à des produits toujours plus chers pour lesquels les clients ont des consentements à payer très en deçà des prix catalogues et très hétérogènes, il faut aller chercher les clients qui ne souscrivent pas spontanément à l’offre constructeur et ajuster les prix. Le réseau est dans cette fonction difficilement remplaçable.

26/07/2021

Dépassées, les bornes ?

C’est un sujet à haute tension que j’évoque aujourd’hui, où je me demande comment ceux qui ont en charge de promouvoir la voiture électrique comptent s’y prendre avec des bornes de recharge à image négative.

22/07/2021

Le grand chantier de l’organisation de la distribution automobile

Bien que demeurant importants, les débats sur le régime légal applicable à la distribution ont, depuis 2010, perdu en acuité. Si tel est le cas, c’est, pour l’essentiel, parce que "la messe a alors été dite" : le fait d’être passé sous le régime général a clarifié techniquement le débat juridique et a correspondu à une espèce "d’épuration technique" du dossier qui ne pose désormais plus que des questions d’efficience concurrentielle et s’abstient de chercher à préserver l’intérêt des parties. L’actuel débat confirme ces tendances et les renforce face au dossier numérique en particulier : peu contraints légalement, les constructeurs vont devoir se montrer adroits et imaginatifs face à des évolutions d’importance.

19/07/2021

Signaux de fumée

C’est à un sujet pour le moins opaque auquel je fais allusion aujourd’hui, dont les vraies victimes ne sont pas forcément ceux qui ont jeté un rideau de fumée sur l’industrie automobile.

15/07/2021

La France doit négocier sa place dans la nouvelle Europe de l’automobile

Mis au pied du mûr par une espèce de surenchère politique dans les exigences de décarbonation que l’on fait peser sur eux, les acteurs de la filière demandent paradoxalement à la fois défiscalisation et baisse des charges et soutiens publics massifs. Dans la mesure où cette demande est adressée en France comme ailleurs, l’Europe du véhicule électrique ne rompt guère avec son logiciel dominant qui est celui de la mise en concurrence des sites et des pays. A ce jeu, jusqu’alors, la France de l’automobile a beaucoup perdu et on peut espérer que, conscient qu’il s’agit là d’une impasse, le gouvernement profite de l’occasion pour proposer une autre Europe de l’automobile, un autre positionnement de la France en son sein et in fine un autre deal à nos deux constructeurs.

12/07/2021

La Mercothèque

C’est une chronique de riches que je vous propose aujourd’hui. Mais avec des trucs auxquels auront peut-être droit demain, ceux qui n’ont pas forcément la bonne étoile aujourd’hui…

08/07/2021

Pourquoi l’Airbus des batteries est resté un ULM

La visite d'Emmanuel Macron à Douai au lendemain des régionales est venue célébrer la construction dans le site Renault d’une "gigafactory" Envision. Ce projet vient signer une forme d’acceptation par l’Etat français de la réduction aux acquêts de son projet d’Airbus des batteries qui, conformément à ce que l’on pressentait depuis de longs mois déjà, ne sera qu’un projet Stellantis-Total. Au-delà de la déconvenue politique, cette séquence en dit long sur la nature du jeu concurrentiel dans l’industrie et la place que la question des batteries va désormais occuper. En la saisissant mieux, il paraît assez clair que le projet était mort-né.

05/07/2021

L’électrification en pleine recherche d’image comme le montrent les nouvelles 4L et la R5

Vingt ans après la première vague néo-rétro, voici la seconde. L’électrification perturbe les constructeurs. La différentiation entre les marques ne pourra plus être basée sur les motorisations et pour s’assurer que l’ADN est toujours présent, les centres de design présentent de plus en plus de concepts et de modèles reprenant les traits de véhicules emblématiques dans l’histoire des marques. Après Volkswagen, Stellantis et Honda, Renault revisite son passé.

02/07/2021